Achille DELBOULLE, auteur cité dans le Littré

DELBOULLE (1834-1905)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELBOULLE a été choisie.

112 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Glossaire de la vallée d'Yères pour servir à l'intelligence du dialecte haut-normand et à l'histoire de la vieille langue française 1876-1877 112 citations

Quelques citations de Achille DELBOULLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 112 citations dans le Littré.

  1. En Normandie, amas de onze gerbes de blé ou d'avoine,
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 245 (onzain)
  2. un tel est ruiné, il a perdu son hourd.
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 189 (hourd)
  3. Terme normand qui signifie pousser, remuer, choquer,
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 78 (chouler)
  4. Nom, en Normandie, d'un filet formant une espèce de poche avec lequel on prend les truites quand la rivière est trouble,
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 306 (savigniau)
  5. Ne prenez pas cette fille pour servante, c'est une vraie heurte-pot.
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 187 (heurte-pot)
  6. Ne comptez pas sur cet homme, il n'est pas fiable,
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 153. (fiable)
  7. égasiller, écarter.
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 130 (égailler)
  8. Il est revenu du bois avec une bonne épaulée.
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 142 (épaulée)
  9. Mon habit est si étroit, que je ne puis l'engancer.
    Gloss. de la vallée d'Yêres, p. 137 (enganter)
  10. Nom, en Normandie, d'un mélange de pois, de vesce, d'orge et d'avoine qu'on sème au printemps,
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 231 (moncorne)
  11. Nom, en Normandie, du champ où l'on récolte de l'orge.
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 245 (orgerie)
  12. Cette année on ne nous a pas invités à la fête, mais seulement au rebond.
    Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 286 (rebond)
  13. Nom normand de l'érable des haies,
    Gloss. de la vallée d'Yères, 1876, p. 85 (coquêne)
  14. Nom, en Normandie, du bûcher qu'on allume pour faire du charbon,
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 151 (faude)
  15. Amas de terre qui s'éboule,
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 124 (éboulée)
  16. En Normandie, nom de la musaraigne,
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 236 (musette [2])
  17. Ses yeux claironnent de joie.
    Gloss. de la vallée d'Yères, Le Havre 1876, p. 79 (claironner)
  18. En Normandie, crème excellente qu'on recueille lorsque le lait a séjourné douze heures dans la jatte,
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 156 (fleurette)
  19. En Normandie, espèce de perche ou grappin de bois qui sert à maintenir les claies d'un parc à bestiaux.
    Gloss. de la vallée d'Yères, 1876, p. 94 (croche [2])
  20. Nom, en Normandie, d'un lézard noir et jaune qui se met dans les murailles ou se cache dans les cailloux ; il passe pour venimeux ; les vaches, dit-on, le mangent et en meurent.
    Gloss. de la vallée d'Yères, p. 319 (tas [3])