Georges Louis Leclerc, comte de BUFFON, auteur cité dans le Littré

BUFFON (1707 - 1788)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BUFFON a été choisie.

3495 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire des animaux 1749 73 citations
Histoire naturelle des minéraux 117 citations
Histoire naturelle générale et particulière 1749 389 citations
Minéralogie 471 citations
Oiseaux 765 citations
Quadrupèdes 607 citations
Théorie de la terre 1749 97 citations

Quelques citations de Georges Louis Leclerc, comte de BUFFON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3495 citations dans le Littré.

  1. Les arbres résineux, comme le sapin, sont rarement endommagés par les grandes gelées.
    Expos. sur les végét. 4<sup>e</sup> mém.. (résineux, euse)
  2. Dans quelques-unes de nos provinces, on donne le nom de hobereau aux petits seigneurs qui tyrannisent leurs paysans, et, plus particulièrement, au gentilhomme à lièvre qui va chasser chez ses voisins sans en être prié, et qui chasse moins pour son plaisir que pour le profit.
    Ois. t. II, p. 44 (hobereau)
  3. Une pièce de bois invinciblement retenue et inébranlablement contenue par les deux bouts dans des enchâtres d'une matière inflexible et parfaitement dure.
    Expér. sur les végétaux, 1er mém. (enchâtre)
  4. L'abondance des grives est telle alors sur la côte méridionale de la Baltique, que, selon le calcul de M. Klein, la seule ville de Dantzick en consomme chaque année quatre-vingt-dix mille paires.
    Ois. t. V, p. 380 (grive)
  5. On rougit dans la honte, la colère, l'orgueil, la joie ; on pâlit dans la crainte, l'effroi et la tristesse.
    Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 299 (pâlir)
  6. Le pingouin, le manchot, oiseaux demi-poissons.
    Ois. t. XVI, p. 255 (poisson [1])
  7. Il serait bon d'exercer les chevaux à galoper alternativement sur le pied gauche aussi bien que sur le droit.
    Quadr. t. I, p. 36, dans POUGENS (galoper)
  8. On obtiendra du bon nitre toutes les fois qu'on exposera au contact et à l'impression de l'air, des matières végétales et animales en putréfaction.
    Min. t. III, p. 428 (putréfaction)
  9. Que les grandes et premières formations des êtres animés ne se soient faites dans les terres élevées du Nord.
    5<sup>e</sup> Époq. nat. Œuvres, t. XII, p. 257 (formation)
  10. Le loup paraît être modelé sur la même forme que le chien ; cependant il n'offre tout au plus que le revers de l'empreinte.
    Morc. choisis, p. 233 (revers)
  11. Par toujours j'entends un très long temps, et non pas une éternité absolue, le toujours de l'avenir n'étant jamais qu'égal au toujours du passé.
    Homme, Arith. morale, Œuv. t. X, p. 71 (toujours)
  12. On sait que, volume pour volume, la terre pèse quatre fois plus que le soleil.
    Hist. nat. 2<sup>e</sup> disc. Œuv. t. I, p. 100 (peser)
  13. Après la destruction et la pourriture de ces matières végétales, la concrétion pierreuse se présentera sous cette même forme ; nous en avons la preuve démonstrative dans certains morceaux qui sont encore roseau en partie, et du reste ostéocolle.
    Min. t. I, p. 426 (ostéocolle)
  14. L'on sait que le plâtre, en se séchant, au lieu de faire retraite, prend de l'extension.
    Min. t. II, p. 67 (retraite [1])
  15. La pie-grièche combat contre les pies, les crécerelles.
    Pie-grièche. (crécerelle)
  16. Le coup électrique, qui se propage subitement et aussi loin que s'étendent les corps qui peuvent lui servir de conducteurs.
    Min. t. IX, p. 41 (propager)
  17. Alors toutes les plantes renaissent, les insectes engourdis se réveillent ou sortent de leur nymphe, la terre semble fourmiller de vie.
    Ois. t. I, p. 62, dans POUGENS (fourmiller)
  18. Le triste hiver, saison de mort, est le temps du sommeil, ou plutôt de la torpeur de la nature.
    la Fauvette. (sommeil)
  19. Il est une race de rossignols beaucoup plus gros que les autres, laquelle se tient et niche dans les charmilles.
    Ois. t. IX, p. 163 (tenir)
  20. Un mastic avec lequel j'ai fait enduire, il y a trente-six ans, un assez grand bassin au jardin du roi, qui depuis a toujours tenu l'eau.
    Min. t. III, p. 14 (tenir)