Olivier BASSELIN, auteur cité dans le Littré

BASSELIN (1403-1470)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BASSELIN a été choisie.

poète et chansonnier

247 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les vaudevires, poésies du XVe siècle par Olivier Basselin, Vire, 1811 247 citations

Quelques citations de Olivier BASSELIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 247 citations dans le Littré.

  1. Il faut boire, comme on dit, qui sa mere ne tette ; Puisque sommes tous sevrés, beuvons donc de ce bon piot.
  2. Detestant merencolie Et chiquanerie, Qui puisse estre forbannie De nos maisons.
    XXXIII (chicanerie)
  3. Se vous tirez autant que moi, Bientost, ainsi comme je croi, Gaignerons le rivage.
    XXXV (gagner)
  4. Ô soulas des gosiers, ô très bon jus de pomme ! Prions pour le bon homme Qui planta les pommiers.
    XLIII (jus)
  5. Ô bon vin, liqueur souveraine, Entre chez moi… Qui me veoira tout avaler, Ne s'en estonne.
    XLIII (avaler)
  6. Pour cornette ou guidon suivre plustost on doit Les branches d'hierre ou d'if qui monstrent où l'on boit.
    XIX. (guidon)
  7. L'homme songeart il [le vin] fait causer et rire.
    XXXVII (causer [2])
  8. Toutes fois moy et mon jardin, Nous differons en une chose : Je me vueil abreuver de vin, Et d'eau nostre courtil s'arroze.
    Vau de Vire, 17 (courtil)
  9. Quant [je] suis sans verre et breuvage, C'est sans coque un limaçon, Sans livrée c'est un page.
  10. En rainçant nos gosiers, avalons nos miettes.
    XXII (rincer)
  11. Se ce meschant [le médecin] j'eusse creu, Las ! je seroy, mort tout roide, Se seulement j'eusse beu Sa tisanne et son eau froide.
  12. Qui, près le pié d'un sicomore vert, Dormoit au bord d'une claire fontaine.
  13. Pourquoi est-ce un pater noster Que pas un ores ne lui donne ? Pource qu'ayant vin en chantier, Il n'en faisoit boire à personne.
  14. Se le roy sa faveur donnoit à celui qui le mieux boiroit, Comte ou marquis il me feroit.
  15. Sans vin je perds contenance ; C'est ce qui mieux me convient.
  16. Sa cheminée il [l'avare] boschoit, Craignant perdre la fumée.
  17. Buvons des pommiers les liqueurs, Ou bien de la plante tortue.
  18. Les buveurs d'eau ne font point bonne fin.
  19. Pour ne perdre l'eau salée Du merlut quant il bouilloit, De la souppe il en faisoit, Dont il passoit la journée.
    Vau de Vire, 44 (merlus)
  20. Il n'a point de regret Au cidre qu'il nous donne ; En eust-il une tonne, Il l'abandonneroit.