Antoinette DESHOULIÈRES, auteur cité dans le Littré

DESHOULIÈRES (1634-1694)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESHOULIÈRES a été choisie.

113 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Antoinette DESHOULIÈRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 113 citations dans le Littré.

  1. Ne vous y trompez pas, vous y seriez reçu Comme un chien dans un jeu de quilles.
    Poés. t. II, p. 166 (quille [2])
  2. C'est pour parler tout à son aise, Se dandiner dans une chaise, Et se donner des rendez-vous.
    dans RICHELET (dandiner)
  3. Si vous voulez en tout faire florès, Qu'avec beauté grosse dot soit donnée ; L'amour languit sans Bacchus et Cérès.
    dans RICHELET (florès)
  4. Ces Grecs et ces Romains si vantés dans l'histoire.
    Poés. t. II, p. 66 (vanté, ée)
  5. Tircis, l'amour n'est point de votre connaissance, Vous prenez sa sœur pour lui.
    Poés. t. I, p. 126 (prendre)
  6. Une chatte fut la figure Que prit la reine des amours ; Et, comme elle est bonne princesse, Pour éviter l'oisiveté, Elle contenta la tendresse D'un jeune chat épris de sa beauté.
    Poésies, t. II, p. 170 (princesse)
  7. Certain air de dévotion, Lorsque l'on n'est plus jeune, a toujours bonne grâce.
    t. II, p. 71 (grâce)
  8. Penser trop bien de soi, fait tomber tous les jours En des égarements étranges.
    Réflexions diverses. (penser [1])
  9. Une grosse Aricie [l'Aricie de la Phèdre de Racine], au cuir rouge, aux crins blonds, N'est là que pour montrer deux énormes tetons, Que malgré sa froideur Hippolyte idolâtre.
    Poésies, t. II, p. 219, dans LACURNE (cuir [1])
  10. Sa nourrice [de Phèdre, dans Racine] lui fait un sermon fort chrétien Contre l'affreux dessein d'attenter à soi-même.
    Poésies, t. II, p. 119 (sermon)
  11. Moi dévote ! qui, moi ? m'écriai-je à mon tour, L'esprit blessé d'un terme employé d'ordinaire Lorsque d'un hypocrite on parle sans détour.
    au P. de la Chaise. (dévot, dévote)
  12. Il dit que l'opiat, la guimauve et le reste Ont été pour ses dents un remède funeste.
    t. I, p. 284 (opiat)
  13. Vers les dangereuses langueurs Vous avez une douce pente ; Vous soupirerez des malheurs Dont vous paraissez ignorante.
    Poés. t. II, p. 23 (soupirer)
  14. Que je vous regrette ! Mais il faut céder ; Sans chien, sans houlette Puis-je vous garder ?
    à ses filles. (houlette)
  15. Ruisseau, nous paraissons avoir un même sort ; D'un cours précipité nous allons l'un et l'autre, Vous à la mer, nous à la mort.
    Ruisseau, idylle. (ruisseau)
  16. La jeune Iris…Jusqu'à midi volontiers se mitonne.
    Rondeau. (mitonner)
  17. De leurs déréglements historiens fidèles, Avec un front d'airain ils [les jeunes gens d'aujourd'hui] feront mille fois Un odieux détail des plus affreux endroits.
    t. I, p. 90 (historien)
  18. Que votre éclat est peu durable, Charmantes fleurs, honneur de nos jardins.
    dans RICHELET (fleur)
  19. Ce nouvel Ixion n'embrasse que de l'air.
  20. Homme, vante moins ta raison… Aussi faible que toi, dans ta jeune saison Elle est chancelante, imbécile.
    Réfl. diverses, XII (saison)