Mathurin Jacques BRISSON, auteur cité dans le Littré

BRISSON (1723-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRISSON a été choisie.

138 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité élémentaire de physique 1789-1803 121 citations

Quelques citations de Mathurin Jacques BRISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 138 citations dans le Littré.

  1. Si l'on mêle ensemble deux pintes d'eau, dont la température de l'une soit de 20 degrés et celle de l'autre de 50, la température du mélange sera de 35 degrés, savoir de 20 degrés de chaleur commune, plus 15 degrés moitié de 30, excès de 50 sur 20.
    Traité de phys. t. II, p. 259 (température)
  2. Il se rencontre des aimants qui exigent un portant deux fois aussi haut que celui qu'exigent d'autres aimants, sans qu'on en puisse découvrir la raison.
    Traité de physique, t. III, p. 218 (portant [2])
  3. Si l'obstacle n'est qu'obliquement opposé à la pesanteur, tel que serait par exemple un plan incliné.
    Traité de physique, t. I, p. 199, dans POUGENS (obliquement)
  4. Les verres concaves, c'est-à-dire qui sont terminés de part et d'autre par une surface sphérique concave, ont la propriété de disperser les rayons de la lumière qui les traversent.
    Traité de phys. t. II, p. 348 (verre)
  5. L'expérience a appris qu'un orifice circulaire d'un pouce de diamètre percé dans une mince paroi, sous quatre pieds de charge, fournit dans une minute de temps 5436 pouces cubes d'eau.
    Traité de phys. t. I, p. 292, dans POUGENS (orifice)
  6. On peut considérer la poulie et le treuil comme des assemblages de leviers.
    ib. t. I, p. 348 (treuil)
  7. Ce mobile, en s'éloignant du centre de son mouvement, décrira des spires plus ou moins régulières, suivant le progrès de la diminution de cette force centripète.
    Traité de phys. t. I, p. 164 (spire)
  8. Les liqueurs exercent leur pression tant perpendiculaire que latérale, non en raison de leur quantité, mais en raison de leur hauteur au-dessus du plan horizontal.
    Traité de phys. t. I, p. 243 (pression)
  9. Le ressort d'une même masse d'air augmente de quantités différentes, suivant les différents degrés de chaleur auxquels elle se trouve exposée.
    ib. t. II, p. 120 (ressort [1])
  10. Les corps noirs sont les plus propres à intercepter la lumière ; c'est pourquoi les astronomes font usage de verres enfumés, ou de verres noirs pour observer le soleil.
    Traité de phys. t. II, p. 412, dans POUGENS (noir, oire)
  11. Il est mathématiquement démontré qu'une capacité sphérique est plus grande que toute autre capacité qui aurait une surface égale à la sienne.
    Traité de phys. t. I, p. 26 (sphérique)
  12. Douze mois composent une année, qui est le temps que la terre emploie à faire une révolution entière dans son orbite, pendant lequel temps le soleil nous paraît parcourir les douze signes du zodiaque.
    Traité de phys. t. III, p. 165, dans POUGENS (mois)
  13. Le mouvement réfléchi est celui d'un corps qui rencontre un obstacle impénétrable pour lui.
    Traité de phys. t. I, p. 72 (réfléchi, ie)
  14. Le recuit, qui consiste à chauffer modérément l'acier, et à le laisser ensuite refroidir lentement à l'air.
    Traité de phys. t. I, p. 35 (recuit [2])
  15. Le télescope de Galilée augmente le diamètre apparent de l'objet autant de fois que le foyer réel de l'objectif contient de fois le foyer virtuel de l'oculaire.
    Traité de phys. t. II, p. 463 (virtuel, elle)
  16. Tous les corps jetés ou lancés hors de la perpendiculaire à l'horizon se meuvent d'un mouvement composé de deux forces : savoir la force de la pesanteur, et la force qui les lance, qu'on nomme ordinairement force projectile.
    Traité de phys. t. I, p. 225 (projectile)
  17. Elle [la rétine] est formée par l'épanouissement du nerf optique ; et plusieurs anatomistes la regardent comme l'organe immédiat de la vision.
    ib. p. 420 (vision)
  18. On appelle miroir un corps dont la surface est assez bien polie pour réfléchir avec régularité la plus grande partie des rayons de lumière qu'elle reçoit.
    Traité de phys. t. II, p. 296, dans POUGENS (miroir)
  19. Plus le foyer de l'objectif est long, plus celui de l'oculaire peut être proportionnellement court, et par conséquent être contenu un grand nombre de fois dans celui de l'objectif.
    Traité de physique, t. II, p. 474, dans POUGENS (objectif, ive)
  20. La vitesse et la direction d'un corps qui se meut d'un mouvement composé se mesurent par la diagonale d'un parallélogramme dont deux des côtés représentent les puissances.
    Traité de phys. t. I, p. 141 (puissance)