« suivre », définition dans le dictionnaire Littré

suivre

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

suivre

(sui-vr'), je suis, tu suis, il suit, nous suivons, vous suivez, ils suivent ; je suivais, je suivis, nous suivîmes ; je suivrai ; je suivrais suis, qu'il suive, suivons, suivez, qu'ils suivent ; que je suive, que nous suivions, que vous suiviez, qu'ils suivent ; que je suivisse ; suivant, suivi v. a.

Résumé

  • 1° Aller, venir après.
  • 2° Il se dit pour aller avec, mais avec l'idée qu'on accompagne une personne principale.
  • 3° Fig. Il se dit des choses que l'on compare à des personnes et qui suivent.
  • 4° Aller après pour atteindre, pour prendre.
  • 5° Aller, continuer d'aller dans une direction marquée, ou en prenant quelque objet pour direction.
  • 6° Suivre au tombeau.
  • 7° Suivre de l'œil, des yeux.
  • 8° Suivre quelqu'un, le suivre par la pensée.
  • 9° Fig. Observer, considérer attentivement.
  • 10° Surveiller.
  • 11° Suivre une maladie, en diriger le traitement.
  • 12° Poursuivre, continuer ; ne pas interrompre.
  • 13° Pousser jusqu'au terme.
  • 14° S'adonner à.
  • 15° Se joindre au parti de quelqu'un.
  • 16° Adhérer à, en parlant d'opinions, de doctrines.
  • 17° Être du sentiment de, prendre pour autorité.
  • 18° Assister régulièrement à.
  • 19° Être attentif à un discours, à un raisonnement ; le comprendre.
  • 20° S'abandonner à, se laisser conduire par.
  • 21° Se conformer à, se régler sur.
  • 22° Il se dit des choses pour exprimer qu'elles obéissent à des règles.
  • 23° Écouter les avis, imiter, égaler presque.
  • 24° Fig. Venir à la suite de.
  • 25° Fig. Aller avec, résulter de.
  • 26° V. n. Venir, aller après.
  • 27° Venir après dans le temps.
  • 28° Aller selon une direction.
  • 29° Suivre, en termes d'imprimerie.
  • 30° La main suit, aux jeux de cartes.
  • 31° Procéder.
  • 32° Résulter.
  • 33° V. réfl. Se suivre, venir, marcher l'un après l'autre.
  • 34° Venir l'une après l'autre, en parlant de choses.
  • 35° Être continu, sans interruption.
  • 36° Être conséquent avec soi-même, s'enchaîner, avoir de la liaison.
  • 1Aller, venir après. Il marchait le premier, et les autres le suivaient. Son bagage le suivait. Suivre quelqu'un pas à pas. Et vous suivrez sans moi le char de Scipion, Corneille, Sophon. III, 6. Robin mouton qui par la ville Me suivait pour un peu de pain, Et qui m'aurait suivi jusques au bout du monde, La Fontaine, Fabl. IX, 19. Pendant que la lâcheté des autres [apôtres] fait qu'ils évitent la honte de le renier [Jésus] par celle de leur fuite, le courage faible de saint Pierre fait qu'il le suit, pour le lui faire quitter plus honteusement, Bossuet, Panég. St Pierre, 1. Zaleucus fit une loi qui défendait de se faire suivre par plus d'un domestique, à moins qu'on ne fût ivre, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvr. t. IV, p. 339, dans POUGENS.
  • 2Il se dit pour aller avec ; mais l'idée qu'on est de la suite, qu'on accompagne une personne principale, y est jointe. Il suivit la cour dans tel voyage. Un ami le suivit dans son exil. Va, ne demande plus si je suivrais sa fuite, Corneille, Illus. com. IV, 2. La reine, qui accompagne Louis au cœur de l'hiver, joint au plaisir de le suivre celui de servir secrètement à ses desseins, Bossuet, Mar.-Thér. Je puis avoir pour témoins de ce que je dis tous ceux qui l'ont suivi [M. de Turenne] dans les armées, Fléchier, Turenne.
  • 3 Fig. Il se dit des choses que l'on compare à des personnes, et qui suivent. Son image me suit partout. Son cœur suivra le sceptre, en quelque main qu'il brille, Corneille, Pulch. I, 3. César, de ta victoire écoute moins le bruit ; Elle n'est que l'effet du malheur qui me suit, Corneille, Pomp. III, 5. Ce bonheur a suivi leur courage invaincu, Qu'ils ont vu Rome libre autant qu'ils ont vécu, Corneille, Hor. III, 6. Le cœur suit aisément l'esprit, La Fontaine, Fabl. IX, 6. L'avoir [le prince de Condé] entre ses mains, c'était y avoir la victoire même, qui le suit dans les combats, Bossuet, le Tellier. Qu'il embellît cette magnifique et délicieuse maison [Chantilly], ou bien qu'il munît un camp… c'était toujours le même homme, et sa gloire le suivait partout, Bossuet, L. de Bourbon. La honte suit de près les courages timides, Racine, Alex. I, 2. Quelle passion que l'envie ! c'est la plus cruelle des Euménides ; elle suit l'homme de mérite jusqu'au bord de sa tombe, Diderot, Élog. de Richards.
  • 4Aller après pour atteindre, pour prendre. Suivre un lièvre. Ses ennemis le suivent à la piste. Destin avait grande impatience de savoir de sa chère l'Étoile, par quelle aventure elle s'était trouvée dans le bois où Saldagne l'avait prise ; mais il avait encore plus grand'peur d'être suivi, Scarron, Rom. II, 13. Le ciel même, le ciel ne t'y saurait soustraire ; Et jusques aux enfers j'irai suivre tes pas, Molière, Amph. III, 5.

