Pierre Jean de BÉRANGER, auteur cité dans le Littré

BÉRANGER (1780-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BÉRANGER a été choisie.

poète lyrique

1950 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Chansons 1812 1944 citations

Quelques citations de Pierre Jean de BÉRANGER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1950 citations dans le Littré.

  1. Payant tribut à l'attribut De sa gaîté falote [de Mo mus].
    Marotte. (falot, ote [2])
  2. Avec son habit un peu mince, Avec son chapeau goudronné, Comme l'honneur de la province Ce Bourguignon [vin de Bourgogne] nous est donné.
    Agent provocat. (mince)
  3. Au vrai bonheur puisqu'il mène, Le sabot vaut bien l'escarpin.
    Turlupin. (escarpin)
  4. Il était un roi d'Yvetot, Peu connu dans l'histoire, Se levant tard, se couchant tôt, Dormant fort bien sans gloire.
    Roi d'Yv. (tôt)
  5. Qu'aisément ils [les étrangers] ouvraient les portes Dont nous avions livré les clefs.
    Cocarde. (clef ou clé)
  6. À tout gâteau leur main fait large entaille, Car ils sont grands, même infiniment grands.
    10000 fr. (gâteau)
  7. Messieurs, l'homme fut en tout temps Le singe des orang-outangs.
    Or. out. (singe)
  8. Tentez la gloire, et, dans un grand ouvrage, Pour le théâtre abdiquez les pipeaux.
    Censeur. (théâtre)
  9. Soudain la terre entend des voix nouvelles, Maint peuple errant s'arrête émerveillé.
    Ange exilé. (émerveillé, ée)
  10. Si ma conscience est nette, Ma bourse l'est encor plus.
    Homme rangé. (net, ette,)
  11. Adieu, charmant pays de France, Que je dois tant chérir ! Berceau de mon heureuse enfance, Adieu ! te quitter c'est mourir.
    M. Stuart. (berceau)
  12. Cinquante hivers ont passé sur ta tête ; J'ai de bien près cheminé sur tes pas.
    Bonsoir. (hiver)
  13. Eh ! vogue ma nacelle, Nous trouverons un port !
    Nacelle. (voguer)
  14. Du chapeau de son père Coiffé dans les grands jours.
    Roger B. (jour)
  15. Je vois… D'un arc-en-ciel resplendir les couleurs.
    Treize à table (arc-en-ciel)
  16. Au bruit des lugubres fanfares, Hélas [enfants !] vos yeux se sont ouverts.
    Orage. (fanfare)
  17. Et d'ailleurs à chaque repas D'étouffer ne tremblez-vous pas ?
    Gourmands. (étouffer)
  18. Songez combien j'ai fait de fois Rafraîchir la victoire ; Ça grossissait son bulletin.
    Vivand. (bulletin [1])
  19. J'ai placé deux de mes frères, Mes trois fils ont de l'emploi.
    Ventru. (placer [1])
  20. Un essaim de grivois Buvant à leurs mignonnes.
    Grande orgie (grivois)