Louis BOURDALOUE, auteur cité dans le Littré

BOURDALOUE (1632-1704)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BOURDALOUE a été choisie.

1808 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Dominicales 343 citations
Exhorations 146 citations
Pensées 481 citations
Sermons pour le Carême 96 citations

Quelques citations de Louis BOURDALOUE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1808 citations dans le Littré.

  1. Amitiés sensibles qui font une impression plus vive sur le cœur, qui le touchent, qui l'affectionnent.
    Pensées, t. II, p. 255 (sensible)
  2. Soit que je fusse manichéen, soit que je fusse catholique, soit que je ne fusse rien du tout, ma raison me disait que je n'étais pas ce que je devais être.
    Jugem. dern. 1er avent, p. 76 (soit)
  3. Ce conciliabule où la mort de Jésus fut conclue.
    Carême, III, Communion pasc. 223 (conciliabule)
  4. Faites par devoir ce qu'il faudra bientôt faire par nécessité.
    14<sup>e</sup> dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 430 (par [1])
  5. Cet éclat et ces honneurs dont le monde est si jaloux et dont il cherche à repaître si agréablement son orgueil…
    Pensées, t. I, p. 227 (agréablement)
  6. Qu'est-ce que l'oraison dominicale ? c'est le précis de toutes les demandes que nous devons faire à Dieu.
    Pensées, t. II, p. 54 (dominical, ale)
  7. Des passions fomentées et entretenues dans le cœur.
    Pensées, t. I, p. 373 (fomenté, ée)
  8. S'enfermer dans le cloître et recevoir, pendant une année de probation, tant de leçons.
    Pensées, t. II, p. 410 (probation)
  9. De là les entêtements en faveur des uns, de là les déchaînements bizarres contre les autres.
    Homél. sur l'aveugle-né, Domin. t. IV, p. 478 (entêtement)
  10. À quelque rang et à quelque degré qu'un pécheur soit élevé, il a, dans la vue de ses égarements passés, un contre-poids qui le rabaisse et qui lui sert de préservatif contre toutes les attaques d'une vaine estime de lui-même.
    Pensées, t. I, p. 394 (contre-poids)
  11. Ils se voient traités comme des criminels, méprisés, déshonorés, resserrés dans une prison qui seule leur tient lieu de supplice.
    Exhort. char. envers les prisonn. t. I, p. 85 (resserré, ée)
  12. Hypocrisie, caractère de notre siècle, ou, pour mieux dire, caractère de tous ces siècles où le libertinage a régné.
    Serm. 24<sup>e</sup> dim. après la Pentecôte. Dominic. t. IV, p. 446 (siècle)
  13. Il n'en ira pas de même.
    Carême, I, Aum. 163 (aller [1])
  14. Au lieu de dire comme on dit communément : cet homme dément sa foi, je dirais presque : cet homme n'a plus absolument de foi.
    3<sup>e</sup> dim. après l'Épiph. Dominic. (démentir)
  15. Traîné par les rues de Jérusalem dans cet appareil ignominieux.
    Myst. Pass. de J. C. t. I, p. 297 (traîné, ée)
  16. La dureté de ces pères et de ces mères qui, tout occupés d'eux-mêmes et ne voulant se dessaisir de rien, laissent languir de jeunes personnes sans établissement.
    1er dim après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 35 (dessaisir (se))
  17. Admirable portrait des gens du siècle, exprimé en deux mots par ce saint docteur.
    4<sup>e</sup> dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 145 (mot)
  18. Comme le mérite de la foi est de nous faire espérer contre l'espérance même…
    Carême, sur la Providence. (foi)
  19. Jamais son père ne l'accueillit [l'enfant prodigue] avec plus de douceur ni plus d'affection ; jamais il ne parut plus sensible pour lui.
    Pensées, t. I, p. 285 (accueillir)
  20. Quand ses disciples, s'apercevant que l'école de leur maître commençait à déchoir, et que celle de Jésus-Christ s'établissait de jour en jour et s'accréditait.
    Pensées, t. II, p. 181 (accréditer)