    Terme de vénerie. Se dit de l'action d'un limier qui s'attache aux voies d'une bête.

    Suivre la menée, marcher derrière le cerf qui fuit.

  • 5Aller, continuer d'aller dans une direction marquée ou en prenant quelque objet pour direction. Suivre les bords de a mer, le cours d'un fleuve. Suivez cette lumière, elle vous conduira au village. Le bateau suivait le courant. Nous suivions le fil de l'eau. Suivre les côtes d'une île. Il suivait tout pensif le chemin de Mycènes, Racine, Phèdre, V, 6. On les suit [des volcans] sans interruption et sur une assez large zone, Buffon, Min. t. IX, p. 21.

    Fig. Il se dit aussi de choses qui sont rangées selon une direction. Les mines de Souxon en Sibérie… sont situées dans des collines qui ont environ cent toises de hauteur, et paraissent en suivre la pente, Buffon, Min. t. V, p. 138.

    Fig. Suivre le torrent, s'abandonner au cours des coutumes, des opinions communes. En devenait-il moins fidèle à Dieu ? en était-il moins zélé pour la loi de Dieu ? disait-il : Suivons le torrent ? Bourdaloue, 7e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 65. Il faut des forces pour résister au torrent, mais il n'en faut point pour le suivre, Fontenelle, Oracl. I, 8.

    Fig. Suivre le chemin de, le sentier de, se conformer à. Suivre le chemin de la gloire. Il suivit le sentier de la vertu, les traces de ses ancêtres. Ô divine théologie, comprendrons-nous bien ce mystère ? oui, certes, nous le comprendrons avec l'assistance divine, en suivant les vestiges des anciens docteurs, Bossuet, 2e panég. St Franç. de Paule, 2.

    Fig. Suivre le fil, suivre quelque chose comme quand on suit le fil de l'eau. Suivre le fil de ses idées, d'un raisonnement. Suivre le fil des événements.

    Terme de manége. Suivre la piste, marcher au plus près, le long du mur du manége.

    Suivre le poing de la bride, se dit d'un cheval qui obéit facilement à la main.

