Nicolas BOILEAU-DESPRÉAUX, auteur cité dans le Littré

BOILEAU (1636-1711)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BOILEAU a été choisie.

4780 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours au roi 1665 78 citations
Epîtres 1669-1695 781 citations
L'art poétique 1674 962 citations
Le lutrin 1673-1683 612 citations
Réflexions critiques sur Longin 1694 95 citations
Satires 1660-1711 1788 citations

Quelques citations de Nicolas BOILEAU-DESPRÉAUX

Voici un tirage aléatoire parmi ses 4780 citations dans le Littré.

  1. La cour désabusée… Distingua le naïf du plat et du bouffon.
    Art p. I (plat, ate [1])
  2. De choquer un auteur qui choque le bon sens, De railler d'un plaisant qui ne sait pas vous plaire, C'est ce que tout lecteur eut toujours droit de faire.
    Sat. IX (railler)
  3. Il a lui seul fait plus d'exploits que les autres en ont lu.
    Disc. à l'Acad. (en [2])
  4. N'allez point de nouveau faire courir aux armes Un athlète tout prêt à prendre son congé.
    Épigrammes, 35 (congé)
  5. Lucifer assis dans sa chaire infernale.
    Sat. XI (chaire)
  6. Des auteurs décriés il prend en main la cause.
    Ép. IX (cause)
  7. Il tourne le bonnet ; l'enfant tire, et Brontin Est le premier des noms qu'apporte le destin.
    Lutr. I (tirer)
  8. Vous dirai - je encor plus ? soit faiblesse ou raison, Je suis las de me voir le soir en ma maison, Seul avec des valets souvent voleurs et traîtres, Et toujours, à coup sûr, ennemis de leurs maîtres.
    Sat. x. (valet [1])
  9. En achevant ces mots, la déesse guerrière… Rend aux trois champions leur intrépidité.
    Lutr. III (intrépidité)
  10. C'est ainsi que souvent par une forcenée Une triste famille à l'hôpital traînée Voit ses biens en décret.
  11. …Il n'est point de fou qui par belles raisons Ne loge son voisin aux Petites-Maisons.
    Sat. IV (maison)
  12. Ne vous y fiez pas ; je lui trouve l'air bien coquet ; elle a, ma foi, les yeux fripons.
    Héros de romans. (coquet, ette)
  13. Tout éloge imposteur blesse une âme sincère.
    Épît. IX (sincère)
  14. Non, pour louer un roi que tout le monde loue, Ma langue n'attend pas que l'argent la dénoue.
    Sat. IX (langue)
  15. Travaille pour la gloire, et qu'un sordide gain Ne soit jamais l'objet d'un illustre écrivain.
    Art p. IV (écrivain)
  16. Il [Balzac] a effectivement des qualités merveilleuses ; on peut dire que jamais personne n'a mieux su sa langue que lui, et mieux entendu la propriété des mots et la juste mesure des périodes.
    Longin, Subl. réfl. 7 (propriété)
  17. Et qu'ensuite [dans le sonnet] six vers artistement rangés Fussent en deux tercets par le sens partagés.
    Art p. II (tercet)
  18. Laissez là, croyez-moi, gronder les indévots, Et sur votre salut demeurez en repos.
  19. Ah ! qu'un si rude coup étonna mes esprits !
    Poésies div. 6 (étonner)
  20. Au moindre bruit qui court qu'un auteur les menace.
    Disc. au roi. (bruit)