« cuir », définition dans le dictionnaire Littré

cuir

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

cuir [1]

(kuir) s. m.
  • 1Peau épaisse de certains animaux. L'épaisseur du cuir qui couvre l'éléphant.

    Terme d'anatomie. Cuir chevelu, la peau qui recouvre le crâne et où naissent les cheveux.

  • 2Peau des animaux séparée de la chair et corroyée. Cuir de vache. Les cuirs, fruit unique des courses des boucaniers, avaient été le premier objet d'exportation de St-Domingue, Raynal, Hist. phil. XIII, 35. Nos cuirs dorés, où il n'entre pas la moindre parcelle d'or, montrent que nous savons au moins, dans certains arts, imiter la sage économie de la nature, Bonnet, Palingén. phil. 11e part. ch. 4.

    Par plaisanterie, un orfévre en cuir, un savetier.

    Cuir bouilli, cuir cuit et préparé qu'on emploie sous diverses formes.

    Un visage de cuir bouilli, visage de mauvaise couleur.

    Cuir cru, vert ou en vert, cuir qui n'a reçu aucune préparation.

    Cuir plaque, cuir tanné et corroyé dans son tan.

    Cuir à l'orge, cuir qu'on fait fermenter dans une pâte d'orge.

    Cuir à œuvre, cuir mince des petits bœufs.

    Cuir de Valachie, cuir préparé dans un passement d'orge.

    Cuir en triple, cuir pelé et rincé.

    Cuir de Transylvanie, cuir préparé à la farine de seigle.

    Cuir de poule, cuir qui sert à faire des gants.

    Cuir de Russie ou de Roussi, cuir de vache préparé en Russie. La locution cuir de Russie est la seule correcte ; cuir de Roussi en est une vieille corruption. Ses souliers étaient si couverts de rubans, qu'il ne m'est pas possible de vous dire s'ils étaient de roussi, de vache d'Angleterre ou de maroquin, Récit en prose et en vers de la farce des précieuses, Paris, 1660.

    Cuir de Russie est aussi la peau de phoque tannée avec l'écorce du bouleau noir.

  • 3Cuir à rasoir, ou, simplement, cuir, bande de cuir tendue sur une palette pour donner le fil aux rasoirs.
  • 4 Familièrement, la peau. Le beau corps, le beau cuir ! La Fontaine, Roi Cand. C'est bien le cuir plus doux ! La Fontaine, Berc. Une grosse Aricie [l'Aricie de la Phèdre de Racine], au cuir rouge, aux crins blonds, N'est là que pour montrer deux énormes tetons, Que malgré sa froideur Hippolyte idolâtre, Deshoulières, Poésies, t. II, p. 219, dans LACURNE.

    Entre cuir et chair, sous la peau.

    Fig. et familièrement. Pester entre cuir et chair, s'impatienter sans oser le faire paraître.

  • 5Cuir de laine, épaisse et forte étoffe croisée.
  • 6Cuir des arbres, le rhacodion xylostome.

    Cuir de montagne, cuir fossile, asbeste.

    PROVERBE

    Faire du cuir d'autrui large courroie, se dit de ceux qui sont libéraux du bien d'autrui.

HISTORIQUE

XIe s. En [pour cela, pour servir son roi] doit hom perdre et du quir et du peil, Ch. de Rol. LXXVII. Dur [ils] ont le quir ensement come fer, ib. CCXXXV.

XIIe s. Sur l'espaule senestre l'espée li cula, Le mantel e les dras tresqu'al cuir encisa, E le braz maistre Edward près tut en dous colpa, Th. le mart. 150. Coustume est de mecine, ke ele la chalor des entrailhes trait par defors el cuir, et de ce dont ele navret par defors sanet ele par dedens, Job, 489. Un cuir boli [sorte d'armure] a en son dos gité, Par desore ot un clavain afautré, De Laborde, Émaux, p. 239.

XIIIe s. La carre du roi Phyon fut de cuir d'elephant bouilli, dont le tabernacle et la marcelle fu peint à collors et à vernis, De Laborde, ib. Si garnissiez si vos chasteax De perrieres, de mangoneax ; Si faites cuir et verge atraire, Fer et merrien por engin faire, Partonop. Ms. de St-Germain, f° 168, dans LACURNE. Qui cuir voit tailler, Corroies demande, Ce dit li vilains, Prov. du vilain, Ms. de St-Germ. f° 74, dans LACURNE. Ouvrier de cuir bouilli, Liv. des mét. 164. Au mains ne puet il pas tout perdre, S'il se devoit au cuir aerdre, la Rose, 10824. Uns Turs i mist la sele, qui fu à or vernis, Moult fu riches li frains qu'il li a el chief mis ; Son poitral li laça qui fu de cuir bolis, Ch. d'Ant. IV, 189. S'il y a sanc dont cuirs soit perchiés, li bateres doit estre pris…, Beaumanoir, XXX, 17. Les veines petites entre cuir et chair, Alebrand, f° 13.

XIVe s. Une courroye de cuir de lyon, sans nulle ferrure, De Laborde, Émaux, p. 241. Une ceinture de cuir de lioun, harnessé d'or od camaeux, De Laborde, ib. p. 240. Deux escrins de cuir boulli que il fit à la royne, l'un pour une nef d'argent, et l'autre pour un charriot d'argent qui porte une nef, De Laborde, ib. p. 239. Un livre en un fourrel de quir bouli, De Laborde, ib. Un livre couvert de cuir rouge à empreintes, De Laborde, ib. p. 240.

XVe s. Un estuy de cuir noir, où il a quatre compas d'argent, De Laborde, ib. Un grant livre couvert de cuir vermeil et empraint de plusieurs fers, De Laborde, ib. Le service de la chappelle du Roy, couvert de cuir rouge marqueté, De Laborde, ib. Jamais mestier aprendre ne voudray ; Car ces ouvriers ont trop courbes les dos ; Je voy qu'ils n'ont que le cuir et les os, Deschamps, Poésies mss. f° 238, dans LACURNE. Lors s'affiche es estriers dont les couroyes estoient de cuir de soye, Perceforest, t. II, f° 46.

XVIe s. Un de ces venerables coupeurs de cuir [bourse], Despériers, Contes, LXXXIII. L'epiderme, le vray cuir, le pannicule charneux meslé avec la gresse, Paré, I, 2. Un bonnet de cuir bouilli, Paré, VIII, 22. On gardera ceste composition bien enveloppée dedans un cuir, Paré, XXIV, 8. Le fin cuir transparent qui trahit sous la peau Mainte veine en serpent…, D'Aubigné, Tragiques, liv. III. Il ne faut pas toujours estre chaussé ainsi : Il faut qu'il ait souvent la botte de Roussi, Et l'esperon aux pieds, encore qu'il ne pense Que de passer le jour à l'entour d'une danse, Discours sur la mode, en 1613.

ÉTYMOLOGIE

Génev. cuer, couer (l'r sonne) ; wallon, cûr ; namurois,  ; provenc. cuer, cur ; anc. catal. cuyr ; espagn. cuero ; ital. cuojo ; du latin corium ; grec, χόριον.