Philippe de BEAUMANOIR, auteur cité dans le Littré

BEAUMANOIR (1250?-1296)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMANOIR a été choisie.

juriste

1870 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les coutumes du Beauvoisis 1283 1863 citations

Quelques citations de Philippe de BEAUMANOIR

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1870 citations dans le Littré.

  1. Convenence d'escange doit estre tele que cascune partie doit garantir à toz jors ce qu'il baille.
    XXXIV, 10 (échange)
  2. Et en ce fesant, pourra estre li contens [querelle] de la vile apaisiés.
    L, 10 (faire [1])
  3. Qui veut prisier edefices, si comme mesons ou pressoirs, ou molins, il doit regarder le liu où li edifices est.
    XXVII, 18 (édifice)
  4. Si tost comme il est pris de cele maladie [lèpre], il est mors quant au siecle.
    LVI, 2 (quant [2])
  5. Li baillis, de s'office, pot bien debouter l'avocat, qu'il ne soit oïs en avocation devant lui.
  6. Et par cel jugement pot on veir c'on pot bien perdre par delaler…
    IX, 7 (voir)
  7. Il est establi, et de novel, que nus [nul] sers, ne nule serve ne soit si hardis qu'il face de son fils clerc, ne se [sa] fille metre en religion.
  8. Si que noz avons veu en aucuns liex, là ù il a esté soufert par debonereté, que ele [la femme] emportoit bien autant de muebles ou plus comme il demoroit as hoirs ou as executeurs.
    XIII, 21 (débonnaireté)
  9. Ançois [auparavant] doit estre fait enqueste de son aage par les parens et par les parrins et les marrines.
    XVI, 6 (parrain)
  10. Se cil qui est pris à tout [avec] le larrecin pot trouver son garant qui li bailla, il est delivrés.
    XXXI, 4 (garant, ante)
  11. Arbitre est maniere de juge qui n'a point de juridiction, fors tele que les parties lor donent par le [la] vertu du compromis.
    XLI, 7 (juridiction)
  12. Il se combatent à ceval, armé de toutes armeures, teles comme il lor plest, exepté coutel à pointe et mache [massue].
    LXI, 7 (couteau)
  13. Et por ce que noz avons veu aucuns gentix homes qui disoient qu'il ne devoient pas estre taillié avec les homes de poesté…
    XLIX, 5 (tailler)
  14. Quant aucuns a son enfant mort, si comme par fu… on n'en doit rien demander au pere ne à le [la] mere, car li grant courous qu'il en ont les doit delivrer du damace temporel.
    LXIX, 5 (courroux)
  15. Et si en torne aucune fois li blasmes sor le bailli, tout soit ce que tix prises [telles prises] n'entrent pas en se [sa] bourse.
    I, 9 (prise)
  16. Il avoient oï tesmongnier à lor peres et à lor aieus, que ceste concordance fu fete entre le conte Raoul de Clermont et ses homes de le [la] conté de Clermont.
    XXXII, 17 (concordance)
  17. Tix [tels] dons ne tix promesses ne font pas à tenir.
    VI, 24 (faire [1])
  18. Autrement iroit, se je n'avoie ne pere ne mere ne hoir qui fust issus de mon cors, et je avoie aiol ou aiole, et après defaloit de moi.
    XIV, 23 (défaillir)
  19. Si comme de lor moustiers refere et de lor caucies ramender.
  20. S'il n'a loiel ensoine [exemption], par lequel on li doinst seconde production.
    LXVII, 19 (production)