René DESCARTES, auteur cité dans le Littré

DESCARTES (1596-1650)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCARTES a été choisie.

702 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours de la méthode 1637 245 citations
Les météores 1637 49 citations
Méditations 1641 88 citations

Quelques citations de René DESCARTES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 702 citations dans le Littré.

  1. Il me semblait n'avoir fait autre profit, en tâchant de m'instruire, sinon que j'avais découvert de plus en plus mon ignorance ; et j'étais en l'une des plus célèbres écoles de l'Europe, où je pensais qu'il devait y avoir de savants hommes, s'il y en avait en aucun endroit de la terre.
    ib. I, 6 (école)
  2. La première et principale cause pourquoi on n'a pu entendre assez clairement aucune des choses qui se sont dites de Dieu et de l'âme.
    Rép. II, 4 (dire)
  3. À tout le moins il est en ma puissance de suspendre mon jugement.
    Méd. I, 10 (moins)
  4. Ainsi qu'on voit que les têtes, un peu après être coupées, se remuent encore et mordent la terre, nonobstant qu'elles ne soient plus animées.
    Méth. v, 9 (nonobstant)
  5. Et parce que cela ne se peut pas même feindre…
    Rép. II, 29 (feindre)
  6. On ne laisse pas quelquefois d'avoir bon appétit.
    Pass. 100 (appétit)
  7. si est-ce que Me trompe qui pourra ; si est-ce qu'il ne saurait jamais faire que je ne sois rien, tandis que je penserai être quelque chose.
    Méd. III, 3 (si [2])
  8. Ce cours d'études au bout duquel on a coutume d'être reçu au rang des doctes.
    Méth. I, 6 (docte)
  9. Toute impossibilité, ou, s'il m'est permis de me servir ici du mot de l'école, toute implicance consiste seulement en notre concept ou pensée, qui ne peut conjoindre les idées qui se contrarient les unes les autres.
    Rép. aux secondes obj. 42 (implicance)
  10. Il est certain que ce qui me reste encore à découvrir est, de soi, plus difficile et plus caché que ce que j'ai pu ci-devant rencontrer.
    ib. VI, 6 (rencontrer)
  11. Idées… jointes ensemble et inséparables.
    Méd. III, 22 (inséparable)
  12. Qu'ils [les lecteurs] repassent si longtemps et si souvent cette considération [l'incertitude des sens] en leur esprit, qu'enfin ils acquièrent l'habitude de ne plus se fier si fort en leurs sens.
    Rép. aux secondes object. 67 (fier [1])
  13. Lorsque je relâche quelque chose de mon attention.
    Médit. III, 20 (relâcher)
  14. En sorte qu'elle ne descende pas tout droit et à plomb.
    Monde, 11 (plomb)
  15. Vous savez quel vous êtes indéterminément et confusément, mais non pas déterminément et clairement.
    Rem. aux 7es obj. 44 (indéterminément)
  16. Il est aisé à remarquer que cette altération est sentie.
    Pass. I, 33 (aisé, ée)
  17. Je n'eus pas dessein pour cela de tâcher d'apprendre toutes ces sciences particulières qu'on nomme communément mathématiques.
    Méth. II, 11 (particulier, ère)
  18. Par une chose complète, je n'entends autre chose qu'une substance revêtue de formes ou d'attributs qui suffisent pour me faire connaître qu'elle est une substance.
    Rép. aux quatre object. 11 (forme)
  19. Pour le côté et le traversant…
  20. La superficie extérieure de la peau qu'on nomme l'arrière-faix.
    Fœtus, 5 (arrière-faix)