Charles Pinot, sieur DUCLOS, auteur cité dans le Littré

DUCLOS (1704-1772)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DUCLOS a été choisie.

692 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les mœurs de ce siècle 1751 144 citations
Œuvres complètes, Paris, 1806, 10 vol. in-8 514 citations

Quelques citations de Charles Pinot, sieur DUCLOS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 692 citations dans le Littré.

  1. Des maîtres capables de former des disciples dignes de les surpasser.
    Él. Fontenelle. (surpasser)
  2. Chamillard, produit à la cour pour faire la partie du roi au billard.
    Œuvr. t. V, p. 20 (produit, ite [1])
  3. [L'abbé de Tencin] fit une étourderie majeure dans ce procès, où il assista en personne à la plaidoirie.
    Mém. rég. Œuvr. t. V, p. 420, dans POUGENS (majeur, eure)
  4. Combien faut-il faire de malheureux pour fournir les matériaux de ce qui fait ou devrait faire le bonheur de quelques particuliers, qui même ne savent pas en jouir ?
    Consid. mœurs, ch 15 (matériaux)
  5. La plupart des gens en place n'aiment point les gens de lettres.
    Mém. Rég. Œuv. t. VI, p. 159, dans POUGENS (gens [1])
  6. On dit, par exemple, qu'un homme a été traité avec honneur : comme il ne s'agit pas de spécifier l'honneur particulier qu'on lui a rendu, on n'y met point d'article ; honneur est pris indéfiniment.
    Gramm. P. R. Œuv. t. IX, p. 87, dans POUGENS (indéfiniment)
  7. Le roi [Louis XI]… fit arrêter le duc de Nemours à Carlat ; la duchesse, qui était en couche, en fut si saisie qu'elle en mou rut.
    Œuvr. t. III, p. 170 (saisi, ie)
  8. Les vrais inférieurs sont ceux qui reçoivent, et l'humiliation s'y joint quand les services sont pécuniaires.
    Consid. sur les mœurs, ch. 10 (inférieur, eure)
  9. François Ier, qui, par son ordonnance de 1529, renouvelée en 1535, voulut que la langue française fût uniquement et exclusivement à toute autre employée dans tous les actes publics et privés.
    Œuv. t. IX, p. 243 (renouvelé, ée)
  10. Les marchands de Paris sont flattés de donner des repas aux officiers des régiments qu'ils fournissent.
    Confess. comte de ***, Œuv. t. VIII, p. 68, dans POUGENS. (fournir)
  11. La quantité de pluie qui tombe à Rome est de trente pouces et demi ; à Paris il est rare qu'elle aille à vingt.
    Œuv. t. VII, p. 26 (pluie)
  12. Le cardinal marque expressément qu'il faut user de remise avec l'ambassadeur du roi.
    Œuv. t. III, p. 193 (remise)
  13. De tous les sots, les plus vifs sont les plus insupportables.
    Consid. mœurs, 13 (vif, vive)
  14. Le Grammont dont les mémoires ont été écrits par Antoine Hamilton, son beau-frère, était un roué de première classe, avec beaucoup d'esprit et très mordant.
    Œuvr. t. X, p. 234 (mordant, ante [1])
  15. [Ils auront en enfer] pour les douces odeurs et plaisances mondaines, penurie et ordures.
    Preuv. de Louis XI, p. 298, dans LACURNE (pénurie)
  16. Vous m'escrivez qu'aucuns dient que le duc de Bourgogne doit aller mettre le siege à Dieppe ou à Arques ; pareillement le mareschal Joachim le m'a escrit, et m'a demandé de l'artillerie, du trait et des vivres ; au regard de l'artillerie, j'y ay envoyé un des gentilshommes de ma maison, pour y faire mener douze coulevrines et deux canons, quatre milliers de poudre et du trait d'arbaleste.
    Preuves de Louis XI, p. 402, dans LACURNE (trait [1])
  17. Les mœurs sans épithète s'entendent toujours des bonnes mœurs.
    Consid. mœurs, ch. 1 (mœurs)
  18. Des femmes titrées se montraient courageusement sur le devant du carrosse de sa femme et de sa fille [de Law].
    Œuv. t. VI, p. 5 (titré, ée)
  19. Le sage Fontenelle, qui estimait Boindin à beaucoup d'égards et qui en était respecté, lui ayant demandé pourquoi il se livrait si fort à la contradiction : c'est, dit Boindin, que je vois des raisons contre tout.
    Œuv. t. X, p. 59 (raison)
  20. La princesse des Ursins, voyant échouer son projet de souveraineté personnelle, ne songe plus qu'à régner précairement à Madrid.
    Œuv. t. V, p. 78 (précairement)