Bonaventure DESPÉRIERS, auteur cité dans le Littré

DESPÉRIERS (1510-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPÉRIERS a été choisie.

539 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cymbalum mundi 1537 45 citations
Nouvelles récréations 1537 458 citations

Quelques citations de Bonaventure DESPÉRIERS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 539 citations dans le Littré.

  1. En une paroisse du diocese du Mans.
    Contes, XXIV (diocèse)
  2. À la fin tout leur cas s'en va en fumée, tellement que leur arquemie se pourroit plus proprement dire art qui mine, ou art qui n'est mie.
    Contes, XI (alchimie)
  3. La botte de la jambe droite lui estoit faite comme un gant ou comme de cire, ou comme vous voudrez ; car les bottes ne seroient pas bonnes de cire.
    Contes, XX (cire)
  4. Piece de bœuf poudrée aux naveaux.
    Contes, III (poudrer)
  5. Cestui sieur de la Roche estoit homme joyeux… et quand il estoit en ses bonnes [en belle humeur], qui estoit bien souvent, il latinisoit le françois et francisoit le latin.
    Contes, XVI (franciser)
  6. Quant il vit son appoint [sa belle, le bon moment], il s'en vint devant le palais.
    Contes, XXVI (appoint)
  7. Et un autre demain, il lui apprint le nom des drogues les plus vulgaires.
    Contes, LXI (demain)
  8. Ah ! mes fillettes, ne vous y fiez pas, ils vous tromperont, il vous feront lire un quid pro quod.
    Contes, I (quiproquo)
  9. Le clerc, ouvrant son escritoire pour signer, laissa tomber deux dés sur la table, qui estoient dans le calemard.
    Contes, LIII (calmar)
  10. Quand mes deux cordouanniers se trouverent à l'hotellerie, avec chacun une botte à la main, ils s'entredemanderent pour qui estoit la botte.
  11. Il étoit bien affetté [sournois, trompeur] et faisoit toujours quelque chatonnie [malice].
    Contes, XI (affété, ée)
  12. Luy dist en riant, mais c'estoit ris d'hostelier.
    Contes, t. II, p. 117, dans LACURNE (hôtelier, ière)
  13. … Et va dire à l'abbé, sans oublier les reverences, excellences et magnificences…
    Contes, X (magnificence)
  14. Je les laisse aux faiseurs de contrats et aux intenteurs de procès.
    Cont. 1 (procès)
  15. Le cardinal prenant plaisir en la simplicité de la bonne femme.
    Contes, XVIII (simplicité)
  16. [Vieux deniers] il ne chantoit plus ; il ne songeoit plus qu'en ce pot de quincaille.
    Contes, XX (quincaille)
  17. Les gaudisseries retournent quelquefois sur les gaudisseurs.
    Contes, XXVIII (gaudisseur, euse)
  18. …Pour depescher le pays de ce mechant garnement de renard.
    Contes, XXX (garnement)
  19. Voy-tu cestuy-là qui se promene si brusquement ?
    Cymbal. 100 (brusquement)
  20. Il estoit charitable, et davantage respectif [attentif] d'adresser ses charités et aumones en lieu qui le meritoit.
    Contes, VIII (respectif, ive)