Jacques DELILLE, auteur cité dans le Littré

DELILLE (1738-1813)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELILLE a été choisie.

poète (Voyez JANSÉNISTE)

1118 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Énéide 216 citations
La conversation 1812 103 citations
Les Géorgiques, traduction de Virgile 1769 92 citations
Les jardins ou L'art d'embellir les paysages 1782 69 citations
Les trois règles de la Nature 1809 185 citations
L'homme des champs, ou Les Géorgiques françaises 1802 73 citations
L'imagination 1806 153 citations
Paradis perdu 132 citations
Pitié 50 citations

Quelques citations de Jacques DELILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1118 citations dans le Littré.

  1. De Leucate bientôt les sommets nuageux… de loin nous apparaissent.
    Én. III (nuageux, euse)
  2. Ce fruit séditieux [le fruit défendu] Qui le séduit [Adam] bien moins qu'un regard de ses yeux [d'ève].
    Parad. perdu, IX (séditieux, euse)
  3. Ou ce beau peuplier de qui l'énorme tronc, Lorsque de cent hivers il a bravé l'affront, Se festonnant de nœuds d'où sort un vert feuillage, Semble orné par le temps et rajeuni par l'âge.
    Jard. I (festonner)
  4. Tantôt court sur la plage un long mugissement, Et les noires forêts murmurent sourdement.
    Géorg. I (sourdement)
  5. Et l'Anio paisible, et l'Eridan fougueux, Qui, roulant à travers des campagnes fécondes, Court dans les vastes mers ensevelir ses ondes.
    Géorg. IV (ensevelir)
  6. Tous les flots sont peuplés d'oiseaux navigateurs.
    Parad. perdu, VII (navigateur)
  7. Ne pouvais-je saisir, déchirer le parjure, Donner à ses lambeaux la mer pour sépulture ?
    Énéide, IV (sépulture)
  8. [La Mélancolie] Pensive et sur sa main laissant tomber sa tête, Un tendre souvenir est sa plus douce fête.
    Imag. 3 (pensif, ive)
  9. Et le cri de la mort retentit dans mon âme.
    Parad. perdu, X (retentir)
  10. Il [le serpent blessé]… Courbe et recourbe en vain ses restes mutilés.
    Én. V (recourber)
  11. Désormais entonnant la trompette éclatante.
    Énéide, I (entonner [2])
  12. Tel qu'un peintre, arrêtant ses indiscrets pinceaux, D'avance en sa pensée ébauche ses tableaux, Ainsi de vos dessins méditez l'ordonnance.
    Jard. II (ordonnance)
  13. Tout le fort des combats pèse aujourd'hui sur moi.
    Én. XI (peser)
  14. L'or et le diamant, l'art, la nature même, Ce qu'enferme la terre et l'humide séjour Pâlit près d'un rayon du grand astre du jour.
    Parad. perdu, III (pâlir)
  15. Mais pour lui rien n'émeut son âme appesantie ; N'en soyez pas surpris, il est né fatigué.
    Convers. II (né, née)
  16. Sévère dans la ferme, humain dans la cité, Il [le chien] soigne le malheur, conduit la cécité.
    dans LAVEAUX (cécité)
  17. Tel à peine échappé des fureurs de l'orage, Le nautonier pâlit en contant son naufrage.
    Imagin. II (nautonier, ière)
  18. Ainsi l'ancre s'attache où paissaient les troupeaux, Ainsi roulent des chars où voguaient des vaisseaux.
    Hom. des ch. III (rouler)
  19. Tel que ce frais bouton, Timide avant-coureur de la belle saison.
    Jardins, I (avant-coureur)
  20. Que la vigne en rampant gagne ces colonnades, Monte à ces chapiteaux et pende à ces arcades.
    Hom. des ch. Var. et add. ch. IV (ramper)