Jean-François COLLIN D'HARLEVILLE, auteur cité dans le Littré

COLLIN D'HARLEVILLE (1755-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COLLIN D'HARLEVILLE a été choisie.

185 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les Châteaux en Espagne 1789 36 citations
Le vieux célibataire 1792 56 citations
L’Optimiste, ou l’homme toujours content 1788 36 citations
Malice pour malice 1791 22 citations
Monsieur de Crac dans son petit castel, ou Les Gascons 1792 12 citations

Quelques citations de Jean-François COLLIN D'HARLEVILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 185 citations dans le Littré.

  1. Ils étaient à cheval comme les fils Aymon.
    M. de Crac, sc. 16 (fils)
  2. Eh oui ! votre réception Me touche, me pénètre ; elle est et noble et franche : Ne pourrai-je chez moi prendre un jour ma revanche ?
    Chât. en Espagne, II, 4 (revanche)
  3. Mme Verteuil : Vous m'étonnez toujours ; mais d'où venez-vous donc ? - Formont : D'où je viens, madame ? - Mme Verteuil : Oui. - Formont : De mon pays, j'espère.
    Mœurs du jour, II, 11 (venir)
  4. Vous êtes fraîche, et moi je ne suis pas très vieux.
    Vieux célib. II, 6 (frais, fraîche [1])
  5. Chacun est dans ce monde heureux à sa manière.
    Vieux célib. II, 2 (manière)
  6. Un mot : que dites-vous de notre nouvel hôte ? - Eh ! mais… - Il a vraiment la mine fière et haute.
    Malice pour malice, II, 16 (haut, aute)
  7. Oui, je découvre en vous, et je m'en sens frappé, Mille dons enchanteurs qui m'avaient échappé.
    Vieux célib. III, 4 (découvrir)
  8. Il ne tenait qu'à vous Dans votre état, avec une grosse fortune, De trouver une femme, et dix mille pour une,
    Vieux célib. II, 2 (gros, osse)
  9. C'est donc un voyageur ? - C'est un vrai Juif errant.
    Chât. en Esp. II, 1 (juif, ive)
  10. D'abord réunissant les deux sommes en une, C'est un total.
    Vieux célib. II, 7 (total, ale)
  11. Dans mon carnier ils [un lièvre et un perdreau] sont encore ensemble, Et je prétends qu'un jour la broche les rassemble.
    M. de Crac, scène 8 (carnier)
  12. Un tel optimisme, à parler franchement, ressemble à l'égoïsme.
    Optimiste, II, 7 (optimisme)
  13. Ensuite à l'emploi de portier J'ai, comme de raison, joint un petit métier ; Une loge ne peut occuper seule un homme.
    Vieux célib. II, 2 (loge)
  14. Mais ne voyez-vous pas qu'il a l'air de quelqu'un ?
    Malice pour malice, II, 16 (quelqu'un, une)
  15. Oh ! que j'ai de chagrin De voir ces deux fripons maîtriser mon parrain !
    Vieux célib. II, 4 (maîtriser)
  16. Il faut aimer les gens, non pour soi, mais pour eux.
    Optimiste, v, 2 (pour [1])
  17. Êtes-vous voyageur dans la force du mot ?
    Chât. en Esp. II, 4 (force)
  18. Et leur rendre, à mon tour, malice pour malice.
    Malice pour malice, I, 13 (malice)
  19. Vous m'annoncez quelqu'un si facile, si bon ! D'une ingénuité, d'une simplesse extrême.
    Malice pour malice, I, 3 (simplesse)
  20. Un cruel accident tout à coup m'a ravi Mon père ; et de bien près ma mère l'a suivi.
    Vieux célib. IV, 3 (suivre)