Rémy BELLEAU, auteur cité dans le Littré

BELLEAU (1528-1577)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BELLEAU a été choisie.

poète de la Pléïade

80 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Rémy BELLEAU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 80 citations dans le Littré.

  1. Des onces mouchettez d'estoiles sur le dos, Onces à l'œil subtil, au pié souple et dispos, Au mufle herissé de deux longues moustaches.
    Poésies, t. I, p. 18, dans POUGENS (once [2])
  2. Elle arme la faible jeunesse, Pendue au col, de hardiesse Contre les souleurs de la nuict.
    ib. p. 69 (souleur)
  3. Donques, siffleurs [buveurs] compagnons de cet ordre, Vivez unis, en paix et sans desordre, Vivez heureux, et buvez à longs traits.
    Berger. t. I, p. 163, dans LACURNE (siffleur, euse)
  4. Une [clochette] Pendant au col, mal assurée, D'un cheval de chasse-marée.
    Œuvres, t. II, p. 69, dans LACURNE (chasse-marée)
  5. Se vend aussy cher comme creme.
    Œuvres, t. II, p. 119, dans LACURNE (crème)
  6. Sur les tresses blondelettes De madame et de son sein Toujours plein De mille et mille fleurettes.
    dans H. EST. Précellence, p. 69 (blondelet, ette)
  7. Va te plonger trois fois dans le fleuve d'Argire, Et te lave le corps, puis moitte le retire, Et l'essarde à la lune, afin que la vigueur Et le charme de l'eau penetre jusqu'au cœur.
    Berger. t. 1, p. 111, dans LACURNE (essarder)
  8. Biaizant la rondeur de ce grand univers.
    t. I, f° 207, dans RAYNOUARD, Lexique. (biaiser)
  9. … Que ton importun caquet [d'une cloche] Soit fait compagnon du claquet [petit engin pour faire du bruit], Du baril et de la besace D'un ladre verd…
    t. II, p. 69, dans LACURNE (claquet)
  10. [Des colonnes] pour soutenir le plinthe de ce bastiment [une sépulture].
    Bergeries, t. I, p. 20, dans LACURNE (plinthe)
  11. Comme un large sentier entre deux montagnettes… De neige revestu, que le traquant berger N'a point foulée encor de son pié passager.
    Berger. t. I, p. 17 (traquer)
  12. Là de ce vin confit tu beurois, amoureux, Et de mon grenadier le surmoust savoureux.
    Poésies, t. I, p. 109, dans LACURNE (surmoût)
  13. … que ton importun caquet Soit fait compaignon du claquet, Du baril et de la besace D'un ladre vert…
    Œuv. t. II, p. 69, dans LACURNE (ladre)
  14. …Que la France enyvrée Soit grosse d'un beau printemps, D'un printemps qui tousjours dure, Et qui surmonte l'injure Et les eschanges des temps.
    Berger. f° 8, dans LACURNE (échange)
  15. Et bien où voulez-vous ailer, Mon miel, ma douceur, ma caresse ?
    Œuvres, p. 130, dans LACURNE (caresse)
  16. Montagnes calfatées de mousses, de fleurs, d'herbes, d'arbrisseaux.
    Bergeries, t. I, p. 67, verso, dans LACURNE (calfater)
  17. N'as-tu pas veu, Bellot, machotter ces brebis L'herbe demi brulée au milieu des herbis ?
    Bergeries, t. I, p. 2, dans LACURNE (mâchonner)
  18. Cages d'ozier, esclissées de petits barreaux de troinelle pelée.
    Bergeries, t. I, p. 74, dans LACURNE (troëne)
  19. Près de cette eau s'élevoit un rocher ridé, caverneux et calfeutré de mousse espaisse et delicatte, comme s'il eust esté tapissé de quelque fin coton.
    Bergeries, t. I, p. 29, dans LACURNE (calfeutrer)
  20. On la juge, au toucher quand on la sent rapeuse, Sans lustre, sans polly, sous le doigt grumeleuse.
    Poésies, t. I, p. 12, dans LACURNE (râpeux, euse)