Mathurin Jacques BRISSON, auteur cité dans le Littré

BRISSON (1723-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRISSON a été choisie.

138 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité élémentaire de physique 1789-1803 121 citations

Quelques citations de Mathurin Jacques BRISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 138 citations dans le Littré.

  1. La mobilité est la faculté qu'ont tous les corps de pouvoir être mis en mouvement.
    Traité de phys. t. I, p. 41, dans POUGENS (mobilité)
  2. Il paraît que c'est à Middelbourg en Zélande que les télescopes ont pris naissance, vers l'an 1590, environ trois cents ans après la découverte des lunettes, et que leur invention est due à Zacharie Jansen, lunettier de Middelbourg.
    Traité de phys. t. II, p. 457 (télescope)
  3. L'arrangement des petits glaçons est constamment le même dans tous les flocons qui tombent dans la même ondée.
    Traité de phys. t. II, p. 155, dans POUGENS (ondée)
  4. Nous devons regarder la nuée qui porte le tonnerre comme un grand corps électrisé.
    Traité de phys. t. III, p. 490, dans POUGENS (nuée)
  5. Il est démontré que la force nécessaire pour soutenir un poids par le moyen d'une moufle est au poids lui-même comme l'unité est au double du nombre des poulies mobiles, lorsque les directions des cordes sont bien parallèles entre elles.
    Traité de phys. t. I, p. 369, dans POUGENS (moufle [2])
  6. Lorsque la liqueur est visqueuse, comme la bière, les bulles d'air, ne pouvant crever leurs enveloppes, emportent, en s'élevant, la liqueur en forme de mousse.
    Traité de physique, t. II, p. 139, dans POUGENS (mousse [3])
  7. Les liqueurs exercent leur pression tant perpendiculaire que latérale, non en raison de leur quantité, mais en raison de leur hauteur au-dessus du plan horizontal.
    Traité de phys. t. I, p. 243 (pression)
  8. Si l'on mêle ensemble deux pintes d'eau, dont la température de l'une soit de 20 degrés et celle de l'autre de 50, la température du mélange sera de 35 degrés, savoir de 20 degrés de chaleur commune, plus 15 degrés moitié de 30, excès de 50 sur 20.
    Traité de phys. t. II, p. 259 (température)
  9. On appelle miroir un corps dont la surface est assez bien polie pour réfléchir avec régularité la plus grande partie des rayons de lumière qu'elle reçoit.
    Traité de phys. t. II, p. 296, dans POUGENS (miroir)
  10. La putréfaction est une vraie fermentation ; aussi tous les corps qui se pourrissent, en se combinant avec la base de l'air pur, s'échauffent…
    Traité de phys. t. II, p. 231 (putréfaction)
  11. La pupille, pouvant se dilater ou se rétrécir, nous sert à mesurer la quantité de lumière dont nous avons besoin suivant le plus ou moins de sensibilité de nos yeux et suivant les circonstances.
    Traité de phys. t. II, p. 430 (pupille [2])
  12. On modère par le recuit la propriété trop cassante de l'acier.
    ib. t. II, p. 262 (recuit [2])
  13. Pour que les corps soient sonores, il faut nécessairement qu'ils soient élastiques.
    Traité de phys. t. II, p. 159 (sonore)
  14. La chaleur de l'eau bouillante, qui ne raréfie l'eau que d'un 26e, raréfie la vapeur au point de lui faire occuper un volume 13 ou 1400 fois plus grand que celui de l'eau qui l'a formée.
    Traité de phys. t. II, p. 197 (raréfier)
  15. La forme la plus avantageuse pour avoir la plus grande quantité d'eau dans un temps donné par un orifice déterminé, est celle que prend la veine fluide, à la sortie d'un orifice percé dans une mince paroi.
    Traité de physique, t. I, p. 303 (paroi)
  16. Que les forces réfringentes des corps sont à peu près en proportion de leur densité.
    Traité de phys. t. III, p. 374 (réfringent, ente)
  17. Le télescope astronomique fait voir les objets renversés ; ce qui est tout à fait indifférent, quand on observe des corps ronds tels que sont les corps célestes.
    ib. p. 475 (télescope)
  18. Plus le foyer de l'objectif est long, plus celui de l'oculaire peut être proportionnellement court, et par conséquent être contenu un grand nombre de fois dans celui de l'objectif.
    Traité de physique, t. II, p. 474, dans POUGENS (objectif, ive)
  19. Ces rayons [de lumière], avant de parvenir à la rétine, souffrent trois réfractions, la première en passant de l'air dans l'humeur aqueuse, la seconde en passant de l'humeur aqueuse dans le cristallin, et la troisième en passant du cristallin dans l'humeur vitrée.
    Traité de phys. t. II, p. 424 (rétine)
  20. Les phénomènes de la vision et la manière dont elle s'exécute sont un des points les plus importants de la physique.
    Traité de phys. t. II, p. 415 (vision)