Alexandre BRONGNIART, auteur cité dans le Littré

BRONGNIART (1770-1847)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRONGNIART a été choisie.

103 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de minéralogie 1807 88 citations

Quelques citations de Alexandre BRONGNIART

Voici un tirage aléatoire parmi ses 103 citations dans le Littré.

  1. Les nitrières naturelles, quoique fort nombreuses, ne produisent pas assez de nitre pour les usages multipliés que l'on fait de ce sel.
    Traité de min. t. I, p. 116, dans POUGENS (nitrière)
  2. On a trouvé dans la tourbe beaucoup de monuments de l'industrie humaine, des armes, des outils de bûcheron et d'agriculture, des bois de construction, des chaussées.
    Traité de min. t. II, p. 40 (tourbe [1])
  3. Le réalgar est composé de 0,25 de soufre, de 0,75 d'arsenic à l'état métallique.
    Traité de min. t. II, p. 88, dans POUGENS. (réalgar)
  4. On nomme pierre d'Arménie des pierres ou quartzeuses ou calcaires, pénétrées et colorées par le cuivre azuré.
    Traité de min. t. II, p. 221, dans POUGENS (pierre)
  5. Les tourbières sont ordinairement couvertes d'eau ; mais il arrive aussi qu'elles recouvrent de l'eau, et qu'elles nagent à sa surface.
    Traité de min. t. II, p. 38 (tourbière)
  6. La pierre nommée zircon, et celle qui est appelée vulgairement spath d'Islande, jouissent éminemment de la double réfraction.
    Traité de min. t. I, p. 32, dans POUGENS (réfraction)
  7. On emploie ce mica [foliacé] au lieu de verre pour garnir les croisées en Sibérie et pour vitrer les fenêtres des vaisseaux, parce qu'il n'a pas l'inconvénient de se briser par les commotions que produit l'artillerie.
    Traité de minér. t. I, p. 510, dans POUGENS. (mica)
  8. L'or s'applique sur le bois, sur le carton, sur le cuir, ou sur tout autre corps qui ne peut éprouver l'action du feu, au moyen d'un mordant qui est tantôt une huile grasse et siccative, tantôt une colle animale.
    Traité de min. t. II, p. 349, dans POUGENS. (or [2])
  9. La transparence est ordinairement le caractère de la combinaison parfaite ; cependant l'opacité n'est pas toujours une preuve du contraire.
    Traité de min. t. I, p. 31 (transparence)
  10. L'oolithe est toujours en globules ou sphéroïdes, dont la grosseur varie depuis celle d'un pois jusqu'à celle d'une graine de pavot.
    Traité de minér. t. I, p. 203, dans POUGENS. (oolithe)
  11. Les schistes ont la texture feuilletée, à feuillets droits ou courbes ; leur aspect est mat, ou faiblement luisant ; ils sont tous assez tendres pour se laisser rayer par le cuivre.
    Traité de min. t. I, p. 553 (schiste)
  12. Nous nommerons minerais les espèces métalliques qui résultent de la combinaison d'un métal avec un minéralisateur.
    Traité de minér. t. II, p. 82, dans POUGENS. (minerai)
  13. Hernandez vit des couteliers mexicains faire plus de cent couteaux d'obsidienne en une heure.
  14. On peut séparer en deux classes les objets fabriqués avec des pâtes argileuses : la première renferme ceux qui sont faits avec des terres non lavées ; et la seconde ceux qui sont faits avec des terres lavées, et qui portent le nom général de poterie.
    Traité de min. t. I, p. 533, dans POUGENS (poterie)
  15. L'or que l'on trouve dans les sables des rivières ou dans les terres aurifères n'est soumis à aucun traitement métallurgique proprement dit ; des hommes nommés orpailleurs le séparent des sables au moyen du lavage.
    Traité de min. t. II, p. 344, dans POUGENS. (orpailleur)
  16. Quelques-unes [îles], comme celle de Bornéo, donnent l'alliage connu sous le nom de tombac.
    Traité de min. t. II, p. 240 (tombac)
  17. C'est sur la propriété qu'a la cornéenne lydienne de recevoir la trace de certains métaux, qu'est fondé l'usage que l'on fait de cette pierre pour juger, par aperçu, du titre de l'or ; on la nomme vulgairement pierre de touche ; elle porte aussi le nom de lydienne, parce que c'est celui que les anciens donnaient à la pierre de touche.
    Traité de min. t. I, p. 552 (touche)
  18. Cach, fleuve voisin des Calmucks de Bukarie, et cholon, pierre dans la langue des Calmucks.
    Minéral. 1807, t. I, p. 303 (cacholong)
  19. On descend dans les mines de Wieliezka par six puits, qui ont quatre à cinq mètres de diamètre.
    Traité de min. t. I, p. 130, dans POUGENS (puits)
  20. M. de la Billardière raconte que les habitants de la Nouvelle-Calédonie mangent une assez grande quantité d'une stéatite tendre, friable et verdâtre.
    ib. p. 498 (stéatite)