Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. Le mot de sentiment, pris dans le sens métaphysique, n'exprime que les résultats de l'impression des objets sur la machine et de la machine sur l'âme, en vertu des lois de l'union.
    Ess. anal. âme, 17 (sentiment)
  2. Elles [des feuilles] se sont éloignées de la fenêtre, pour s'approcher de la paroi qui lui était opposée.
    Us. feuill. plant. 5<sup>e</sup> mém. (paroi)
  3. Le vulgaire croit qu'on enseigne aux bêtes à parler : il ne sait pas que parler c'est lier les idées à des signes arbitraires qui les représentent.
    Contempl. nat. XII, 33 (parler [1])
  4. Pourquoi donc le cerf et le chevreuil d'Angleterre usent-ils de violence pour se soumettre leurs femelles ?
    Consid. corps organ. Œuvr. t. VI, p. 394, dans POUGENS (soumettre)
  5. Il suit de cette observation importante, que le moyen d'être heureux c'est de se conformer à l'ordre ou aux rapports qui sont entre les choses.
    Causes prem. 8<sup>e</sup> part. concl. (heureux, euse)
  6. Lorsque l'insecte, après avoir rejeté la dépouille de ver, se montre avec toutes les parties extérieures revêtues seulement d'enveloppes particulières, molles et transparentes, qui ne les tiennent point assujetties au corps, on nomme cela une nymphe.
    Contempl. nat. Œuvr. t. VIII, p. 275, dans POUGENS. (nymphe)
  7. Lorsqu'on a divisé les animaux en vivipares et en ovipares, on a cru que ces deux classes générales épuisaient le règne animal ; les pucerons nous ont démontré les premiers l'insuffisance d'une division si facile et si commode.
    Consid. corps organ. Œuvr. t. VI, p. 256, dans POUGENS. (ovipare)
  8. Si le germe préexiste tout entier à la fécondation, ce que nous nommons génération n'en est point une ; mais ce n'est que le commencement d'une évolution, qui amènera peu à peu au grand jour des parties cachées auparavant dans une nuit impénétrable.
    Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 75 (germe)
  9. Son piége [du fourmi-lion] est tendu à tous les petits insectes rôdeurs ; et malheur à celui que son imprudence entraîne dans le précipice !
    Contempl. nat. XII, 42 (rôdeur)
  10. M. Trembley, si connu aujourd'hui par sa belle découverte des polypes qu'on multiplie de boutures.
    Observat. pucerons (polype)
  11. Les chenilles nous vaudraient bien d'autres richesses, si nous entreprenions de mettre en œuvre les coques de soie que diverses espèces de ces insectes savent se construire ; celles qui ne pourraient pas être filées, pourraient au moins être cardées et servir utilement en différentes fabriques, telles que celles des bas, des draps, des feutres, des ouates, du papier.
    ib. Œuvres, t. VIII, p. 318, dans POUGENS (coque)
  12. Je ne m'arrête pas à vous faire admirer la longue langue du pivert, le ressort qui la met en jeu, et la manière dont il la darde dans les trous des arbres pour saisir adroitement les petits insectes qui y sont logés.
    Contempl. nat. XII, 28 (pivert)
  13. Ce qu'est Newton à la haute géométrie, Montesquieu l'est à la haute politique.
    Ess. analyt. âme, ch. 19 (haut, aute)
  14. Diverses espèces de vers d'eau douce, les vers de terre, les orties et les étoiles de mer, coupés par morceaux, se reproduisirent de bouture comme le polype.
    1er mém. Reprod. salamandre (étoile)
  15. La psychologie est la science de l'âme.
    Paling. XVII, 5 (psychologie)
  16. La volonté est toujours libre, c'est-à-dire que, lorsqu'elle s'exerce, c'est par sa propre force, sans contrainte, de plein gré ; les métaphysiciens ont rendu cela par le terme de spontanéité.
    Ess. anal. âme, 19 (spontanéité)
  17. Ces oiseaux plongeurs qui, comme la macreuse, la grèbe, le plongeon, ne quittent guère l'eau.
    Contempl. nat. III, 26 (plongeur)
  18. Les envies sont comme des nuées : on y voit ce que l'on veut.
    Consid. corps org. Œuvres, t. VI, p. 400, dans POUGENS (envie)
  19. Ces grands utricules découverts par Malpighi et Grew [dans les parenchymes des feuilles].
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 436, dans POUGENS (utricule)
  20. Prévoir une action libre n'est pas l'opérer ; la permettre n'est pas la produire.
    Paling. VIII, 9 (prévoir)