Jean D'AUTON, auteur cité dans le Littré

JEAN D'AUTON (1466-1528)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme JEAN D'AUTON a été choisie.

moine chroniqueur du XVe siècle

86 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Chroniques de Louis XII 86 citations

Quelques citations de Jean D'AUTON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 86 citations dans le Littré.

  1. L'eglise de St Laurent qui est le grand domme de Genes.
    Ann. de Louis XII, p. 102, dans LACURNE (dôme)
  2. Après diverses opinions conclud de marcher contre les ennemis ; si furent mis espies par chemin, coureurs par la campaigne, charois en voye, pietons en marche, hommes d'armes en la route, et les vivres en erre.
    Annales de Louis XII, p. 36, dans LACURNE (route)
  3. Tant furent les murailles rompues et atterrées, que par les capitaines et maistres canoniers français fut dit que passée suffisante y avoit pour donner un assault.
    Annales de Louis XII, p. 43, dans LACURNE (passée)
  4. Le roy feit mettre à l'honneur le roy d'Arragon [lui donna la place d'honneur].
    Ann. de Louis XII, p. 307, dans LACURNE (honneur)
  5. Estoient logez à l'enseigne de l'estoile [en plein air].
    Annales de Louis XII, dans LACURNE (étoile)
  6. Le chasteau ne se voulut de premiere venue rendre, ains attendit à mettre le siege et asseoir l'artillerie ; et, voyans que c'estoit à tout [tout de bon], parlementerent et se rendirent.
    Ann. de Louis XII, p. 179. dans LACURNE (tout, toute)
  7. Un beau jardin bien clos à grosses murailles, crenellées, et tenestrées au bas, par où l'on regardoit sur la mer qui battoit de ce costé.
    Ann. de Louis XII, p. 312, dans LACURNE (fenêtrer)
  8. La lance lui feit voler du poing, et meit son cheval du cul, lequel fut puissant et se releva.
    Annales de Louis XII, p. 147, dans LACURNE (cul ou cu)
  9. Chargez, compaignons, chargez vos ennemys, et commencez le hust ; car le premier coup vault deux.
    Ann. de Louis XII, ms. f° 74, dans LACURNE (coup)
  10. Ceux d'amont recommencerent à charger en bas, et jecter grosses tronces de bois, barres et planchons…
    Ann. de Louis XII, p. 268, dans LACURNE (tronce ou tronche)
  11. Jà la nuyt estoit si obscure qu'on ne voyoit combattre que à l'esclair du feu de l'artillerie, qui tiroit si très menu que tonnerre n'eust là esté ouy.
    Annales de Louis XII, ms. dans LACURNE (éclair)
  12. Incorrigibilité.
    Ann. de Louis XII, p. 344, dans LACURNE (incorrigibilité)
  13. Le très glorieulx clavier [porteclefs] de paradys, sainct Pierre l'apostre de Jesucrist.
    Annales de Louis XII, ms. f° 56, dans LACURNE (clavier)
  14. Trop chauffer cuit, trop parler nuit.
    Annales de Louis XII, ms. f° 119, dans LACURNE (chauffer)
  15. Eust esté pris le dit Espaignol, mais en se defendant advisa le vent, et se meit au-dessus ; et, pour fuir plus tost, meit la mizenne soubs l'estouyn, qui est une voile tenant à un des bouts de l'antenne, pendant hors sur le bord du navire, mise là pour faire hastive fuite ou viste chasse.
    Ann. de Louis XII, p. 348, dans LACURNE (misaine)
  16. Au devant du pont de la porte de Saint-Thomas estoit un spectacle de verdure tout garny de pommes de grenades et d'oranges, tendu en maniere d'une chappelle.
    Ann. de Louis XII, p. 102 (spectacle)
  17. La quelle chasse est close et fermée soubz le loquet de douze clefs gardées par douze des plus suffisans citoyens de Gennes.
    Ann. de Louis XII, p. 119, dans LACURNE (loquet [1])
  18. Les chantres, menestriers, tragediens et commediens, tous par ordre, y exercerent leur mestier.
    Ann. de Louis XII, p. 170, dans LACURNE (tragédien, ienne)
  19. Ung Espaignol luy rua un coup de raspiere le long de sa pique, qui luy tomba sur la main senestre tellement que les deux maistres doits luy fist voller à terre.
    Annales de Louis XII, f° 64, dans LACURNE, au mot maistre. (rapière)
  20. Au branle du navire et au flot des vagues de la mer, l'eaue entroit dedans par la passée, tout à flac.
    Ann. de Louis XII, p. 352, dans LACURNE (flac)