Bonaventure DESPÉRIERS, auteur cité dans le Littré

DESPÉRIERS (1510-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPÉRIERS a été choisie.

540 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cymbalum mundi 1537 46 citations
Nouvelles récréations 1537 458 citations

Quelques citations de Bonaventure DESPÉRIERS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 540 citations dans le Littré.

  1. Ils lui envoyoient mille presens, comme gibiers ou flaccons de vin, et ses femmes lui faisoyent des maucadons et des camises ; il estoit traitté comme un petit coq au panier.
    Contes, LXI (coq [1])
  2. Si le savetier avait cousu quelque carrelure, ce singe s'en venoit jouer des coudes comme il avoit vu faire.
    Contes, XX (carrelure)
  3. Il ne pouvoit bonnement prendre la peine d'aguetter ses commodités, comme font les jeunes gens.
    Contes, X (commodité)
  4. Prenez bien tant de loisir de vouloir escouter la cause d'ung povre animau que je suis.
    Cymbal. 140 (animal)
  5. … Et s'en va porter un faix de drapeaux [linge] à un douet…
    Contes, XXXVI (drapeau)
  6. Il lui apprint à doser, à mixtionner, à brouiller, et toutes telles besognes.
    Contes, LXI (doser)
  7. Somme, il fit tant, en tastant et retastant, qu'il vint à bout de cette medecine et la but toute.
    Contes, XCI (retâter)
  8. En ma presence ils font bonne mine et mauvais jeu, et sont prests de faire ce que je leur commande.
    Contes, CXVII (mine [1])
  9. L'homme mesme, qui s'attribue la constance pour une chose naturelle et proprietaire.
    Contes, XCII (propriétaire)
  10. C'estoit un mangeur excessif ; car il devoroit la vie de neuf ou dix personnes pour le moins, à un repas.
    Contes, LXXV (vie [1])
  11. Lequel quidam diablotin mit en l'entendement de ce roi de…
    Contes, X (diablotin)
  12. Les lits se font : les trois pucelles de Marolles [qui n'étaient plus pucelles] se couchent, et les maris après.
    Contes, V (pucelle [1])
  13. Les belistres [les gueux] sont de besoing au monde ; car si tous estoient riches, l'on ne trouveroit point à qui donner.
    Cymbal. 110 (bélître)
  14. Vous aurez sur l'oreille.
    Contes, CXVIII (oreille)
  15. Lui qui estoit homme de bon discours [sensé], raisonnoit en soi mesme que…
    Contes, VI (discours)
  16. Mon frere, marquez-moi ceux qui ne sont pas bons, et y faites une croix.
    Contes, I (croix)
  17. … Que, de tous les actes de recreation, il n'y en avoit point qui sentist moins son homme que la danse.
    Contes, XL. (sentir)
  18. La monnoie n'est pas de mise ; je n'en saurois avoir ni pain ni vin.
    Contes, XX (mise)
  19. Voy-tu cestuy-là qui se promene si brusquement ?
    Cymbal. 100 (brusquement)
  20. L'abbé dit à son pitancier : qu'on donne à dejeuner à messire Jean.
    Contes, LXXV (pitancier)