Mathurin Jacques BRISSON, auteur cité dans le Littré

BRISSON (1723-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRISSON a été choisie.

138 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité élémentaire de physique 1789-1803 121 citations

Quelques citations de Mathurin Jacques BRISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 138 citations dans le Littré.

  1. Les murs destinés à retenir les terrasses doivent être assez forts pour résister à la poussée latérale des terres ; laquelle poussée sera d'autant plus grande que les terres seront moins liées, et les terrasses plus élevées.
    Traité de phys. t. I, p. 241 (poussée)
  2. Lorsque la liqueur est visqueuse, comme la bière, les bulles d'air, ne pouvant crever leurs enveloppes, emportent, en s'élevant, la liqueur en forme de mousse.
    Traité de physique, t. II, p. 139, dans POUGENS (mousse [3])
  3. Si l'air qui reçoit la vapeur est déjà chargé d'eau, et que sa température ne soit que de sept à huit degrés ou au-dessous, alors la vapeur y devient apparente, et y forme un nuage très sensible d'un gris blanc ; aussi voit-on fumer en hiver l'eau qu'on tire d'un puits un peu profond, ce qui n'arrive pas en été.
    Traité de phys. t. II, p. 145 (vapeur)
  4. Douze mois composent une année, qui est le temps que la terre emploie à faire une révolution entière dans son orbite, pendant lequel temps le soleil nous paraît parcourir les douze signes du zodiaque.
    Traité de phys. t. III, p. 165, dans POUGENS (mois)
  5. On sait qu'on éprouve dans l'eau une plus grande résistance en y faisant mouvoir la main par le plat que par le tranchant.
    Traité de phys. t. I, p. 80 (tranchant [1])
  6. Quand on est dans un bateau qui se meut avec beaucoup d'uniformité et sans secousses, le rivage et tous les lieux d'alentour paraissent se mouvoir et fuir, pour ainsi dire, en sens contraire.
    Traité de phys. t. II, p. 436 (rivage)
  7. On a remarqué des taches sur le disque du soleil ; elles furent aperçues en 1611 par le P. Scheiner, jésuite, ou par Galilée, qui lui en disputa la découverte ; on observa ensuite que les taches avaient un mouvement qui, vu de la terre, se fait de l'orient vers l'occident.
    Traité de phys. t. III, p. 38 (tache)
  8. On modère par le recuit la propriété trop cassante de l'acier.
    ib. t. II, p. 262 (recuit [2])
  9. Le mouvement rectiligne est celui qui se fait en ligne droite ; il a toujours lieu dans les mouvements simples.
    Traité de phys. t. I, p. 72 (rectiligne)
  10. Le platine et l'or, qui sont de tous les corps les plus pesants, ont cependant des pores.
    Traité de phys. t. I, p. 16 (pore)
  11. Les arbres sont moins renversés par le vent pendant l'hiver que pendant l'été, parce que, pendant cette dernière saison, ils sont garnis de feuilles, qui font que le vent a plus de prise sur eux.
    Traité de phys. t. II, p. 181 (vent)
  12. Un bateau placé sur la rivière déplace une quantité d'eau qui pèse précisément autant que le bateau et toute sa charge.
    Traité de phys. t. I, p. 269 (peser)
  13. On appelle corps sonores proprement dits ceux dont les sons sont distincts, comparables entre eux et de quelque durée ; tels sont ceux d'une cloche, d'une corde de violon.
    Traité de phys. t. II, p. 159 (sonore)
  14. On appelle système du monde l'assemblage et l'arrangement des corps célestes, et l'ordre selon lequel ces corps sont situés relativement les uns aux autres, et suivant lequel ils se meuvent.
    Traité de phys. t. III, p. 3 (système)
  15. Ce sont l'inclinaison de la terre au plan de l'écliptique et son parallélisme constant qui occasionnent les changements des saisons.
    Traité de phys. t. III, p. 137 (saison)
  16. Les liqueurs exercent leur pression tant perpendiculaire que latérale, non en raison de leur quantité, mais en raison de leur hauteur au-dessus du plan horizontal.
    Traité de phys. t. I, p. 243 (pression)
  17. Les ombres à midi sont plus courtes en été qu'en hiver.
    Traité de phys. t. II, p. 280, dans POUGENS (ombre [1])
  18. Si le canon était extérieurement cylindrique, comme l'est sa cavité, la ligne de mire serait parallèle à la direction que reçoit le boulet en sortant.
    Traité de phys. t. I, p. 148, dans POUGENS (mire)
  19. La vitesse absolue est celle d'un corps, considérée en elle-même… La vitesse relative est celle d'un corps, comparée avec celle d'un autre corps aussi en mouvement… On appelle vitesse respective celle avec laquelle deux corps s'éloignent l'un de l'autre d'un certain espace dans un temps déterminé.
    Tr. de ph. t. I, p. 65 (vitesse)
  20. Les marées vont en croissant des quadratures aux syzygies, et en décroissant des syzygies aux quadratures.
    Traité de phys. t. III, p. 190 (syzygie)