Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS, auteur cité dans le Littré

BEAUMARCHAIS (1732-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMARCHAIS a été choisie.

508 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mère coupable, ou L'autre Tartuffe 1792 71 citations
Le barbier de Séville, ou La précaution inutile 1775 213 citations
Le mariage de Figaro, ou La folle journée 1784 194 citations

Quelques citations de Pierre Augustin Caron de BEAUMARCHAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 508 citations dans le Littré.

  1. Tous les insectes, les moustiques, les cousins, les critiques, les maringouins, les envieux, les feuillistes, les libraires, les censeurs, et tout ce qui s'attache à la peau des malheureux gens de lettres.
    Barb. I, 2 (feuilliste)
  2. La calomnie s'élance, étend son vol, tourbillonne… et devient un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription.
    Barb. de Séville, II, 8 (crescendo)
  3. Voyant à Madrid que la république des lettres était celle des loups, toujours armés les uns contre les autres, et que… tous les insectes, les moustiques, les cousins, les critiques, les maringouins, les envieux, les feuillistes, les libraires, les censeurs et tout ce qui s'attache à la peau des malheureux gens de lettres…
    Barb. de Sév. I, 2 (maringouin)
  4. Eh bien, espiègle, vous n'applaudissez pas ?
    Mar. de Fig. I, 10 (espiègle)
  5. Viens donc, malheureux ! tu me perds.
    Barb. de Sév. I, 2 (perdre)
  6. Mais quel radotage me faites-vous là, Basile ?
    Barb. de Sév. II, 8 (radotage)
  7. Ciel ! vos yeux noyés de larmes et votre visage défait m'annoncent quelque grand malheur.
    Mère coupable, II, 14 (noyé, ée)
  8. Toujours amère et provocante !
    Mar. de Fig. I, 4 (provocant, ante)
  9. Il ne serait même pas mal que vous eussiez l'air entre deux vins.
    Barb. de Sév. I 4 (vin)
  10. Vous n'êtes donc qu'un père marâtre [c'est-à-dire dénaturé] ?
    Mar. Fig. III, 18 (marâtre)
  11. Souvenez-vous, en parlant à la pupille, de les rendre tous plus noirs que l'enfer.
    Barb. de Sév. IV, 1 (noir, oire)
  12. Notre maître est sombre à périr.
    Mère coupable, III, 1 (périr)
  13. Des sels ! des sels ! Suzanne ! un million, si vous la sauvez.
    Mère coupable, IV, 15 (sel)
  14. Ma boutique à quatre pas d'ici, peinte en bleu, vitrage en plomb, trois palettes en l'air.
    Barb. de Sév. I, 6 (quatre)
  15. L'auteur [dramatique], au lieu d'intriguer à son choix son ouvrage, est obligé de tourniller dans des incidents impossibles.
    Préf. du Mar. de Fig. (tourniller)
  16. Il se trame ici quelque horreur.
    Mère coup. I, 2 (horreur)
  17. J'ai tout vu, tout fait, tout usé.
    Mar. de Fig. v, 3 (user)
  18. Oh ! je vous ai reconnu d'abord à votre signalement.
    Barb. de Sév. II, 13 (signalement)
  19. Je me souviens qu'à mon service tu étais un assez mauvais sujet.
    Barb. de Sév. I, 2 (sujet [2])
  20. Quelle est donc la sèche amitié qui repousse mes confidences ?
    Mère coupable, I, 10 (sec, sèche)