Alexandre BRONGNIART, auteur cité dans le Littré

BRONGNIART (1770-1847)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRONGNIART a été choisie.

103 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de minéralogie 1807 88 citations

Quelques citations de Alexandre BRONGNIART

Voici un tirage aléatoire parmi ses 103 citations dans le Littré.

  1. Les serpentines ne sont pas aussi rares en France qu'on l'a cru ; il y en a de très belles, marquées de veines noires et vertes entrelacées, dans le département du Var.
    Traité de min. t. I, p. 488, dans POUGENS (serpentine [3])
  2. La mer est la mine de sel la plus abondante, puisque la trentième partie de cette énorme masse de liquide est de sel marin.
    Traité de min. t. I, p. 121 (sel)
  3. Les montagnes les plus élevées, qui nous semblent des masses énormes, sont des inégalités à peine sensibles sur cet épiderme [du globe terrestre].
    Traité de minér. t. I, p. 68, dans POUGENS (montagne)
  4. Le réalgar est composé de 0,25 de soufre, de 0,75 d'arsenic à l'état métallique.
    Traité de min. t. II, p. 88, dans POUGENS. (réalgar)
  5. Les soufflets sont des machines soufflantes les plus communes et les plus connues, mais ce ne sont pas les meilleures.
    Traité de min. t. II, 322, dans POUGENS (soufflant, ante)
  6. On scie, on taille, on polit le quartz comme toutes les autres pierres dures ; il y a eu pendant longtemps à Briançon un établissement dans lequel on sciait et on polissait cette pierre.
    Traité des min. t. I, p. 289, dans POUGENS (quartz)
  7. Le dernier degré de recuit est celui dans lequel l'acier a été chauffé au point de paraître d'un rouge sombre dans l'obscurité ; c'est le recuit que l'on donne aux ressorts de voitures.
    Traité de min. t. II, p. 392 (ressort [1])
  8. L'objet de la physique paraît être d'apprécier l'action réciproque et sans décomposition des masses les unes sur les autres, et de classer les propriétés des corps plutôt que les corps eux-mêmes.
    Traité de min. t. I, p. 1 (physique)
  9. Les pierres tendres se scient à sec avec la scie à dents ; les pierres dures se scient avec une scie sans dents, au moyen de l'eau et du grès pilé.
    Traité de min. t. I, p. 207, dans POUGENS (scier)
  10. La métallurgie proprement dite est l'art de retirer les métaux de leur minerai.
    Traité de min. mét. t. II, p. 315, dans POUGENS. (métallurgie)
  11. L'oolithe est toujours en globules ou sphéroïdes, dont la grosseur varie depuis celle d'un pois jusqu'à celle d'une graine de pavot.
    Traité de minér. t. I, p. 203, dans POUGENS. (oolithe)
  12. Cet octaèdre, retiré si aisément du cube de chaux fluatée, et qui est divisible parallèlement à ses propres faces, se nomme le noyau ou la forme primitive de la chaux fluatée.
    Traité de min. t. I, p. 13, dans POUGENS. (noyau)
  13. La Thrace et la Macédoine fournissaient beaucoup d'or aux anciens.
    ib. t. II, p. 271 (or [2])
  14. Les couleurs dominantes du talc sont le blanc, le vert pomme et le jaunâtre.
    Traité de min. t. I, p. 503 (talc)
  15. Le tripoli de Venise est le plus estimé ; il vient de l'île de Corfou, il est schisteux et d'un rouge jaunâtre.
    Traité de min. t. I, p. 330 (tripoli)
  16. M. de la Billardière raconte que les habitants de la Nouvelle-Calédonie mangent une assez grande quantité d'une stéatite tendre, friable et verdâtre.
    ib. p. 498 (stéatite)
  17. La transparence est ordinairement le caractère de la combinaison parfaite ; cependant l'opacité n'est pas toujours une preuve du contraire.
    Traité de min. t. I, p. 31 (transparence)
  18. On n'a point de détails sur le gisement de cet ocre ; on dit qu'il en vient de Nocera en Ombrie, ce qui lui a fait donner le nom de terre d'ombre,
    Traité de minér. t. I, p. 546, dans POUGENS (ombre (terre d') [2])
  19. Lorsque les mineurs qui les cherchent, percent avec la sonde la couche d'argile qui les recouvre, ces sources jaillissent avec une grande force.
    Traité de min. t. I, p. 126, dans POUGENS (sonde)
  20. Ce fourneau se charge par en haut avec du schlich et du charbon mouillé, afin que le vent des soufflets n'enlève pas le minerai, qui est très léger.
    Traité de min. t. II, p. 363 (schlich)