Georges Louis Leclerc, comte de BUFFON, auteur cité dans le Littré

BUFFON (1707 - 1788)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BUFFON a été choisie.

3494 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire des animaux 1749 73 citations
Histoire naturelle des minéraux 117 citations
Histoire naturelle générale et particulière 1749 389 citations
Minéralogie 470 citations
Oiseaux 765 citations
Quadrupèdes 607 citations
Théorie de la terre 1749 97 citations

Quelques citations de Georges Louis Leclerc, comte de BUFFON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3494 citations dans le Littré.

  1. Existe-t-il aucune espèce comparable à ces grandes volutes pétrifiées [cornes d'Ammon], dont le diamètre est de plusieurs pieds, et le poids de plusieurs centaines de livres ?
    Min. t. VII, p. 222 (volute)
  2. Le défaut de la philosophie d'Aristote était d'employer comme causes tous les effets particuliers ; celui de Descartes est de ne vouloir employer comme causes qu'un petit nombre d'effets généraux, en donnant l'exclusion à tout le reste ; il me semble que la philosophie sans défaut serait celle où l'on n'emploierait pour causes que des effets généraux, mais où l'on chercherait en même temps à en augmenter le nombre, en tâchant de généraliser les effets particuliers.
    Nat. des anim. ch. III (philosophie)
  3. Il [le phoque] ne craint ni le froid ni le chaud, il vit indifféremment d'herbe, de chair ou de poisson ; il habite également l'eau, la terre et la glace.
    Quadrup. t. VI, p. 276 (indifféremment)
  4. Cette mine, située dans une si haute montagne, est sans doute de première formation comme la plupart des autres mines de cuivre de l'Afrique.
    Min. t. V, p. 145, dans POUGENS (formation)
  5. Cette cristallisation de l'or primitif est en forme octaèdre régulière.
    Min. t. VIII, p. 49 (octaèdre)
  6. L'on ne doit pas confondre le feld-spath avec les autres spaths, auxquels il ne ressemble que par sa cassure lamellée, tandis que, par toutes ses autres propriétés, il en est essentiellement différent.
    Min. t. I, p. 97 (lamellé, ée)
  7. La nature, qui se joue des formules, échappe à toute méthode et ne peut être aperçue que par la vue immédiate de l'esprit, ni jamais saisie que par le coup d'œil du génie.
    Quadrup. t. VI, p. 46 (immédiat, ate)
  8. Donner une histoire des vents, qui serait un ouvrage très utile pour la navigation et pour la physique.
    Hist. nat. Preuv. théor. terr. Œuv. t. II, p. 253 (vent)
  9. Ceux [œufs] qu'elle [la poule] a produits dans le temps de son habitation avec le mâle.
    Hist. anim. Œuv. t. IV, p. 77 (habitation)
  10. Quelques-uns de nos collaborateurs, qui cependant ne craignent pas de multiplier les espèces et les sortes, n'en ont fait qu'une du jaspe sanguin et du jaspe héliotrope, quoique Boen de Boot les eût avertis d'avance que le jaspe sanguin ne prend le nom d'héliotrope que quand il est à demi transparent.
    Min. t. VII, P. 7 (héliotrope)
  11. Une tache d'un pourpre clair prend à l'angle de l'œil, et se termine en arrière par un trait du bleu le plus vif.
    Ois. t. XIII, p. 294 (prendre)
  12. L'élan et le renne ne se trouvent tous deux que dans les pays du nord, l'élan en deçà, et le renne au delà du cercle polaire.
    Quadrup. t. V, p. 238 (renne)
  13. On sent bien qu'il n'est guère possible de rien établir encore de bien positif sur l'influence réciproque des mâles et des femelles dans la génération.
    Quadrup. t. XII, p. 292 (influence)
  14. L'hommage particulier que je mets à ses pieds [de Sa Majesté] pour les hautes bontés dont elle m'honore.
    Min. t. VI, p. 168 (haut, aute)
  15. L'on ne connaît les forces qui animent l'univers, que par le mouvement et par ses effets ; ce mot même de forces ne signifie rien de matériel, et n'indique rien de ce qui peut affecter nos organes, qui cependant sont nos seuls moyens de communication avec la nature.
    Min. t. IX, p. 5, dans POUGENS (force)
  16. L'homme ne peut rien sur le produit de la création ; il ne peut rien sur les mouvements des corps célestes, sur les révolutions de ce globe qu'il habite ; il ne peut rien sur les animaux, les végétaux, les minéraux en général ; il ne peut que sur les individus.
    Quadrup. t. I, p. 5 (pouvoir [1])
  17. C'est [le guépard] un animal commun dans les terres voisines du cap de Bonne-Espérance ; tout le jour il se tient dans des fentes de rochers ou dans des trous qu'il se creuse en terre.
    Quadrup. t. VI, p. 186 (fente)
  18. Si ce sont des eaux plates et qui se soutiennent à la même hauteur comme dans un lac, ils [les castors] se dispensent d'y construire une digue.
    Quadrup. t. III, p. 49 (plat, ate [1])
  19. Toutes les couches [dans un arbre] s'enveloppent successivement et continûment.
    Expér. sur les vég. 1er mém. (continûment)
  20. Il faut du temps pour que l'homme reçoive la teinture du ciel ; il en faut plus encore pour que la terre transmette ses qualités.
    Morc. choisis, p. 45 (teinture)