Antoinette DESHOULIÈRES, auteur cité dans le Littré

DESHOULIÈRES (1634-1694)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESHOULIÈRES a été choisie.

113 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Antoinette DESHOULIÈRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 113 citations dans le Littré.

  1. Il démêle un sot de cent pas, Le poursuit, l'aboie et le pille.
    Poés. t. II, p. 141 (piller)
  2. Le savoir nuit à tout, la mode en est passée ; On croit qu'un bel esprit ne saurait être bon.
    Ép. chagrine à MLLE***. (mode [2])
  3. L'âtre entouré d'un tas d'enfants criards.
    Ballade. (criard, arde)
  4. Si vous voulez en tout faire florès, Qu'avec beauté grosse dot soit donnée ; L'amour languit sans Bacchus et Cérès.
    dans RICHELET (florès)
  5. Fameux auteur, de tous auteurs le coq, Toi dont l'esprit agréable et fertile Des latineurs a soutenu le choc Par un écrit dont sublime est le style.
    t. I, p. 81 (latineur)
  6. De troubler le repos des miaulantes familles [les chats].
    t. II, p. 166 (Mme Deshoulières a prononcé miô-lan-tes). (miaulant, ante)
  7. L'esprit, le respect et l'amour Y répandaient surtout un charme inexplicable.
    t. I, p. 92 (inexplicable)
  8. Galants fieffés, donneurs de gabatine, J'ai beau prêcher qu'on risque à vous ouïr.
    t. I, p. 147 (gabatine)
  9. L'espagnol, ce coquefredouille, Va toujours à l'école et perd toujours bredouille.
    dans le Dict. de BESCHERELLE (coquefredouille)
  10. Ores est temps de vous donner conseil.
    Ball. à une de mes filles (or [1])
  11. Dans ce hameau, je vois de toutes parts De beaux atours mainte fillette ornée ; Je gagerais que quelque jeune gars Avec Catin unit sa destinée.
    Ball. sur la nécessité d'un peu de fortune quand on se marie (catin [1])
  12. Or est passé ce temps où d'un bon mot, Stance ou dixain, on payait son écot.
    Rondeau, t. I, p. 19 (écot [1])
  13. Tu sais l'art d'employer noblement ton quibus.
    Bout rimé, à M. de Saint Aignan. (quibus)
  14. Fâche-t-on un dévot, c'est Dieu qu'on fâche en lui ; Ces apôtres du temps, qui des premiers apôtres Ne nous font point ressouvenir, Pardonnent bien moins que nous autres.
    au P. de la Chaise. (dévot, dévote)
  15. Une grosse Aricie [l'Aricie de la Phèdre de Racine], au cuir rouge, aux crins blonds, N'est là que pour montrer deux énormes tetons, Que malgré sa froideur Hippolyte idolâtre.
    Poésies, t. II, p. 219, dans LACURNE (cuir [1])
  16. On peut impunément, pour l'intérêt du ciel, être dur, se venger, faire des injustices ; De la dévotion c'est là l'essentiel.
    au P. de la Chaise. (dévotion)
  17. Elle papillonne toujours, Me disait ce grand homme, et rien ne la corrige.
    Poésies, t. II, p. 76 (papillonner)
  18. Le bienheureux nom d'impromptu Parmi les sots a la vertu De mettre à couvert de l'orage Toutes les fautes d'un ouvrage.
    t. II, p. 166 (impromptu)
  19. Ah ! que mon cœur n'est-il de ces cœurs isolés, Qui par aucun endroit ne tiennent à la terre, Qui sont à leur devoir sans réserve immolés, à qui la grâce assure une pleine victoire !
    t. II, p. 75 (isolé, ée)
  20. Nous cultivons les vergers et la plaine, Tandis, petits oiseaux, qu'elle [la nature] fait tout pour vous.
    t. I, p. 99 (tandis)