Paul Louis COURIER, auteur cité dans le Littré

COURIER (1772-1825)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COURIER a été choisie.

1019 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de France et d'Italie 1828 698 citations
Pamphlets 1815 43 citations
Simple discours pour l'acquisition de Chambord 1821 24 citations

Quelques citations de Paul Louis COURIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1019 citations dans le Littré.

  1. On fait à savoir à tous qu'un tel n'est pas heureux.
    Lett. II, 12 (faire [1])
  2. Ce texte [un texte grec] a des délicatesses bien difficiles à rendre, et notre maudit patois [le français] me fait donner au diable.
    Lett. I, 219 (patois)
  3. Il faut relever d'anciennes familles qui relèveront la monarchie si elle culbute en Espagne.
    II, 267 (culbuter)
  4. Chacun se lance ; non : à la cour, on se glisse, on s'insinue, on se pousse.
    Lett. VIII (insinuer)
  5. Proclès, ayant fait venir ses petits-fils devers lui, les chérissait comme on peut croire.
    II, 168 (devers [1])
  6. J'ai vite donné toutes les copies dont je me suis pu aviser, pour me tirer, moi, de la gueule du loup.
    Lett. II, 50 (loup)
  7. Cette convoitise des offices et états (curée autrefois réservée aux nobles limiers) est devenue plus âpre depuis que tous y peuvent prétendre.
    2<sup>e</sup> lettre. (limier)
  8. J'ai vu, monsieur, votre notice d'un fragment de Longus nouvellement découvert, c'est-à-dire votre apologie au sujet de cette découverte dans laquelle on vous accusait d'avoir trempé pour quelque chose.
    Lett. à M. Renouard. (tremper)
  9. Je vois s'accomplir cette prédiction que me fit autrefois mon père : tu ne seras jamais rien.
    Lett. à l'Acad. des inscriptions. (rien)
  10. Un homme comme Gail doit rire dans sa barbe, quand il touche cinq à six traitements.
    Lett. à l'Académie. (traitement)
  11. Voyant ce ménage, mon herbe confondue, perdue, si le ne dis mot…
    II, 296 (confondu, ue)
  12. Jenner, qui trouva la vaccine, eût été un franc scélérat d'en garder une heure le secret.
    Pamphlet des pamphl. (vaccine)
  13. Je veux laisser là mon harnais, comme un papillon dépouille sa chrysalide et s'envole.
    Lett. I, 261 (chrysalide)
  14. À Fondettes, delà les deux rivières de la Loire et du Cher, toute danse est pareillement défendue.
    II, 101 (delà)
  15. Ne puis-je pas m'appliquer ce que disait Cicéron, ayant proposé aux antiquaires de son temps quelque nœud qu'ils ne pouvaient résoudre ?
    Lett. I, 34 (nœud)
  16. Cette convoitise des offices et états (curée autrefois réservée aux nobles limiers) est devenue plus âpre depuis que tous les rangs y peuvent prétendre.
    I, 168 (état)
  17. Jean-François Delagorgue, lieutenant général de la chaussée du Boulonnais.
  18. Affronter le haro, l'indignation publique ! pour qui ? pour des ingrats qui vous payent d'un cordon, et disent…
    Lett. particulière. (haro)
  19. Le pauvre Rodio, depuis pris dans un recoin de la Calabre, fut jugé par une commission militaire.
    Lett. I, p. 282 (recoin)
  20. Ceux [le parti royaliste sous la Restauration] qui haïssent tant le travail du dimanche veulent des traitements, envoient des garnisaires, augmentent le budget.
    Pétition pour les vill. qu'on empêche de danser (garnisaire)