Charles BONNET, auteur cité dans le Littré

BONNET (1720-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BONNET a été choisie.

920 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les corps organisés 1762 116 citations
Essai analytique sur les facultés de l'âme 1760 60 citations
Essai de psychologie 1754 30 citations
La contemplation de la nature 1764 272 citations
La Palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivans. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le Christianisme 1770 95 citations
Traité d'insectologie ou observations sur les pucerons. Première partie. ou observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets 1745 55 citations

Quelques citations de Charles BONNET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 920 citations dans le Littré.

  1. Nous voyons la plante naître, croître, fleurir et fructifier, comme nous voyons l'aiguille d'une horloge parcourir d'un mouvement insensible tous les points du cadran.
    Contempl. nat. X, 30 (plante)
  2. Le crédit mobilier a été, qu'on me pardonne l'expression, lanceur d'affaires.
    Rev. des Deux-Mondes, 15 nov. 1865, p. 416 (lanceur)
  3. Les livres d'agriculture si multipliés de nos jours, et qui ne sont la plupart que des échos les uns des autres, regorgent de ces procédés relatifs à la fertilisation des terres.
    Contempl. nat. VI, 3, note 1 (fertilisation)
  4. J'ai compté jusqu'à sept grappes à un seul provin.
    Hist. nat. Mém. Œuv. t. III, p. 239, dans POUGENS (provin)
  5. M. Adanson me disait… que toutes les fois que l'opération [l'amputation de la queue] avait été bien faite sur la salamandre, il ne se faisait qu'une reproduction en moignon, c'est-à-dire une masse de chair non organisée ou organisée différemment.
    Œuvr. t. XI, p. 27, dans POUGENS (moignon)
  6. Chez les animaux, le tempérament règle tout ; chez l'homme, la raison règle le tempérament, et le tempérament réglé facilite, à son tour, l'exercice de la raison.
    Contempl. nat. v, 5 (tempérament)
  7. Je suis charmé d'avoir pour lecteur cette femme aussi aimable qu'estimable, qui vous a échu en partage dans la grande loterie de la vie humaine.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 465, dans POUGENS (lecteur, trice)
  8. Leur tête armée de deux crochets ne ressemble point à celle des autres animaux.
    Consid. corps organ. Œuvres, t. VI, p. 246, dans POUGENS. (crochet)
  9. Les feuilles du haricot à bouquets incarnats, plongées dans l'eau par leur pédicule, y ont fait des racines, mais seulement à l'extrémité inférieure de ce dernier.
    Usage des feuilles, 4<sup>e</sup> mém. (faire [1])
  10. Le germe de l'insecte qui se métamorphose contient actuellement toutes les enveloppes dont cet insecte doit se défaire et tous les organes qui l'accompagnent.
    Consid. corps org. Œuvres, t. V, p. 140, dans POUGENS. (défaire)
  11. Le soleil, par son action sur la surface supérieure des feuilles, change souvent leur direction, et les détermine à se tourner de son côté ; cela était connu des physiciens, et ils ont nommé ce mouvement la nutation des plantes.
    Us. feuill. plant. 2<sup>e</sup> mémoire. (nutation)
  12. Parvenu à son parfait accroissement, le fourmi-lion quitte le métier de chasseur qui lui est devenu inutile ; il ne tend plus de piége, et, après s'être promené quelque temps près de la surface de la terre, il s'y construit une petite coque de forme sphérique, qu'il revêt intérieurement d'une tapisserie de satin du plus beau gris de perle où il se transforme dans une de ces mouches qu'on a nommées demoiselles.
  13. Nous contemplons les secousses du monde politique, comme nous contemplons celles du monde physique.
    Palingén. XIII, 6 (secousse)
  14. Les fourmis alimentent leurs petits à la manière des guêpes, en leur dégorgeant la nourriture qu'elles ont elles-mêmes digérée et qui se montre au dehors sous l'aspect d'une liqueur visqueuse ; mais, lorsqu'elles demeurent privées d'aliment, leur affection pour les petits se change en cruauté, et elles les dévorent.
    ib. (fourmi)
  15. L'irritabilité est cette propriété de la fibre musculaire, en vertu de laquelle elle se contracte d'elle-même à l'attouchement de tout corps soit solide, soit fluide.
    Consid. corps org. t. VI, p. 105 (irritabilité)
  16. Il prétend s'étayer du grand Leibnitz, et personne n'ignore que cet illustre métaphysicien était un des plus zélés partisans du système des germes.
    Lett. div. Œuv. t. XII, p. 79 (germe)
  17. Si l'air est assez froid pour que cette rosée se gèle, elle formera ce qu'on nomme la gelée blanche ; ce sera, en quelque sorte, la cristallisation de l'eau.
    Us. feuill. plantes, Suppl. 2e. (gelée)
  18. L'extrême curtitude des anneaux (je demande grâce pour cette expression) m'en avait vraisemblablement imposé, et d'autant plus que je n'avais point vu encore de taenia à anneaux longs.
    Nouv. rech. taenia. (curtitude)
  19. Approchez-vous de ce banc de terre glaise où le flot va mourir.
    Contempl. nat. XII, 20 (mourir)
  20. Les opticiens, fondés sur l'expérience, disent que l'étendue d'un coup d'œil est bornée à l'angle droit.
    Ess. psych. ch. 38 (coup)