Philippe DESPORTES, auteur cité dans le Littré

DESPORTES (1546-1606)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPORTES a été choisie.

poète

396 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Élégies 1583 42 citations
Les amours de Diane et les amours d'Hippolyte 1573 102 citations
Œuvres chrestiennes 1603 82 citations

Quelques citations de Philippe DESPORTES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 396 citations dans le Littré.

  1. C'est toy qui n'as point de naissance, Triple personne en une essence.
    Œuv. chrest. XVIII, Ode. (triple)
  2. Simulacres divins, flammes saintes et claires, Qui luisez dans le ciel…
    Cléonice, XXXII (simulacre)
  3. L'humaine vie à bon droit se compare Aux vaines fleurs dont le printans se pare.
    Épitaphes, Diane, complainte. (vie [1])
  4. L'eau qu'on arreste en est plus irritée, Et bruit plus fort plus elle est arrestée.
    Diverses amours, XV, dialogue. (irriter)
  5. Les manes font un bruit, et Caron par ses cris Reclame à son secours Pluton et ses esprits.
    Rodomont. (mânes)
  6. …Et ces cheveux frisés Ne sont pas ses cheveux, c'est une fausse tresse.
    Diverses amours, XXIX. (tresse)
  7. J'ay le cœur si comblé d'amertume et d'oppresse, Que, par contagion, je rens pleins de tristesse Ceux qui parlent à moy.
    Épitaphes, complainte pour Henri III (contagion)
  8. La colere indomptée et le forcenement Qui troublerent l'esprit d'un miserable amant.
    Œuvres, p. 443, dans LACURNE (forcènement)
  9. Race des dieux de France, honneur de l'univers, Mon prince, mon seigneur, le support de mes vers.
    Angélique, I (race)
  10. Quiconque sois des dieux, cesse d'avoir envie Que deux si beaux soleils fassent luire ma vie.
    Diane, II, 51 (quiconque)
  11. Pour courir à clos yeux aux hasards de la guerre, Chercher toutes les mers, rauder toute la terre.
    Élégies, I, II (rôder)
  12. … Faut-il esperer Qu'avec tant de tourments je puisse assez durer Pour attendre un retour vainement favorable ?
    diverses Amours, XXI, Complainte. (vainement)
  13. Je n'agrandirai point, riche d'inventions, Vos beautez, vos dedains, ma foy, mes passions.
    Diane, I, 1 (riche)
  14. Au jour que tu viendras en ta majesté sainte Pour juger ce grand tout, qui fremira de crainte…
    Œuv. chrestiennes, Paraphrase du Libera me. (tout, toute)
  15. Et quand plus sa fureur [de Roland] puissamment le domine, Il arrache de terre un grand chesne et un pin.
    Roland furieux. (puissamment)
  16. Bien que le ciel, l'envie et la fortune pleuve Sur nous tout ce qu'ils ont d'angoisseux et d'amer, Jamais ils ne pourront nos cœurs desenflamer.
    Œuvres, p. 102, dans LACURNE (désenflammer)
  17. Seray-je tousjours butte aux douleurs incurables ?
    Diane, II, 53 (incurable)
  18. Il n'y a rocher si sauvage, Bois si dur, ne si sourd rivage, Qui n'ait pitié de ma langueur.
    Amours d'Hippolyte, XLIX, chanson. (sourd, sourde)
  19. Je laisse au philosophe et aux gens de loisir à mesurer le tans par mois et par journées ; Je conte, quant à moi, le tans par le desir.
    Cleonice, IV (temps)
  20. …à l'instant que je m'ose approcher De ma belle Meduse [sa dame] inhumaine et felonne, Un trait de ses regards me transforme en rocher.
    Amours d'Hippolyte, XLI (méduse)