Antoinette DESHOULIÈRES, auteur cité dans le Littré

DESHOULIÈRES (1634-1694)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESHOULIÈRES a été choisie.

113 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Antoinette DESHOULIÈRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 113 citations dans le Littré.

  1. Quelque puissant qu'on soit en richesse, en crédit, Quelque mauvais succès qu'ait tout ce qu'on écrit, Nul n'est content de sa fortune, Ni mécontent de son esprit.
    Poés. t. I, p. 103 (mécontent, ente)
  2. Chattes aux airs penchés sont les plus amoureuses.
    Poés. t. II, p. 147 (penché, ée)
  3. Les grands crimes immortalisent Autant que les grandes actions.
    t. II, p. 102 (immortaliser)
  4. Riches atours, tables, nombreux valets, Font aujourd'hui les trois quarts du mérite.
    Ballade, t. I, p. 47 (valet [1])
  5. De la religion c'est ainsi qu'ils se jouent ; Ils ont un air pieux répandu sur le front Que leurs actions désavouent.
    Ép. chagrine. (désavouer)
  6. Ruisseau, nous paraissons avoir un même sort ; D'un cours précipité nous allons l'un et l'autre, Vous à la mer, nous à la mort.
    Ruisseau, idylle. (ruisseau)
  7. Et d'ailleurs il n'est pas si facile qu'on pense D'être fort honnête homme et de jouer gros jeu.
    t. I, p. 106 (gros, osse)
  8. Ne vous y trompez pas, vous y seriez reçu Comme un chien dans un jeu de quilles.
    Poés. t. II, p. 166 (quille [2])
  9. Une grosse Aricie [l'Aricie de la Phèdre de Racine], au cuir rouge, aux crins blonds, N'est là que pour montrer deux énormes tetons, Que malgré sa froideur Hippolyte idolâtre.
    Poésies, t. II, p. 219, dans LACURNE (cuir [1])
  10. Pourrez-vous toujours voir votre cabinet plein Et de pédants et de poëtes, Qui vous fatigueront avec un front serein Des sottises qu'ils auront faites ?
    Poés. t. I, p. 38 (sottise)
  11. Le plus fort de ces grands maîtres Se sert de tout son esprit à soutenir que des êtres La seule forme périt ; Que le corps se décompose, Qu'il se fait de chaque chose Des arrangements divers.
    dans RICHELET (décomposer)
  12. Enfin dans cet horrible gouffre De misère et de vanité Je me perds ; et plus j'envisage La faiblesse de l'homme et sa malignité, Et moins de la divinité En lui je reconnais l'image.
    le Ruisseau. (perdre)
  13. Et promenait sur lui d'étincelants regards.
    Poés. t. II, p. 38 (promener)
  14. Si tout est fait pour nous, s'il ne faut que vouloir, Que n'employons-nous mieux ce souverain pouvoir ? Que ne régnons-nous sur nous-mêmes ?
    t. I, p. 132 (vouloir [1])
  15. Une chatte fut la figure Que prit la reine des amours ; Et, comme elle est bonne princesse, Pour éviter l'oisiveté, Elle contenta la tendresse D'un jeune chat épris de sa beauté.
    Poésies, t. II, p. 170 (princesse)
  16. Quand je suis avec mes amis, Je ne suis plus malade ; C'est là que je me suis permis Le vin et la grillade ; N'en déplaise à monsieur Thévard [son médecin], Je n'en irai qu'un peu plus tard Voir Jean de Vert.
    Chanson sur l'air de Jean de Vert (grillade)
  17. Illustre protecteur des Filles de mémoire… Colbert dont les travaux, des ans victorieux, De miracles divers enrichiront l'histoire.
    t. I, p. 8 (victorieux, euse)
  18. Les jeunes gens portent l'audace Jusqu'à la brutalité ; Quand ils ne nous font pas [à nous femmes] une incivilité, Il semble qu'ils nous fassent grâce.
    t. I, p. 93 (incivilité)
  19. Hélas ! petits moutons, que vous êtes heureux ! Vous paissez dans nos champs, sans soucis, sans alarmes.
    Idylle, les Moutons. (paître)
  20. Elle papillonne toujours, Me disait ce grand homme, et rien ne la corrige.
    Poésies, t. II, p. 76 (papillonner)