Olivier BASSELIN, auteur cité dans le Littré

BASSELIN (1403-1470)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BASSELIN a été choisie.

poète et chansonnier

247 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les vaudevires, poésies du XVe siècle par Olivier Basselin, Vire, 1811 247 citations

Quelques citations de Olivier BASSELIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 247 citations dans le Littré.

  1. Faites ainsi, servez-moi de segond ; Serez-vous point, voisin, de la partie ?
  2. Perdrons-nous, pour femme et mesgnie, De boire à tire-larigot ? Fault il laisser tout plein le pot ?
    Vau de Vire, 41 (larigot)
  3. Il faut laisser le chalgrin importun à tout le moins à la table buvant.
  4. Comme moi, tout bon buveur Au maillet et au chasseur Met les deux mains sans vergongne, Et s'employe de bon cueur à relier ses tonneaux.
  5. Sur cela fondant ma raison, Pour guarir une soif maline, J'ai recours au bon vin comme à ma medecine.
  6. On va disant que j'ai fait une amie ; Mais je n'en ai point encore d'envie ; Je ne sauroy assez bien courtiser.
    XLIX. (courtiser)
  7. Adam, c'est chose très notoire, Ne nous eust mis en tel dangier, Se, au lieu du fatal mangier, Il se fust plus tost mis à boire.
  8. C'est un soudart sans panache, C'est un charpentier sans hache.
  9. Le breuvage à grenouille ne doit estre aux celliers.
  10. Bon vin, fai moi raison d'une soif violente, Dont je suis au gosier très ardemment espris.
  11. Mais tu scez bien que fort venter Chiet [tombe] souvent par une pluiete, Mir. de Ste Genev. Se nous estions à la pluye, Nous serions bien pirement.
    Vau de Vire, 46 (pluie)
  12. Il est vrai que je suis friant De vin, quand c'est vin qui merite.
  13. Flacons pleins de malvoisie Seroient ma tapisserie.
  14. Toutefois moi et mon jardin, Nous differons en une chose ; Je me vueil abreuver de vin, Et d'eau nostre courtil s'arrose.
  15. En l'eau n'y a saveur ; prendrai-je pour breuvage Ce qui n'a point de goust ?…
  16. On dit qu'il [le vin] nuit aux yeulx ; Mais seront-ils les maistres ? Le vin est guarizon De mes maulx ; j'aime mieux perdre les deux fenestres Que toute la maison.
    Vau de vire, VI (fenêtre)
  17. Me voulez-vous, quand je suis en cholere, Ragaillardir le cueur ?
  18. Il vaut mieux près beau feu boire la muscadelle Qu'aller sur un rempart faire la sentinelle.
    XIX. (muscadet)
  19. Toujours dans le vin vermeil On voit un petit soleil Qui fretille et rayonne.
  20. Ô bon vin, liqueur souveraine, Entre chez moi… Qui me veoira tout avaler, Ne s'en estonne.
    XLIII (avaler)