François René CHATEAUBRIAND, auteur cité dans le Littré

CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHATEAUBRIAND a été choisie.

1928 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Atala, ou Les amours de deux sauvages dans le désert 1801 59 citations
Itinéraires de Paris à Jérusalem 1811 285 citations
Le génie du christianisme, ou Les beautés de la religion chrétienne 1802 781 citations
Les aventures du dernier Abencérage 1826 2 citations
Les martyrs, ou Le triomphe de la religion chrétienne 1809 164 citations
Les Natchez 1816 130 citations
Les quatre Stuarts 50 citations
Mémoires d'outre-tombe 1850 94 citations
René 1802 47 citations
Voyage en Amérique 1827 136 citations

Quelques citations de François René CHATEAUBRIAND

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1928 citations dans le Littré.

  1. Ils [les vexillaires] tenaient levés les signes militaires des cohortes, l'aigle, le dragon, le loup, le Minotaure.
    Mart. VI (minotaure)
  2. On parfume l'hôte, on lui donne à laver dans des aiguières d'or et d'argent.
    Génie, II, VI, 3 (laver)
  3. Qui appuiera ce roseau [la femme], si la religion n'en soutient la fragilité ?
    Génie, I, VI, 5 (roseau)
  4. Tous les rites chrétiens sont de la plus haute moralité.
    Génie, I, 1, 7 (moralité)
  5. Ce collier [de porcelaine] était monté sur un fil de la racine du tremble.
    Natchez, liv. II (monter)
  6. Voici quatre écuyers de marbre, à genoux aux quatre coins de l'entablement d'un tombeau.
    Génie, IV, II, 8 (entablement)
  7. On me servait du veau aux concombres ou aux oignons.
    Itin. II, 841 (concombre)
  8. Qu'importe alors que ces édifices aient été des amphithéâtres ou des sépulcres ? tout est tombeau chez un peuple qui n'est plus.
    Itin. 6<sup>e</sup> part. (tombeau)
  9. Un fleuve découle du trône du Tout-Puissant ; il arrose le céleste Eden, et roule dans ses flots l'amour pur et la sapience de Dieu.
    Mart. III (sapience)
  10. Ce premier verset du dixième chapitre de Job : Mon âme est fatiguée de ma vie, était souligné.
    Natch. 2<sup>e</sup> partie. (souligner)
  11. Pour une imagination vigoureuse, c'était pourtant une belle carrière à parcourir qu'un monde antédiluvien.
    Génie, II, I, 4 (antédiluvien, ienne)
  12. Un petit Français, habit vert pomme, veste de droguet, raclait un violon de poche.
    Itin. III, 117 (droguet)
  13. D'après l'athée, la nature est un livre où la vérité se trouve toujours dans la note et jamais dans le texte.
    Génie, I, VI, 4 (note)
  14. Ma conviction religieuse, en grandissant, a dévoré mes autres croyances ; il n'est ici-bas chrétien plus croyant et homme plus incrédule que moi.
    dans le Dict. de DOCHEZ. (croyant, ante)
  15. Outougamitz se sentit près de mourir de joie lorsqu'il aborda la cyprière.
    Natch. II, 75 (cyprière)
  16. Bonaparte se tourna vers l'Orient, doublement congénial à sa nature par le despotisme et l'éclat.
    cité dans les Dictionnaires. (congénial, ale)
  17. Chênes antiques ! mes contemporains de solitude !
    Natch. VIII, 361 (contemporain, aine)
  18. Un voyageur qui s'est bien monté la tête, doit être un peu confondu, quand il trouve, en arrivant dans la rue des Trépieds, les tracasseries de son village.
    Itin. 1re part. (monter)
  19. Un ami mourant a souvent voulu que son ami lui prît la main, pour le retenir dans la vie, tandis qu'il se sentait entraîné par la mort.
    Italie, Tivoli. (retenir)
  20. Puis il [le prêtre] récita une prière à laquelle les chrétiens répondaient à demi-voix de toutes les parties de l'édifice.
    Mart. v. (voix)