Théophile Thoré-Burger, dit William BÜRGER, auteur cité dans le Littré

BÜRGER (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BÜRGER a été choisie.

Journaliste et critique de peinture

95 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le Salon de 1844 à 1847 1844-1847 83 citations

Quelques citations de Théophile Thoré-Burger, dit William BÜRGER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 95 citations dans le Littré.

  1. Ce que Courbet représente dans l'école contemporaine, c'est un franc naturalisme, absolument antipodique aux manières prétentieuses et fausses des peintres récemment adoptés par un monde frivole.
    ib. t. II, p. 279 (antipodique)
  2. La peinture préraphaélite.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 284 (préraphaélite)
  3. J'ai adopté M. Jongkind comme un artiste de franche race et qui contraste par son excentricité avec les patients tricoteurs d'images.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 514 (tricoteur, euse)
  4. Mrs Stanhope représente la Contemplation ; Miss Gwatkin, la Simplicité ; cette manière d'allégoriser les personnages motive les mouvements et les physionomies, et ajoute beaucoup de charmes à la peinture.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 250 (allégoriser)
  5. L'école classique ou, si l'on veut, résurrectioniste, qu'on prit pour une renaissance.
    ib. t. I, p. 286 (résurrectionniste)
  6. Une fois à son tribunal… tout judicateur prend à la fois du solennel et du burlesque.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 130 (judicateur)
  7. C'est [un paysage de Th. Rousseau] tricoté comme un morceau de tapisserie, à point égal.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 355 (tricoté, ée)
  8. Les tapoteurs, papilloteurs et tapageurs de la peinture.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 252 (papilloteur)
  9. Le portrait de P.-J. Proudhon, par G. Courbet, restera comme un témoignage compatriotique d'un maître peintre à un maître philosophe.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 270 (compatriotique)
  10. Le préraphaélisme a tourné au stéréoscope.
  11. Le jeune, un peu émouvé sans doute par les ardeurs de l'été, par le parfum des herbes et le voisinage des fillettes occupées aux champs.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 214 (émouver)
  12. Aart van der Neer, le grand peintre des effets de lune, si prestigieux dans ses éclats, parce qu'il les ménage, si transparent dans les parties pénombreuses.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 516 (pénombreux, euse)
  13. M. Robie, dont les Raisins, très colorés, valent assurément les fruits de feu Saint-Jean, de Lyon, un peu survanté.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 142 (survanté, ée)
  14. MM. Eugène Isabey, Paul Huet, Cabat, Corot, appartiennent à cette génération de restituteurs du paysage, et leurs tableaux viennent toujours en première ligne au Salon.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 222 (restituteur)
  15. Comme fantaisie de coloriste, cette princesse est affolante.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 201 (affolant, ante)
  16. La classe d'amateurs qui admirent la mauvaise peinture et s'endroguent de Mieris, de Denner…
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 216 (endroguer (s'))
  17. La comédie de Hogarth - vraie comédie ! - se joue sur les planches d'un théâtre, par des acteurs grimés et emmascaradés.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 333 (emmascaradé, ée)
  18. Cet art de Cornelius était vraiment singulier : sorte de graphie hiéroglyphique, inventée pour transposer les idées les plus abstraites au moyen de signes gravés sur les murailles.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 414 (graphie)
  19. Cette petite page de peinture, comme on dit en français banal, fait songer à certaines pages des romans de George Sand, la Petite Fadette ou Geneviève.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 482 (page [1])
  20. Cette grande blonde… renverse sa tête arrière pour éparser sa chevelure sur ses reins cambrés,…
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 534 (éparser)