Théophile Thoré-Burger, dit William BÜRGER, auteur cité dans le Littré

BÜRGER (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BÜRGER a été choisie.

Journaliste et critique de peinture

95 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le Salon de 1844 à 1847 1844-1847 83 citations

Quelques citations de Théophile Thoré-Burger, dit William BÜRGER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 95 citations dans le Littré.

  1. Les mythologiades et autres compositions raffinées de la petite pléiade pseudo-antique.
    ib. p. 289 (mythologiade)
  2. La peinture préraphaélite.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 284 (préraphaélite)
  3. Il [Leys] travaille assidûment, on le sait, à une œuvre qui sera peut-être sa principale et dont les Anglais se sont assuré déjà un duplicatum en proportion réduite.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 134 (duplicata)
  4. Cet art précieux qui fut baptisé préraphaélisme, sous prétexte que l'art devait chercher sa tradition avant l'époque de Raphaël, chez les maîtres du XVe siècle.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 410 (préraphaélisme ou préraphaélitisme)
  5. Il va sans dire que nous prenons seulement les types exagérés du paysagisme allemand et anglais…
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 292 (paysagisme)
  6. À M. E… on peut reprocher également un coloris rouge et faux et une dramaturgie qui tourne au burlesque.
    ib. p. 409 (dramaturgie)
  7. On ne voit plus que fleurettes, feuillettes et herbettes, dont on perçoit toutes les nuances et dont on compte toutes les fibres à une lieue de distance.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 282 (feuillette [3])
  8. La classe d'amateurs qui admirent la mauvaise peinture et s'endroguent de Mieris, de Denner…
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 216 (endroguer (s'))
  9. M. Hennings… pousse à l'extrême cette manie des finisseurs.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 516 (finisseur)
  10. J'imagine que Van Dyck s'y prenait autrement, qu'il posait ses cavaliers et ses ladies dans un fauteuil, qu'il manigançait leurs ajustements, redressait leurs collerettes.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 279 (manigancer)
  11. Le garde lui dit quelque chose à l'oreille, d'un air qui n'est pas effrayant ; elle regarde sa serpe qu'elle balance distraitement entre ses doigts ; l'affaire peut s'arranger.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 155 (distraitement)
  12. Action de représenter, par la peinture ou la sculpture, des scènes antiques,
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 511 (archéographie)
  13. Les portraits de deux demoiselles, dont l'une, en robe bleue, a le visage doucement pénombré.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 315 (pénombré, ée)
  14. Au premier plan, un lac encore émouvé par la tempête passagère.
    ib. p. 492 (émouver)
  15. En peintres de fruits, nous avons M. Robin, avec ses Raisins, du musée de Belgique ; en marinistes, M. Clays, trois tableaux ; un architecturiste, M. Van Moer, dont les trois Vues de Venise sont remarquées…
    Salons de 1861 à 1868, t I, p. 217 (architecturiste)
  16. Il est vrai que la courtisane n'a pas de quoi être fière en montrant son torse mesquin et ses jambes ampoulées.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 125 (ampoulé, ée)
  17. La femme dont la jambe est déjà presque submergée se mouvemente bien.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 38 (mouvementer)
  18. Par l'entrebâillure du rideau, l'on aperçoit Samson que les Philistins entraînent.
    Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 210 (entrebâillure)
  19. M. James Tissot, quoiqu'il n'ait d'anglais que le prénom, tente d'importer en France ce préraphaélitisme anglais, et l'accueil fait à ses quatre scènes de Faust n'est pas décourageant.
  20. Cet art de Cornelius était vraiment singulier : sorte de graphie hiéroglyphique, inventée pour transposer les idées les plus abstraites au moyen de signes gravés sur les murailles.
    Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 414 (graphie)