Pierre BAYLE, auteur cité dans le Littré

BAYLE (1647-1706)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAYLE a été choisie.

philosophe

142 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Pierre BAYLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 142 citations dans le Littré.

  1. M. Jaquelot réfutera plus amplement cet impie [Spinosa], sur ce qu'il réduit notre liberté à la simple ou illusoire spontanéité ou non-coaction, qui accompagne ce que nous nommons actions libres.
    Lett. à l'abbé Dubos, 13 déc. 1696 (non-coaction)
  2. Des pestes, des famines, des tempêtes et des tremble-terres.
    Pensées sur la comète, § 212 (tremble-terre)
  3. La première boutique de librairie, ou la première maison de café qui se présente.
    Avis aux réfugiés (café)
  4. Ces messieurs de Londres ont une étrange démangeaison d'imprimer : on leur attribue un commentaire philosophique sur les paroles de saint Luc : Contrains-les d'entrer, qui, en faisant semblant de combattre les persécutions papistiques, va à établir la tolérance des sociniens.
    Lett. à M. l'Enfant, 3 février 1687 (papistique)
  5. Je suis persuadé que le plus grand nombre des lecteurs ne se souviennent plus de la réplique de l'un des tenants, lorsqu'ils lisent la dernière de l'autre tenant.
    Lett. à Des Maizeaux, 21 sept. 1706 (tenant, ante)
  6. Apparemment Lanoue n'eût point fait du prophète s'il n'eût eu de ces présages politiques devant les yeux qui sont bien plus certains que les présages de la superstition.
    Lettre sur les comètes, p. 529 (faire [1])
  7. Mon plus grand malheur est de n'avoir pas les livres qui me seraient nécessaires, et de ne trouver ici personne qui aime cette recherche exacte des personnalités, des dates et des circonstances.
    Lett. à Le Duchat, 5 janv. 1697 (personnalité)
  8. Il n'est rien de plus difficile à ménager en ce temps-ci que les métaphores ; pour peu qu'on se donne carrière, on va dans l'excès, et on se trouve tout étonné de se voir enlacé misérablement dans le phébus de la vieille cour.
    Lett. à Minutoli, 2 mai 1673 (métaphore)
  9. Si un schisme s'élevait entre les sectes protestantes, aucun des partis ne trouverait à détruire dans l'autre aucun objet sensuel des superstitions ; point de divinités topiques ni de saints tutélaires à briser ou à monnoyer.
    Dict. art. Mâcon. (topique)
  10. Tous les docteurs qui ne sont pas cartésiens… supposent que l'âme est localement présente dans les organes du corps humain, et qu'elle y est coétendue à la matière qu'elle anime,
    Note L de son article sur Marguerite de Navarre, sous François 1er (coétendu, ue)
  11. Crenius vient de publier un second recueil de pièces latines qui n'avaient guère paru que dans les académies d'Allemagne ; elles roulent sur des matières en partie théologiques et en partie philologiques.
    Lett. à M***, 31 mars 1698 (philologique)
  12. L'auteur qui a composé l'histoire de la diablerie de Loudun, favorise une partie des conjectures que je viens d'alléguer ; il expose les intrigues particulières qui firent éclore cette étrange momerie.
    Analyse, t. II, p. 277 (momerie)
  13. On dit qu'il court des lampons fort spirituels et fort satiriques sur le prompt retour du roi.
    Lett. à Minutoli, 24 sept. 1693 (lampon)
  14. Le monde ne produit point des gens de cette espèce ; ils ne sont que le pur ouvrage d'un romaniste.
    Nouv. lett. crit. sur l'hist. du calvinisme, 21 (romaniste [2])
  15. Ayant fait des Journaux des savants en Allemagne où il critiquait trop le monde, il [Thomasius] se fit des affaires, et, quittant son pays, il s'en alla à Hall ; il continue là à journaliser.
    Lett. à Minutoli, 21 septembre 1693 (journaliser)
  16. Il [Jean de Wert] buvait admirablement, et n'excellait pas moins à prendre le tabac en poudre, en cordon et en fumée [à priser, à chiquer et à fumer].
    Dict. au mot Wert. (fumée)
  17. Je finis, mon très cher monsieur, en vous demandant pardon de ma longueur, mais surtout de ce que je me dispense si familièrement à m'écarter de mon sujet avec vous, qui avez l'esprit si juste et si délicat.
    Lett. à Minutoli, 31 janv. 1673 (dispenser)
  18. Il n'y a point de meilleure forge de nouveaux mots que la comédie.
    Dict. Poquelin, note D. (forge)
  19. C'est une comédie de votre part [persécution dirigée contre les protestants par des hommes sans religion], et une tragédie pour nous qui souffrons ; et il résulte de tout cela quelque chose de fort fâcheux, et en même temps de fort bourru.
    La France toute catholique (bourru, ue)
  20. Aristarque rejetait comme supposés à Homère tous les vers qui n'étaient pas de son goût.
    Dict. crit. art. Aristarque, rem. B. (supposé, ée)