Pierre CORNEILLE, auteur cité dans le Littré

CORNEILLE (1606-1684)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CORNEILLE a été choisie.

11512 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Agésilas 1666 120 citations
Andromède 47 citations
Attila 1667 139 citations
Cinna, ou La clémence d'Auguste 1640 937 citations
Clitandre 1632 48 citations
Don Sanche 142 citations
Héraclius, empereur d'Orient 1646 547 citations
Horace 1640 851 citations
La mort de Pompée 1643 688 citations
La toison d'or 201 citations
La veuve 95 citations
Le Cid 1636 981 citations
Le menteur 1644 476 citations
L'imitation de Jésus-Christ 1653 425 citations
Médée 1635 330 citations
Mélite 1629 99 citations
Nicomède 1651 955 citations
Oedipe 1659 179 citations
Othon 1664 246 citations
Pertharite, roi des Lombards 1652 188 citations
Polyeucte 1643 771 citations
Pulchérie 135 citations
Rodogune, princesse des Parthes 1644 595 citations
Sertorius 1662 710 citations
Sophonisbe 1663 93 citations
Suréna 1674 118 citations
Théodore et Héraclius 1646 200 citations
Tite et Bérénice 1670 93 citations

Quelques citations de Pierre CORNEILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 11512 citations dans le Littré.

  1. J'ai forcé ma colère à te prêter silence, Pour voir à quel excès irait ton insolence.
    Héracl. I, 2 (aller [1])
  2. Écoute les accents de sa mourante voix.
    Médée, V, 8 (accent)
  3. Leur mécompte pourtant, quel qu'il soit, me console, Et, bien qu'il me réduise au bout de mon latin, Un peu plus en repos j'en attendrai la fin.
    la Suiv. IV, 4 (latin, ine)
  4. Mon cœur, tout à Plautine, est fermé pour Camille.
    Othon, I, 1 (fermé, ée)
  5. C'est trop de retenue, il est temps que j'éclate.
    Pulch. III, 4 (retenue)
  6. Son péril n'est digne d'aucune commisération selon Aristote même, et ne fait naître en l'auditeur qu'un certain mouvement de trépidation intérieure qui le porte à craindre que ce fils ne périsse avant que l'erreur soit découverte.
    2<sup>e</sup> disc. (trépidation)
  7. Mon cœur pâme de joie, et mon âme n'aspire Qu'à vous associer l'un et l'autre à l'empire.
    Héracl. V, 3 (associer)
  8. Tu vois comme déjà ces deux hautes puissances Que Mars semblait plonger en d'immortels discords…
    Tois. d'or, Prol. 3 (puissance)
  9. Il ne paraît personne avec qui elle [Cléopatre] ait plus d'ouverture de cœur qu'avec cette Charmion.
    Poly. Examen. (ouverture)
  10. L'or mouvait ce fantôme ; et, pour perdre Dircé, Vos présents lui dictaient ce qu'il a prononcé.
    Œdipe, V, 1 (mouvoir)
  11. Je veux qu'il se repente et se repente en vain.
    Perthar. II, 1 (repentir (se) [1])
  12. Pensez-vous qu'il se laisse aisément détromper, Et qu'au premier moment qu'il vous verra dédire, Aux mains de son vrai maître il remettra l'empire ?
    Héracl. II, 8 (dédire)
  13. C'est dans ce calme et le silence Que l'âme dévote s'avance Et que de l'Écriture elle apprend le secret.
    Imit. I, 20 (dévot, dévote)
  14. M'aimez-vous ? - Oserais-je en prendre encor l'audace ?
    ib. IV, 2 (audace)
  15. De grâce, dites-moi, vous connaissez-vous bien ?
    D. Sanche, IV, 3 (connaître)
  16. M. de Zuglichem n'a pas dédaigné de montrer au public le cas qu'il fait de cette comédie par deux épigrammes, l'un français et l'autre latin,
    Menteur, Avis au lecteur (épigramme)
  17. Et vous l'avez [le cœur] tous deux trop grand, trop magnanime, Pour souffrir sans horreur l'ombre même d'un crime.
    Heracl. V, 6 (magnanime)
  18. Zéthès, et Calaïs, et Pollux, et Castor, Et le charmant Orphée, et le sage Nestor, Tous vos héros enfin tiennent de moi la vie.
    Méd. II, 2 (tenir)
  19. Je vous en donne avis, de peur d'une surprise.
    Cinna, I, 4 (avis [1])
  20. … Mais dieux ! que vois-je ! ô ciel ! je suis perdu, Si j'ai tant de malheur qu'elle m'ait entendu.
    la Toison d'or, III, 3 (malheur)