Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ, auteur cité dans le Littré

D'AUBIGNÉ (1552-1630)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'AUBIGNÉ a été choisie.

Fils de calviniste, élevé à Genève, il a combattu à partir de 1568 dans l'armée hugenote. Blessé en 1577 à la bataille de Casteljaloux, il commença à dicter « Les tragiques » pendant sa convalescence ; le livre ne paraîtra qu'en 1616. Adversaire de l'Édit de Nantes, qu'il considérait comme une humiliation pour les protestants (leur religion n'y était que tolérée et non autorisée), il prit les armes contre Louis XIII et mourut à Genève où il s'était retiré.

3080 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire universelle depuis 1550 jusqu'en 1601 1620 1675 citations
La confession catholique du Sieur de Sancy 1660 118 citations
Les aventures du baron de Fænestre 1617 252 citations
Les tragiques 1616 155 citations
Sa vie à ses enfants, ou Mémoires de la vie de Théodore Agrippa d'Aubigné, écrits par lui-même 1629 186 citations

Quelques citations de Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3080 citations dans le Littré.

  1. Quatre canons, deux coulevrines, deux bastardes et quatre pièces de campagne.
  2. Un certain Gaspar Baronius, que Dieu avoit esclairé des lumieres de l'evangile.
    ib. CXXIX. (éclairer)
  3. Le cavalier donnant des deux à son cheval, le rejetta une seconde fois par terre tout couvert de sang.
    Vie, XXVI (deux)
  4. Outré de depit et de colere.
    ib. XLVI (outrer)
  5. Je trouve mauvais que vos palissades soient toutes de fruictiers ; les espailliers de buis ont bien autre apparence.
    Faen. I, 13 (palissade)
  6. Que celui sorte de la cour qui veut estre pieux.
    Conf. II, 9 (celui)
  7. Lorsque le fils de Dieu, vengeur de son mespris, Viendra pour vendanger de ces rois les esprits.
    Tragiques, édit. LALANNE, p. 126 (vendanger)
  8. Je n'ai que faire à ceux à qui nature a donné le ventre pour delices, l'esprit et le courage pour fardeaux, eux aussi n'ont que faire de moi.
    ib. II, 489 (faire [1])
  9. À la veue de quoi trois autres compagnies qui devoient armer la queue du Prince, prirent l'escart.
    ib. III, 273 (écart [1])
  10. Ce sous-prieur à quatre mentons commença par…
    Conf. I, 8 (menton)
  11. La colere desnoua ce nœud.
    ib. 425 (dénouer)
  12. L'escopetterie du canon et d'arquebuserie.
    ib. I, 317 (escopetterie)
  13. Le duc de Parme y succeda le mesme jour, et le dernier du mois envoia saisir le logis de Cheles, mais les mareschaux de camp du roy y aians mis leur coissinet et mieux soustenus que les estrangers, les pousserent jusques au passage du marais.
    Hist. III, 238 (coussinet)
  14. La Roiale, en voulant scier de l'erriere, fut aussi assablée.
    ib. II, 302 (arrière)
  15. Par les meilleures maisons trotoit le Catholicon, duquel nous avons parlé.
    Hist. III, 329 (trotter)
  16. À ce stratageme faut adjouster celui d'une souche brulée par un bout, dans laquelle on avoit logé des niches de pudre.
    ib. III, 144 (niche [1])
  17. Anieres, ne pouvant faire assieger Pons, obtint seulement de faire parer le canon et l'atelage comme pour y marcher le lendemain.
    Hist. I, 336 (parer)
  18. La faim commença de l'affliger, les moulins estans rompus, ce qui fit d'stribuer le pain bien chichement.
    Hist. I, 300 (chichement)
  19. Donne moy une embrassade.
  20. Ce vaisseau, s'estant accommodé de palissades, fut un ferme blocu pour oster aux assiegez les commodités.
    ib. II, 301 (blocus)