Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. L'estomac du chien ne digère proprement que le parenchyme ou la partie animale de l'os.
    Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 19, dans POUGENS (parenchyme)
  2. Les philosophes qui, par je ne sais quelle idée de perfection, veulent tout ramener à l'âme, oublient que nous n'avons des idées que par l'intervention des sens, et que nous n'avons de notions abstraites que par l'intervention des signes qui tombent encore sous le sens.
    Ess. analyt. âme, ch. 24 (intervention)
  3. Le nom d'ortie est très impropre, et ne réveille l'idée d'aucun des caractères par lesquels l'animal est connu ; le nom de cul de cheval qu'il porte sur quelques côtes de France réveille au moins l'idée de sa figure.
    Contempl. nat. XII, 21 (ortie)
  4. Nous avons dans nos pucerons un genre d'insectes qui, à la propriété de se multiplier sans accouplement, joint encore celle d'être à la fois vivipare et ovipare.
    Observ. pucerons. (puceron)
  5. Il y a plus de renoncules que de rosiers, plus de gramens que de chênes ; il y a plus de papillons que de poules, plus de pucerons que de chiens.
    Contempl. nat. Œuvres, t. VIII, p. 381 (gramen)
  6. L'ouïe est, après la vue, le sens le plus parfait chez les oiseaux ; ils forment un grand peuple de musiciens.
    Contempl. nat. III, 27 (ouïe)
  7. Le jeune ornithophile est passionné des oiseaux et surtout des oiseaux de proie.
    Ess. psychol. ch. 78 (ornithophile)
  8. Je vis des nids de chardonneret construits sur les plus petites proportions, dont les contours étaient si exactement circulaires, qu'ils semblaient tracés au compas, et dont l'intérieur et l'extérieur étaient formés de matériaux si proprement et si artistement arrangés que je ne pouvais me lasser de les admirer.
    Contempl. nat. XII, 28 (nid)
  9. J'ai dit qu'il était assez prouvé que la mémoire a son siége dans le corps ; une âme qui transmigrerait d'un corps dans un autre n'y conserverait donc aucun souvenir de son état précédent.
    Paling. phil. II, 4 (transmigrer)
  10. On sait que cette planète que nous habitons et qui nous paraît si grande est quatorze cent mille fois plus petite que le soleil autour duquel elle circule.
    Paling. phil. VI, 1 (planète)
  11. La figure et le mouvement dépendent d'une cause qui est extérieure au corps ; ce ne sont donc pas des propriétés essentielles ; ce sont de simples modes, mais qui ont leur fondement dans les attributs essentiels de la matière : la figure dans l'étendue, le mouvement dans la solidité.
    Consid. corps organ. Œuvres, t. V, p. 158, dans POUGENS. (mode [1])
  12. Comme il est des goûts physiques dépravés, il est aussi des goûts moraux dépravés.
    Ess. analyt. âme, ch. 19 (dépravé, ée)
  13. Si le germe préexiste tout entier à la fécondation, ce que nous nommons génération n'en est point une ; mais ce n'est que le commencement d'une évolution, qui amènera peu à peu au grand jour des parties cachées auparavant dans une nuit impénétrable.
    Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 75 (germe)
  14. On n'a pas oublié le froid si long et si rigoureux de l'hiver de 1740, il avait presque égalé en intensité celui de 1709 et l'avait surpassé en durée.
    Observ. 42<sup>e</sup> insect. (hiver)
  15. Les arbres toujours verts transpirent moins en temps égal que ceux qui se dépouillent.
    Contempl. nat. 6<sup>e</sup> part. ch. 3 (dépouiller)
  16. Ces mouvements… sont ondulatoires, et dépendent évidemment de l'irritabilité…
    1er mém. reprod. salam. (ondulatoire)
  17. Ceux qui ont lu le Système du monde du profond Lambert, savent qu'il peut y avoir des astres qui n'achèvent leur révolution qu'au bout de plusieurs milliers d'années.
    Paling. phil. VI, 6 (révolution)
  18. J'ai compté jusqu'à sept grappes à un seul provin.
    Hist. nat. Mém. Œuv. t. III, p. 239, dans POUGENS (provin)
  19. Il sera bien dans l'ordre de la marche d'esprit qui va naturellement des concrets aux abstraits et des moins abstraits aux plus abstraits, de finir par l'ontologie ou la science de l'être.
    Œuv. mêl. t. XVIII, p. 179, dans POUGENS (ontologie)
  20. Le blé rachitique ou avorté.
    Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 257, dans POUGENS (rachitique)