Rémy BELLEAU, auteur cité dans le Littré

BELLEAU (1528-1577)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BELLEAU a été choisie.

poète de la Pléïade

80 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Rémy BELLEAU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 80 citations dans le Littré.

  1. …De rouges limaces Et d'autres dans les creux de leurs tendres cocasses [coquilles].
    Berger. t. I, p. 70, dans LACURNE (cocasse [1])
  2. Se vend aussy cher comme creme.
    Œuvres, t. II, p. 119, dans LACURNE (crème)
  3. Cages d'ozier, esclissées de petits barreaux de troinelle pelée.
    Bergeries, t. I, p. 74, dans LACURNE (troëne)
  4. Elle claquette toute seule, C'est un moulin, c'est une meule D'un moulin qui tourne tousjours.
    ib. p. 138 (claquet)
  5. Plus ne blanchissent de bruines, Ny paresseux en leurs cassines Plus ne chomment les laboureurs.
    ib. p. 107 (cassine [1])
  6. …Je te donne une coupe De fresne bien madré, faite dessus le tour, Si tu me peux guarir des charmes de l'amour.
    Berger. p. 110, dans LACURNE (madré, ée)
  7. Ce vieux reveur, ce mitouin A contrefait le patelin ; Il l'a si bien mitouinée Et si bien empatelinée, Qu'il a fait ce qu'il a voulu.
    la Reconnue, III, 5 (miton [2])
  8. …Depuis que la France Couve dedans son sein le meurtre et la vengeance… France, le petit œil et la perle du monde, Est maintenant sterile au lieu d'estre feconde.
    Bergeries, t. I, p. 2 (œil)
  9. N'as-tu pas veu, Bellot, machotter ces brebis L'herbe demi brulée au milieu des herbis ?
    Bergeries, t. I, p. 2, dans LACURNE (mâchonner)
  10. Le verger de m'amie est de plantes exquises ; C'est un vrai paradis de pommes, de cerises, En tout temps florissant de tous arbres fruitiers, D'orangers, grenadiers, de canfres, de figuiers.
    Poésies, t. I, p. 103, dans LACURNE (camphre)
  11. Les frayeurs, les souleurs des sinistres oiseaux.
    Poésies, t. I, p. 13, dans LACURNE (souleur)
  12. On la juge, au toucher quand on la sent rapeuse, Sans lustre, sans polly, sous le doigt grumeleuse.
    Poésies, t. I, p. 12, dans LACURNE (râpeux, euse)
  13. Ceste sepulture est en figure carrée ; au lieu de colonnes ce sont les vertus approchantes à la moyenne proportion du colosse ; elles soutiennent le vase et taillouer du chapiteau dessus leurs testes.
    Bergeries, t. I, p. 20, dans LACURNE (tailloir)
  14. …Quand dessus le sec ou les moites sablons En foulle de la mer retourne la mouette… Puis se reporte en mer, c'est un signe de voir Tost après sur les eaux un grand vent esmouvoir.
    Bergeries, t. I, p. 120, dans LACURNE (mouette [1])
  15. … J'ay de mes propres mains Planté un beau verger de si bonne aventure, Que le ciel tout benin et la douce nature Ont tant favorisé qu'on ne voit rien de beau Qu'aisement on ne trouve en ce complant nouveau.
    Bergeries, t. I, p. 32, dans LACURNE (complant)
  16. Manier de pié coy, en rond ou en carriere, Ce cheval ombrageux…
    Œuv. p. 93, dans LACURNE (rond [2])
  17. Ce vieux reveur, ce mitouin A contrefait le patelin ; Il l'a si bien mitouinée Et si bien empatelinée, Qu'il a fait ce qu'il a voulu.
    la Reconnue, III, 5 (empateliner)
  18. C'est toy, courtois et gentil, Qui d'exil Retire ces passageres, Ces arondelles qui vont Et qui sont Du printemps les messageres.
    dans JAUBERT, Glossaire. (hirondelle)
  19. Ma pauvre cassine.
    Berger. t. I, p. 70, dans LACURNE (cassine [1])
  20. Qu'il n'y ait que serpens, qu'orfrayes et corbeaux, Huppes et chahuans, et les tristes oyseaux.
    Bergeries, t. I, p. 112, dans LACURNE (orfraie)