Étienne BARBAZAN, auteur cité dans le Littré

BARBAZAN (1696-1770)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BARBAZAN a été choisie.

48 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Fabliaux et contes des poëtes français des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles, publiés par Barbazan, 4 vol. in-8, Paris 1808 (éd originale en 1756) 48 citations

Quelques citations de Étienne BARBAZAN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 48 citations dans le Littré.

  1. Quant li butor a ce veü, Sachiez, grant duel en a eü, Fabliaux.
    t. IV, p. 95 (butor)
  2. De crasses perdrix et de quailles, Fabliaux.
    t. IV, 90 (caille)
  3. Une grant sole longue et lée.
    Fabliaux, IV, 89 (sole [3])
  4. Issiez tost fors de cest palais, Vos et li vostres, las chetif.
    Fabliaux, t. IV, p. 84 (vôtre (le) ou vôtre (la))
  5. En cest estor conquist Charnaige Qu'en [on] mangera lait et fromage Le vendredi communement, Et le samedi ensement.
    Fabliaux, t. IV, p. 98 (Bataille de Charnaige et de Careme) (vendredi)
  6. Aiment assez miex les poissons Que il ne font les venoisons, Fabliaux.
    t. IV, p. 83 (venaison)
  7. De chaus flaons à bone mine.
    Fabliaux, IV, 91 (flan [1])
  8. De chanestiaus et galetes.
    Fabliaux, t. IV, p. 92 (galette [1])
  9. Et trestot en ceste maniere Parole cist versefierre, Fabliaux.
    t. II, p. 71 (versificateur)
  10. Si vint la volaille menue, Qui de bien faire les argue, Fabliaux.
    t. IV, p. 87 (volaille)
  11. Que chevaliers doit adès tendre à sa car [chair] netement tenir, Se il à Dieu velt parvenir, Fabliaux.
    t. I, p. 65 (nettement)
  12. Et s'a [au pays de Cocagne] en l'an quatre vendenges, Quatre tozsainz, quatre noex [noëls], Et quatre chandeliers anuex [annuels], Et quatre quaresmiaux prenans.
    Fabl. éd. MÉON, t. IV, p. 178 (carême-prenant)
  13. Cil amainent pocins en rost, Fabliaux.
    t. IV, p. 96 (rôt)
  14. Dont est en son païs venus, Lui onzime, sans plus avoir.
    Fabliaux, t. I, p. 75 (onzième)
  15. Mès il ne plot au creatour, Qu'on appelle le roi de gloire, Que li nostre eüssent victoire.
    Fabliaux, t. I, p. 60 (créateur, trice)
  16. Que on embleroit nos calices Devant nous à la table Dé [de Dieu], Fabliaux.
  17. La crasme [dans un combat du gras et du maigre] vint lance levée Parmi le fond d'une vallée.
    Fabliaux, t. IV, p. 89 (crème)
  18. Il ot un fevre en Normandie Qui trop bel arrachoit les denz.
    Fabliaux, dans l'Ordene de chevalerie, p. 161 (arracher)
  19. Cil perderoit bien ses joiaux, Qui les jetroit entre porciaus, Fabliaux.
    I, 75 (pourceau)
  20. Tripes de porc et de mouton.
    Fabliaux, IV, p. 88 (tripe)