Bonaventure DESPÉRIERS, auteur cité dans le Littré

DESPÉRIERS (1510-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPÉRIERS a été choisie.

540 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cymbalum mundi 1537 46 citations
Nouvelles récréations 1537 458 citations

Quelques citations de Bonaventure DESPÉRIERS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 540 citations dans le Littré.

  1. À la fin tout leur cas s'en va en fumée, tellement que leur arquemie se pourroit plus proprement dire art qui mine, ou art qui n'est mie.
    Contes, XI (alchimie)
  2. Et falloit que la mule, pour boire, se jetast en l'eau, tout de secousse.
    Contes, XCII (secousse)
  3. On me frotteroit, on me pigneroit, on m'accoustreroit, on m'adoreroit, on me doreroit, on me dorlotteroit.
    Cymb. mundi, 163 (dorloter)
  4. Elle fit apparoir à Alessio s'amie couchée auprès de lui.
    Contes, CXXVIII (ami, ie)
  5. Il portoit un de ces grands feutres d'Espagne pour se defendre du soleil.
    Contes, XXXIX. (feutre)
  6. Je vous gardois ces joyeux propos à quand la paix seroit faite.
    Contes, I (quand)
  7. Un cheval encloué ou deferré par les chemins, ou qui se fait piquer à tous les pas, et cent mille autres malheurs qui arrivent.
    Contes, LXXI (déferrer)
  8. Phebus lui donna l'esprit poetique pour repondre promptement en se defendant contre le blason que sa dame avoit si finement et deliberéement songé contre lui.
    Contes, LXVI (blason)
  9. Ainsi le pauvre curé s'en alla mauvais marchand de son blé, estant blessé en la jambe, et ayant perdu sa gibeciere et son argent.
    Contes, LXXXI (marchand, ande)
  10. Une jaquette ballant jusqu'au gras de la jambe.
    Contes, LXXXV (jaquette [1])
  11. Ce conte est vieil comme un pot à plume, mais il ne peut estre qu'il ne soit nouveau à quelqu'un.
    Contes, XLII (pot)
  12. La cruche va si souvent à la fontaine, qu'à la fin elle se rompt le col.
    Contes, LXXXI (cruche)
  13. Il lui parloit le latin medicinal, qui estoit en ce temps-là fin comme bureau teint.
    Contes, LXI (bureau [1])
  14. Tout lui estoit un [égal, indifférent].
    Contes, XLVI (un, une)
  15. Un Picard a la teste près du bonnet.
    Contes, IV (bonnet)
  16. Le chat les egratignera tant, que…
    Contes, XLIII (égratigner)
  17. Pensant que la mere les dust toujours nourrir à la bechée.
    Contes, LXXXIX. (becquée ou béquée)
  18. Elle s'oublioit entre les bras de son ami, le laissant en ce grand et eminent danger.
    Contes, CXXXVIII (éminent, ente)
  19. Courez vitement me querir ma robe fourrée d'agneau crespée.
    Contes, XVIII (crêper)
  20. Ces poussins deviendroient grands, et les feroit chaponner.
    Contes, XI (chaponner)