  • 6Dans le langage élevé, suivre au tombeau quelqu'un, mourir après lui pour le rejoindre. Tu dis que mon amant me suivrait au tombeau, Racine, Théb. V, 1. Je mourrai, mais au moins ma mort me vengera, Je ne mourrai pas seule, et quelqu'un me suivra, Racine, Andr. V, 2. Laïus, reçois mon sang, je te suis chez les morts, Voltaire, Œdipe, V, 6.

    Suivre quelqu'un, quand il s'agit de mort, signifie aussi, dans le langage ordinaire, mourir peu de temps après lui. Un cruel accident tout à coup m'a ravi Mon père ; et de bien près ma mère l'a suivi, Collin D'Harleville, Vieux célib. IV, 3.

  • 7Suivre de l'œil, des yeux, une personne, une chose, regarder avec attention, avec intérêt une personne ou une chose qui s'éloigne, qui chemine. Quand pourrai-je, au travers d'une noble poussière, Suivre de l'œil un char fuyant dans la carrière ? Racine, Phèdre, I, 3. Télémaque et Mentor… prennent congé du roi… qui les suit des yeux aussi loin qu'il le peut, Fénelon, Tél. XXIII. Là ses yeux errants sur les flots D'Ulysse fugitif semblaient suivre la trace, Rousseau J.-B. Cantate, Circé.

    Fig. … Il en parle avec feu, s'intéresse Aux progrès qu'elle fait, enfin la suit des yeux, Collin D'Harleville, Vieill. et jeunes gens, I, 4.

  • 8 Fig. Suivre quelqu'un, le suivre par la pensée. Ma pensée n'a pas été un moment séparée de vous ; je vous ai suivie partout, et j'ai trouvé mille fois que je ne valais pas l'extrême peine que vous preniez pour moi, Sévigné, 13 déc. 1676.
  • 9 Fig. Observer, considérer attentivement. Il faut suivre les jeunes gens sans qu'ils s'en aperçoivent. J'ai suivi ses progrès et j'en ai été surpris. Si vous ne le suivez de près, il fera quelque sottise. Un astrolabe en main, elle a, dans la gouttière, à suivre Jupiter passé la nuit entière, Boileau, Sat. X. Je vous ai bien suivi, je vous trouve bon homme, Gresset, Méch. III, 10.

    Suivre quelqu'un dans, l'observer dans. Ne craignons pas de suivre la princesse palatine jusque dans l'incrédulité où elle était enfin tombée, Bossuet, Anne de Gonz.

    Passer en revue. Le Saint-Esprit a voulu descendre dans un dénombrement exact de tous les ornements de la vanité, s'attachant à suivre, par sa vengeance, toutes les diverses parures qu'une vaine curiosité a inventées, Bossuet, la Vallière.

  • 10Surveiller. Monsieur Colbert, il me revient que Montespan se permet des propos indiscrets : c'est un fou que vous me ferez le plaisir de suivre de près, Lett. de Louis XIV à Colbert, 15 juin 1678.

    Il a été suivi, se dit d'un homme dont la police, un espion, etc. observent, en le suivant, toutes les démarches.

  • 11Suivre un malade, suivre une maladie, en diriger le traitement. Mélite eut recours à un fameux médecin … il examina Delphine avec la plus grande attention, et la suivit quelque temps, Genlis, Veillées du château t. I, p. 24, dans POUGENS. Il [Hippocrate] a laissé plusieurs ouvrages : les uns ne sont que les journaux des maladies qu'il avait suivies, les autres contiennent les résultats de son expérience et de celle des siècles antérieurs, Barthélemy, Anach. ch. 73.
  • 12 Fig. Poursuivre, continuer, ne pas interrompre. Adieu, quelque autre fois nous suivrons ce discours, Corneille, Tite et Bérén. III, 3. Je veux suivre l'histoire sainte et tragique du pauvre Saint-Aubin : mercredi dernier… on me vint dire qu'il était fort mal…, Sévigné, 19 nov. 1688. S'attacher à l'exécution de quelque chose. Il suit toujours son but jusqu'à ce qu'il l'emporte, Corneille, Nicom. v, 4. Les premières difficultés ne le rebutent point, il suit avec constance un dessein que le ciel lui a inspiré, L'Abbé Choisi, Disc. de récep. à l'Acad. Le sénat de Suède chargea le chancelier Oxenstiern de suivre en Allemagne les vues du grand Gustave, Voltaire, Ann. Emp. Ferdinand II, 1633.

