Nicolas BOILEAU-DESPRÉAUX, auteur cité dans le Littré

BOILEAU (1636-1711)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BOILEAU a été choisie.

4780 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours au roi 1665 78 citations
Epîtres 1669-1695 781 citations
L'art poétique 1674 962 citations
Le lutrin 1673-1683 612 citations
Réflexions critiques sur Longin 1694 95 citations
Satires 1660-1711 1788 citations

Quelques citations de Nicolas BOILEAU-DESPRÉAUX

Voici un tirage aléatoire parmi ses 4780 citations dans le Littré.

  1. Hé bien, je m'adoucis ; votre race est connue, Depuis quand ? répondez. - Depuis mille ans entiers.
    Sat. v. (race)
  2. À côté de ce plat paraissaient deux salades, L'une de pourpier jaune, et l'autre d'herbes fades.
    Sat. III (pourpier)
  3. Ce perruquier superbe est l'effroi du quartier, Et son courage est peint sur son visage altier.
    Lutr. I (quartier)
  4. La Seine… Voit du sein de ses eaux vingt îles s'élever, Qui, partageant son cours en diverses manières, D'une rivière seule y forment vingt rivières.
    Ép. VI (manière)
  5. Jeune autrefois par vous dans le monde conduit.
    Sat. x (jeune)
  6. La maison du seigneur, seule un peu plus ornée, Se présente au dehors de murs environnée.
    Épît. VI (dehors)
  7. Lorsqu'un cri tout à coup suivi de mille cris.
    Épît. IV (suivi, ie)
  8. Je me fatiguerais à te tracer le cours Des outrages cruels qu'il me fait tous les jours.
    Lutr. II (fatiguer)
  9. Mais la Nuit aussitôt de ses ailes affreuses Couvre des Bourguignons les campagnes vineuses.
    Lutr. III (nuit)
  10. …Des flots de vinaigre rosat.
    Sat. III (rosat)
  11. Toutefois à la cour les turlupins restèrent…, D'un jeu de mots grossier partisans surannés.
    Art p. II (suranné, ée)
  12. Que Racine, enfantant des miracles nouveaux, De ses héros sur lui [le roi] forme tous les tableaux.
    Art p. IV (enfanter)
  13. Le fidèle… Fuyant des vanités la dangereuse amorce, Aux honneurs appelé, n'y montait que par force.
    Lutr. VI (monter)
  14. Mais souvent sur ses vers un auteur intraitable à les protéger tous se croit intéressé, Et d'abord prend en main le droit de l'offensé.
    Art p. I (prendre)
  15. Mais un roi, vraiment roi, qui, sage en ses projets, Sache en un calme heureux maintenir ses sujets, Qui du bonheur public ait cimenté sa gloire, Il faut pour le trouver courir toute l'histoire.
    Épît. I (cimenter)
  16. Qu'il paraît bien nourri ! quel vermillon ! quel teint ! Le printemps dans sa fleur sur son visage est peint.
    Sat. X (nourri, ie)
  17. Alors, ce fut alors, sous ce vrai Jupiter, Qu'on vit naître ici-bas le noir siècle de fer.
    Sat. X (siècle)
  18. Le rhume à son aspect [d'un mauvais médecin] se change en pleurésie.
    Art p. IV (pleurésie)
  19. Le soldat, dans la paix, sage et laborieux, Nos artisans grossiers rendus industrieux.
    Ép. I (rendu, ue)
  20. Ainsi donc, philosophe à la raison soumis, Mes défauts désormais sont mes seuls ennemis.
    Épît. v. (ennemi, ie)