Philippe de COMMINES, auteur cité dans le Littré

COMMINES (1447-1511)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COMMINES a été choisie.

1737 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Mémoires 1498 1721 citations

Quelques citations de Philippe de COMMINES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1737 citations dans le Littré.

  1. Des estoupes ardentes dedans venteuses, et les luy passoient en ceste chaleur à l'endroit du cueur [pour lui faire retirer le sang au cueur].
    V, 5 (ventouse)
  2. En ladicte bataille estoient mors huyt mil hommes du party dudit duc prenans gages de luy et autres menues gens assez.
    V, 3 (gens [1])
  3. Les princes sont plus enclins en toutes choses voluntaires que les autres hommes.
  4. À Sainct Mor des fossez se logerent les ducs de Berry et Bretaigne avec ung nombre de leurs gens, et tout le demourant envoyerent loger à…
    I, 6 (nombre)
  5. Pour combatre n'y avoit point plus de neuf mille hommes, dont je conte deux mille pour la sequelle et serviteurs des gens de bien de l'ost ; je ne conte point pages ne valets de sommiers ne telles gens.
    Mém. p. 656, dans LACURNE (page [2])
  6. L'evesque qui avoit esté esleu, qui estoit la partie adverse de cellui que soutenoit le duc de Bourgogne.
    IV, 1 (adverse)
  7. Les princes se plaignent aucuneffois comme par desconfort, quant ilz ont fait bien ou plaisir à quelcun, disant que cela leur procede de malheur, et que, le temps advenir, ne seroient si legiers à pardonner ou faire quelque liberalité.
  8. Avecques ce [ajoutez à cela] qu'il n'y avoit gueres que le roy avoit rachapté les villes.
    I, 1 (avec)
  9. Si luy en rescripvit le roy par plusieurs fois.
    V, 17 (récrire)
  10. De ce que les Bourguignons s'estoient mis à pied et puis remontez à cheval, leur porta grand perte de temps.
    I, 3 (de)
  11. Eslire un sage party.
    IV, 7 (élire)
  12. Nul prince ne le passa jamais [le duc de Bourgogne] de desirer nourrir grans gens et les tenir bien reiglez.
    V, 9 (passer)
  13. Supplyerent au roy qu'elle ne fust point encores cryée [la trêve].
    IV, 11 (crier)
  14. Et disoient aussi que le duc de Calabre avoit envoyé homme exprès à Venise pour empoisonner les cisternes, au moins celles où ils pourroient joindre.
    VII, 4 (joindre)
  15. Du costé du roy fuyt ung homme d'estat [de haut rang] qui s'enfuyt jusques à Lusignen sans repaistre, et du costé du conte ung autre homme de bien.
    I, 4 (état)
  16. Le roi… requeroit audit duc Phelippe, que ledit messire… lui fust envoyé prisonnier.
  17. Le roy lui bailla charge de conduyre son avant garde.
    I, 3 (charge)
  18. Ils venoient, trois journées au devant de nos gens, des citez, pour se rendre.
    VII, 13 (journée)
  19. Le duc de Berry, frere du roy, presidoit assis en chaire.
    I, 8 (chaire)
  20. Songe en complainte. Je croy que le travail qu'il [Louis XI] eut en sa jeunesse, quant il fut fugitif de son pere et fuyt soubs le duc de Bourgongne où il fut six ans, luy vallut beaucoup.
    I, 10 (travail)