    Suivre une affaire, une entreprise, s'en occuper sérieusement pour qu'elle réussisse. Il faut suivre cette affaire-là, monsieur Simonneau, Dancourt, Moul. Javelle, sc. 17.

    Absolument. Quand on a commencé, il faut suivre.

    Suivre sa pointe, continuer, pousser une entreprise.

    Suivre sa pointe, signifie aussi abonder dans son sens. Quel diable d'étourdi qui suit toujours sa pointe ! Molière, Scapin, III, 11.

  • 13Pousser jusqu'au terme. L'hypothèse des apôtres fourbes est bien absurde ; qu'on la suive tout au long ; qu'on s'imagine ces douze hommes…, Pascal, Pens. XIX, 1 bis, éd. HAVET. L'œuvre de Dieu a été suivie, et ce qu'il avait commencé par les humiliations de Jésus-Christ, il l'a consommé par les humiliations de ses disciples, Bossuet, Hist. II, 11. Ce ne sont ici que des vues ; pour conclure quelque chose, il faudrait que les amateurs s'occupassent de ces expériences, et les suivissent jusqu'où elles peuvent aller, Buffon, Ois. t. VII, p. 292. Il paraît que, si Leeuwenhoek n'a pas été le premier qui ait fait cette découverte, il est celui qui l'a suivie le plus loin, Buffon, Hist. anim. VII.
  • 14S'adonner à. Socrate était fils d'un sculpteur nommé Sophronisque ; il quitta la profession de son père, après l'avoir suivie pendant quelque temps et avec succès, Barthélemy, Anach. ch. 67.

    On dit dans le même sens : Suivre le métier des armes, suivre la carrière des lettres. Quant à vous, suivez Mars, ou l'Amour, ou le prince, La Fontaine, Fabl. III, 1.

    Suivre la cour, suivre le barreau, s'attacher à la cour, fréquenter le barreau.

    Suivre une science, l'étudier, s'y adonner. La chose que je suivais le plus exactement était l'histoire et la géographie, Rousseau, Confess. VI. M. de Francueil suivait alors l'histoire naturelle et la chimie, et faisait un cabinet, Rousseau, ib. VII.

  • 15Suivre quelqu'un, se joindre à son parti. Le comte de Grammont disait que, des tous les fous qui avaient suivi M. le Prince, il n'y avait que l'Angeli qui eût fait fortune, Voltaire, Louis XIV, 25.

    Suivre le parti de quelqu'un, être du parti de quelqu'un.

  • 16Adhérer à, en parlant d'opinions, de doctrines. Suivre une doctrine. Vous avez bien mis ceux qui suivent vos opinions probables en assurance à l'égard de Dieu et de la conscience ; car, à ce que vous dites, on est en sûreté de ce côté-là en suivant un docteur grave, Pascal, Prov. VI. L'affirmative et la négative de la plupart des opinions ont chacune quelque probabilité au jugement de vos docteurs, et assez pour être suivies avec sûreté de conscience, Pascal, Prov. VI. Pour ne pas vouloir croire des mystères incompréhensibles, les incrédules suivent, l'une après l'autre, d'incompréhensibles erreurs, Bossuet, Anne de Gonz. À suivre le système de ce philosophe [Spinosa], tout se fait par une aveugle nécessité, Condillac, Traité des syst. 10.
  • 17Être du sentiment de. Suivre Aristote. Suivre Descartes. Peu s'en fallut qu'ils ne renonçassent à l'espérance de leur Messie qui leur manquait dans le temps, et plusieurs suivirent un fameux rabbin dont les paroles se trouvent encore conservées dans le Talmud, Bossuet, Hist. II, 10. Les jacobins se croient obligés de suivre saint Thomas, et pourquoi ? c'est souvent parce que ce saint docteur était de leur ordre, Malebranche, Rech vér. v, 6.

