François René CHATEAUBRIAND, auteur cité dans le Littré

CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHATEAUBRIAND a été choisie.

1953 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Atala, ou Les amours de deux sauvages dans le désert 1801 61 citations
Itinéraires de Paris à Jérusalem 1811 287 citations
Le génie du christianisme, ou Les beautés de la religion chrétienne 1802 787 citations
Les aventures du dernier Abencérage 1826 2 citations
Les martyrs, ou Le triomphe de la religion chrétienne 1809 166 citations
Les Natchez 1816 132 citations
Les quatre Stuarts 50 citations
Mémoires d'outre-tombe 1850 101 citations
René 1802 47 citations
Voyage en Amérique 1827 137 citations

Quelques citations de François René CHATEAUBRIAND

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1953 citations dans le Littré.

  1. Le pain de la charité est plus sain que celui de la prostitution.
    Génie, IV, III, 6 (sain, aine)
  2. La guerre se dénonce d'une manière extraordinaire et terrible.
    Amér. 145 (dénoncer)
  3. Otahiti avec ses palmiers, ses chants, ses chœurs, ses danses, et ses peuples qui recommençaient la Grèce.
    Natch. liv. II (recommencer)
  4. Les premiers objets qui s'offrirent à sa vue [de René] furent la vaste coupole d'un ciel bleu.
    Natch. II, 103 (coupole)
  5. Un guerrier expirant au champ d'honneur, dans la force de l'âge, peut être superbe [en statue].
    Génie, III, I, 5 (champ [1])
  6. Toute institution religieuse possède les conditions essentielles à l'harmonie : le beau et le mystérieux.
    Génie, III, I, 1 (mystérieux, euse)
  7. Tillemont est le guide le plus sûr des faits et des dates pour l'histoire des empereurs ; Gibbon se colle à lui ; il se fourvoie et tombe quand l'ouvrage de Tillemont finit.
    dans le Dict. de DOCHEZ. (coller)
  8. Chez les divers peuples de la terre, les cérémonies religieuses sont nées du sacrifice.
    ib. IV, I, 5 (religieux, euse)
  9. Outougamitz se sentit près de mourir de joie lorsqu'il aborda la cyprière.
    Natch. II, 75 (cyprière)
  10. Les membres de la convention… n'ont offert que des talents tronqués et des lambeaux d'éloquence.
    Génie, III, IV, 1 (tronqué, ée)
  11. Les bourreaux fatigués se relayaient les uns les autres.
    les Mart. liv. XX (relayer)
  12. Nos calices avaient cherché leurs noms parmi les plantes, et le lis leur avait prêté sa forme.
    Génie, IV, I, 2 (calice [1])
  13. Albert, marquis de Brandebourg, se rendit maître de la Prusse, qui prit alors le nom de Prusse ducale.
    Génie, IV, V, 2 (ducal, ale)
  14. [Ceux qui étaient en 1815] au centre des armées et de la diplomatie européenne, et, conséquemment, au centre de toutes les intelligences et de tous les rapports,
    t. XXVI, p. 194, en note, éd. POURRAT frères, 1828 (intelligence)
  15. Dans la ravine desséchée d'un torrent.
    Atala, les Funérailles. (ravine)
  16. Il y a des filandières [parmi les oiseaux] qui recueillent la soie sur un chardon.
    Génie, I, V, 6 (filandière)
  17. Alors, retiré du feu, il [le sirop d'érable] repose pendant douze heures.
    Amér. Récolte du sucre d'érable (reposer)
  18. Ce commandement [le 4e du Décalogue] est pris à la source même de la nature.
    Génie, I, II, 4 (source)
  19. Quand un enfant vient à la vie, gangrené des débauches de son père, pourquoi ne se plaint-on pas de la nature ?
    Génie, I, I, 4 (gangrené, ée)
  20. Comme le manant enlève dans son tombereau les boues et les ordures de nos cités.
    Génie, IV, II, 6 (tombereau)