Alexandre BRONGNIART, auteur cité dans le Littré

BRONGNIART (1770-1847)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRONGNIART a été choisie.

103 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de minéralogie 1807 88 citations

Quelques citations de Alexandre BRONGNIART

Voici un tirage aléatoire parmi ses 103 citations dans le Littré.

  1. Le tuf est la plus impure, la plus irrégulière et la plus poreuse des concrétions calcaires.
    Traité de minér. t. I, p. 211 (tuf)
  2. Certaines pierres ont la propriété d'être sonores, presque à la manière des métaux ; cette propriété a surtout été remarquée par les Chinois, qui ont fait avec ces pierres des instruments de musique.
    Traité de min. t. I, p. 265, dans POUGENS (pierre)
  3. Près de Vitry, sur les bords de la Seine, il y a une couche épaisse de troncs d'arbres assez bien conservés.
    Traité de min. t. II, p. 33 (tronc)
  4. La tourbe papyracée, composée de feuillets bruns fortement appliqués les uns contre les autres.
    Traité de minér. t. II, p. 37, dans POUGENS (papyracé, ée)
  5. Le tripoli de Venise est le plus estimé ; il vient de l'île de Corfou, il est schisteux et d'un rouge jaunâtre.
    Traité de min. t. I, p. 330 (tripoli)
  6. Les plus gros morceaux de succin ne passent guère en poids six kilogrammes.
    Traité de min. t. II, p. 51, dans POUGENS (succin)
  7. La principale mine de mercure connue dans l'Amérique méridionale… est, dit-on, une couche ou un filon de grés imbibé de cinabre ; il a cinquante mètres de puissance et traverse une montagne de grès.
    Traité de min. t. II, p. 247, dans POUGENS (puissance)
  8. La retraite prismatique est une propriété qui paraît commune aux pierres formées sous l'eau et à celles qui ont été formées par le feu.
    Traité de min. t. I, p. 469 (retraite [1])
  9. On ne trouve l'or minéralisé par aucune substance ; en sorte que ce genre n'est composé que d'une seule espèce.
    ib. t. II, p. 265 (or [2])
  10. On s'oppose en partie à la retraite des pièces d'argile et, par conséquent, à la plupart des inconvénients qui en résultent, en mêlant à l'argile des terres qui ne soient pas susceptibles de cette diminution de volume.
    Traité de min. t. I, p. 532 (retraite [1])
  11. L'arsenic sulfuré jaune du commerce vient du Levant ; il est employé dans la peinture sous le nom d'orpin ; Wallerius dit qu'on s'en sert pour teindre en jaune les bois blancs, et leur donner l'aspect du buis.
    Traité de minér. t. II, p. 90, dans POUGENS. (orpin)
  12. Le smalt est du verre coloré en bleu par de l'oxyde de cobalt et pulvérisé,
    Traité de min. t. II, p. 371 (smalt)
  13. On imprime sur cet ocre le sceau du Grand Seigneur ou celui du gouverneur de l'île ; de là vient le nom de terre sigillée qu'on a donné à ce bol.
    Traité de min. t. I, p. 546, dans POUGENS (sigillé, ée)
  14. Les schistes forment une grande partie de la croûte du globe ; les montagnes schisteuses bordent en général les montagnes de granit, de gneiss et de micaschiste ; elles ont une forme arrondie, qui les fait aisément reconnaître.
    ib. t. I, p. 561 (schiste)
  15. Il se forme, dans le bain de fonte, des grumeaux de fer métallique que l'ouvrier cherche à rapprocher en une seule masse ; cette masse poreuse porte le nom de loupe, renard ou masse.
    Traité de min. t. II, p. 384, dans POUGENS (renard [1])
  16. On peut séparer en deux classes les objets fabriqués avec des pâtes argileuses : la première renferme ceux qui sont faits avec des terres non lavées ; et la seconde ceux qui sont faits avec des terres lavées, et qui portent le nom général de poterie.
    Traité de min. t. I, p. 533, dans POUGENS (poterie)
  17. Au troisième degré de recuit, qui est celui des ressorts de montre, l'acier devient bleu.
    Traité de min. t. II, p. 392 (ressort [1])
  18. M. de la Billardière raconte que les habitants de la Nouvelle-Calédonie mangent une assez grande quantité d'une stéatite tendre, friable et verdâtre.
    ib. p. 498 (stéatite)
  19. En supposant l'acier très dur, le premier degré de recuit, celui qui est propre aux rasoirs, canifs, burins, lui donne la couleur paille.
    Traité de min. t. II, p. 391, dans POUGENS. (rasoir)
  20. Les filets de minerai qui parcourent cette gangue et les filons très minces portent souvent le nom de veine.
    Traité de min. t. I, p. 283 (veine)