Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. Le grenat, cette pierre si dure, n'est pas plus à l'abri de l'action mécanique du gésier ; elle est assez puissante pour émousser à la longue les angles de cette pierre.
    Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 16, note 1 (gésier)
  2. Ce que l'on aperçoit d'abord dans le germe du poulet, est un point saillant, dont le mouvement perpétuel fixe agréablement l'attention de l'observateur.
    Contemplat. nat. Œuv. t. VIII, p. 52, dans POUGENS. (poulet)
  3. De pures sensations ne sont pas des notions.
    Œuv. mêl. t. XVIII, p. 328, dans POUGENS (notion)
  4. Ces arbres [auxquels on a enlevé un anneau d'écorce en pénétrant jusqu'au bois] seront constamment plus hâtifs, ils fleuriront et noueront plus tôt leur fruit.
    ib. X, 27 (nouer)
  5. L'eau qu'on a purgée d'air en la faisant bouillir, est plusieurs jours à s'imprégner d'un air nouveau.
    Us. feuilles dans les plantes, 1er mém. (imprégner)
  6. Ces tubules d'une petitesse si étonnante qui entrent dans la composition des viscères vasculeux.
    Œuv. t. x, p. 5 (tubule)
  7. Je suis revenu plus d'une fois à cette remarque, et je ne pouvais trop y revenir, pour qu'on ne prît pas le change sur le genre et le but de mon travail.
    Paling. XX, 3 (revenir)
  8. Prendrons-nous notre faible, notre très faible connaissance de la nature pour la mesure des possibilités physiques ?
    Lett. div. t. XII, p. 33, dans POUGENS (possibilité)
  9. Pline parle de ténia de trente pieds ; et un auteur plus digne d'être cru, l'illustre Boerhaave, a assuré en avoir vu un de trente aunes.
    Hist. nat. Mém. Œuv. t. III, p. 97, dans POUGENS (ténia)
  10. Quand un pou affamé a fait pénétrer sa trompe dans un vaisseau sanguin, le sang passe avec tant de rapidité et d'abondance dans le tube intestinal, que l'observateur qui le contemple au microscope en est presque effrayé.
    Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 372, dans POUGENS (pou)
  11. L'instant où ce développement [du germe] commence est ce que nous nommons improprement génération.
    Ess. psychol. ch. 85 (développement)
  12. Les orties de mer peuvent être greffées ; on peut réunir les moitiés de différentes orties ; mais, pour les assujétir, on est obligé d'avoir recours à la suture.
    Consid. corps org. Œuvr. t. v, p. 348, dans POUGENS. (suture)
  13. L'univers est l'ensemble de tous les êtres créés ; cet ensemble est systématique ou harmonique ; il ne s'y trouve pas une seule pièce qui n'ait sa raison dans le tout.
    Paling. XXI, 8 (univers)
  14. On a donné le nom d'écumes printanières à ces amas de matière mousseuse qu'on voit au printemps sur les herbes des prairies ; le peuple, qui en ignore la vraie nature, les prend pour des crachats de différents animaux ; Poupart est le premier qui nous en ait donné l'histoire.
    Contempl. nat. XIIe part. ch. 13 (écume)
  15. J'ai rêvassé sur ces poussières, dont la structure est si admirable.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 404, dans POUGENS (rêvasser)
  16. L'évolution complète des organes générateurs exige sans doute plus de précision que celles des autres organes.
    Contempl. nat. Œuvres, t. VIII, p. 92, dans POUGENS. (générateur, trice)
  17. J'ai coupé à des feuilles de vigne quelques-unes des principales nervures, elles n'ont pas laissé de se retourner.
    Us. feuilles, 2<sup>e</sup> mém. (retourner)
  18. Dix mille volumes lus la plume à la main.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 207, dans POUGENS (plume)
  19. Je goûte une secrète satisfaction à contempler dans un gland le germe d'où naîtra dans quelques siècles le chêne majestueux à l'ombre duquel les oiseaux de l'air et les bêtes des champs iront se réjouir.
    Consid. corps org. Œuv. t. V, p. 207, dans POUGENS. (gland)
  20. M. Duhamel croit que la colle nuit aux plantes, en empêchant la transpiration et l'imbibition qui se fait par les feuilles.
    Us. feuill. plant. 1er mém. (imbibition)