Olivier DE SERRES, auteur cité dans le Littré

DE SERRES (1539 -1619)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE SERRES a été choisie.

1871 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Théâtre d'agriculture et mesnage des champs 1605 1858 citations

Quelques citations de Olivier DE SERRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1871 citations dans le Littré.

  1. Fragments de diverses antiquailles de terre excellemment bien façonnées, mais non vernies ou vitrées.
    233 (vitrer)
  2. Les racines pourries par abondance d'eau produiront une luzerne bastarde, que la plus part tient estre le vrai treffle ou triollet des prés : dont à telle occasion le sain-foin est par aucuns appellé grand-trefle, et par autres, foin-de-Bourgongne, pour ce qu'en ceste province-là telle plante a esté cogneue dès long-temps.
  3. En ce tardif planter, la reprinse de l'amandier est très douteuse, pour son naturel hastif à bourgeonner.
  4. Le vent, passant par ces soupiraux, allumera le feu à volonté sans soufler, ainsi qu'on le pratique es fourneaux à vent es grandes fontes de l'artillerie.
  5. Et facilement seront charriés [les orangers] par le moien de roueles mises dessous les caisses rendans la charge moins pesante.
  6. … Comme la grande quantité de fines laines, se drappans dedans le royaume, et transportèes es païs voisins, pour estre ouvrées, en rendent bon tesmoignage.
    316 (draper)
  7. Au dresser du moulin, avec la commodité de l'eau, est requise la tumbée du bled.
  8. Ce sucre-ci, rendurci comme devant, reservira au secher d'autres confitures, qui en seront vernies avec autant de lustre que les precedentes.
    873 (vernir)
  9. On appelle ceste plante herbe de la nuict, parce que ses fleurs demeurent espanouies durant la nuict et la matinée, jusques à ce que le soleil ait frappé dessus quelque peu.
    576 (nuit)
  10. Que la pellicule des raisins se sera rendue mince, subtile et translucide.
  11. Le bois est choisi sain et entier du cœur de l'arbre, sans aucun aubour.
    764 (aubour)
  12. La poictrine et devant large, haute et avancée en dehors, laquelle cause grand entre-pas et destourne l'entre-tailleure.
  13. R'affranchissant par reentement ceux de vos arbres qui du tout ne vous agréent.
  14. Les arbres se rendent d'autant plus excellens, que plus de fois, reiterant le provignement, l'on les aura recouchés dans terre.
  15. Arbres à pepin, à noiau et à fruit.
    631 (noyau)
  16. Qui niera que ces belles choses ne soient mieux cultivées par les enseignemens des doctes escrits, que de s'en remettre à un seul discours de bouche, comme à une cabale ?
    Préf. (cabale)
  17. Ces admonitions nous serviront, à ce que nous ne gastions nos serviteurs par trop de douceur.
  18. Les racines du pied de veau (arum maculatum, L.) empesent le linge, à tel usage estant emploiées par les villageoises de plusieurs endroits de la Normandie, avec non guere moins de blanche delicatesse, que les damoiselles font leur subtil empois.
    625 (empois)
  19. Du quel vin ils se servent aussi tost qu'il est resclairci, ce qui advient peu de jours après ce remuement.
  20. Touchant les roses sauvages appellées canines, de plusieurs especes s'en truve-il par les haies et buissons qui ont de la valeur : sur toutes lesquelles, les esglantines emportent le prix, approchans des damasquines.