Olivier DE SERRES, auteur cité dans le Littré

DE SERRES (1539 -1619)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE SERRES a été choisie.

1873 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Théâtre d'agriculture et mesnage des champs 1605 1860 citations

Quelques citations de Olivier DE SERRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1873 citations dans le Littré.

  1. Mucilage de gomme tragacanthe.
  2. Foin et paille est la commune nourriture des moutons et brebis, y ajoustant des feuillars de plusieurs sortes d'arbres.
  3. Les orges sont très profitables et sains à estre mangés en potage, pellés et mundés.
    109 (orge)
  4. Par-après l'on assortit les plumes, selon ce à quoi on les destine : pour les licts, pour escrire.
  5. Un petit fourneau semblable à ceux des distilleurs, fait avec des briques et de l'argile, pour y asseoir dessus la bassine ou casse pointue.
  6. Ce qu'on fait premierement en attendrissant le fruit par bouillir dans l'eau claire.
  7. La moitié de l'arpent contient 50 perches quarrées ; le quart, 25 ; l'octave, 12 et demie.
  8. À la tournure [présure] des chevreaux et aignaux, pour en faire de bonne presure, ajouste-on un peu de saffran, de gingembre et de poivre pulvérisé, avec bonne quantité de sel.
  9. Les murtes, la lavande, la rosmarine, la trufemande et le bouïs sont les plus propres plantes pour bordures.
  10. Alors on couppe les provins de leur mere souche, et, sans sejourner, on les porte planter en la nouvelle vigne.
    163 (souche)
  11. Les herbes trop humides ont besoin, avant que les distiller, d'estre un peu mattées au soleil.
  12. De l'aloé, autrement dite perroquet.
  13. Au vivier, suivant l'etymologie de son nom, le poisson ne fait que vivre, pour la petitesse du lieu, inventé seulement pour le tenir ; afin d'y en prendre à toutes les fois qu'on veut, à telle cause dict aussi, reposoir et serve. - Le vivier se convertit en pescher, et le pescher en estang, amplifiant leurs limites.
    421 (vivier)
  14. Les roues ou tours [pour la soie], nommés à Paris desvidoirs et à Tours guindres.
  15. …comment y mettre l'espine ou quille, en France appellée focet, la canelle, fontaine, boëte ou robinet, ni de quelle matiere soit-elle, de leton ou de bois.
  16. Toutes aires et places, soient terres labourables, vignes, prez, bois et autres.
    14 (soit)
  17. L'aer, la terre et le complant sont le fondement du vignoble.
  18. Les semences des bleds printaniers viennent après la seconde façon de nos terres de relais.
  19. De huit ou neuf pieds de quarreure dans œuvre et peu moins de haulteur sera la raisonnable capacité d'un chacun poulailler.
  20. Des orges, il y en a et de l'automne et du printemps, ceux de l'automne sont appelés chevalins ; ceux du printemps sont appellés paumés ou paumoules…
    108 (orge)