Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ, auteur cité dans le Littré

D'AUBIGNÉ (1552-1630)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'AUBIGNÉ a été choisie.

Fils de calviniste, élevé à Genève, il a combattu à partir de 1568 dans l'armée hugenote. Blessé en 1577 à la bataille de Casteljaloux, il commença à dicter « Les tragiques » pendant sa convalescence ; le livre ne paraîtra qu'en 1616. Adversaire de l'Édit de Nantes, qu'il considérait comme une humiliation pour les protestants (leur religion n'y était que tolérée et non autorisée), il prit les armes contre Louis XIII et mourut à Genève où il s'était retiré.

3081 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire universelle depuis 1550 jusqu'en 1601 1620 1676 citations
La confession catholique du Sieur de Sancy 1660 118 citations
Les aventures du baron de Fænestre 1617 252 citations
Les tragiques 1616 155 citations
Sa vie à ses enfants, ou Mémoires de la vie de Théodore Agrippa d'Aubigné, écrits par lui-même 1629 186 citations

Quelques citations de Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3081 citations dans le Littré.

  1. C'est le propre de ce que nous appelons ici et vers vous la cherve, d'estre egrugée entre des fers serrez et pointus.
    Faen. III, 15 (chanvre)
  2. Et ces lievres fuyards armés à millions Qui rioient en tirant la barbe à ces lions [aux capitaines huguenots tués à la Saint-Barthélemy].
    Tragiques, les Fers. (lièvre)
  3. Les femmes endocerent les armes laissées par la garnison et par leurs maris.
    Hist. II, 76 (endosser)
  4. Il s'emploia à cercher des preuves pour le procès à venir, et surtout à monstrer comment Yolente sa mere avoit formellement espouzé l'infant Dom Louis son pere.
    Hist. II, 397 (formellement)
  5. Le peuple n'est point de retour dans ses maisons, la pluspart embrasées et encores fumantes.
    Hist. II, 252 (fumer [1])
  6. Et ensuite un gros vilain carosse qui acouchoit de petits carossillons.
    Faen. IV, 20 (carrosse)
  7. Le prince de Condé, sachant les dispositions des premiers delateurs, n'estoit pas en petite peine, tenant. comme on dit, le loup par les oreilles, pour ce que la fuitte de la cour le mettoit en coulpe, sa demeure en danger.
    Hist. I, 95 (loup)
  8. Le roy repliqua que la parole qu'on tireroit de lui estoit un remede suffisant à l'encontre.
  9. Les originaux de l'entreprise d'Amboise avoient esté mis en depost entre les mains de votre pere.
  10. Le soldat qui estoit en faction à la porte.
    ib. 440 (faction)
  11. La herce estant cheute sur un gros homme bien armé…
    Hist. I, 317 (choir)
  12. Il ne tiroit pas beaucoup d'eau comme estant fait à la mode de la mer de Levant en fuste et à trait carré.
    Hist. II, 301 (fuste)
  13. Puis le fils ayant picqué près du pere pour avoir veu à son visage une esmotion non accoustumée.
    Mém. éd. LALANNE, p 5 (piquer)
  14. Ayant receu des assiegez le serment de l'attendre, se deussent-ils entre-manger.
    Hist. II, 312 (entre-manger (s'))
  15. Il allongea un coup d'espée au cavalier qui se trouva armé, de sorte qu'il lui en fournit un second au deffaut de la cuirasse.
    Vie, XXVI (armer)
  16. Le roi se servit d'agens de peu de marque pour renouer avec la roine Elizabeth.
    ib. III, 81 (renouer)
  17. D'Aubigné, ayant appris cette nomination, se rendit à Chastelleraud pour s'excuser de l'accepter [pour la refuser].
    Vie, CXI (excuser)
  18. Ils resolvent que Siré sortiroit par le ravelin de la porte avec chemises blanches, pour enfiler les tranchées.
    Hist. II, 305 (tranchée)
  19. Les excommunications et fulminations faites par Marcelin Landriano soi disant nonce du pape.
    Hist. III, 257 (fulmination)
  20. L'autre revint à la charge sur lui et le blessa de deux coups d'epée.
    Vie, XXVI (charge)