Philippe DESPORTES, auteur cité dans le Littré

DESPORTES (1546-1606)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPORTES a été choisie.

poète

396 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Élégies 1583 42 citations
Les amours de Diane et les amours d'Hippolyte 1573 102 citations
Œuvres chrestiennes 1603 82 citations

Quelques citations de Philippe DESPORTES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 396 citations dans le Littré.

  1. Heureux loirs, qui dormez la moitié de l'année, Las ! qu'un somme aussi fort ne me peut-il tenir ?
    Diane, II, 49 (loir)
  2. Pensers… Qui reblessent son ame…
    Élégies, II, 5, Advanture première. (reblesser)
  3. Les traits d'une jeune guerriere… Hauts discours, divines pensées, Et mille vertus amassées Sont les sorciers qui m'ont charmé.
    Amours d'Hippolyte, IX, chanson. (sorcier, ière)
  4. Ainsi comme un vieux chesne agité rudement Par deux vents ennemis.
    Angélique, I (rudement)
  5. Tant d'amours, tant d'attraits, rigoureusement doux, Ce teint, ce ris, ce front où la grace est emprainte.
    Cleonice, LXIX. (rigoureusement)
  6. Quand, miroir de moi mesme, en moy je me regarde, Je voy comme le tans m'est sans fruict escoulé.
    Œuvres chrestiennes, Sonnets, 17 (miroir)
  7. Promethée… Qui servoit de pasture à l'aigle insatiable.
    Diverses amours, XLI, Stances du mariage, 3 (insatiable)
  8. Ah ! maudite esperance, à mon mal conjurée, Tu m'as bien cette fois traistrement abusé.
    Diverses amours, XXVI (traîtrement)
  9. Veiller, pleurer, jurer, s'appaiser, se fascher, Lettres, faveurs, regards, ce sont tours de jeunesse.
    Diverses amours, XXXIX. (tour [2])
  10. Une beauté cruelle est un monstre en nature.
    Cartels et masquarade, pour le roy Henri III (monstre [1])
  11. Veux-je me plaindre une autre fois, Et, par mes accents lamentables, Tascher à rendre pitoyables Les monts, les rochers et les bois ?
    Œuvres chrest. XVIII, Ode. (lamentable)
  12. Parmy ses blonds cheveux erroient les amourettes, S'entrelaçants l'un l'autre, et ses yeux, mes vainqueurs, Faisoient par leurs rayons un juillet dans les cœurs.
    Cléonice, III (juillet)
  13. Chassez la pesanteur qui le rend languissant, Rajeunissez savie, o flambeaux salutaires.
    Cartels et masquarades, pour les chevaliers du Phenix. (rajeunir)
  14. Un bois… Où couloit en serpent une eau luisante et claire.
    Angélique, I (serpent)
  15. [Lui] Les pieds et les bras nuds, nud teste et sans ceinture.
    Élegies, II, 5, Pyromance (nu, nue [1])
  16. Seule fin de mes vœux, doux vent de ma navire, Ma claire tramontane, heureux port où j'aspire.
    Elég. II, 5, Pyromance. (tramontane)
  17. Je senty mal et bien [à la vue de ma dame]… J'esperay sans espoir, j'eu peur, j'osay pourtant, Et parlay dans mon cœur mainte chose inconnue.
    Am. d'Hippol. XL. (inconnu, ue)
  18. La constance et la foy, de moy tant reverée.
    Épitaphes, Diane, 7 (révérer)
  19. Que ne suis-je l'oiseau ministre de l'orage Qui tient l'œil au soleil sans flechir nullement ?
    ib. XVII (ministre)
  20. …Si mon foible esprit dure assez longuement Pour vous revoir, madame, une seule influence Du soleil de vos yeux guarira mon tourment.
    Amours d'Hippolyte, XXXIX. (influence)