    Prendre pour guide. Nous sommes, comme les apôtres, suivis par le petit nombre et persécutés par le grand, Voltaire, Lett. d'Alembert, 16 juin 1773.

    Prendre pour autorité. Sozomène, un historien qui n'est qu'un laïque et qui n'est suivi de personne, Bossuet, Déf. Var. 1er disc. 7. Marcel, autre auteur digne de la bibliothèque bleue, suivit Abdias, Voltaire, Lett. Montfort, 21 févr. 1770.

    Obéir à. Seigneur, je sais que je ne sais qu'une chose ; c'est qu'il est bon de vous suivre, et qu'il est mauvais de vous offenser, Pascal, Prière, 14.

  • 18Assister régulièrement à. Suivre un cours. Suivre les leçons. de tel maître.

    Suivre un professeur, assister à ses leçons. Il [Boerhaave] ne suivit point les professeurs publics ; il prit seulement quelques-unes des leçons du fameux Drelincourt ; mais il s'attacha aux dissections publiques, Fontenelle, Boerhaave.

    Suivre un prédicateur, être assidu à ses sermons.

    Suivre le théâtre, le spectacle, aller souvent au spectacle. J'ai suivi toutes les représentations de telle pièce.

  • 19Être attentif au discours, au raisonnement de quelqu'un. Je reprends, et je vous prie de me suivre, Bourdaloue, Myst. Passion de J. C. t. I, p. 255.

    Suivre quelqu'un qui raisonne, qui parle, le comprendre, ne rien perdre de ce qu'il dit. Je ne sais pas assez l'anglais, je ne puis suivre ce prédicateur. Cet orateur parle si vite que je ne puis le suivre. Spinosa est bien heureux de manier avec tant de facilité les idées de l'infini ; j'avoue que j'ai de la peine à le suivre, et que, quand il parle d'un attribut qui exprime une essence éternelle et infinie, je ne trouve, dans le mot exprimé, qu'un terme figuré qui ne présente rien d'exact, Condillac, Traité des syst. ch. 10.

