Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS, auteur cité dans le Littré

BEAUMARCHAIS (1732-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMARCHAIS a été choisie.

509 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mère coupable, ou L'autre Tartuffe 1792 71 citations
Le barbier de Séville, ou La précaution inutile 1775 213 citations
Le mariage de Figaro, ou La folle journée 1784 194 citations

Quelques citations de Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 509 citations dans le Littré.

  1. D'honneur, il sent la fièvre d'une lieue.
    Barb. de Sév. III, 11 (sentir)
  2. Ah ! ouiche, on ne l'aura, vois-tu, qu'avec ma vie.
    Mar. de Fig. I, 7 (ouiche)
  3. Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis.
    Mar. de Fig. V, 3 (route)
  4. Las de courtiser les beautés des environs, M. le comte Almaviva veut rentrer au château, mais non pas chez sa femme ; c'est sur la tienne, entends-tu, qu'il a jeté ses vues.
    Mar. de Fig. I, 1 (vue)
  5. La naissance, la fortune ! laissons-là les jeux du hasard.
    Barb. de Sév. IV, 6 (jeu)
  6. L'invraisemblable du roman, l'énormité des faits, l'enflure des caractères, le gigantesque des idées et la bouffissure du langage.
    Barb. de Sév. Préface (gigantesque)
  7. Délogez à l'instant ! - Déloger ! ah fi ! que c'est mal parler !
    Barb. de Sév. II, 12 (déloger [1])
  8. Le comte : Les domestiques ici… sont plus longs à s'habiller que les maîtres. - Figaro : C'est qu'ils n'ont point de valets pour les y aider.
    Mar. de Figaro, III, 5 (valet [1])
  9. La difficulté de réussir ne fait qu'ajouter à la nécessité d'entreprendre.
    Barbier, I, 6 (entreprendre)
  10. Il a la physionomie toute renversée ; allez vous coucher.
    Barb. de Sév. III, 11 (renversé, ée)
  11. Et vive la jalousie ! elle ne vous marchande pas.
    Mariage de Figaro, III, 18 (marchander)
  12. J'ai tout vu, tout fait, tout usé.
    Mar. de Fig. v, 3 (voir)
  13. . Qu'avez-vous fait [vous, comte] pour tant de biens ? vous vous êtes donné la peine de naître et rien de plus.
    Mar. de Figaro, V, 3 (naître)
  14. Ce misérable enfant qui porte les traits d'un perfide.
    Mère coupable, I, 8 (porter [1])
  15. Il vous sied bien, manipuleur ignorant, de ravaler ainsi le premier, le plus grand et le plus utile des arts ?
    Barb. de Sév. II, 13 (manipuleur)
  16. Sous quelque forme qu'elle en parle, une explication sévère éclaircit ma honte à l'instant.
    Mère coupable, I, 8 (explication)
  17. Eh ! parbleu ! je dirai à celui qui éternue : Dieu vous bénisse, et : va te coucher, à celui qui bâille.
    Barbier de Sév. III, 5 (bénir)
  18. On pensa à moi pour une place ; mais par malheur j'y étais propre.
    Mar. de Fig. v, 3 (propre)
  19. Voyons venir, et jouons serré.
    Mar. de Fig. III, 5 (jouer)
  20. Ce reptile vous a sifflé que j'étais là pour trahir vos secrets ?
    Mère coupable, III, 9 (reptile)