Paul Louis COURIER, auteur cité dans le Littré

COURIER (1772-1825)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COURIER a été choisie.

1019 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de France et d'Italie 1828 698 citations
Pamphlets 1815 43 citations
Simple discours pour l'acquisition de Chambord 1821 24 citations

Quelques citations de Paul Louis COURIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1019 citations dans le Littré.

  1. Je m'arrête vraiment à tout bout de champ ; ici, j'y suis depuis huit jours, et ne sais encore quand j'en partirai.
    II, 63 (champ [1])
  2. Chardon de la Rochette… se présente à l'Académie, qui toute d'une voix le refuse ; non, c'est mal dire : on ne fit nulle attention à lui.
    Lettre à messieurs de l'Académie (mal, ale)
  3. Il pouvait, comme un autre, apprendre en étudiant ; mais bien vite il vit que cela ne le menait à rien, et il aima mieux se produire que s'instruire.
    Lett. à MM. de l'Académie. (produire)
  4. Il s'en contente [de sa fortune], et vivait dans cette médiocrité, quand les ministres, le voyant homme à la main, d'humeur facile, comme sont les savants, le firent entrer au parlement.
    Pamphlet des pamphlets. (main)
  5. Les uns [de nos soldats] crevaient d'indigestion, les autres coulaient des jours fort désagréables (expression que me fournit bien à propos le style moderne).
    Lett. I, 28 (désagréable)
  6. Les jeunes gens quelquefois se passionnent pour l'étude : c'est la mort à tout avancement.
    Lett. à l'Acad. des inscr. (mort [3])
  7. Je m'en vais musant et baguenaudant jusqu'à Naples.
    Lett. II, 64 (baguenauder)
  8. Les droits réunis s'en viennent au milieu d'une fête de village exercer (c'est le mot, nous appelons cela vexer).
    I, 267 (exercer)
  9. Les autres [Égyptiens] assis autour de lui [Psamménite] pleuraient, se déconfortaient.
    II, 140 (déconforter)
  10. Pétrarque eut honte de ses divins tercets, parce qu'ils étaient italiens, et depuis ne reprocha-t-on pas à Machiavel d'avoir écrit l'histoire autrement qu'en latin ?
    Trad. nouv. d'Hérod. préface. (tercet)
  11. Les [conspirations] faire naître, les étouffer, charger la mine, l'éventer, c'est le grand art du ministère, c'est le fort et le fin de la science des hommes d'État.
    Lettres au censeur, X (mine [2])
  12. Madame mère se plaignait à lui [un colonel] de quelques procédés de son fils [Napoléon Ier] : " …Si j'étais de vous, madame, je lui relèverais le toupet avec de la pommade forte, ".
    Lett. 13 déc. 1805 (toupet)
  13. Je veux vous bailler ici quelque petite signifiance de ce que j'ai remarqué de la littérature actuelle.
    Lett. I, 39 (signifiance)
  14. Tout tient au caprice de deux ou trois bipèdes sans plumes qui se jouent de l'espèce humaine.
    Lett. I, 80 (bipède)
  15. L'écuyer de Darius tint sa main cachée sous ses bragues, l'ayant frottée d'abord aux parties de la cavale.
    Trad. d'Hér. (partie [1])
  16. Ce monsieur du journal m'appelle jacobin, homme horrible, ordurier, grimacier…
    2<sup>e</sup> lett. particul. (ordurier, ière)
  17. De cette espèce d'écriture cursive [des inscriptions] les traits de chaque lettre, à peine ébauchés, se doivent le plus souvent deviner.
    II, 355 (cursif, ive)
  18. Point de politique, tout le monde en bottes [sans gêne] ; quelles délices.
    Lett. II, 109 (botte [2])
  19. La maison du garde fait partie de la forêt ; c'est une raillerie de prétendre avoir vendu le pot et non l'anse.
    Lett. II, 119 (anse)
  20. M. de Fervières a tant veillé sa femme dans sa dernière maladie, qu'il s'en va mourir à quarante-cinq ans ; ceci a l'air d'un conte inventé à la gloire des quadragénaires.
    Lett. II, 96 (quadragénaire)