Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS, auteur cité dans le Littré

BEAUMARCHAIS (1732-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMARCHAIS a été choisie.

508 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mère coupable, ou L'autre Tartuffe 1792 71 citations
Le barbier de Séville, ou La précaution inutile 1775 213 citations
Le mariage de Figaro, ou La folle journée 1784 194 citations

Quelques citations de Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 508 citations dans le Littré.

  1. Qu'il s'avise de parler latin, j'y suis grec, je l'extermine.
    Mar. de Figaro, III, 15 (grec, ecque)
  2. Ah ! comme je leur en garde, morbleu !
    Barb. de Sév. I, 2 (garder)
  3. Elle a converti son docteur, cette fine langue dorée.
    Mar. de Fig. IV, 1 (langue)
  4. On vous sert un pot de bière en bel étain, la mousse aux bords.
    Mar. de Figaro, III, 5 (mousse [3])
  5. On est tout surpris, un beau soir, de trouver la satiété où l'on cherchait le bonheur.
    Mar. de Figaro, V, 7 (satiété)
  6. Puisqu'il en est question, je vous dirai tout net que cette liberté me déplaît excessivement.
    Barb. de Sév. II, 15 (excessivement)
  7. Rosine : L'ennui me tue. - Figaro : Je le crois ; il n'engraisse que les sots.
    Barb. de Sév. I, 2 (ennui)
  8. C'est une légion de diables enfermés dans un seul pourpoint.
    Mère coup. II, 21 (légion)
  9. Le comte : Ah ! Figaro, mon ami, tu seras mon ange, mon libérateur, mon dieu tutélaire. - Figaro : Peste ! comme l'utilité vous a bientôt rapproché les distances !
    Barb. de Sév. I, 4 (rapprocher)
  10. Que tout l'or du monde périsse et que je sois débarrassé de lui.
    Mère coup. V, 4 (débarrassé, ée)
  11. Le tout embrassé d'une soutanelle doublée de gazettes, et surmonté d'un bonnet carré, avec cette légende à la houppe : Qu'es-aco, Marin ?
    4<sup>e</sup> mémoire (qu'es-aco ou qu'es-aquo)
  12. Je voudrais vous voir en tête un adversaire aussi violemment soutenu que le mien, à sa puissance formidable opposant votre dénûment, et votre isolation à ses entours.
    4<sup>e</sup> mémoire, 1859, p. 293 (isolation)
  13. Voilà bien du train pour un pot de fleurs ! combien te faut-il, pleurard, avec ta giroflée ?
    Mar. de Fig. II, 21 (pleurard)
  14. Dans le vaste champ de l'intrigue, il faut savoir tout cultiver, jusqu'à la vanité d'un sot.
    Mar. de Fig. III, 11 (intrigue)
  15. S'il suffit d'être homme pour nous plaire, pourquoi donc me déplaisez-vous si fort ?
    Barb. de Sév. II, 4 (fort, orte)
  16. Le comte : Une réputation détestable ! - Figaro : Et si je vaux mieux qu'elle ? y a-t-il beaucoup de seigneurs qui puissent en dire autant ?
    Mariage de Figaro, III, 5 (réputation)
  17. Aux vertus qu'on exige dans un domestique, Votre Excellence connaît-elle beaucoup de maîtres qui fussent dignes d'être valets ?
    Barb. de Sév. I, 2 (valet [1])
  18. Avez-vous vu comme il parlait tout seul ? ce que c'est que de nous !
    Barb. de Sév. III, 12 (nous)
  19. Il chantonnait gaiement.
    B. de Sév. I, 2 (chantonner)
  20. L'usage des odeurs produit ces affections spasmodiques.
    Barb. de Sév. II, 15 (odeur)