Georges de BRÉBEUF, auteur cité dans le Littré

BRÉBEUF (1717-1661)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BRÉBEUF a été choisie.

86 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La Pharsale de Lucain, ou les guerres civiles de César et Pompée, en vers françois 1654 82 citations

Quelques citations de Georges de BRÉBEUF

Voici un tirage aléatoire parmi ses 86 citations dans le Littré.

  1. C'est de là que nous vient cet art ingénieux De peindre la parole et de parler aux yeux.
    Phars. ch. II (de)
  2. Dieux puissants qui veillez au bonheur de la terre.
    Phars. VII (bonheur)
  3. Et laissant dans son cœur parler sa défiance De l'instabilité d'un peuple qui balance.
    Phars. IV (instabilité)
  4. Ils souffrent sans gémir les coups qu'ils s'entre-portent.
    Pharsale, IV (entre-porter (s'))
  5. Dans ces vives terreurs les villes chancelantes, N'osant lui résister [à César], n'osant le recevoir.
  6. Tous les jours un visage neuf [par le fard] ; Certes c'est en visage un peu trop de dépense.
    dans le Dict. de RICHELET. (neuf, euve [2])
  7. Aulus, d'une dipsade ayant souffert l'atteinte, En sent peu de douleur et conçoit peu de crainte : Il ne peut pas d'abord comprendre le danger Ni croire le trépas dans un coup si léger ; Ce poison toutefois, qui s'insinue à peine, Se mêle enfin au sang et court de veine en veine ; Il allume partout un brasier indompté Qui dans tous les vaisseaux tarit l'humidité.
    Phars. IX (dipsade)
  8. Le feu des diamants, la pourpre des rubis Ne mêle point son lustre à l'éclat des habits.
    Phars. II (mêler)
  9. Carthage et Marius, dans leur chute commune, Se consolent l'un l'autre en voyant leur fortune ; L'un de l'autre pesant le sort capricieux, Ils charment leur supplice et pardonnent aux dieux.
    Pharsale, II (consoler)
  10. Si le ciel s'est ouvert, si ton œil clairvoyant Peut voir ce qui n'est pas et lit dans le néant.
  11. [Ils] Font voir en un moment des torches attachées à ces remparements qui bordent les tranchées.
    Phars. III (remparement)
  12. Pardonnez, dieux puissants, pardonnez à la terre… Pourquoi tout renverser et pourquoi tout détruire ? Rétracter mon bonheur, c'est assez me réduire.
  13. Il semble qu'on entend les hurlements des loups, La plainte de l'orfraie et le cri des hiboux.
    Pharsale, VI (orfraie)
  14. Il [Pompée] craint que la défaite N'étouffe dans leurs cœurs [de ses soldats] l'espoir de la retraite, Et qu'outré de douleur en le voyant mourir, L'univers sur son chef ne s'exhorte à périr.
    Pharsale, VII (exhorter)
  15. Et le druide craint, en abordant ces lieux, D'y voir ce qu'il adore et d'y trouver ses dieux.
    Pharsale, III (druide)
  16. Avant que de César la trame soit coupée, Il faut que son orgueil lui mérite aux enfers Tout ce qu'on lui prépare et d'opprobre et de fers.
    Phars. VI (mériter)
  17. Il semble qu'on entend les ondes gémissantes Briser contre un rocher leurs vagues impuissantes.
    Phars. VI (briser)
  18. Ce sage inébranlable [Caton], avant que de Pompée Il eût vu la vaillance injustement trompée, Doutant à qui l'État devait être soumis, Dans l'un et l'autre chef voyait ses ennemis.
    Phars. IX (douter)
  19. L'armée à cet échec s'enflamme davantage, Sous de forts mantelets et d'épais gabions, Elle vient s'attacher au pied des bastions.
    Phars. III (gabion)
  20. C'est ainsi que d'Etna la caverne bruyante Vomit avec horreur une flamme ondoyante.
    Phars. V (ondoyant, ante)