Charles Pinot, sieur DUCLOS, auteur cité dans le Littré

DUCLOS (1704-1772)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DUCLOS a été choisie.

692 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les mœurs de ce siècle 1751 144 citations
Œuvres complètes, Paris, 1806, 10 vol. in-8 514 citations

Quelques citations de Charles Pinot, sieur DUCLOS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 692 citations dans le Littré.

  1. J'étais au supplice, quand, pour m'achever, le maître de la maison me rappela…
    Œuv. t. VIII, p. 173 (supplice)
  2. Je vais lui remettre un peu l'esprit, afin qu'il ait la force de se retirer.
    Œuv. t. VI, p. 10 (remettre)
  3. Les campagnes, les jardins de la partie méridionale de l'Italie n'ont ni ne peuvent avoir l'agrément des nôtres ; l'ardeur du soleil grésillerait bientôt les feuilles de nos arbres ordinaires.
    Italie, Œuvres, t. VII, p. 97, dans POUGENS (grésiller [2])
  4. On avait promis à cet officier la croix de Saint-Louis et un avancement ; le cardinal lui dit brusquement qu'on verrait.
    Œuv. t. VI, p. 125 (voir)
  5. Il [Albéroni] fut prêt d'être dégradé, et ne l'évita que par l'intérêt qu'ont tous les cardinaux de rendre la pourpre invulnérable dans ceux mêmes qui la déshonorent.
    Œuv. t. V, p. 313 (pourpre [1])
  6. Le roi [Louis XI] fut extrêmement offensé des remontrances du duc d'Orléans.
    Œuv. t. II, p. 218 (remontrance)
  7. Une des premières vertus sociales est de tolérer dans les autres ce qu'on doit s'interdire à soi-même.
    Consid. mœurs, 3 (tolérer)
  8. La finesse imagine au lieu de voir ; à force de supposer elle se trompe.
    Consid. mœurs, chap. 13 (finesse)
  9. Le bâtard de Bourbon … avait fait rassembler les effets qui avaient été pris sur les sujets du duc [de Bourgogne].
    Œuvr. t. II, p. 415 (sur [1])
  10. À chaque pas [en Italie], Tite Live, Salluste, Tacite, Horace revenaient à ma mémoire ; je repassais mes auteurs sans livres.
    Œuv. t. VII, p. 45 (repasser)
  11. Une lance était souvent composée de dix cavaliers, sans compter les gens de pied, de sorte que cent lances était alors un corps de plus de mille hommes.
    ib. t. II, p. 32 (note**). (lance)
  12. Je fus aussitôt reconnu dans la société pour l'amant en titre, c'est-à-dire pour le maître de la maison.
    Œuv. t. VIII, p. 168 (titre [1])
  13. Ces placards pouvaient intimider le roi, et, par contre-coup, réfléchir sur Mme de Pompadour.
    Œuv. t. X, p. 244 (réfléchir)
  14. Le régent ne savait rien refuser ; et ce qu'il ne donnait pas, on le lui arrachait.
    Œuv. t. V, p. 372 (refuser)
  15. On ne voit point, dans les faubourgs ni hors des murs, ces guinguettes où nos artisans et le bas peuple vont oublier leurs travaux et se livrer à une joie franche, sans souci pour le lendemain.
    Voy. Ital. Œuv. t. VII, p. 94, dans POUGENS (guinguette [1])
  16. En fait de procédés, on est bien près du mépris, quand on a droit à l'indulgence.
    Consid. mœurs, ch. 4 (fait [2])
  17. Robert Wells, animé du désir de venger la mort de son père, se précipita inconsidérément au milieu de l'armée du roi, où il fut enveloppé.
    Louis XI, Œuv. t. II, p. 409, dans POUGENS (inconsidérément)
  18. Rome [des papes]… aurait grand besoin d'une régénération.
    Œuv. t. VII, p. 51 (régénération)
  19. On l'habilla convenablement [Dubois] pour lui donner la vraie figure d'un abbé, relever un peu son extérieur piètre et bas, et le rendre présentable.
    Œuv. t. V, p. 198 (piètre)
  20. Je lui ai ouï dire [au comte de Belle-Isle], que, pendant trente-quatre ans, il n'avait dormi que quatre heures par nuit.
    Œuv. t. VI, p. 152 (par [1])