Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. Hales a prouvé qu'en supposant 1 200 expirations par heure, nous évacuons en un jour par les poumons environ une livre et un tiers de vapeurs ou d'exhalaisons.
    Contempl. nat. VII, 3, note 2 (expiration)
  2. Qu'il me soit permis de le dire : aucun écrivain d'histoire naturelle ne s'est plus attaché que moi à ne pas confondre les conjectures avec les faits ; mais je n'ai pas cru qu'on ne dût jamais conjecturer en physique.
    Lett. div. Œuvres, t. XII, p. 287 (conjecturer)
  3. Les choses qu'on nomme morales ne sauraient être ramenées au calcul.
    Paling. XI, 8 (moral, ale)
  4. Le fil [de soie] ne fait pas proprement des révolutions autour de la coque ; il y trace une infinité de zigzags, qui composent différentes couches de soie.
    Contempl. nat. XII, 4 (révolution)
  5. Nous allons perdre le grand Haller, et probablement, à l'heure que je vous écris, il n'est plus ; vous n'avez pas besoin que je vous fasse sentir toute la grandeur de cette perte, vous qui savez comme moi tout ce que la physiologie, la botanique, la médecine, les lettres, la religion doivent à cet homme aussi respectable qu'illustre.
    Lett. div. Œuvres, t. II, p. 206, dans POUGENS (grand, ande)
  6. Les vrais poissons n'ont point de poumons, ils ont des ouïes qui leur en tiennent lieu ; tous les cétacés, au contraire, ont de vrais poumons.
    Contempl. nat. XII, 27 (ouïe)
  7. Préférer n'est pas sentir, c'est se déterminer, c'est agir.
    Ess. anal. âme, X (préférer)
  8. J'ai supposé que les témoins dont il s'agit ne pouvaient ni tromper ni être trompés ; la première supposition m'a paru fondée principalement sur leur intégrité ; la seconde sur la palpabilité des faits.
    Paling. XVIII, 5 (palpabilité)
  9. Quel philosophe voudra admettre cet infini actuel ? ne faut-il pas que dans une série quelconque il y ait un dernier terme ? l'infini des géomètres est-il un véritable infini ?
    Œuvr. mêlées, t. XVIII, p. 22, dans POUGENS (série)
  10. La femelle [des poissons à ouïe] contient des uves, qui sont des amas d'œufs renfermés sous une enveloppe commune, et qu'elle laisse tomber au temps du frai.
    Contempl. nat. XII, 27 (uve)
  11. Il voit, comme l'a dit un grand homme, les abstraits dans les concrets, les concrets dans les abstraits ; Voilà le génie.
    Ess. analyt. âme, ch. 16 (génie)
  12. Le germe existait-il déjà dans la graine ou dans l'œuf avant la fécondation ? la poussière des étamines ou la liqueur que le mâle fournit n'est-elle que le principe de son développement ?
    Consid. corps organ. Œuv. t. v, p. 94, dans POUGENS. (germe)
  13. Prenons l'inverse de la première supposition : au lieu de faire fournir le germe par la femelle, faisons-le fournir par le mâle.
    Consid. corps org. Œuvr. t. V, p. 227, dans POUGENS. (inverse)
  14. Le grand insectologiste M. de Geer parle de coques de chenilles qui avaient la consistance du parchemin…
    Contempl. nat. XII, 34 (insectologiste)
  15. Leur tête armée de deux crochets ne ressemble point à celle des autres animaux.
    Consid. corps organ. Œuvres, t. VI, p. 246, dans POUGENS. (crochet)
  16. Les pleurs de vigne sont une extravasation très abondante de la séve.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 93, dans POUGENS (pleur)
  17. Le toucher, si obtus, si incertain pour le commun des hommes, devient pour vous [aveugles] si exquis, si sûr, qu'il semble suppléer en quelque sorte au défaut de la vue.
    Contempl. nat. V, 9 (obtus, use)
  18. La préformation et l'évolution des corps organisés sont une des lois les plus générales de la nature.
    Contempl. nat. XII, 42 (préformation)
  19. La fin est un effet qui a son principe.
    Essai analyt. âme, Œuvres, t. XIII, ch. 17, p. 256, dans POUGENS. (fin [1])
  20. Je serais fort porté à penser que la destruction de notre globe n'arrivera que lorsque les hommes auront épuisé la connaissance des objets qu'il renferme.
    Consid. corps organ. Œuvres, t. V, p. 93, dans POUGENS. (destruction)