Olivier BASSELIN, auteur cité dans le Littré

BASSELIN (1403-1470)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BASSELIN a été choisie.

poète et chansonnier

247 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les vaudevires, poésies du XVe siècle par Olivier Basselin, Vire, 1811 247 citations

Quelques citations de Olivier BASSELIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 247 citations dans le Littré.

  1. Ayant le doz au feu et le ventre à la table, Estant parmi les pots pleins de vin delectable.
    Vau de Vire, II (table)
  2. Toutes fois moy et mon jardin, Nous differons en une chose : Je me vueil abreuver de vin, Et d'eau nostre courtil s'arroze.
    Vau de Vire, 17 (courtil)
  3. On va disant que j'ai fait une amie ; Mais je n'en ai point encore d'envie ; Je ne sauroy assez bien courtiser.
    XLIX. (courtiser)
  4. Quant [je] suis sans verre et breuvage, C'est sans coque un limaçon.
  5. Et quant on a maistresse assez jolie, D'autres discours il lui convient user.
    XLIX (joli, ie)
  6. Quiconque veut travailler, Faut tenir la gorge nette, Et bien souvent la mouiller.
    XXVII (mouiller)
  7. Sa cheminée il [l'avare] boschoit, Craignant perdre la fumée.
  8. Beau nez, dont les rubis ont cousté mainte pippe De vin blanc et clairet, Et duquel la couleur richement participe Du rouge et violet.
    Vau de Vire, 6 (rubis)
  9. Turc ne serai vraiment, Car l'alcoran defent Le vin, qui n'est creé que pour l'humain usage.
    XXIV (alcoran)
  10. Pourquoi ne croist sur son tombeau Que du chardon qui l'environne ? Un corps qui n'a beu que de l'eau Ne produit herbe qui soit bonne.
    LVII (chardon)
  11. Un coq d'Inde sa gorge à toi semblable porte ; Combien de riches gens N'ont pas si riche nez ! pour te peindre en la sorte, Il faut beaucoup de temps.
  12. Cet an, par fertilité, Vous donne largesse, Ne crions plus la cherté.
  13. Mon gosier dit aussi qu'il [un vin] a pris sa naissance Du terroir des bons vins.
    XXVIII (terroir)
  14. Helas ! que fait un pauvre ivrongne ? Il se couche et n'occit personne.
    XXXVIII (ivrogne)
  15. Ores que sommes allaigres Et en santé, Dieu mercy, Laissons là ces cidres maigres ; Je treuve bon cestuy-ci.
    XLVI (allègre)
  16. Si, refaizons voyaige ; Faut le vaisseau tourner Pour le recalfeutrer ; Ne perdons point couraige.
  17. S'embesoignant de nos futailles, Dieu a feru ces enraigiés ; Et la derniere des batailles Par leur trespas nous a vengiés.
    Appendice, III (futaille)
  18. Ô tintamarre plaizant Et doulcement rezonnant Des tonneaux que l'on relie.
  19. Liqueur, chere amie, Pour la calomnie, Ne crains point qu'aucunement à jamais ; je t'oublie.
  20. C'est sans fifre un tabourin.
    LVI (fifre)