Mathurin Jacques BRISSON, auteur cité dans le Littré

BRISSON (1723-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRISSON a été choisie.

138 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité élémentaire de physique 1789-1803 121 citations

Quelques citations de Mathurin Jacques BRISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 138 citations dans le Littré.

  1. Lorsque la résistance des frottements est trop grande, on la diminue beaucoup en enduisant les surfaces frottantes de quelque matière grasse, comme lorsqu'on met du vieux oing entre l'essieu et le moyeu d'une roue.
    Traité de phys. t. I, p. 96, dans POUGENS (oing)
  2. L'effet de la réfraction pour le climat de Paris nous fait paraître le soleil, lorsqu'il est à l'horizon, plus haut de 32 ou 33 minutes de degré qu'il ne l'est réellement.
    Traité de phys. t. III, p. 157 (réfraction)
  3. Instrument par le moyen duquel nous pouvons voir les objets cachés à nos regards directs.
    Traité de phys. t. II, p. 448 (polémoscope)
  4. La bouteille étant chargée de cette sorte, suspendez-la à l'autre conducteur ; faites tourner les deux roues, et le même nombre de tours qui avait chargé la bouteille, la déchargera, et le même nombre encore la rechargera.
    Traité de phys. t. III, p. 490 (recharger)
  5. Pour que les corps soient sonores, il faut nécessairement qu'ils soient élastiques.
    Traité de phys. t. II, p. 159 (sonore)
  6. Il est certain qu'un solide qu'on plonge dans une liqueur, et qui est en même temps impénétrable à cette liqueur, occupe la place d'un volume de cette liqueur parfaitement égal au sien.
    Traité de phys. t. I, p. 263 (solide)
  7. Les marées vont en croissant des quadratures aux syzygies, et en décroissant des syzygies aux quadratures.
    Traité de phys. t. III, p. 190 (syzygie)
  8. De plusieurs de ces cordons réunis et tortillés ensemble, on compose les plus grosses cordes.
    Traité de phys. t. I, p. 415 (tortillé, ée)
  9. On modère par le recuit la propriété trop cassante de l'acier.
    ib. t. II, p. 262 (recuit [2])
  10. On appelle oscillation ou vibration du pendule le mouvement d'un corps lourd, attaché par un fil ou par une verge à un point fixé autour duquel il décrit un arc.
    Traité de phys. t. I, p. 212, dans POUGENS (oscillation)
  11. Les animaux qui n'ont qu'un ventricule au cœur, comme les reptiles et les poissons, soutiennent sans péril un vide de plusieurs heures.
    Traité de phys. t. II, p. 123 (vide)
  12. Un télescope astronomique peut aisément être changé en télescope terrestre [où les objets ne sont pas renversés], en y ajoutant deux verres oculaires.
    ib. p. 477 (télescope)
  13. Le treuil ou tour, l'une des six machines réputées simples, est un arbre ou cylindre qui tourne sur son axe soutenu sur deux points fixes.
    Traité de phys. t. I, p. 381 (treuil)
  14. Le platine et l'or, qui sont de tous les corps les plus pesants, ont cependant des pores.
    Traité de phys. t. I, p. 16 (pore)
  15. Le mouvement de réflexion est une preuve certaine de la compressibilité des corps ; car ces corps ne peuvent pas se réfléchir, si aucun d'eux n'est élastique.
    Traité de phys. t. I, p. 26 (réfléchir)
  16. Les verres concaves, c'est-à-dire qui sont terminés de part et d'autre par une surface sphérique concave, ont la propriété de disperser les rayons de la lumière qui les traversent.
    Traité de phys. t. II, p. 348 (verre)
  17. Le gaz acide muriatique est absorbé par les corps spongieux, tels que du charbon, une éponge, etc.
    Traité de phys. t. II, p. 60 (spongieux, euse)
  18. On peut considérer la poulie et le treuil comme des assemblages de leviers.
    ib. t. I, p. 348 (treuil)
  19. Le mouvement réfracté est celui d'un corps qui passe obliquement d'un milieu dans un autre.
    Traité de phys. t. I, p. 73 (réfracté, ée)
  20. La vis d'Archimède est fort propre à élever une grande quantité d'eau avec une très petite force ; c'est pourquoi elle peut être très utile pour vider des lacs et des étangs.
    Traité de phys. t. I, p. 406 (vis [1])