  • 20S'abandonner à, se laisser conduire par. Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre, Malherbe, Paraphr. du ps. CXLV. Ils suivent en tous lieux, comme bêtes stupides, Leurs sens pour souverains, leurs passions pour guides, Corneille, Imit. III, 12. Allons, courons… Assembler des amis qui suivent mon courroux, Molière, Amph. III, 5. Ils auraient bien du regret d'avoir fait tant d'efforts pour suivre vos passions particulières en une affaire qui n'est de nulle conséquence, Pascal, Prov. XVIII. Je veux croire avec vous… Qu'il suit son intérêt plutôt que sa tendresse, Racine, Andr. III, 2. Ils suivaient sans remords leur penchant amoureux, Racine, Phèdre, IV, 6. Il montra qu'il savait aussi bien faire son devoir que suivre son inclination, Fontenelle, Tschirnhaus. On croit suivre ses volontés, en suivant les volontés de ce qu'on aime, Marmontel, Cont. mor. Tout ou rien.
  • 21Se conformer à, se régler sur. En suivant du feu roi l'ordre et le testament, Corneille, Pomp. II, 4. Le monarque lui dit : Chétif hôte des bois, Tu ris, tu ne suis pas ces gémissantes voix ! La Fontaine, Fabl. VIII, 14. Si nous suivons ce précepte et que nous envisagions cet événement [une mort] non pas comme un effet du hasard…, Pascal, Lett. à Mme Périer, 17 oct. 1651. Quelle sottise de ne point suivre les temps, et de ne pas jouir, avec reconnaissance, des consolations que Dieu nous envoie après les afflictions qu'il veut quelquefois nous faire sentir ! Sévigné, à Bussy, 14 mai 1686. Vous voilà un peu mortifiés, messieurs les grands seigneurs… il faut suivre les siècles, celui-ci n'est pas pour vous, Sévigné, 9 oct. 1675. Quand les rois enfants de David suivent les bons exemples de leur père, Dieu fait des miracles surprenants en leur faveur, Bossuet, Hist. II, 4. N'attendez pas que je suive la coutume des orateurs, et que je loue M. de Turenne comme on loue les hommes ordinaires, Fléchier, Tur. On suit peu les conseils qu'on croit intéressés, Quinault, Astrate, I, 1. Mais si de vos flatteurs vous suivez la maxime…, Racine, Brit. IV, 3. Suivez de point en point ces ordres importants, Racine, Athal. v, 3. Des rois de l'Orient suivons l'antique usage, Voltaire, Zaïre, III, 7.
  • 22Il se dit des choses pour exprimer qu'elles obéissent à des règles. La compression des gaz suit telle loi. Ainsi les satellites de Jupiter et les couches qui les entraînent doivent suivre la règle de Kepler, Malebranche, Rech. vér. éclairc. sur la lum.
  • 23Suivre quelqu'un, écouter les avis qu'il donne. Les dieux, qui m'inspiraient et que j'ai mal suivis, M'ont fait taire trois fois par de secrets avis, Racine, Mithr. IV, 2.

    Imiter. …Et moi, pour vous suivre au dessein de tout rendre, Voilà le diamant que vous m'aviez fait prendre, Molière, le Dép. IV, 3. Il [d'Hacqueville] voudrait que vous imitassiez vos ennemis, qui disent des douceurs et donnent des coups de poignard ; ou que du moins, si vous ne voulez pas suivre cette parfaite trahison, vous sussiez mesurer vos paroles et vos ressentiments, Sévigné, 13 nov. 1673. La perfection chrétienne n'est pas dans un degré déterminé ; elle consiste à croître toujours ; Jésus-Christ en est le modèle ; c'est lui que nous devons suivre, Bossuet, Panég. St Benoît, 3.

    Suivre de près, ou, simplement, suivre, égaler à peu près. Les flèches de Mélésichton ne portaient pas des coups moins assurés que celles d'Apollon ; il suivait encore plus ce dieu dans les sciences et dans les beaux-arts, Fénelon, t. XIX, p. 99.

  • 24 Fig. Venir à la suite de. La nuit suit le jour. L'âge mûr suit la jeunesse. Et l'offre de mon bras suivit celle du cœur, Corneille, Cinna, v, 2. Je vous mandai avant-hier, par un petit guenillon de billet, qui suivait une grosse lettre, que Mme de Soubise était exilée, Sévigné, 29 déc. 1679. Je ne doute pas, chrétiens, que les vœux de ce saint apôtre n'aient été suivis de l'exécution, Bossuet, 1er panég. St Fr. de Paule, Préambule. Jadis une mort prompte eût suivi cette audace [de pénétrer dans le sérail], Racine, Bajaz. I, 1. Le Cid, après tout, était une imitation très embellie de Guillain de Castro, et, en plusieurs endroits, une traduction ; Cinna, qui le suivit, était unique, Voltaire, Louis XIV, 32.
  • 25 Fig. Aller avec, résulter de. Il faut diriger ses intentions à la vertu seule ; la gloire, comme un de ses apanages, la doit suivre sans qu'on y pense, Bossuet, 2e panég. St Fr. de Paule, Préambule. L'honneur qui suit une illustre vie Estun bonheur qui ne finit jamais, Quinault, Phaé. IV, 2. De quel désespoir mes vœux seraient suivis ! Racine, Phèdre, v, 5. La force craint la loi ; la peine suit le crime, Rousseau J.-B. Odes, IV, 5. Nous avons vu comment les lois suivent les mœurs ; voyons à présent comment les mœurs suivent les lois, Montesquieu, Esp. XIX, 26. …La chute des arts suit la perte des mœurs, Gilbert, le XVIIIe siècle.
  • 26 V. n. Venir, aller après. C'était à vous de suivre, au vieillard de monter [sur l'âne], La Fontaine, Fabl. III, 1.

