Jacques BRUYANT, auteur cité dans le Littré

J. BRUYANT (13??-13??)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme J. BRUYANT a été choisie.

notaire royal au Châtelet à Paris

75 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La voie et adresse de pauvreté et de richesse 1342 72 citations

Quelques citations de Jacques BRUYANT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 75 citations dans le Littré.

  1. C'est le chemin de povreté, Une dame qui n'est prisée En ce monde, n'auctorisée.
    dans Ménagier, t. II, p. 18 (autoriser)
  2. Cellui qui la porte gardoit, Qui moult fellement regardoit, Moult lourdement me print à dire : Qu'est-ce, que voulez-vous, beau sire ? Voulezvous entrer sans congié ?
    ib. t. Il, p. 35 (lourdement)
  3. Et prent avec toi abstinence Et sobrieté sa compaigne.
    dans Ménagier, t. II, p. 13 (sobriété)
  4. C'est un chemin moult destravé, Plein de boullons [bourbiers], tout encavé.
    dans Ménagier, t. II, p. 18 (bouillon)
  5. Soies courtois et debonnaire, Comme uns homs estrait de bonne aire.
    dans Ménagier, t. II, p. 11 (débonnaire)
  6. S' en seras plus avenant, Plus honnourés et mieulx prisiés, Et entre gens auctorisiés, Et tenus pour sage de tous.
    ib. p. 26 (autoriser)
  7. Il ne me chault qu'il en aviengne ; Qui ne pourra ploier, si brise.
    dans Ménagier, t. II, p. 7 (plier)
  8. Es vous un homme à moi venir, Qui bien sembloit estre advocas, Qui parler sceüst en tous cas.
    dans Ménagier, t. II, p. 24 (avocat)
  9. Et si ne dois nul temps ruer De ta bouche male parole.
    dans Ménagier, t. II, p. 16 (ruer)
  10. Puisqu'il est, dit-elle, en tel vaine [si désireux de bien faire], Je le vueil aler essaier.
    dans Ménagier, t. II, p. 37 (veine)
  11. C'est voir [vrai], tu l'as bien retenu, Ce dit Raison, et à cuer mis ; Puisqu'estre veulx de mes complices, Garde bien que tu acomplisses Mes commandemens…
    dans Ménagier, t. II, p. 33 (complice)
  12. Et fay tout ainsi com le groing Du pourcel qui partout se boute.
    dans Ménagier, t. II, p. 23 (groin)
  13. Là [devant Dieu] tendra on aussi grant compte D'un savettier comme d'un conte.
    dans Ménagier, t. II, p. 31 (savetier)
  14. Barat [le dol] s'est delez moy assis, Et commenca par mos rassis à parler attrempéement.
    dans Ménagier, t. II, p. 24 (rasseoir)
  15. Moult estoit de laide figure, Soussy fu par nom appellés.
    dans Ménagier, t. II, p. 6 (souci [2])
  16. À tout [avec] leur congregation, Dont je ne fais pas mention.
    dans Ménagier, t. II, p. 10 (congrégation)
  17. Une femme… Have estoit et eschevellée, Desesperance ert [était] appellée.
    dans Ménagier, t. II, p. 7 (hâve)
  18. C'est un chemin moult destravé, Plein de boullons [bourbiers], tout encavé.
    dans Ménagier, t. II, P. 18 (encaver)
  19. Mielx vault estre en tort cras et aise, Qu'en droit chetif et à malaise.
    dans Ménagier, t. II, p. 217 (tort)
  20. On dit souvent qu'à l'enfourner Font li fournier les pains cornus.
    dans Ménagier, t. II, p. 36 (enfourner)