Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. J'ai vu sur la coupe huit points noirs qui, examinés au microscope, m'ont paru être les orifices de huit gros vaisseaux.
    Us. feuilles plantes, 5<sup>e</sup> mém. (orifice)
  2. Le fœtus est visible peu de jours après la conception ; il a donc acquis alors un volume plusieurs millions de fois plus grand que n'était son volume original.
    Consid. corps org. Œuv. t. V, p. 126, dans POUGENS. (fœtus)
  3. Quand on vient à apprendre de l'infatigable Leuwenhoek qu'une seule morue peut pondre environ dix millions d'œufs, on n'est plus surpris que la fécondité de ce poisson puisse fournir aux besoins de tant de peuples.
    Contempl. nat. XII, 27 (morue)
  4. Quelquefois j'ai vu le repliement [de la feuille] s'opérer sur un des côtés de la tige.
    Usag. feuilles, 2<sup>e</sup> mém. (repliement)
  5. S'il est en cosmologie un principe aussi fécond que certain, c'est celui de cette liaison universelle qui enchaîne toutes les parties de la nature.
  6. M. Lemery soutenait que la formation des monstres était due uniquement à des causes accidentelles qu'il assignait, et qu'il savait employer avec beaucoup de sagacité et d'esprit.
    Consid. corps organ. Œuvres, t. VI, p. 447, dans POUGENS. (monstre [1])
  7. Si l'emboîtement [des germes] est la loi de la nature, pouvons-nous dire que nous soyons faits pour contempler à découvert ces divers ordres d'infinis, toujours décroissants, abîmés les uns dans les autres, et qu'un développement plus ou moins lent tend continuellement à rapprocher des frontières du monde visible ?
    Paling. XII, 7 (frontière)
  8. Il suit de cette observation importante, que le moyen d'être heureux c'est de se conformer à l'ordre ou aux rapports qui sont entre les choses.
    Causes prem. 8<sup>e</sup> part. concl. (heureux, euse)
  9. Le nombre des conséquences justes que différents esprits tirent du même principe, ne pourrait-il pas servir de fondement à la construction d'un psychomètre, et ne peut-on pas présumer qu'un jour on mesurera les esprits comme on mesure les corps ?
    Contempl. IV, 10 (psychomètre)
  10. … Que les ovaires de toutes les femelles contiennent originairement des embryons préformés, qui n'attendent, pour commencer à se développer, que le concours de certaines causes.
    Consid. corps org. Œuv. t. V, p. 255, dans POUGENS. (préformer)
  11. Le goût paraît encore plus dégradé que l'odorat dans un grand nombre d'oiseaux, surtout chez les granivores ; leur langue, presque cartilagineuse, ne semble pas devoir être bien sensible.
    Contempl. nat. III, 28 (goût)
  12. Je dirai bien encore que je fais plus de cas d'un bon traité sur un seul insecte que de toute une nomenclature insectologique.
    Contempl. nat. Œuvr. t. VIII, p. 140, dans POUGENS. (insectologique)
  13. Suivant cet habile physicien [le Roi], l'air dissout l'eau, comme l'eau dissout les sels.
    Us. feuill. plant. 2<sup>e</sup> suppl. (dissoudre)
  14. Mouvements rotatoires.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 433, dans POUGENS (rotatoire)
  15. Des expériences équivoques avaient trompé M. de Réaumur : la coquille ne croît point par apposition ou par transsudation ; elle n'est point moulée sur le corps de l'animal ; mais elle est une partie essentielle du corps de l'animal.
    Paling. philos. part. XIe, ch. 5 (coquille)
  16. Si une impulsion intestine réveille alors quelques idées étrangères, l'âme ne se livre point à cette idée.
    Ess. analyt. âme, ch. 23 (intestin, ine [1])
  17. La graine est un œuf dans lequel un embryon doit prendre ses premiers accroissements.
    Consid. corps org. Œuv. t. v, p. 318 (graine)
  18. Un œuf infécond n'est pas privé de germe ; mais le germe invisible qu'il renferme ne se développera jamais, parce qu'il a manqué d'une condition nécessaire au développement : il n'a pas été fécondé.
    Consid. corps org. œuv. t. VI, p. 234, dans POUGENS. (infécond, onde)
  19. Mon hypothèse sur l'indestructibilité des germes de nos animalcules des infusions.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 89, dans POUGENS (indestructibilité)
  20. Malheur aux dattes qui viennent à être rencontrées par d'autres dattes ; car celles-ci ne manquent pas de les percer pour se nourrir de leur substance.
    Contempl. nat. 12<sup>e</sup> part. ch. 27 (datte)