Alebrand de Florence, ou Aldebrandin de Sienne, auteur cité dans le Littré

ALEBRAND (12..-1287?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ALEBRAND a été choisie.

médecin du XIIIe siècle

157 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le régime du corps, manuscrits français, n° 7929, Bibliothèque nationale 1257? 156 citations

Quelques citations de Alebrand de Florence, ou Aldebrandin de Sienne

Voici un tirage aléatoire parmi ses 157 citations dans le Littré.

  1. Por le [la] caleur qui premierement revient dedens le cors et après que li nature le [la] rechace as membres dehors.
    f° 10 (rechasser)
  2. Venteuses qui sont mises ou soumeçon [sommet] du chief valent à chiaus [ceux] qui devienent fol par malvaise cierveille et auvertin.
    f° 13 (avertin)
  3. Et il sompnera tousjours pluves et rivieres.
    f° 16 (et, plus bas, songera). (songer)
  4. Li ails destruit le [la] ventosité, et estance le [la] soef, et fait l'ome luxurieus.
  5. Et jà soit ce ke li cavel [cheveux] ne soient membre, à parler soutilment, mais soient por le cors enbielir…
    f° 33 (embellir)
  6. Li nature a une vesie qui se tient à une des brances du foie, qui est apelée l'amer.
    f° 39 (amer, ère)
  7. Ki a les iex rouges et ardans, c'est signes qu'il soit malvais et mal acostumés.
  8. Fleurs de paot broiies en oile d'olive.
    f° 33 (pavot)
  9. Citroles sont froides plus que concombre.
    f° 57 (citrouille)
  10. Et vaut [vin de pomme] especiaument à ciaus [ceux] qui ont le pis [la poitrine] aspre et sec, et qui ne puent legierement rachier.
    f° 43 (cracher)
  11. Li ewe où li naviel seront cuit assouage moult le pis [adoucit la poitrine].
    f° 59 (navet)
  12. Goutes de hankes, de genous et des piés.
    f° 20 (hanche)
  13. Et se doit on faire laver le [la] tieste en ewe degoutant qui vient par tuiaus.
    f° 33 (dégoutter)
  14. Et quant mangier l'estuet, si convient qu'il soit bien triiés de pierres.
    f° 68 (trier)
  15. La quinte maniere de cole [bile] si est erugineuse, ki est samblans à rouge d'arain.
  16. Totes ces ewes qui sont teles naturelment [minérales], si les puet on faire par artefice, si com de faire boulir soufre en ewe douce et ensi des autres.
    f° 9 (eau)
  17. La quarte maniere si est celle ke phisike [la médecine] apele fleume vitreux, qui vient de trop grant froidure.
  18. Et quant li decoctions sera faite et coulée.
    f° 18 (décoction)
  19. Et quant li lius [lieu] sera oins où li ventosités sera…
    f° 14 (ventosité)
  20. Et pains de soile est mult boins à mangier en l'eve froide.
    f° 33 (seigle)