Christine de PISAN, auteur cité dans le Littré

CHRISTINE DE PISAN (1364-1430)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHRISTINE DE PISAN a été choisie.

266 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le dit de Poissy 28 citations
Le livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles V 1404 224 citations

Quelques citations de Christine de PISAN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 266 citations dans le Littré.

  1. Aornez et resplendissans de riches pierres et perles precieuses, en ceinctures, boutonneures et actaches.
    Charles V, I, ch. 20 (boutonnière)
  2. Et en tous les aniversaires ot donnée generale à tous ceux qui la vouloient prendre.
    Charles V, III, 50 (donnée [2])
  3. Convient que ses operacions foraines et par dehors soient joyeuses, legieres et de petite coustance.
    Charles V, I, chap. 9 (forain, aine)
  4. Comme aussi l'entention finale de sapience ou de metaphysique soit la cognoissance de l'ordre des esperes celestes.
    Charles V, III, 4 (sphère)
  5. Non mie que je vueille dire que tous les jeunes en chiéent [tombent] ès inconveniens susdits et que mains n'en y ait d'accoisiez et rassis.
    Charles V, I, 10 (accoiser)
  6. La septieme [condition] plus necessaire, que ilz doivent estre sages et cautilleux ou mestier des armes.
    Charles V, II, 24 (cauteleux, euse)
  7. Comment le roi Charles estoit droit artiste et appris es sciences, et des beaulx maçonnages qu'il fist faire.
    Charles V, III, 11 (artiste)
  8. Et à ce s'accorde Aristote semblablement, Seneque et tous les autres sages, selon le contenu de leur dit.
    II, 4 (accorder)
  9. Les soubtilles raisons sont l'aguisement de l'engin et entendement.
    Charles V, III, ch. 11 (aiguisement)
  10. Cestui peril, quoique tu en eschappes, soit mis en mescompte de tels autres beaux fais ; car à journée reprouchée n'appartient louenge.
    dans Hist. litt. de la France, t. XXIV, p. 464 (journée)
  11. Regarder nous convient, comment nous emplirons le convenant promis en nostre proesme.
    Charles V, I, 14 (proême)
  12. Trestout ainssi comme qui vouldroit descripre un arbre solemnel, le plus haut et notable du monde, en la loange de luy seroit parlé de la bonté, doulceur et vertu de son fruit.
    Charles V, II, 11 (solennel, elle)
  13. [La jeunesse] de laquelle tout sens bien ordonné doit avoir compassion comme de chose passionnée de divers desirs et assaults natureulz.
    Charles V, I, 11 (passionner)
  14. Ne souffrist que homme de sa court, tant fust noble ou poissent, portast trop oultrageuses poulaines, ne femmes cousues en leurs robes trop estraintes, ne trop grans collez.
    Charles V, I, ch. 29 (collet)
  15. Prudence est es parties de l'ame où advient la pratique, la quelle est raciocinative des choses ouvrables contingentes.
    Charles V, III, 2 (contingent, ente)
  16. Tant y eussent ilz si grant prerogative, qu'il sembloit que devant eulx nul n'osast l'œil lever.
    Charles V, II, 9 (œil)
  17. Jà est celle detestable playe [le schisme] comme apostumée et tournée en accoustumance.
    Charles V, III, ch. 54 (apostumer)
  18. Et la tierce est quant ceuls de dens et ceuls de hors, se combatent aux murs.
    Charles V, II, chap. 34 (dans)
  19. Comment se repent-il [l'homme mûr] et repute avoir esté fol… or voit il cler es choses troubles.
    Charles V, I, 13 (trouble [2])
  20. N'y aura si estrange proposition que, au respondre, il ne repete de point en point par ordre, et à chascun si bien et si vivement responde ou replique, s'il affiert, qu'il semble que de longue main ait estudié la matiere.
    Hist. de Charles V, II, 16 (long, ongue)