Pierre BAYLE, auteur cité dans le Littré

BAYLE (1647-1706)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAYLE a été choisie.

philosophe

142 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Pierre BAYLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 142 citations dans le Littré.

  1. Il regarde comme une chose infaisable de vous les faire rendre en l'état où elles étaient [il s'agit de tables historiques, saisies parce qu'elles étaient favorables aux protestants].
    Lett. à Rou, 13 avril 1686 (infaisable)
  2. Une longue préface où je marque en détail toutes les flétrissures et les plaies honteuses que le sieur Jurieu a reçues dans ce différend.
    Lett. à Minutoli, 27 août 1691 (flétrissure [2])
  3. Tous les docteurs qui ne sont pas cartésiens… supposent que l'âme est localement présente dans les organes du corps humain, et qu'elle y est coétendue à la matière qu'elle anime,
    Note L de son article sur Marguerite de Navarre, sous François 1er (coétendu, ue)
  4. Séparer le peu d'avec le beaucoup.
    Dict. hist. Chrys. Rem. O. (beaucoup)
  5. Mon plus grand malheur est de n'avoir pas les livres qui me seraient nécessaires, et de ne trouver ici personne qui aime cette recherche exacte des personnalités, des dates et des circonstances.
    Lett. à Le Duchat, 5 janv. 1697 (personnalité)
  6. Cette réjection des sacrements.
    art. Pellisson, note j. (réjection)
  7. Je ne croyais pas que les pédants se joignissent aux dévots [contre le Dictionnaire] ; je craignais d'avoir mis dans mes intérêts, non pas ceux-ci, mais ceux-là, et qu'on ne trouvât beaucoup de pédanterie dans mon livre ; ce qui me rendrait favorables les gens du pays latin.
    Lett. à Du Faï, 15 févr. 1697 (pédanterie)
  8. Il [Locke] prouve que la souveraineté appartient aux peuples, et qu'ils ne font que la déposer entre les mains de ceux qu'on appelle souverains … vous savez que c'est l'évangile du jour à présent parmi les protestants.
    Lett. à Minutoli, 24 sept. 1693 (évangile)
  9. Nous avons perdu depuis quelques mois l'un des plus grands grecs de l'Europe ; c'est M. Kuhnius, qui est mort à Strasbourg.
    Lett. à M***, 31 mars 1698 (grec, ecque)
  10. Qu'est-ce que de ne pas se produire par son beau côté ? c'est à faire à ne recevoir pas les louanges que l'on aurait remportées peut-être.
    Projet d'un dict. critique, 1 (faire [1])
  11. S'il ne s'agissait que de perdre, sans flétrissure, le poste que j'occupe, de bon cœur je sacrifierais cela à la charité et à l'intérêt du corps.
    Lett. 93, 18 mai 1691, t. I, p. 320 (flétrissure [2])
  12. Les oppositions qu'il [Jurieu] a faites à la vocation de M. Basnage pour ministre ordinaire de cette ville [Rotterdam]…
    Lett. à Minutoli, 27 août 1691 (vocation)
  13. L'auteur qui a composé l'histoire de la diablerie de Loudun, favorise une partie des conjectures que je viens d'alléguer ; il expose les intrigues particulières qui firent éclore cette étrange momerie.
    Analyse, t. II, p. 277 (momerie)
  14. On n'a parlé que de lui [un charlatan qui guérissait en mettant une poudre de sympathie dans l'urine] depuis quelque temps ; sa maison ressemble au lavoir de Bethséda ; tous les malades y accourent.
    Lett. à M*** 7 mars 1697 (lavoir)
  15. Il n'est pas atteint de la rancune et du maltalent de ceux qui…
    Lett. à Régis, 6 oct. 1697 (maltalent)
  16. L'envoyé parut scandalisé des discours de l'abbé, qui tâcha de raccommoder ses flûtes.
    Lett. p. 740, dans POUGENS (raccommoder)
  17. Messieurs Basnage et moi serions trouvés enveloppés dans les dépositions, et il [Jurieu] se glorifiait d'avoir été le premier qui avait éventé la mine du malheureux complot, disait-il, du projet de paix qui se tramait en Suisse.
    Lett. à Minutoli, 14 sept. 1693 (éventer)
  18. Sur quoi M. Leti réfute fortement ceux qui s'imaginent qu'on peut renverser la France à coups de pommes cuites, et montre aux alliés qu'ils doivent faire de grands préparatifs pour réduire au bon pied cette formidable puissance.
    Lett. 6 juin 1691 (pomme)
  19. Comme je n'ai point publié leurs petites pièces [de différentes personnes, dans ses Nouvelles ordinaires], je me suis résolu de réserver toutes les autres semblables pour un livret à part.
    Lett. à Rou, 8 févr. 1686 (livret)
  20. Des pestes, des famines, des tempêtes et des tremble-terres.
    Pensées sur la comète, § 212 (tremble-terre)