François René CHATEAUBRIAND, auteur cité dans le Littré

CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHATEAUBRIAND a été choisie.

1953 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Atala, ou Les amours de deux sauvages dans le désert 1801 61 citations
Itinéraires de Paris à Jérusalem 1811 287 citations
Le génie du christianisme, ou Les beautés de la religion chrétienne 1802 787 citations
Les aventures du dernier Abencérage 1826 2 citations
Les martyrs, ou Le triomphe de la religion chrétienne 1809 166 citations
Les Natchez 1816 132 citations
Les quatre Stuarts 50 citations
Mémoires d'outre-tombe 1850 101 citations
René 1802 47 citations
Voyage en Amérique 1827 137 citations

Quelques citations de François René CHATEAUBRIAND

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1953 citations dans le Littré.

  1. Christophe de Chateaubriand, quartaïeul paternel.
    Mém. d'outre-tombe, t. XII, p. 92, 1850 (quartaïeul, eule)
  2. Les quenouilles du maïs étant destinées à servir de tuteurs ou de rames au légume grimpant.
    Amér. Moissons. (tuteur, trice)
  3. Aux branches du saule était suspendue une lyre plus forte que la lyre de Cymodocée : c'était un cinnor hébreu.
  4. Pour que deux hommes soient parfaits amis, il faut qu'ils aient des opinions opposées, des principes semblables, des haines et des amours diverses.
    Génie, II, III, 1 (amour)
  5. Au jeu des osselets, deux joueurs seuls tiennent la main ; le reste des joueurs parie pour ou contre.
    Amér. jeux. (main)
  6. Aïeul, aïeule qui est avant le septaïeul, c'est-à-dire le huitième ascendant en comptant du père,
    Mém. d'Outre-Tombe, p. 96, 1850 (octaïeul, eule)
  7. Que la terre était arrivée à son complément d'habitants.
    Génie, I, I, 8 (complément)
  8. Quant au reste de la tirade [dernière scène d'Alzire], c'est la substance de la morale évangélique.
    Génie, II, II, 7 (tirade)
  9. Les novateurs dont les interprétations corrompaient la simplicité de la foi.
    Génie, I, I, 1 (corrompre)
  10. Les plantes à fleurs sont innombrables [en Amérique] : le lis du Canada, l'achillée rose, le dahlia…
    Amér. 26 (achillée)
  11. Les Muscogulges s'emparèrent de la Floride après en avoir extirpé les Yamases.
    Amér. les Muscogulges. (extirper)
  12. Donnez Racine pour interprète à Héloïse, et le tableau de ses souffrances va mille fois effacer celui des malheurs de Didon.
    Gén. II, III, 5 (interpréte)
  13. Le secret est d'une nature si divine, que les premiers hommes de l'Asie ne parlaient que par symboles.
    Génie, I, I, 2 (symbole)
  14. Les Français [sont]… vains, railleurs, ambitieux, à la fois routiniers et novateurs.
    Génie, III, III, 5 (routinier, ière)
  15. À quatre pieds de terre on ouvre dans le tronc de l'érable deux trous de trois quarts de pouce de profondeur et perforés de haut en bas.
    Amér. Récolte du sucre d'érable (perforé, ée)
  16. D'autres guerriers avaient de vives contentions aux jeux de pailles et des osselets.
    Natch. I, 74 (contention [1])
  17. Les officiers étaient sur le château de poupe avec les passagers.
    Génie, I, V, 12 (château)
  18. Petits hommes d'État, entachés de poésie, qui maraudons de chétifs mensonges sur des ruines.
    Mémoires, t. V, p. 306 (marauder)
  19. Je m'assieds sur des pierres polies par la douce lime des eaux.
    Natch. VIII (lime [1])
  20. Blanca de Sivar était l'idole de son père.
    Dern. Abenc. (idole)