Jacques DELILLE, auteur cité dans le Littré

DELILLE (1738-1813)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELILLE a été choisie.

poète (Voyez JANSÉNISTE)

1118 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Énéide 216 citations
La conversation 1812 103 citations
Les Géorgiques, traduction de Virgile 1769 92 citations
Les jardins ou L'art d'embellir les paysages 1782 69 citations
Les trois règles de la Nature 1809 185 citations
L'homme des champs, ou Les Géorgiques françaises 1802 73 citations
L'imagination 1806 153 citations
Paradis perdu 132 citations
Pitié 50 citations

Quelques citations de Jacques DELILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1118 citations dans le Littré.

  1. Ailleurs, par deux rivaux la raquette empaumée, Attend, reçoit, renvoie une balle emplumée.
    Trois règnes, I (raquette [1])
  2. Les âmes généreuses Respectent le secret des âmes malheureuses.
    Imag. VIII (secret [2])
  3. Aussi voyez comment l'automne nébuleux, Tous les ans, pour gémir nous amène en ces lieux.
    Imaginat. ch. VII (automne)
  4. Le Nord décoloré languit dans un long deuil.
    Trois règnes, I (nord)
  5. L'intérêt marchandant des épouses vénales.
    Parad. perdu, X (vénal, ale)
  6. Il traverse en tremblant ces effroyables scènes.
    Trois règnes, III (traverser)
  7. Si nous ne voyons plus, dans les jeux funéraires, Les fleurs s'entrelacer aux urnes cinéraires, La pastourelle encore en forme ses bouquets.
    Trois règnes, VI (pastoureau, elle)
  8. Sa vie est un combat, son commerce une escrime.
    Convers. II (escrime)
  9. Mais sur son palefroi s'avance un chevalier Beau, jeune, et précédé de son noble écuyer.
    Imag. IV (palefroi)
  10. Sur toi pèse en tout sens sa fluide colonne [de l'air].
    Trois règnes, II (sens [1])
  11. Déïphobe soudain frappa ses yeux surpris, De la race des rois misérable débris.
    Énéide, VI (débris)
  12. Cent présages affreux la glacent d'épouvante.
    Énéide, IV (glacer)
  13. Les contradictions ne sont pas des contrastes.
    Jardins, I (contraste)
  14. Dans les mains d'un enfant, un globe de savon Dès longtemps précéda le prisme de Newton.
    Trois règ. I (savon)
  15. Et la destruction renouvelait le monde.
    Trois règn. I (renouveler)
  16. Le Tibre, dont le ciel favorise la course.
    Énéide, VIII (course)
  17. Si ta voile tardive attend ici l'aurore, Bientôt tu la verras armer tous ses vaisseaux, Te suivre, t'arrêter, t'attaquer sur les eaux.
    Én. IV (tardif, ive)
  18. Ajoutons le calme stupide, Le ton méticuleux et l'orgueil circonspect De ce mortel, pour lui plein de respect, Qui croit en conversant sa gloire compromise.
    Convers. II (méticuleux, euse)
  19. L'aimable discoureur jamais ne nous occupe De ses talents, de son emploi.
    Convers. III (discoureur, euse)
  20. Vous dirai-je l'oubli de soins plus importants, Les devoirs immolés à de vains passe-temps ?… L'homme fait place au mime, et le sage au bouffon.
    Homme des champs, I (mime)