Mathurin Jacques BRISSON, auteur cité dans le Littré

BRISSON (1723-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRISSON a été choisie.

138 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité élémentaire de physique 1789-1803 121 citations

Quelques citations de Mathurin Jacques BRISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 138 citations dans le Littré.

  1. L'expérience a appris qu'un orifice circulaire d'un pouce de diamètre percé dans une mince paroi, sous quatre pieds de charge, fournit dans une minute de temps 5436 pouces cubes d'eau.
    Traité de phys. t. I, p. 292, dans POUGENS (orifice)
  2. Plus le foyer de l'objectif est long, plus celui de l'oculaire peut être proportionnellement court, et par conséquent être contenu un grand nombre de fois dans celui de l'objectif.
    Traité de physique, t. II, p. 474, dans POUGENS (objectif, ive)
  3. Les corps poreux et que l'on doit regarder comme des assemblages de tuyaux capillaires admettent dans leurs pores et élèvent au-dessus de leur niveau des liqueurs pl s denses qu'eux-mêmes.
    Traité de phys t. I, p. 283 (poreux, euse)
  4. Est-il plus avantageux de tordre beaucoup les cordes, ou de les ordre pou ? le tortillement augmente-t-il leur force, ou la diminue-t-il ?
    Traité de phys. t. I, p. 415 (tortillement)
  5. Le gaz acide muriatique est absorbé par les corps spongieux, tels que du charbon, une éponge, etc.
    Traité de phys. t. II, p. 60 (spongieux, euse)
  6. Instrument par le moyen duquel nous pouvons voir les objets cachés à nos regards directs.
    Traité de phys. t. II, p. 448 (polémoscope)
  7. Ce sont l'inclinaison de la terre au plan de l'écliptique et son parallélisme constant qui occasionnent les changements des saisons.
    Traité de phys. t. III, p. 137 (saison)
  8. Lorsque la liqueur est visqueuse, comme la bière, les bulles d'air, ne pouvant crever leurs enveloppes, emportent, en s'élevant, la liqueur en forme de mousse.
    Traité de physique, t. II, p. 139, dans POUGENS (mousse [3])
  9. La trempe saisit l'acier dans un moment où ses principes, quoique les mêmes, sont moins mêlés.
    Traité de phys. t. I, p. 36 (trempe)
  10. Le platine et l'or, qui sont de tous les corps les plus pesants, ont cependant des pores.
    Traité de phys. t. I, p. 16 (pore)
  11. Il y a des corps capables de transmettre une couleur, et d'en réfléchir une autre ; tel est l'or, qui paraît jaune par réflexion, et bleu verdâtre par transparence.
    Traité de phys. t. II, p. 409, dans POUGENS (or [2])
  12. Le ressort d'une même masse d'air augmente de quantités différentes, suivant les différents degrés de chaleur auxquels elle se trouve exposée.
    ib. t. II, p. 120 (ressort [1])
  13. A un volume d'eau de cinq pouces cubes ajoutez un pareil volume de cendre, le volume du mélange ne sera que de six pouces cubes.
    ib. t. I, p. 14 (volume)
  14. Le premier changement qui arrive à un corps exposé à l'action de la matière de la chaleur est la raréfaction de sa masse.
    Traité de phys. t. II, p. 241 (raréfaction)
  15. Les murs destinés à retenir les terrasses doivent être assez forts pour résister à la poussée latérale des terres ; laquelle poussée sera d'autant plus grande que les terres seront moins liées, et les terrasses plus élevées.
    Traité de phys. t. I, p. 241 (poussée)
  16. Souvent l'air pur qu'on obtient des différentes substances, est mêlé d'un peu de mofette ; il n'y a que celui qu'on retire de l'oxyde de mercure rougi par le feu, de l'oxyde natif de manganèse et de plantes vertes qui en soit exempt.
    Traité de physique, t. II, p. 26, dans POUGENS (mofette)
  17. On perd toujours en vitesse ce que l'on gagne en force, et réciproquement.
    Traité de phys. t. I, p. 395 (vitesse)
  18. Lorsqu'on le mêle [le gaz nitreux] à l'air de l'atmosphère, il devient rutilant, et a l'odeur de l'esprit de nitre.
    Traité de phys. t. II, p. 39 (rutilant, ante)
  19. Le mouvement rectiligne est celui qui se fait en ligne droite ; il a toujours lieu dans les mouvements simples.
    Traité de phys. t. I, p. 72 (rectiligne)
  20. On appelle miroir un corps dont la surface est assez bien polie pour réfléchir avec régularité la plus grande partie des rayons de lumière qu'elle reçoit.
    Traité de phys. t. II, p. 296, dans POUGENS (miroir)