Jacques Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, auteur cité dans le Littré

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (1737-1814)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BERNARDIN DE SAINT-PIERRE a été choisie.

441 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Études de la nature 1784 42 citations
Harmonies de la nature 1796 99 citations
La chaumière indienne 1790 53 citations
La Mort de Socrate, drame, précédé d'un Essai sur les journaux, et suivi d'un Discours académique 1808 21 citations
Paul et Virginie 1787 171 citations

Quelques citations de Jacques Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 441 citations dans le Littré.

  1. L'agneau ne s'y méprend jamais : il distingue au premier aperçu, au simple flairer, son tyran de son défenseur.
    Harm. liv. V (flairer)
  2. Dans nos souhaits innocents, nous désirions être tout vue, pour jouir des riches couleurs de l'aurore ; tout odorat pour sentir les parfums de nos plantes ; tout ouïe pour entendre les concerts de nos oiseaux ; tout cœur pour reconnaître ces bienfaits.
    Paul et Virg. (tout, toute)
  3. Beaucoup de poissons écailleux ont des barbillons.
    Harm. liv. V, Harm. anim. (barbillon)
  4. L'habitude où nous sommes d'équarrir nos parterres et même nos arbres.
    Étude 5 (équarrir)
  5. Un écureuil pourrait parcourir une bonne partie de la Russie sans mettre pied à terre [en passant d'arbre en arbre].
    Étude v. (terre)
  6. Les anciens philosophes, en analysant l'âme humaine, y admettaient trois facultés, la concupiscible, l'irascible et la raisonnable.
    Harm. liv. V, harm. anim. (concupiscible)
  7. La plupart ne viennent frayer sur nos côtes que lorsque certaines espèces [de plantes] y sont en fleur.
    Études, 1 (frayer [3])
  8. Il s'ensuit de ce que vous venez de dire, que les hommes sont condamnés à l'erreur.
    Chaum. ind. (ensuivre (s'))
  9. Je préfère à ces vaines bouffissures le simple squelette de la pensée.
    Mort de Socrate. (bouffissure)
  10. Descartes ne parle pas de l'effroi qui provient d'un éblouissement de notre esprit au sujet d'un objet épouvantable.
    Harm. v. (éblouissement)
  11. Il n'y a pas une seule plante de perdue, de celles qui étaient connues de Circé, la plus ancienne des botanistes.
    Étude IV (botaniste)
  12. Je te ferai avec les feuilles [d'un palmiste] un ajoupa pour te mettre à l'abri.
    Paul et Virg. p. 72 (ajoupa)
  13. Elle prit Paul et Virginie dans ses bras et leur dit d'un air content…
    P. et Virg. (content, ente)
  14. On ne paraît pointaux Indes les mains vides devant les personnes constituées en dignité.
    Chaum. indienne. (vide)
  15. Au pied des roches, des giraumonts, des courges et des concombres qui se plaisent à y grimper.
    Paul et Virginie, p. 13 (giraumont ou giraumon)
  16. Elles n'évitaient pas avec moins de soin l'accointance des petits habitants.
    Paul et Virg. (accointance)
  17. C'est dans le ciel comme dans le genre humain que s'harmonient à la fois toutes les couleurs primitives.
    Harm. III., Harm. aquatiques (harmoniser)
  18. Le bourgeon cotonneux du pommier se gonfle et se crève.
    Harmon. liv. I, Tabl. général. (cotonneux, euse)
  19. Lorsque l'aurore venait joindre à leurs douces et éternelles clartés [des étoiles] ses teintes de rose, je me croyais aux portes du ciel.
    Chaum. ind. (teinte)
  20. Les gens illettrés haïssent moins violemment, mais les lettrés savent mieux aimer.
    Harm. Liv. 7, De l'amitié. (illettré, ée)