Nicolas BOILEAU-DESPRÉAUX, auteur cité dans le Littré

BOILEAU (1636-1711)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BOILEAU a été choisie.

4781 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours au roi 1665 78 citations
Epîtres 1669-1695 752 citations
L'art poétique 1674 963 citations
Le lutrin 1673-1683 612 citations
Réflexions critiques sur Longin 1694 95 citations
Satires 1660-1711 1788 citations

Quelques citations de Nicolas BOILEAU-DESPRÉAUX

Voici un tirage aléatoire parmi ses 4781 citations dans le Littré.

  1. En vain certains rêveurs vous l'habillent en reine [la raison], Veulent sur tous nos sens la rendre souveraine.
  2. Et qu'un démon jaloux de mon contentement M'inspira le dessein d'écrire poliment.
    Sat. II (poliment [2])
  3. Tes vers, aussi peu lus que ceux de Pelletier, N'ont fait de chez Sercy qu'un saut chez l'épicier.
    Art p. II (épicier, ière)
  4. Le poëte [épique] s'égaye en mille inventions, Orne, élève, embellit, agrandit toutes choses.
    Art p. III (invention)
  5. Mais aucun de ces maux n'égale les rigueurs Que la mauvaise honte exerça dans les cœurs ; De ce nid à l'instant sortirent tous les vices.
    Ép. III (nid)
  6. Ce n'est plus qu'un cœur bas, un coquin ténébreux ; Son visage essuyé n'a plus rien que d'affreux.
    Épît. IX (essuyé, ée)
  7. Le noble… Humblement du faquin rechercha l'alliance.
    Sat. V (humblement)
  8. Le sublime se peut trouver dans une seule pensée, dans une seule figure, dans un seul tour de paroles.
    Longin, Sublime, Préf. (sublime)
  9. Encor si, pour rimer dans sa verve indiscrète, Ma muse au moins souffrait une froide épithète.
    Sat. II (épithète)
  10. Importun à tout autre, à soi-même incommode.
    Sat. VIII (importun, une)
  11. Chez le libraire absent tout entre, tout se mêle ; Les livres sur Évrard fondent comme la grêle Qui, dans un grand jardin, à coups impétueux, Abat l'honneur naissant des rameaux fructueux ; Chacun s'arme au hasard du livre qu'il rencontre.
    Lutrin, V (livre [1])
  12. Tout ce qu'on boit est bon, tout ce qu'on mange est sain ; La maison le fournit, la fermière l'ordonne.
  13. Si toujours dans leur âme une pudeur rebelle. Prêts d'embrasser l'Église, au prêche les rappelle.
    Épître III (prêt, ête [1])
  14. Où donc est ce grand cœur dont tantôt l'allégresse Semblait du jour trop long accuser la paresse ?
    Lutr. II (accuser)
  15. Nous naissons, nous vivons pour la société ; à nous-mêmes livrés dans une solitude, Notre bonheur bientôt fait notre inquiétude.
    Sat. X (solitude)
  16. Un mari ne veut pas fournir à ses besoins.
    Sat. x. (fournir)
  17. Depuis combien de temps êtes-vous dans nos murs ? Du fleuve ainsi dompté [le Rhin] la déroute éclatante à Wurts jusqu'en son camp va porter l'épouvante ; Wurts, l'espoir du pays et l'appui de ses murs.
    Ép. IV (mur)
  18. D'un vin pur et vermeil il fait remplir sa coupe ; Il l'avale d'un trait, et, chacun l'imitant, La cruche au large ventre est vide en un instant.
    Lutr. I (cruche)
  19. Je le vois bien, tu vas épouser une sainte.
  20. La plaintive Progné de douleur en frémit.
    Lutrin, III (plaintif, ive)