René DESCARTES, auteur cité dans le Littré

DESCARTES (1596-1650)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCARTES a été choisie.

702 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours de la méthode 1637 245 citations
Les météores 1637 49 citations
Méditations 1641 88 citations

Quelques citations de René DESCARTES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 702 citations dans le Littré.

  1. Cette eau extrêmement forte qui peut soudre l'or.
    Météor. 3 (soudre)
  2. Dont le cerveau est offusqué par les noires vapeurs de la bile.
    Médit. 1 (bile)
  3. L'ordre que j'ai tenu en ceci a été tel : premièrement…
    Méth. VI, 3 (tenir)
  4. Lorsque cette situation s'est restituée.
    Fœtus, 5 (restituer)
  5. La vérité consistant dans un indivisible, il peut arriver que ce que nous ne croyons pas être tout à fait certain, pour probable qu'il nous paraisse, soit néanmoins absolument faux.
    Rem. sur les 7es obj. 67 (indivisible)
  6. Il ne s'est osé prendre qu'aux premiers rudiments de cet art et aux choses qui se présentent d'elles-mêmes.
    Remarques sur les 7es object. 58 (se)
  7. Y étant poussé par la diastole, il passe dans les veines.
    Fœtus, 4 (diastole)
  8. Les parcelles de glace, étant poussées les unes contre les autres par les vents, s'entre-touchent sans s'unir pour cela tout à fait.
    Météor. 6 (entre-toucher (s'))
  9. Comme, en abattant un vieux logis, on en réserve ordinairement les démolitions pour servir à en bâtir un nouveau.
    Méth. III, 6 (démolition)
  10. Pour ce qui touche les mœurs, chacun abonde si fort en son sens, qu'il se pourrait trouver autant de réformateurs que de têtes.
    Méth. VI, 2 (sens [1])
  11. Il est bon de savoir quelque chose des mœurs de divers peuples, afin de juger des nôtres plus sainement, et que nous ne pensions pas que tout ce qui est contre nos modes soit ridicule et contre raison, ainsi qu'ont coutume de faire ceux qui n'ont rien vu.
    Méth. I, 8 (mœurs)
  12. Je n'eus pas dessein pour cela de tâcher d'apprendre toutes ces sciences particulières qu'on nomme communément mathématiques.
    Méth. II, 11 (particulier, ère)
  13. L'on ne doit pas dire… qu'il n'est point nécessaire de penser que toutes les figures de quatre côtés se peuvent inscrire dans le cercle, mais que, supposé que j'aie cette pensée, je suis contraint d'avouer que le rhombe y peut être inscrit, puisque c'est une figure de quatre côtés ; et ainsi je serai contraint d'avouer une chose fausse.
    Médit. V, 5 (inscrire)
  14. Trois arts qui semblaient devoir contribuer quelque chose à mon dessein.
    Méth. (contribuer)
  15. Je pris garde que, pendant que je voulais ainsi penser que tout était faux, il fallait nécessairement que moi qui le pensais fusse quelque chose ; et, remarquant que cette vérité : je pense, donc je suis, était si ferme et si assurée, que toutes les plus extravagantes suppositions des sceptiques n'étaient pas capables de l'ébranler, je jugeai que je pouvais la recevoir sans scrupule pour le premier principe de la philosophie que je cherchais.
    Méth. IV, 1 (penser [1])
  16. La générosité étant comme la clef des autres vertus.
    Pass. 161 (clef ou clé)
  17. Quelques-uns faisaient déjà courre le bruit que j'en étais venu à bout.
    Méth. (courre [1])
  18. Repassant mon esprit sur tous les objets qui s'étaient jamais présentés à mes sens.
    Méth. VI, 3 (repasser)
  19. Une balle se réfléchit quand elle donne contre la muraille.
    Monde, 14 (donner)
  20. Les mêmes choses sont dites être formellement dans les objets des idées quand elles sont en eux telles que nous les concevons ; et elles sont dites y être éminemment quand elles n'y sont pas à la vérité telles, mais qu'elles sont si grandes qu'elles peuvent suppléer à ce défaut par leur excellence.
    Rép. aux 2es object. 60 (formellement)