François BONIVARD, auteur cité dans le Littré

BONIVARD (1493-1570)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONIVARD a été choisie.

86 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Advis et devis des lengues 16 citations
Chroniques de Genève 1551 33 citations
De l’ancienne et nouvelle police de Geneve 10 citations
De noblesse et de ses offices ou degrez et des trois estatz monarchique, aristocratique et democratique ^Nobl 25 citations

Quelques citations de François BONIVARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 86 citations dans le Littré.

  1. Votre idée d'élever différemment des quadrupèdes de la même portée ou des oiseaux de la même nichée est excellente.
    Lett. divers. Œuv. t. XII, p. 468, dans POUGENS (nichée)
  2. Ce fait est remarquable et prouve que ce n'est pas une règle constante, que les plus belles graines produisent les plus abondantes récoltes.
    Hist. nat. mém. Œuv. t. III, p. 221 (graine)
  3. J'ai dit qu'il était assez prouvé que la mémoire a son siége dans le corps ; une âme qui transmigrerait d'un corps dans un autre n'y conserverait donc aucun souvenir de son état précédent.
    Paling. phil. II, 4 (transmigrer)
  4. Je dirai bien encore que je fais plus de cas d'un bon traité sur un seul insecte que de toute une nomenclature insectologique.
    Contempl. nat. Œuvr. t. VIII, p. 140, dans POUGENS. (insectologique)
  5. Je ne connais pas de meilleure école de logique et de dévotion philosophique que les polypes et les animalcules des infusions.
    Lett. div. Œuvres, t. XII, p. 133, dans POUGENS (dévotion)
  6. C'est dans la cavité même de la tête du chardon que notre chenille se transforme en chrysalide.
    Observ. 19<sup>e</sup>, Insect. (tête)
  7. M. de Réaumur avait prouvé que l'once d'or pouvait fournir un fil qui égalait en longueur quatre cent quarante-quatre lieues.
    Consid. corps organ. t. V, p. 205, dans POUGENS (once [1])
  8. Plus un entendement a d'étendue ou de perspicacité, moins il multiplie les idées moyennes.
    Ess. anal. âme, ch. 16 (moyen, enne [1])
  9. Le plaisir relatif est celui qui naît de la comparaison que l'âme fait entre ses idées ou entre ses situations.
    Ess. anal. âme, 17 (relatif, ive)
  10. Les bouches qui se forment sur le milieu du corps d'un polype déretourné en partie…
    Contempl. nat. Œuvres, t. VIII, p. 241, dans POUGENS. (déretourner)
  11. Une mouche va déposer ses œufs dans le nez du mouton ; une autre mouche plus hardie encore va pondre dans le gosier du cerf.
    Consid. corps org. Œuvr. t. V, p. 142, dans POUGENS. (mouche)
  12. Ils entendent par les forces dérivatives celles qui résultent de l'action combinée de différentes monades ou de différents agrégats.
    Œuvres mêlées, t. XVIII, p. 80, dans POUGENS (dérivatif, ive)
  13. Le laboureur, en ouvrant la terre à diverses reprises, ne la rend pas seulement plus meuble ; il y introduit encore l'air et la chaleur nécessaires au développement des graines qu'il lui confiera.
    Hist. nat. mém. Œuvr. t. III, p. 215, dans POUGENS. (meuble)
  14. M. Winslow laissait là tout cet attirail d'explications physiques, et, le scalpel à la main, il prétendait trouver, dans certains monstres, des preuves incontestables que leur formation était due uniquement à des œufs originairement monstrueux.
  15. L'abbé Roffredi… a laissé Swammerdam et Réaumur loin derrière lui dans son mémoire sur la trompe du cousin, inséré dans le recueil de la Société de Turin.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 186, dans POUGENS (trompe [1])
  16. La figure sphérique des gouttes de la rosée produirait-elle dans les rayons de la lumière des réfractions nuisibles aux feuilles ?
    Us. feuilles plant. 2<sup>e</sup> mém. (goutte [1])
  17. Dans cette hypothèse de la dissémination, les germes d'une espèce donnée ne peuvent se développer que dans les touts organiques de même espèce ; ils sont les seuls qui renferment les conditions nécessaires au développement.
    Contempl. nat. Œuvres, t. VIII, p. 67, dans POUGENS. (dissémination)
  18. Quel est le principe général de mes déterminations ? pourquoi me déterminé-je par tel ou tel motif, dans tel ou tel cas particulier ?
    Œuvres mêl. t. XVIII, p. 261, dans POUGENS (détermination)
  19. On sait que, si dans le même instrument il y a plusieurs cordes à l'unisson ou qui fassent leurs vibrations dans le même temps, si l'on pince une de ces cordes, toutes celles qui seront à son ton frémiront à la fois.
    Ess. psychol. chap. 25 (frémir)
  20. Les couleurs de presque tous les corps souffrent des altérations très sensibles lorsqu'ils demeurent longtemps exposés au grand air ou au grand jour.
    Lett. à Rozier, Œuv. t. x, p. 27, dans POUGENS (grand, ande)