Etienne Bonnot de CONDILLAC, auteur cité dans le Littré

CONDILLAC (1715-1780)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CONDILLAC a été choisie.

751 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Art d'écrire, de raisonner ; Cours d'études pour l'instruction du Prince de Parme 1776 109 citations
Essai sur l’origine des connaissances humaines 1746 74 citations
Histoire Ancienne ; Cours d'études pour l'instruction du Prince de Parme 1776 148 citations
Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre 1776 81 citations
Traité des systèmes 1749 40 citations

Quelques citations de Etienne Bonnot de CONDILLAC

Voici un tirage aléatoire parmi ses 751 citations dans le Littré.

  1. Partirons-nous demain ? Soit que nous nous élevions, pour parler métaphoriquement, jusque dans les cieux ; soit que nous descendions dans les abîmes, nous ne sortons point de nous-mêmes ; et ce n'est jamais que notre propre pensée que nous apercevons.
    Conn. hum. I, 1 (nous)
  2. Une période bien faite est appelée une période arrondie.
  3. Les plus anciens prosateurs, Phérécyde de Scyros et Cadmus de Milet, sont postérieurs à Homère d'environ quatre cents ans.
    Hist. anc. III, 10 (prosateur)
  4. Les philosophes ont été de tout temps sujets à réaliser leurs abstractions, c'est-à-dire à supposer, sans fondement, que les choses ressemblent exactement aux idées qu'ils s'en font.
    Art de rais. II, 1 (réaliser)
  5. Nous avons vu la doctrine de Socrate, conservée par Phédon, accommodée aux mœurs du temps par Aristippe, et outrée par Antisthène.
    Hist. anc. III, 18 (outré, ée)
  6. Les sons ouverts et soutenus sont propres à l'admiration… les syllabes traînantes et peu sonores, à l'irrésolution.
    Harm. du style, 3 (traînant, ante)
  7. Sous l'empire des peuples grossiers les lettres tombèrent, les théâtres furent détruits.
    Conn. hum. II, I, 5 (tomber)
  8. Un philosophe serait bien savant, s'il voyait tout ce qui est dans les notions communes.
    Lang. calc. I, 15 (notion)
  9. Ceux qui voudront acheter tâcheront de rabattre sur tous ces profits ; et ils rabattront avec d'autant plus de facilité, que les marchands, en plus grand nombre, seront plus pressés de vendre.
    Comm. gouv. I, 8 (rabattre)
  10. Les Phocéens, lorsqu'ils abandonnèrent leur patrie pour se soustraire à la domination de Cyrus.
    Hist. anc. III, 16 (soustraire)
  11. Si vous remontez de classe en classe, vous verrez que l'idée que vous vous faites d'une classe supérieure, n'est jamais qu'une partie de l'idée que vous avez d'une classe inférieure.
    Gramm. I, 12 (remonter)
  12. Quelquefois c'est à la pensée même, exprimée dans les termes propres, à préparer la figure.
    Art d'écr. II, 7 (préparer)
  13. En chargeant un roi héréditaire de la manutention des lois et de toute l'administration au dedans et au dehors, la Suède avait à craindre de voir monter sur le trône un prince faible ou violent, sans caractère ou opiniâtre, d'un esprit louche ou trop borné.
    Ét. hist. II, 6 (manutention)
  14. Quoi qu'en pensent les ambitieux, les sociétés ne peuvent s'étendre au delà de certaines bornes sans s'affaiblir.
    Étud. hist. III, 3 (société)
  15. Il est bien plus commode de supposer dans les choses une réalité dont on regarde les mots comme les véritables signes ; d'entendre par les noms homme, animal, etc. une entité qui détermine et distingue ces choses, que de faire attention à toutes les idées simples qui peuvent leur appartenir.
    Conn. hum. sect. 5, Œuvr. t. I, p. 227, dans POUGENS. (entité)
  16. Il y a dans ce morceau des pensées fausses, ou du moins rendues avec peu d'exactitude.
    Art d'écr. III, 2 (rendu, ue)
  17. C'est le sort des usages établis, de subsister encore après que les besoins qui les ont fait naître ont cessé.
    Conn. hum. II, I, 2 (usage)
  18. Dans le commerce, celui qui prend des marchandises pour les payer dans un terme convenu, reconnaît par écrit qu'il payera telle somme ; et cette reconnaissance, entre les mains de celui à qui il la fait, se nomme créance, parce qu'elle est un titre, sur lequel on doit croire qu'on sera payé.
    Comm. gouv. I, 17 (reconnaissance)
  19. Et comme Archias, ils renvoyèrent au lendemain.
    Hist. anc. II, 8 (renvoyer)
  20. Son entrée [de Séleucus] à Babylone après une victoire devint une ère commune à presque toutes les nations de l'Asie ; c'est ce qu'on nomme l'ère des Séleucides.
    Hist. anc. II, 11 (ère)