    Il se dit de ce qui vient après. Vous n'avez vu que le commencement ; voyez ce qui suit. La page qui suit. Tu connaîtras mon fils, ses mœurs et ce qui suit, Baron, Andrienne, I, 1. Elle ouvrit en tremblant cette lettre, et y trouva ce qui suit…, Riccoboni, Œuv. t. III, p. 31.

  • 27Venir après dans le temps. Les siècles qui suivront verront… Comme s'il eût dit à saint Pierre, ou plutôt, en sa personne, aux fidèles qui devaient suivre…, Bossuet, Sermons, Parole de Dieu, 1.
  • 28Aller selon une direction. Suivez, messieurs.

    Suivre, mot que l'on met sur une lettre pour indiquer que, si le destinataire n'est pas chez lui, la lettre doit le suivre à son autre résidence.

  • 29 Terme d'imprimerie. En suivant, faites suivre, suivez, ne faites pas d'alinéa, continuez la ligne commencée.
  • 30 Terme de jeux de cartes. La main suit, chacun bat et distribue à son tour.
  • 31Procéder. Dieu la change par une lumière soudaine et par un songe qui tient de l'extase ; tout suit en elle de la même force, Bossuet, Anne de Gonz.
  • 32Résulter. Pour l'ordinaire la joie suit du chatouillement [des sens], Descartes, Pass. 94. Je vois bien, mon père, que cela suit de la doctrine de Vasquez, Pascal, Prov. VI. La seconde vérité que je suis obligé de vous expliquer, et qui suit évidemment de celle que j'ai déjà établie, Bossuet, Sermons, Septuagésime, 2. Il ouvrit son discours par les avantages que produisaient l'union et la paix, et par les malheurs qui suivaient de la discorde, Vertot, Rév. rom. II, 174. Il faut voir quelles sont les lois qui suivent de cette nature, Montesquieu, Esp II, 1.

    Impersonnellement. Il suit de ce que vous dites que j'avais raison.

  • 33Se suivre, v. réfl. Venir, marcher l'un après l'autre. Ils se suivaient les uns les autres. Il est constant que tous les corps généralement font de grands efforts pour se suivre et se tenir unis, toutes les fois qu'il y aurait du vide entre eux en se séparant, et jamais autrement, Pascal, Conclusion des écrits sur l'équil. des liqueurs et la pes. de l'air.

    Ces pages, ces numéros se suivent bien, ne se suivent pas, ils sont, ils ne sont pas dans leur ordre naturel.

  • 34Venir l'une après l'autre, en parlant de choses. Les traités, les parjures, les excommunications se suivirent avec rapidité, Voltaire, Mœurs, 47.
  • 35Être continu, sans interruption. Elle se tourmente comme dans un songe ; on veut parler, la voix ne se suit pas, Bossuet, la Vallière. Dans les cent mille millions de mondes qui sont dispersés dans l'étendue, tout se suit par degrés, Voltaire, Memnon.
  • 36 Fig. Se suivre, être conséquent avec soi-même. Pour ce qui est de l'Église catholique, elle se suit parfaitement elle-même, Bossuet, Tradit. déf. commun. II, 21.

    S'enchaîner, avoir de la liaison. Un poëme excellent où tout marche et se suit, Boileau, Art p. III. Tout s'y soutient, tout s'y suit, tout s'y éclaircit de soi-même, Massillon, Carême, Vérité de la religion.

