Bonaventure DESPÉRIERS, auteur cité dans le Littré

DESPÉRIERS (1510-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPÉRIERS a été choisie.

539 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cymbalum mundi 1537 45 citations
Nouvelles récréations 1537 458 citations

Quelques citations de Bonaventure DESPÉRIERS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 539 citations dans le Littré.

  1. Hart, donc, est le lien d'un fagot, ou d'une bourrée à Paris ; qu'on appelle une riorte en mon benoit pays ; parquoi j'entends que quand on crie de par le roi, sur peine de la hart (hart est feminini generis) vaut autant à dire que sur peine de la corde ; je dis qu'on s'aidoit des branches des arbres pour espargner le chanvre. - Sentir la hart, vaut autant à dire que chatouilleux de la gorge.
    Contes, XCVII (hart)
  2. C'estoit l'un de ceux qui l'avoient si bien lardé [brocardé] à sa venue.
    Contes, XX (larder)
  3. Il portoit une cape à l'espagnole, bandée de velours.
    ib. LXVIII (bander)
  4. Ung collier n'est jamais si neuf que le premier jour qu'on le met ; car le temps envieillit toutes choses.
    Cymbal. 165 (neuf, euve [2])
  5. De se rendre à l'obstinée importunité d'un amant.
    Contes, XCII (importunité)
  6. Or s'il s'en courrouce, qu'il s'en deschausse.
    Cymbal. 123 (déchausser)
  7. Et cependant il fit grant chere des escus abbatiaux.
    Contes, 90 (abbatial, ale)
  8. Il est net comme une perle.
    Contes, LXVI (perle)
  9. Quand il fut à mi-chemin, il fut pressé de vider son clystere.
    Contes, XCIV (vider)
  10. Il fut question de faire des jeux de recreation [petits jeux], par l'avis mesme de la jeune vefve.
    Contes, LXVI (récréation)
  11. Nous ne faisons que partir [nous sortons] de boire, toutefoys…
    Cymbal. 79 (partir [2])
  12. La faute vint, que l'apprenti avoit toujours ouï dire grille, feminin, et non pas gril ; qui fut ce qui descouvrit le pasté [le pot aux roses].
    Contes, XLVIII (pâté)
  13. Quand le barbier eut vu la jambe à nu, il ne trouva point de lieu entamé, ni meurdri.
    Contes, XII (meurtrir)
  14. Un maistre d'hostel, en asseyant les plats, lui repandit un potage sur un saye de velours qu'il portoit.
    Contes, XLIX. (asseoir)
  15. …Courant tout d'une halenée.
    Contes, LXV (halenée)
  16. Cette humeur les rend fantastiques, lunatiques, erratiques, fanatiques.
    Contes, XLIII (erratique)
  17. Elles se laissent quelquefois abuser bien simplement.
    Contes, X (simplement)
  18. Il avoit la gueule torte comme je ne sais quoi.
    Contes, LXXXV (tors, orse)
  19. Il avoit acquis un bon bruit pendant sa vie.
    Contes, CXXVI (bruit)
  20. Ah ! mes fillettes, ne vous y fiez pas, ils vous tromperont, il vous feront lire un quid pro quod.
    Contes, I (quiproquo)