Théophile Thoré-Burger, dit William BÜRGER, auteur cité dans le Littré

BÜRGER (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BÜRGER a été choisie.

Journaliste et critique de peinture

95 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le Salon de 1844 à 1847 1844-1847 83 citations

Quelques citations de Théophile Thoré-Burger, dit William BÜRGER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 95 citations dans le Littré.

  1. C'est [un paysage de Th. Rousseau] tricoté comme un morceau de tapisserie, à point égal.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 355 (tricoté, ée)
  2. Enfin, tel qu'il est, ce paysage [Remise de chevreuils, de Courbet] purement sylvanesque plaît à la fois aux fanatiques de bonne peinture, aux amoureux de la vraie campagne…
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 279 (sylvanesque)
  3. En peintres de fruits, nous avons M. Robin, avec ses Raisins, du musée de Belgique ; en marinistes, M. Clays, trois tableaux ; un architecturiste, M. Van Moer, dont les trois Vues de Venise sont remarquées…
    Salons de 1861 à 1868, t I, p. 217 (architecturiste)
  4. On ne voit plus que fleurettes, feuillettes et herbettes, dont on perçoit toutes les nuances et dont on compte toutes les fibres à une lieue de distance.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 282 (feuillette [3])
  5. Le garde lui dit quelque chose à l'oreille, d'un air qui n'est pas effrayant ; elle regarde sa serpe qu'elle balance distraitement entre ses doigts ; l'affaire peut s'arranger.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 155 (distraitement)
  6. Le moindre éventail chinois est plus artiste que les cartons de notre fabrique occidentale.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 448 (artiste)
  7. Les tapoteurs, papilloteurs et tapageurs de la peinture.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 252 (papilloteur)
  8. Que lui prend-il à Ribot de s'enfiler dans les sujets sacrés ?
    Salons de 1861 à 1868, t. II p. 191 (enfiler)
  9. Il est vrai que la courtisane n'a pas de quoi être fière en montrant son torse mesquin et ses jambes ampoulées.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 125 (ampoulé, ée)
  10. Il [Leys] travaille assidûment, on le sait, à une œuvre qui sera peut-être sa principale et dont les Anglais se sont assuré déjà un duplicatum en proportion réduite.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 134 (duplicata)
  11. Elle [Rosa Bonheur] a aussi cet amour sportesque qui l'initie aux mœurs, aux tournures, aux habitudes des animaux.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 364 (sportique)
  12. [La mode] blanchit la peau, noircit les cheveux, à moins qu'elle ne les blondisse ou ne les poudre d'or et d'argent, garrotte les épaules, serre la taille…
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 139 (blondir)
  13. L'Italie a gagné l'enjeu sur les madones, les nymphes et les héros ; nous devons miser à présent sur les simples mortels ; le pays du pape et du Capitole n'a pas chance de gagner.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 444 (miser)
  14. C'est là une des questions vitales de l'art à notre époque, que l'union nécessaire des trois arts [architecture, sculpture et peinture], toujours inséparés dans les phases fondamentales de l'histoire.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 84 (inséparé, ée)
  15. Maintenant, pas la moindre passion ; l'atonie universelle ; l'art est devenu anème ou anémique.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 476 (anème)
  16. Action de représenter, par la peinture ou la sculpture, des scènes antiques,
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 511 (archéographie)
  17. À ceux [graveurs] qui sont obligés d'interpréter une image dont l'auteur n'est plus là pour se fac-similer lui-même…
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 83 (fac-similer)
  18. La comédie de Hogarth — vraie comédie ! — se joue sur les planches d'un théâtre, par des acteurs grimés et emmascaradés.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 333 (emmascaradé, ée)
  19. Il va sans dire que nous prenons seulement les types exagérés du paysagisme allemand et anglais…
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 292 (paysagisme)
  20. Cette petite page de peinture, comme on dit en français banal, fait songer à certaines pages des romans de George Sand, la Petite Fadette ou Geneviève.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 482 (page [1])