Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS, auteur cité dans le Littré

BEAUMARCHAIS (1732-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMARCHAIS a été choisie.

509 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mère coupable, ou L'autre Tartuffe 1792 71 citations
Le barbier de Séville, ou La précaution inutile 1775 213 citations
Le mariage de Figaro, ou La folle journée 1784 194 citations

Quelques citations de Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 509 citations dans le Littré.

  1. Qu'il fasse des libelles, dernière ressource des lâches.
    Mère coup. V, 8 (libelle)
  2. Le grand air l'aura saisi.
    Barb. de Sév. III, 12 (saisir)
  3. Il y a un mauvais génie qui tourne tout ici contre moi.
    Mar. de Fig. IV, 5 (tourner)
  4. Chante-t-il ? - Oh ! madame, je suis si tremblant. - Et gnian, gnian, gnian, gnian, gnian ; dès que madame le veut, modeste auteur ! je vais l'accompagner.
    Mar. de Fig. I, 4 (gnian, gnian)
  5. Et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans.
    Mar. de Fig. V, 3 (flambé, ée)
  6. J'ai tout vu, tout fait, tout usé.
    Mar. de Fig. v, 3 (user)
  7. Telle bouche le recueille [un bruit calomnieux], et piano, piano vous le glisse en l'oreille adroitement.
    Barb. de Sév. II, 8 (piano [1])
  8. Ah ! s'il y avait moyen d'attraper ce grand trompeur !
    Mar. de Fig. I, 1 (trompeur, euse)
  9. Il m'a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu'on n'en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes ; et vous voulez jouter !
    Mar. de Fig. V, 3 (jouter)
  10. Comme vous rudoyez le pauvre monde !
    Barb. de Sév. III, 5 (rudoyer)
  11. Bartholo : Je n'aime point qu'on regarde ma femme de si près. - Le comte : Elle est votre femme ? - Bartholo : Eh quoi donc ? - Le comte : Je vous ai pris pour son bisaïeul paternel, maternel, sempiternel.
    le Barbier de Séville, II, 14 (sempiternel, elle)
  12. Figaro : Je ne sais ce qui m'est entré dans l'œil. - Bartholo : Ne frottez donc pas.
    Barb. de Sév. III, 12 (frotter)
  13. Je me suis longtemps inquiété pour savoir au vrai si Jean-Jacques était devenu enthousiaste de la vertu, ou s'il n'était qu'un forfantier.
    Note inédite sur J. J. Rousseau, dans LOMÉNIE, Beaumarchais et son temps, t. II, p. 587 (forfantier)
  14. Il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits.
    Mar. de Figaro, v, 3 (petit, ite)
  15. Je m'en rapporte à votre confrère, qui est là rêvassant.
    Barb. de Sév. III, 5 (rêvasser)
  16. On a vingt-quatre heures au palais pour maudire ses juges.
    Barb. de Sév. II, 2 (juge)
  17. Le chef branlant, la tête chauve.
    Barb. de Sév. II, 13 (chauve)
  18. Un pauvre hère qui montre la musique à la pupille, infatué de son art, friponneau, besoigneux, à genoux devant un écu.
    Barb. de Sév. I, 6 (besoigneux, euse)
  19. Rosine : Si vous pouviez me plaire, ah ! comme je vous aimerais ! - Bartholo : Je te plairai, je te plairai ; quand je te dis que je te plairai.
    Barb. de Sév. II, 15 (plaire)
  20. Le nez fait comme un baldaquin, La jambe torte et circonflexe, Le ton bourru, la voix perplexe.
    Barbier de Sév. II, 13 (circonflexe)