PROVERBES

Qui m'aime me suive, que celui qui m'aime fasse ce que je ferai. On cherche à quereller ? je n'aime pas le bruit ; Je m'en retourne à table, et qui m'aime me suit, Destouches, Diss. III, 9.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, la vie est un mélange de biens et de maux.

HISTORIQUE

XIe s. … Là vus suirat…, Ch. de Rol. IX. Après le vait suiant, ib. LXXXIX.

XIIe s. Auquant home [quelques hommes] s'en estoient allé el desert, et assez de gens les avoient seguz, Machab. I, 2.

XIIIe s. Or siurai mon proposement, Si parlerai avenanment, Fl. et Blanch. 31. Et cil qui les suirent firent aussi, Villehardouin, LIX. Et il avoient poi de viande ; car nus marcheans nes [ne les] povoit sivre, Villehardouin, CXLI. Et maint autre baron, que de près l'ont suivi, Berte, LXXXIX. Et les autres après suant, Lai du trot, p. 77. Cortaut vous sieut plus que le pas, Ren. 1673. Et cil [l'amour] pensa bien de moi sivre, la Rose, 1330. Li diex d'amors tantost de loing Me prist à suivir l'arc au poing, ib. 1322. La loi est de tele nature que cil qui ne nest de mariage, sige sa mere, se la loi ne li fet grace, Liv. de jost. 56. Se feme est digne par lignage ou par mariage, et ele se marie à non digne, ele pert sa digneté, et doit segre la condicion à lo home, ib. 66. Se la condicion n'est segue, ib. 191. Comme je voz ai dit de ces deus viles, que le [la] mesure de tere suit cele du blé, Beaumanoir, XXVI, 9. Li hoir ne sont à respondre es cas dont on les suit du meffet à lor devancier, Beaumanoir, VI, 29. Et le roy li dit : Connestable, alés devant, et je vous suivré, Joinville, 227.

XIVe s. Car Henri les suioit tousjors en combattant, Et de Pietre trover avoir le cuer joiant, Guesclin. 16315.

XVe s. Il vouloit trois ou quatre valets tenir après lui, qui le sieuvissent partout où il alast, Froissart, II, III, 36. Je vai boire d'autant à ceste compaignie ; Suive qui m'amera ! Basselin, II. Se tu prises ton fait beaucoup… n'en sieut pas que nous…, Chastelain, Expos. sur verité mal prise.

XVIe s. Qui voudra donc suivre de Christ la trace… Il fault premier qu'à soy-mesme renonce, Marot, I, 304. Suyvre les façons et formes receues, Montaigne, I, 120. Blosius respondit : toutes choses. Comment toutes choses ? suivit-il [reprit-il]…, Montaigne, I, 213. Je n'ayme ni à conseiller ny à suyvre une vertu si sauvage, Montaigne, I, 224. Mes fantaisies se suyvent, mais parfois c'est de loing, Montaigne, IV, 136. Nos jugements sont malades, et suyvent la depravation de nos mœurs, Montaigne, I, 264. Ce prince à la premiere allarme, aiant sauté sur un courtaut, mena les plus proches de sa maison pour coureurs, et le reste venant à suive-qui-peut, D'Aubigné, Hist. III, 176. Il le suivoit à la trace, et rouoit à l'entour de luy, Amyot, Fab. 11. L'autre affine le cuivre, L'autre le vif argent qui veut tousjours se suivre, Ronsard, 896. L'autre durant ton heur suivira ta fortune, Baïf, Œuvr. p. 236, dans LACURNE.

ÉTYMOLOGIE

Bourg. seugre ; Berry, suire, suir, suvre, suve, seuvre ; Poitou, seuvre, sigre, siguer ; wallon, sûr ; normand, sieuvre ; provenç. seguir, segre ; esp et portug. seguir ; ital. seguire ; d'une forme barbare sequere ou sequire (d'où suivre et suivir), dérivé du lat. sequi, qui est le même que le grec ἕπειν, d'une racine originelle sac, qu'on trouve en sanscrit sous les deux formes sāc et sap.