Alebrand de Florence, ou Aldebrandin de Sienne, auteur cité dans le Littré

ALEBRAND (12..-1287?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ALEBRAND a été choisie.

médecin du XIIIe siècle

157 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le régime du corps, manuscrits français, n° 7929, Bibliothèque nationale 1257? 156 citations

Quelques citations de Alebrand de Florence, ou Aldebrandin de Sienne

Voici un tirage aléatoire parmi ses 157 citations dans le Littré.

  1. Totes manieres de cooins confortent l'estomac et donnent appetit de mengier.
    f° 53 (coing)
  2. Li fleumatikes qui est frois et moistes.
  3. Et que li malles [mâle] l'ait caukie [la poule].
    f° 64 (côcher)
  4. Cil ki ont l'estomach foible et ki vomissent legierement.
    f° 13 (estomac)
  5. Je mengue costes de laitues, porce qu'elles mi font dormir.
    f° 57 (côte)
  6. Broiés les nois avoec sel et avoec oignons, et en faistes emplaistre.
    f° 55 (broyer)
  7. Qui prent ewe où lupin sont cuit, et le [la] giete deseur punaises, si les tue.
    f° 51 (punaise)
  8. Et d'autres coses [choses] ki nous sont invisibles.
    f° 1 (invisible)
  9. Et demeure li cuers [le cœur] au cors de l'home à rebous ; car li chiés [la tête] demeure par devers les piés, et li rachine [la racine] par devers le chef.
    f° 40, verso. (rebours [1])
  10. Et sera bien carnus et bruns.
    f° 10 (charnu, ue)
  11. Prendés un drapiel, si le molliés en ewe tieve.
    f° 14 (tiède)
  12. Cornes sont froides et sekes ; mais quant eles sont bien meüres, si ne sont pas si froides.
    f° 56, verso. (corne [2])
  13. Li philosophe apeloient l'estomac despense du cors ; car ausi com vous veés que de le [la] despense de l'ostel sont aministré li norrissement à ciaus [ceux] de l'ostel…
    f° 38 (dépense)
  14. Quant on presse les roisins, on giete fors l'escorce et les grains.
    f° 52 (presser)
  15. Cil qui sera colorikes [bilieux], caus [chaud] et ses et magres…
    f° 17 (cholérique)
  16. Et jà soit ce ke li cavel [cheveux] ne soient membre, à parler soutilment, mais soient por le cors enbielir…
    f° 33 (embellir)
  17. Cocombres sont froides et moistes u [au] secont degré.
    f° 57 (concombre)
  18. Manger coins, poires et autres pesans fruis.
    f° 4 (coing)
  19. Se li airs est mult caus et mult ses [sec] et mult halleus.
    f° 22 (hâler)
  20. Ki fait cuire genoivre en lessive et en leve [lave] sen chief, si escaufe le [la] teste.
    f° 57 (genièvre)