Alebrand de Florence, ou Aldebrandin de Sienne, auteur cité dans le Littré

ALEBRAND (12..-1287?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ALEBRAND a été choisie.

médecin du XIIIe siècle

157 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le régime du corps, manuscrits français, n° 7929, Bibliothèque nationale 1257? 156 citations

Quelques citations de Alebrand de Florence, ou Aldebrandin de Sienne

Voici un tirage aléatoire parmi ses 157 citations dans le Littré.

  1. Ki fait cuire genoivre en lessive et en leve [lave] sen chief, si escaufe le [la] teste.
    f° 57 (genièvre)
  2. Jus de ricolisse.
    f° 26 (réglisse)
  3. L'apparillement c'on fait, si com de saler, de mangier rostis, fris, en ewe…
  4. Totes ces ewes ki par leur nature sont douces premierement prendent autres natures par les conduis ù eles passent.
  5. La quarte maniere si est celle ke phisike [la médecine] apele fleume vitreux, qui vient de trop grant froidure.
  6. Venteuses qui sont mises ou soumeçon [sommet] du chief valent à chiaus [ceux] qui devienent fol par malvaise cierveille et auvertin.
    f° 13 (avertin)
  7. Avoine et espiautre sont froit et sec.
    f° 42 (épeautre)
  8. Prendés boin vin, et le metés en un vasel.
    f° 44 (vaisseau)
  9. Freses sont caudes et moistes temprement.
    f° 56 (fraise [1])
  10. Cil qui se sentent pesant pour le travail qu'il ont fait, li repos est leur medecine.
    f° 8 (médecine)
  11. Cornes sont froides et sekes ; mais quant eles sont bien meüres, si ne sont pas si froides.
    f° 56, verso. (corne [2])
  12. Et il sompnera tousjours pluves et rivieres.
    f° 16 (et, plus bas, songera). (songer)
  13. Et ne convient mie tant mangier com li saveurs de le [la] viande lor reviegne à le [la] bouche.
    f° 4 (revenir)
  14. Les venteuses qui sont mises desous le menton, espurgent les dens et les enchives.
    f° 13 (gencive)
  15. Qu'il ne menguce mie viande faite de miel ne nul douc fruit vert.
    f° 22 (doux, douce)
  16. Drame.
    f° 18 (drachme)
  17. Pour les gointures des genous faire plus legieres.
    f° 29 (jointure)
  18. Li nature a une vesie qui se tient à une des brances du foie, qui est apelée l'amer.
    f° 39 (amer, ère)
  19. Et soit li cavés du lit haus et bien couvers de dras.
    f° 7 (chevet)
  20. Emplaistre caut sur les mameles qui sont enflées par l'abundance de lait ; si les desenfle.
    f° 42 (désenfler)