Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS, auteur cité dans le Littré

BEAUMARCHAIS (1732-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMARCHAIS a été choisie.

508 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mère coupable, ou L'autre Tartuffe 1792 71 citations
Le barbier de Séville, ou La précaution inutile 1775 213 citations
Le mariage de Figaro, ou La folle journée 1784 194 citations

Quelques citations de Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 508 citations dans le Littré.

  1. Ô perfide chanteur ! lame à deux tranchants ! c'est toi qui payeras pour tout le monde.
    Mar. de Figaro, II, 19 (tranchant [1])
  2. Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer.
    Barb. de Sév. I, 2 (presser)
  3. Grâce à l'Ariane Suzon, je tiens le fil du labyrinthe, et le Minotaure est cerné.
    Mère coupable, II, 7 (labyrinthe)
  4. Rosine : Et vous appelez cela un défaut ? - Figaro : à la vérité ce n'en est un que relativement à sa mauvaise fortune.
    Barb. de Sév. II, 2 (relativement)
  5. Je me suis donné contre la grille une si fière gourde à la main, que je ne peux plus remuer ni pied ni patte de ce doigt-là.
    Mar. de Figaro, II, 21 (gourde [2])
  6. Au noble hôtel de la Vermine, On est logé très proprement : Rivarol y fait la cuisine, Et Chamcenetz l'appartement.
    Épigr. (cuisine)
  7. J'attends ici quelque chose ; et deux hommes qui jasent sont moins suspects qu'un seul qui se promène ; ayons l'air de jaser.
    Barb. de Sév. I, 2 (jaser)
  8. Un service terrible, et toujours un train d'enfer.
    Barb. de Sév. II, 7 (train)
  9. Tu sais trop bien… que je n'ose pas oser.
    Mar. de Fig. I, 7 (oser)
  10. Ô vous, qui me reprochez mon père [lequel était horloger], vous n'avez pas l'idée de son généreux cœur ; en vérité, horlogerie à part, je n'en vois aucun contre qui je voulusse le troquer.
    4<sup>e</sup> mémoire. (part [2])
  11. Il aurait la mine bien longue, s'il était instruit qu'à minuit…
    Mère coup. IV, 3 (mine [1])
  12. Il est un moyen de jeter en dedans cette légère porte.
    Mar. de Fig. II, 13 (jeter)
  13. Puisqu'il en est question, je vous dirai tout net que cette liberté me déplaît excessivement.
    Barb. de Sév. II, 15 (excessivement)
  14. Toujours des idées romanesques en tête.
    Barb. de Séville, III, 4 (tête)
  15. Lisez le billet doux [billet de logement] que notre maréchal des logis vous écrit.
    Barb. de Sév. II, 14 (logis)
  16. Diantre soit des femmes qui fourrent des épingles partout !
    Mar. de Fig. IV, 9 (diantre)
  17. Cette personne est… la pupille de votre tuteur.
    le Barb. II, 2 (pupille [1])
  18. Pourquoi non ? la rage de sauter peut gagner, voyez les moutons de Panurge.
    Mar. de Figaro, IV, 6 (gagner)
  19. Chanter sans guitare à Séville, vous seriez bientôt reconnu, ma foi, bientôt dépisté.
    Barbier, I, 6 (guitare)
  20. Et la jarretière de la mariée, l'aurons-nous ?
    Mar. de Fig. V, 19 (jarretière)