Jacques DELILLE, auteur cité dans le Littré

DELILLE (1738-1813)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELILLE a été choisie.

poète (Voyez JANSÉNISTE)

1118 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Énéide 216 citations
La conversation 1812 103 citations
Les Géorgiques, traduction de Virgile 1769 92 citations
Les jardins ou L'art d'embellir les paysages 1782 69 citations
Les trois règles de la Nature 1809 185 citations
L'homme des champs, ou Les Géorgiques françaises 1802 73 citations
L'imagination 1806 153 citations
Paradis perdu 132 citations
Pitié 50 citations

Quelques citations de Jacques DELILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1118 citations dans le Littré.

  1. Il [un coupable dans les enfers] périt pour renaître, il renaît pour souffrir ; Il joint l'horreur de vivre à l'horreur de mourir.
    Én. VI (renaître)
  2. De huit pieds en avant que le timon s'étende.
    Géorg. I (timon)
  3. Qu'une haine éternelle éternise la guerre !
    Én. IV (éterniser)
  4. Et ces hardis vaisseaux, flottantes citadelles, à qui les vents vaincus semblaient céder leurs ailes.
    Trois Règn. VI (vaisseau)
  5. Le tact de l'à-propos, le soin des convenances.
    Convers. III (propos)
  6. Ici, du haut des monts une colonne d'eau Se précipite en masse, ou se tend en rideau.
    Trois règ. III (tendre [2])
  7. Et des monts du Frioul, des gorges du Tyrol, L'aigle rapide a déjà pris son vol.
    Convers. ch. I (gorge)
  8. Il [le vent] frappe, élève, abaisse et tourmente les ondes.
    Trois règn. II (tourmenter)
  9. Mais je vois en pitié le Crésus imbécile Qui jusque dans les champs me transporte la ville ; Avec pompe on le couche, on l'habille, on le sert, Et Mondor au village est à son grand couvert.
    Homme des ch. I (couvert [3])
  10. Et toujours entraîné, croyait toujours choisir.
    Trois règnes, V (entraîné, ée [1])
  11. Ces rocs tout calcinés, cette terre noirâtre, Tout d'un grand incendie annonce le théâtre.
    Hom. des ch. III (théâtre)
  12. Les lacs ont leurs oiseaux, la mer a ses serpents, Et ses poissons ailés et ses poissons rampants.
    Trois règnes, VIII (son [1])
  13. Vu que par l'homme en place un mot dit de côté D'un faux air de crédit flatte leur vanité.
    Homme des ch. I (côté)
  14. Et le jeune univers commençant ses beaux jours, Et le premier hymen et les premiers amours.
    Imag. v. (univers)
  15. …Autour de lui tandis que tout sommeille, La lampe inspiratrice éclaire encor sa veille.
    Homme des champs, I (inspirateur, trice)
  16. Que dis-je ? ces accents tantôt fiers, tantôt doux ; C'est l'œil, oui c'est l'œil seul qui les rassemble tous ; Dans sa noble structure, en prodiges féconde, Le plus frappant n'est pas de retracer le monde, De réfléchir les cieux, les forêts et les mers, Mais de peindre cette âme où se peint l'univers.
    ib. (œil)
  17. Quand tout rit de bonheur, d'espérance et d'amour.
    Jard. I (rire)
  18. Son épine [du cheval] se double et frémit sur son dos.
    Géorg. III (épine [1])
  19. Et mieux que leur foyer, de leurs jeunes amours Le doux ressouvenir réchauffe leurs vieux jours.
    Trois règnes, I (ressouvenir [2])
  20. Il part, vole, arrive, l'ennui Le reçoit à la grille et se traîne avec lui.
    Hom. des champs, I (ennui)