Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS, auteur cité dans le Littré

BEAUMARCHAIS (1732-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMARCHAIS a été choisie.

509 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mère coupable, ou L'autre Tartuffe 1792 71 citations
Le barbier de Séville, ou La précaution inutile 1775 213 citations
Le mariage de Figaro, ou La folle journée 1784 194 citations

Quelques citations de Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 509 citations dans le Littré.

  1. Figaro : Comment trouvez-vous cette nuit ? - Le comte : Superbe pour un amant.
    Barb. de Sév. IV, 5 (superbe [1])
  2. Pour tirer parti des gens de ce caractère, il ne faut qu'un peu leur fouetter le sang ; c'est ce que les femmes entendent si bien.
    Mar. de Fig. II, 2 (fouetter)
  3. Prenez garde que toutes ces histoires de maîtres supposés sont de vieilles finesses, des moyens de comédie.
    Barb. de Sév. III, 2 (finesse)
  4. Est-ce que les femmes de mon état ont des vapeurs, donc ? c'est un mal de condition qu'on ne prend que dans les boudoirs.
    Mar. de Figaro, III, 9 (vapeur)
  5. Envahir les biens d'une maison qui se délabre.
    Mère coup. I, 2 (délabrer)
  6. À moins qu'on ne l'écorche vif, je prédis qu'il mourra dans la peau du plus fier insolent…
    Mar. de Fig. I, 4 (fier, ière [3])
  7. Diable ! c'est une belle langue que l'anglais ; il en faut peu pour aller loin ; avec goddam, en Angleterre, on ne manque de rien… les Anglais, à la vérité, ajoutent par-ci par-là quelques autres mots en conversant ; mais il est bien aisé de voir que goddam est le fond de la langue.
    Mar. de Fig. III, 5 (goddam)
  8. Vous voyant ici à consulter, j'ai pensé que vous poursuiviez le même objet.
    Barb. de Sév. III, 5 (poursuivre)
  9. L'important serait de savoir quel talisman vous employez pour dominer tous les esprits.
    Mère coupable, IV, 4 (important, ante)
  10. La comtesse : Qui t'a donc fleurie si matin ? - Florence : Madame on ne m'a point fleurie, c'est moi qui ai fait des bouquets.
    Mère coup. II, 4 (fleurir)
  11. On pensa à moi pour une place ; mais, par malheur, j'y étais propre : il fallait un calculateur, ce fut un danseur qui l'obtint.
    Mar. de Fig. v, 3 (place)
  12. On a vingt-quatre heures au palais pour maudire ses juges.
    Barb. de Sév. II, 2 (juge)
  13. Suzanne : Tu vas exagérer : dis ta bonne vérité. - Figaro : Ma vérité la plus vraie ? - Suzanne : Fi donc, vilain ! en a-t-on plusieurs ?
    Mar. de Fig. IV, 1 (vérité)
  14. Le chef branlant, la tête chauve, Les yeux vairons, le regard fauve, L'air farouche d'un Algonquin.
    Barb. de Sév. II, 13 (algonquin)
  15. La petite sait bien que, dans l'original, le mot fleurette signifiait une jolie petite monnaie, et que compter fleurettes aux femmes était leur bailler de l'or ; ce qui a tant plu à ce sexe pompant, qu'il a voulu que le mot entrât, au figuré, dans le galant dictionnaire,
    Mém. t. III, p. 64 (éd. de la Société des amis des lettres, Paris, 1830) (fleurette)
  16. Te voilà, Florestine ; je te trouve radieuse ; mais voyez donc comme elle est fraîche et belle.
    Mère coup. II, 4 (radieux, euse)
  17. Je me suis enferré de dépit.
    Barbier, III, 2 (enferrer)
  18. D'abord un bruit léger rasant le sol de la terre comme l'hirondelle avant l'orage.
    Barb. de Sév. II, 8 (raser)
  19. Passer ainsi la vie à chamailler, c'est peser sur le collier sans relâche comme les malheureux chevaux de la remonte des fleuves.
    Mar. de Figaro, III, 16 (peser)
  20. Est-ce notre faute à nous, si, voulant museler un renard, nous en attrapons deux ?
    Mar. de Fig. V, 8 (museler)