Mathurin Jacques BRISSON, auteur cité dans le Littré

BRISSON (1723-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRISSON a été choisie.

138 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité élémentaire de physique 1789-1803 121 citations

Quelques citations de Mathurin Jacques BRISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 138 citations dans le Littré.

  1. Plus les milieux sont denses, plus ils résistent aux corps qui tendent à séparer leurs parties en les pénétrant.
    Traité de phys. t. II, p. 322, dans POUGENS (milieu)
  2. Un télescope astronomique peut aisément être changé en télescope terrestre [où les objets ne sont pas renversés], en y ajoutant deux verres oculaires.
    ib. p. 477 (télescope)
  3. On forme de l'orangé avec du rouge et du jaune, du vert avec du jaune et du bleu, de l'indigo avec du bleu et du violet.
    Traité de phys. t. II, p. 356 (orangé, ée)
  4. Ceux qui sont sur le rivage de la mer s'imaginent qu'elle s'élève à proportion qu'ils fixent leur vue à des parties de la mer plus éloignées.
    ib. p. 435 (rivage)
  5. Toutes les fois qu'un corps tombe librement, il tombe perpendiculairement à l'horizon.
    Traité de phys. t. I, p. 43 (perpendiculairement)
  6. Le cuivre et le fer rougissent longtemps avant de fondre.
    Traité de phys. t. II, p. 248 (rougir)
  7. On appelle oscillation ou vibration du pendule le mouvement d'un corps lourd, attaché par un fil ou par une verge à un point fixé autour duquel il décrit un arc.
    Traité de phys. t. I, p. 212, dans POUGENS (oscillation)
  8. Les rayons qui ont le plus de réfrangibilité sont aussi ceux qui se réfléchissent le plus facilement.
    Traité de phys. t. II, p. 361 (réfrangibilité)
  9. Il [le télescope de Galilée] est composé de deux verres, dont l'un, qui est convexe, est placé du côté de l'objet et porte le nom d'objectif, et l'autre, qui est concave, est placé du côté de l'œil et s'appelle oculaire.
    ib. t. II, p. 459 (objectif, ive)
  10. Les phénomènes de la vision et la manière dont elle s'exécute sont un des points les plus importants de la physique.
    Traité de phys. t. II, p. 415 (vision)
  11. De plusieurs de ces cordons réunis et tortillés ensemble, on compose les plus grosses cordes.
    Traité de phys. t. I, p. 415 (tortillé, ée)
  12. Une règle plate qu'on fait mouvoir dans l'air y éprouve une moindre résistance par son tranchant que par son plat.
    Traité de phys. t. I, p. 80 (plat, ate [1])
  13. Les horlogers mettent sous le marteau destiné à frapper le timbre de l'horloge un petit ressort, qui le relève sitôt qu'il l'a frappé, et l'empêche de continuer de le toucher.
    Traité de phys. t. II, p. 161 (ressort [1])
  14. Les corps poreux et que l'on doit regarder comme des assemblages de tuyaux capillaires admettent dans leurs pores et élèvent au-dessus de leur niveau des liqueurs pl s denses qu'eux-mêmes.
    Traité de phys t. I, p. 283 (poreux, euse)
  15. L'arrivée du soleil à l'équinoxe précède la fin de sa révolution, relativement à un point fixe dans le ciel ; c'est pourquoi ce mouvement a été nommé précession des équinoxes.
    Traité de phys. t. III, p. 141 (précession)
  16. Les machines, c'est-à-dire les assemblages d'une construction plus ou moins simple qui transmettent l'action d'une puissance sur une résistance.
    Traité phys. (1789), t. I, p. 347, dans POUGENS (machine)
  17. Ce mobile, en s'éloignant du centre de son mouvement, décrira des spires plus ou moins régulières, suivant le progrès de la diminution de cette force centripète.
    Traité de phys. t. I, p. 164 (spire)
  18. Ces pointes, paraissant avoir la propriété de soutirer, en quelque façon, l'électricité d'un conducteur, ont fait imaginer à M. Franklin de soutirer, par le même moyen, l'électricité d'un nuage orageux ; voilà l'origine des paratonnerres.
    Traité de phys. t. III, p. 355, dans POUGENS (paratonnerre)
  19. Le gaz acide muriatique est absorbé par les corps spongieux, tels que du charbon, une éponge, etc.
    Traité de phys. t. II, p. 60 (spongieux, euse)
  20. On appelle miroir un corps dont la surface est assez bien polie pour réfléchir avec régularité la plus grande partie des rayons de lumière qu'elle reçoit.
    Traité de phys. t. II, p. 296, dans POUGENS (miroir)