Paul Louis COURIER, auteur cité dans le Littré

COURIER (1772-1825)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COURIER a été choisie.

1019 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de France et d'Italie 1828 698 citations
Pamphlets 1815 43 citations
Simple discours pour l'acquisition de Chambord 1821 24 citations

Quelques citations de Paul Louis COURIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1019 citations dans le Littré.

  1. La Tulipe, homme de cour, a quitté son briquet pour se faire talon rouge… on n'a pas meilleur ton que monsieur ou monseigneur le comte de la Tulipe.
    Lett. x. (talon)
  2. Un dimanche M. le maire chassait aux cailles dans mon pré.
    II, 296 (caille)
  3. Au vrai, je vois que la grande affaire de ce siècle-ci, c'est le débotté et le petit coucher.
    Lett. II, 46 (débotté, ée)
  4. Les courtisans exerçant près des rois l'art de la flagornerie.
    Aux âmes dévotes. (flagornerie)
  5. La biche [qui a perdu son faon] dissipe son chagrin en cherchant d'autres herbages et d'autres forêts.
    Lett. II, 169 (herbage [1])
  6. Il [Furia] a tenu, feuilleté, examiné, décrit et noté par le menu chaque page de ce petit volume, sans se douter seulement de ce qu'il contenait.
    Lettres à M. Renouard. (menu, ue)
  7. Je vous soutiendrai mordicus, jusqu'à mon dernier syllogisme, que ce siècle-là [de Louis XIV] est en tout supérieur au vôtre.
    Lett. II, 210 (mordicus)
  8. Les uns [de nos soldats] crevaient d'indigestion, les autres coulaient des jours fort désagréables (expression que me fournit bien à propos le style moderne).
    Lett. I, 28 (désagréable)
  9. Ce monsieur du journal m'appelle jacobin, homme horrible, ordurier, grimacier…
    2<sup>e</sup> lett. particul. (ordurier, ière)
  10. D'Arlincourt est venu à la cour et a dit : Voilà mon Solitaire et mes autres romans qui n'en doivent guère au Christianisme de Chateaubriand.
    II, 261 (devoir [1])
  11. Je ne puis approuver votre répugnance pour ce genre de gouvernement qu'on a nommé représentatif, et que j'appelle, moi, récréatif…
    Pièce diplomatique (répugnance)
  12. Faites attention ; chaque mot est officiel, approuvé des censeurs.
    2<sup>e</sup> lettre particulière. (officiel, elle)
  13. Avec de grandes demi-lunes, des fronts en ligne droite et un bon défilement, on doit tenir un certain temps.
  14. L'emploi de garde des manuscrits, d'habiles gens le demandaient ; on le donne à Gail, qui ne lit pas même la lettre moulée [les imprimés].
    Lettre à MM. de l'Académie. (moulé, ée)
  15. Je me suis laissé dire que tu voulais nous sabrer. - Moi vous sabrer, bonhomme ?
    2<sup>e</sup> lettre particulière (moi)
  16. Il [M. Millin] écrit à Paris qu'on lui envoie, ventre à terre, par une estafette, ses autres habits habillés.
    Lett. II, 68 (terre)
  17. Penser traduire Hérodote dans notre langue académique, langue de cour, cérémonieuse, roide, apprêtée, pauvre d'ailleurs, mutilée par le bel usage, c'est étrangement s'abuser.
    Hérodote, Préface du traducteur (langue)
  18. Après quoi ledit Paul sera détenu ès prisons de Paris… aussi longtemps qu'il conviendra pour l'entière satisfaction desdits courtisans, gens de cour, flatteurs, flagorneurs flagornant par tout le royaume.
    Aux âmes dévotes. (flagorner)
  19. Qui diantre me poussait à vouloir être de l'Académie ?
    I, 120 (diantre)
  20. Aucuns disent, et je n'ai pas de peine à le croire, que…
    I, 102 (aucun, une)