Olivier DE SERRES, auteur cité dans le Littré

DE SERRES (1539 -1619)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE SERRES a été choisie.

1871 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Théâtre d'agriculture et mesnage des champs 1605 1858 citations

Quelques citations de Olivier DE SERRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1871 citations dans le Littré.

  1. Quant aux reponces ou raiponces, bien que leur naturel soit de venir d'ellesmemes sans artifice, près des bouis, buissons, et autres arbustes sauvages…
  2. La graine ne vient que du chanvre masle (en telle plante se recoigno ssans les deux sexes)…
  3. Cela depend de l'habileté de retirer la confiture du sucre hors de la bassine, ne donnant loisir au fruit de s'ensucrer par trop.
  4. Le farrage est une composition de plusieurs grains francs et sauvages, qu'on tire des cribleures des bleds, fromens, seigles et orges : comme yvraie, vesces, avoine, orobe ou ers et sem blables, jetés confusement dans terre bien labourée et fumée dès le commencement de septembre.
  5. Deux especes de segle, dont l'une est de l'hyver, et l'autre du printemps : ceste ci par aucuns estant appellée tremeze. Les fromens semeras en la terre boueuse, Les segles logeras en la terre poudreuse.
    108 (seigle)
  6. Une seule beste y suffit, tirant gaiement le soc ou la herce, avec une sorte d'araire que les Provenceaux, Dauphinois et ceux de Languedoc appellent fourquat.
    117 (araire)
  7. N'estant jamais tant salutaire le vin bas [baissière] que l'autre.
    830 (vin)
  8. Les chapons prejudicient grandement aux poules, leur empeschant de faire des œufs en abondance, tant en les chauchans, qu'affamans par leur continuelle frequentation.
  9. Ils sont du tout chassés par le son des clochetes qu'on y tinte.
  10. Sera bon, en mesme temps qu'on bisne la vigne, qu'en certains endroits du Languedoc on appelle reclorre, de la faire espamprer et esbourgeonner.
  11. Aucuns au lieu des anneaux ne font qu'une taillade au groin du pourceau.
  12. … Et lorsqu'elle sera un peu endurcie, la battre avec un battoir de paveur, large par bas, pour en affermir le fons.
  13. Aucuns n'entament leurs vins que le jour du vendredi.
  14. Par excellence ce mot de labourage a esté donné à la culture des bleds, encores qu'il soit communiqué à tout autre travail.
  15. La semence et la fleur du hormin ou toute-bonne des jardins, cause une senteur agreable au vin.
    224 (ormin)
  16. Les eaux courantes servent à la netteté, lavans les immondices du mesnage.
  17. Ici sierra bien le groseiller ou vinetier, appelé aussi espine benoite… le fruit, appellé groselle, est appetissant, servant en plusieurs viandes de cuisine.
  18. C'est une race qu'on appelle double, que celle qui se remplit de deux chevreaux en une ventrée ; il y en a quelquefois de tierces.
  19. Aiant à commencer une maison en raze campaigne, sans sujection ne servitude aucune…
  20. Le romarin, le brusc, les sermens de vigne, le jenest.
    486 (brusc)