Rémy BELLEAU, auteur cité dans le Littré

BELLEAU (1528-1577)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BELLEAU a été choisie.

poète de la Pléïade

80 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Rémy BELLEAU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 80 citations dans le Littré.

  1. Ceste sepulture est en figure carrée ; au lieu de colonnes ce sont les vertus approchantes à la moyenne proportion du colosse ; elles soutiennent le vase et taillouer du chapiteau dessus leurs testes.
    Bergeries, t. I, p. 20, dans LACURNE (tailloir)
  2. …il y a trois nuicts Que, sans me reposer, je suis à faire l'extrait d'un procez, En droit et matiere d'excez, D'un gentilhomme de Poitou ; S'il vient, j'en aurai fer ou clou, Quand il seroit ferré à glace.
    Œuvres, t. II, p. 120, dans LACURNE (fer [1])
  3. Montagnes calfatées de mousses, de fleurs, d'herbes, d'arbrisseaux.
    Bergeries, t. I, p. 67, verso, dans LACURNE (calfater)
  4. Les frayeurs, les souleurs des sinistres oiseaux.
    Poésies, t. I, p. 13, dans LACURNE (souleur)
  5. …Quand dessus le sec ou les moites sablons En foulle de la mer retourne la mouette… Puis se reporte en mer, c'est un signe de voir Tost après sur les eaux un grand vent esmouvoir.
    Bergeries, t. I, p. 120, dans LACURNE (mouette [1])
  6. …Je te donne une coupe De fresne bien madré, faite dessus le tour, Si tu me peux guarir des charmes de l'amour.
    Berger. p. 110, dans LACURNE (madré, ée)
  7. Ma dame est bien en sa colere, Je l'ay mise en son ver-coquin.
    Œuv. t. II, p. 115 (ver-coquin)
  8. Pauvre, chetive, malheureuse, Et fortunée que je suis.
    la Reconnue, IV, 1 (fortuné, ée)
  9. Cages d'ozier et de ronces escarrées et pertuisées avec une brochette rougie au feu, et esclissées de petits barreaux.
    Berger. t. I, p. 74, dans LACURNE, au mot cocasse. (éclisser [1])
  10. Des onces mouchettez d'estoiles sur le dos, Onces à l'œil subtil, au pié souple et dispos, Au mufle herissé de deux longues moustaches.
    Poésies, t. I, p. 18, dans POUGENS (once [2])
  11. Se vend aussy cher comme creme.
    Œuvres, t. II, p. 119, dans LACURNE (crème)
  12. Plus ne blanchissent de bruines, Ny paresseux en leurs cassines Plus ne chomment les laboureurs.
    ib. p. 107 (cassine [1])
  13. … Nous voulons en foule ou en carriere, À cheval ou à pié, ou joints à la barriere, Maintenir que l'amour est plus vif et plus fort.
    Œuv. t. II, p. 92, dans LACURNE (foule)
  14. …ces vieux Qui premiers ont escrit que les vertus secretes Des pierres s'escouloient de l'influx des planettes.
    Poésies, t. I, p. 15 (influx)
  15. N'as-tu pas veu, Bellot, machotter ces brebis L'herbe demi brulée au milieu des herbis ?
    Bergeries, t. I, p. 2, dans LACURNE (mâchonner)
  16. Allez, et n'ayez peur que les dents assassines Des vieux loups affamés n'abordent vos cassines.
    dans LE ROUX, Dict. comique. (cassine [1])
  17. … Que ton importun caquet [d'une cloche] Soit fait compagnon du claquet [petit engin pour faire du bruit], Du baril et de la besace D'un ladre verd…
    t. II, p. 69, dans LACURNE (claquet)
  18. [Des colonnes] pour soutenir le plinthe de ce bastiment [une sépulture].
    Bergeries, t. I, p. 20, dans LACURNE (plinthe)
  19. Ou la troupe legere Des oiseaux peinturés surpris à la pantiere.
    Poésies, t. I, p. 89, dans LACURNE (pantière ou pantenne)
  20. Si tost que de te voir je n'ay plus le bonheur, Aussitost ce cruel me met à la tenaille D'un regret importun qui toujours me travaille Sans donner tant soit peu de treve à ma douleur.
    Berger.t. I, p. 58, dans LACURNE (tenaille)