Alexandre BRONGNIART, auteur cité dans le Littré

BRONGNIART (1770-1847)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRONGNIART a été choisie.

103 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de minéralogie 1807 88 citations

Quelques citations de Alexandre BRONGNIART

Voici un tirage aléatoire parmi ses 103 citations dans le Littré.

  1. Les Arabes se servent de stéatite au lieu de savon dans leurs bains ; ils s'en frottent la peau pour la rendre plus douce.
    Traité des min. t. I, p. 497, dans POUGENS (stéatite)
  2. On réunit le laiton de six ou huit creusets, et on s'apprête à le couler en planches.
    Traité de minér. t. II, p. 360, dans POUGENS. (planche)
  3. Le fer a la propriété de se souder avec lui-même sans intermède ; il suffit de lui donner une chaleur suffisante.
    Traité de min. t. II, p. 393, dans POUGENS (souder)
  4. On imprime sur cet ocre le sceau du Grand Seigneur ou celui du gouverneur de l'île ; de là vient le nom de terre sigillée qu'on a donné à ce bol.
    Traité de min. t. I, p. 546, dans POUGENS (sigillé, ée)
  5. L'or et tous les corps inorganisés qui ne sont point mélangés par agrégation, sont composés de parties semblables ou de molécules similaires.
    Traité de min. t. I, p. 5 (similaire)
  6. On emploie la ponce pour préparer beaucoup de corps au poli.
    Minér. t. I, p. 335, dans POUGENS (ponce [1])
  7. Le marbre portor, dont le fond est d'un beau noir avec des taches et des veines d'un jaune doré, est exploité au pied des Apennins, au sud-est de Gênes et près de Porto-Venere.
    Traité de min. t. I, p. 196, dans POUGENS (portor)
  8. Lorsqu'un minéral n'est point assez transparent pour qu'on puisse distinguer les objets placés derrière lui, on dit qu'il est translucide ; les pierres nommées ordinairement agates sont translucides.
    Traité de min. t. I, p. 32 (translucide)
  9. On emploie cette pierre [la chaux sulfatée] à Milan pour en faire des tables et des revêtements de cheminées.
    Traité de min. t. I, p. 186, dans POUGENS. (revêtement)
  10. La pierre nommée vulgairement œil-de-poisson, pierre de lune, et argentine par les lapidaires, et qui se rapporte à cette variété de feldspath, vient de l'Orient et plus particulièrement de l'Arabie et de la Perse.
    Traité de minér. t. I, p. 359 dans POUGENS. (œil)
  11. Les nitrières naturelles, quoique fort nombreuses, ne produisent pas assez de nitre pour les usages multipliés que l'on fait de ce sel.
    Traité de min. t. I, p. 116, dans POUGENS (nitrière)
  12. L'arsenic sulfuré jaune du commerce vient du Levant ; il est employé dans la peinture sous le nom d'orpin ; Wallerius dit qu'on s'en sert pour teindre en jaune les bois blancs, et leur donner l'aspect du buis.
    Traité de minér. t. II, p. 90, dans POUGENS. (orpin)
  13. L'obsidienne vitreuse, et notamment la variété noire, est employée au Pérou et au Mexique, pour faire diverses sortes d'ornements et de miroirs.
    Traité de minéral. t. I, p. 339, dans POUGENS. (obsidiane ou obsidienne)
  14. Les animaux et les végétaux, étant pourvus d'organes, ont reçu le nom commun de corps organisés, et sont réunis par cette propriété importante.
    Traité de min. t. I, p. 5, dans POUGENS. (organisé, ée [1])
  15. Les soufflets sont des machines soufflantes les plus communes et les plus connues, mais ce ne sont pas les meilleures.
    Traité de min. t. II, 322, dans POUGENS (soufflant, ante)
  16. La minéralogie étant une branche de l'histoire naturelle, les mêmes principes qui dirigent les naturalistes en général, doivent diriger aussi le minéralogiste.
    Traité de minér. t. I, p. 2 (minéralogiste)
  17. L'or s'applique sur le bois, sur le carton, sur le cuir, ou sur tout autre corps qui ne peut éprouver l'action du feu, au moyen d'un mordant qui est tantôt une huile grasse et siccative, tantôt une colle animale.
    Traité de min. t. II, p. 349, dans POUGENS. (or [2])
  18. Les tourbières sont ordinairement couvertes d'eau ; mais il arrive aussi qu'elles recouvrent de l'eau, et qu'elles nagent à sa surface.
    Traité de min. t. II, p. 38 (tourbière)
  19. Cach, fleuve voisin des Calmucks de Bukarie, et cholon, pierre dans la langue des Calmucks.
    Minéral. 1807, t. I, p. 303 (cacholong)
  20. Il [le mineur] fait, dans l'intérieur de la mine, un triage grossier des parties de roche qui ne renferment aucune substance métallique et qui sont abandonnées pour servir au remblai.
    Trait. de min. t. II, p. 307, dans POUGENS (remblai)