Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. Chaque branche, chaque rameau, chaque ramuncule et même chaque feuille sont si bien des arbres en petit que…
    Paling. phil. IV, 3 (ramuncule)
  2. Nous allons perdre le grand Haller, et probablement, à l'heure que je vous écris, il n'est plus ; vous n'avez pas besoin que je vous fasse sentir toute la grandeur de cette perte, vous qui savez comme moi tout ce que la physiologie, la botanique, la médecine, les lettres, la religion doivent à cet homme aussi respectable qu'illustre.
    Lett. div. Œuvres, t. II, p. 206, dans POUGENS (grand, ande)
  3. Les nageoires, qui sont les ailes des poissons, ne sont pas moins propres à manœuvrer dans l'eau, que les ailes des oiseaux à manœuvrer dans l'air.
    Contempl. nat. XII, 27 (nageoire)
  4. Infirmerait-on le texte sacré de la Genèse, si l'on avançait que la création décrite par Moïse est moins une véritable création que le récit assez peu circonstancié des degrés successifs d'une grande révolution que notre globe subissait alors ?
    Paling. philos. I, 2 (genèse)
  5. Combien d'idées désagréables, qui se reproduisent malgré nous !
    Ess. anal. âme, 18 (reproduire)
  6. Je suis charmé d'avoir pour lecteur cette femme aussi aimable qu'estimable, qui vous a échu en partage dans la grande loterie de la vie humaine.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 465, dans POUGENS (lecteur, trice)
  7. Hartsoeker assurait que la première graine serait à la dernière et la plus petite qui paraîtrait la dernière année du soixantième siècle, comme l'unité suivie de trente mille zéros, d'où il concluait que l'emboîtement était absurde.
    Consid. corps organ. Œuvres, t. VI, p. 422 (emboîtement)
  8. Au moyen de l'attention dont l'âme est douée, elle peut séparer la partie de son tout, le mode de son sujet ; elle peut faire des abstractions partielles et des abstractions modales.
    Ess. psych. ch. 8 (modal, ale)
  9. Les coquillages composent deux grandes familles ; celle des conques dont la coquille est formée de deux ou de plusieurs pièces, et celle des limaçons dont la coquille est d'une seule pièce, tournée ordinairement en spirale.
    Contempl. nat. 3<sup>e</sup> part. ch. 21 (coquillage)
  10. Il eût été bien à désirer, qu'au lieu de disserter sans fin sur cette matière, l'on se fût adressé directement à la nature, le scalpel et la lentille à la main.
    Consid. corps org. Œuvr. t. VI, p. 379, not. 1, dans POUGENS (lentille)
  11. Les jolies perruches dont je veux parler sont surtout renommées pour leur tendresse conjugale… ce qui se passe dans la société conjugale de nos petites perruches de Guinée.
    Contempl. nat. XI, 13 (perruche)
  12. Notre connaissance réfléchie dérive essentiellement de notre connaissance intuitive : c'est toujours sur des idées purement sensibles que notre esprit opère lorsqu'il s'élève aux notions les plus abstraites.
    Paling. XVI, 3 (intuitif, ive)
  13. Retranchons l'homme de dessus la terre ; il n'y a plus de contemplateur des œuvres du Tout-puissant.
    Palingén. 12<sup>e</sup> part. ch. 8 (contemplateur, trice)
  14. Le jeune ornithophile est passionné des oiseaux et surtout des oiseaux de proie.
    Ess. psychol. ch. 78 (ornithophile)
  15. La faculté locomotive est un des caractères qui s'offrent les premiers à l'esprit, lorsque l'on compare le règne végétal et le règne animal.
    Cont. nat. X, 29 (locomotif, ive)
  16. Les couleurs de presque tous les corps souffrent des altérations très sensibles lorsqu'ils demeurent longtemps exposés au grand air ou au grand jour.
    Lett. à Rozier, Œuv. t. x, p. 27, dans POUGENS (grand, ande)
  17. L'âme ne forme des idées spirituelles qu'à l'aide des mots qui en sont les signes, et ces mots prouvent la corporéité de ces idées.
    Ess. psych. Introduction. (corporéité)
  18. On entendait, à plusieurs centaines de pas, des craquements semblables au claquement d'un fouet ou aux éclats d'un feu d'artifice.
    Contempl. nat. part. V, ch. 13 (craquement)
  19. L'irritabilité est cette propriété de la fibre musculaire, en vertu de laquelle elle se contracte d'elle-même à l'attouchement de tout corps soit solide, soit fluide.
    Consid. corps org. t. VI, p. 105 (irritabilité)
  20. Je faisais ici allusion à l'ingénieux système de l'idéalisme du profond et pieux Berkley, que je n'entreprenais pas de combattre.
    Ess. analyt. âme. ch. I, note * (idéalisme)