Philippe de BEAUMANOIR, auteur cité dans le Littré

BEAUMANOIR (1250?-1296)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BEAUMANOIR a été choisie.

juriste

1870 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les coutumes du Beauvoisis 1283 1863 citations

Quelques citations de Philippe de BEAUMANOIR

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1870 citations dans le Littré.

  1. Et porce que c'estoit droitement mouvement de guerre et de mortix [mortelles] haines, tix [tels] contregagement sunt deffendu du pooir et de l'auctorité du sovrain le roy de France.
    XXXII, 23 (contre-gage)
  2. Si comme se uns hons convenence à un autre qu'il tuera un home por cent livres, ou afolera, ou batera…
    XXXIV, 2 (affoler [2])
  3. En tele maniere que, se li treffonsiers y veut revenir, li sires penra premiers son laborage et son campart de l'anée presente.
    LI, 14 (tréfoncier)
  4. On doit regarder li quel tesmong sunt plus creable et de mellor renommée.
    XL, 36 (croyable)
  5. Et li vins de gros noirs ou de goet [doit estre prisiés] cascuns muis six sous de rente.
    XXVII, 25 (gros, osse)
  6. Il querroit [tomberait] en grant amende vers le signeur, de ce qu'il aroit fet ayde au bani el tans de son bannissement.
    XXXIV, 32 (bannissement)
  7. Et apert, puisque contrarietés ne rapiaus ne sont trouvé el deerain [testament], que ce n'est fors qu'ajoustemens de testament.
    XII, 41 (rappel)
  8. S'il brise ou depiece ou pert aucune coze qui est des apertenances du pressoir.
    XXXVIII, 19 (appartenance)
  9. Et s'il se destornent qu'il ne puissent estre pris, li destorné doivent estre contraint par gardes et par apiax, et mener dusques au banissement.
    LX, 12 (détourner)
  10. Neporquant, si tost qu'il yssent de lor wis sor les voies, il sont sor le [la] justice le conte.
    XXV, 6 (huis)
  11. Miex vaut qu'on sequeure au commun porfit, qu'à le [la] volenté de cix [ceux] qui voelent le tans enquierir [créer la cherté].
    XLIX, 2 (enchérir)
  12. Li aucun des homes si voelent dire, que que se uns de lor homes…
  13. Tout li enfant que cele porte qui est serve sont serf, tout soit ce que li peres soit frans hons.
    XLV, 45 (porter [1])
  14. Li quix [lequel] acors doit estre fes [fait] en le [la] presence du seigneur.
    XV, 81 (accord)
  15. Li bareteur qui font la fraude et tuit li consentant doivent estre puni comme larron.
  16. Si comme quant il ont volenté d'entrer en religion ou de vouer casteé [chasteté].
    XVIII, 21 (vouer)
  17. Si comme se li meres ou li juré qui ont les besognes à gouverner, fesoient fraude ou malice, par quoy le [la] vile fust desheritée ou endetée.
    L, 9 (endetter)
  18. Garder de damache.
  19. Et aussi lor doit on [aux enfants] rendre conte de lor muebles et de lor heritages vilains, qui le tient por eus, el tans qu'il sont sousaagié [mineurs].
    XIV, 30 (héritage)
  20. Cil qui pert par le [la] negligence de son compagnon ne s'en doit penre qu'à sa folie.
    XXI, 32 (prendre)