Philippe DESPORTES, auteur cité dans le Littré

DESPORTES (1546-1606)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPORTES a été choisie.

poète

396 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Élégies 1583 42 citations
Les amours de Diane et les amours d'Hippolyte 1573 102 citations
Œuvres chrestiennes 1603 82 citations

Quelques citations de Philippe DESPORTES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 396 citations dans le Littré.

  1. [Lui] Les pieds et les bras nuds, nud teste et sans ceinture.
    Élegies, II, 5, Pyromance (nu, nue [1])
  2. Resjouytoi, David… Ores la France entend, d'un magnifique ton, Bruire divinement ta royale chanson.
    Tombeau de Desportes. (magnifique)
  3. Les pensers des hommes ressemblent à l'air, aux vents et aux saisons Et aux girouettes qui tremblent Inconstamment sur les maisons.
    Diverses amours, XLI, Chanson. (inconstamment)
  4. [Dieu,] La flamme, l'air, la terre et l'onde Sont serfs de ton commandement.
    Œuv. chrest. XVIII, ode. (serf, erve)
  5. Le robuste animal dont l'Inde est nourriciere.
    Diane, II, 58 (robuste)
  6. Chaste sœur d'Apollon… Que la force d'amour a connue indontable.
    Diane, II, 71 (indomptable)
  7. Puis, tout ravy de leur grace naïve, Dormir au frais d'une source d'eau vive, Dont le doux bruit semble parler d'amour.
    Bergeries. (naïf, ive)
  8. Le vautour de Titye est la peine où je dure.
    Diane, II, 53 (vautour)
  9. Si le jour le faschoit [l'amant], la frayeur solitaire Et le silence coy rentament sa misere, Renveniment sa plaie et frappent ses douleurs.
    Diane, I, 19 (renvenimer)
  10. …Moy qui voy commencer Ma teste à se mesler, et mes jours se passer.
    Œuvres chrestiennes, sonnets, 12 (mêler)
  11. Du moins, puisqu'à la fin sorti de servitude, Je cognoy ma sottise et leur ingratitude.
    Œuvres chrest. Sonnets, 8 (ingratitude)
  12. Que de plaisir de voir sous la nuit brune, Quand le soleil a fait place à la lune, Au fond des bois les nymphes s'assembler, Monstrer au vent leur gorge descouverte, Danser, sauter, se donner cotte verte, Et sous leur pas tout l'herbage trembler.
    Œuvres, p. 587, dans LACURNE (cotte [1])
  13. Ha ! je mourray plustost, et ma dextre indontée Flechira par mon sang le ciel traistre et jaloux.
    Diane, II, 72 (indompté, ée)
  14. Pour decharger ma nef, j'ay franchement jetté Tout ce qui m'estoit cher, l'ame et la liberté, Et n'ay point de regret d'avoir fait cette perte.
    Cléonice, XXIII (liberté)
  15. Chant mortuaire.
    Imitation de la complainte de Bradamant. (mortuaire)
  16. Et, pour n'y manquer nullement [à un vœu], Chacun jura maint grand serment Qu'il le tiendroit irrevocable.
    Diane, II, 62, Chanson. (irrévocable)
  17. Quand nous aurons passé l'infernale riviere.
    Diane, II, 48 (infernal, le)
  18. …ma peine cruelle, Que le temps deust vieillir, sans fin se renouvelle.
    Œuvres chrestiennes, Plainte. (vieillir)
  19. Si la plus longue vie est moins qu'une journée, Une heure, une minute envers l'eternité.
    Œuv. chrestiennes, Sonnets, 2 (minute [1])
  20. Maintenant sans profit on implore mercy, D'une dame cruelle esclave et tributaire.
    Diverses amours, sonnet VII (tributaire)