Jacques DELILLE, auteur cité dans le Littré

DELILLE (1738-1813)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELILLE a été choisie.

poète (Voyez JANSÉNISTE)

1118 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Énéide 216 citations
La conversation 1812 103 citations
Les Géorgiques, traduction de Virgile 1769 92 citations
Les jardins ou L'art d'embellir les paysages 1782 69 citations
Les trois règles de la Nature 1809 185 citations
L'homme des champs, ou Les Géorgiques françaises 1802 73 citations
L'imagination 1806 153 citations
Paradis perdu 132 citations
Pitié 50 citations

Quelques citations de Jacques DELILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1118 citations dans le Littré.

  1. Prévoir pour sa raison [de l'homme mûr] n'est que se souvenir.
    Imag. VI (prévoir)
  2. Elle eût, des jeunes blés rasant les verts tapis, Sans plier leur sommet, couru sur les épis.
    Énéide, VII (courir)
  3. Le médecin coquet élagua ses marteaux.
    Imag. VII (marteau)
  4. Lausus, savant dans l'art de dompter les coursiers ; Lausus, après Turnus, le plus beau des guerriers.
    Én. VII (savant, ante)
  5. Son armée à grands cris applaudit son courage.
    Én. X (applaudir)
  6. Il compile, chaque matin, Quelque sentence ou quelque historiette ; Puis, quand il a rassemblé son butin, De salon en salon, à quiconque l'approche, De son savoir d'emprunt il prodigue l'ennui.
    Conversation, I (historiette)
  7. L'evesque de Lisieux disoit estre patron de l'escole de la ville de Touques.
    Agricult. norm. p. 177 (patron, onne [1])
  8. L'air morne, l'œil éteint, pourtant dans leur tristesse Se laissait entrevoir un rayon d'allégresse.
    Paradis perdu, I (éteint, einte)
  9. L'un [végétal, la truffe], caché dans la terre où son destin l'attache, Attend que d'un gourmand le luxe l'en arrache.
    Trois règnes, VI (gourmand, ande)
  10. On relit tout Racine, on choisit dans Voltaire.
    l'Homme des champs, I (on)
  11. Que de plants inconnus, d'arbustes étrangers Ombragent nos jardins et peuplent nos vergers !
    Trois règnes, IV (plant)
  12. Il [un érudit] sait par cœur les noms des princes du sénat, Tous les Romains promus au grand pontificat.
    Convers. I (pontificat)
  13. …En vain sous de beaux cieux S'étendaient à tes pieds des champs délicieux.
    Trois règnes, III (étendre)
  14. Qui tombait avec art ne tombait point sans gloire, Et souvent le vaincu remportait la victoire.
    Imag. v. (tomber)
  15. . Et sur le cornouiller la prune se colore.
    Géorg. II (cornouiller)
  16. L'autre [porte des enfers] est faite de corne, et du sein des lieux sombres Elle donne passage aux véritables ombres.
    Énéide, VI (corne)
  17. Voilà mon sort ; mais vous, par le flambeau du monde, Par sa douce clarté que je ne verrai plus, Par votre cher Ascagne et ses jeunes vertus, Par les mânes d'Anchise, abrégez ma misère !
    Én. VI (par [1])
  18. Quand César expira, plaignant notre misère, D'un nuage sanglant tu [soleil] voilas ta lumière.
    Géorg. I (sanglant, ante)
  19. Que ses derniers neveux s'arment contre les miens ! Que mes derniers neveux s'acharnent sur les siens !
    Én. IV (neveu)
  20. Quelquefois dans la crèche une affreuse vipère Loin du jour importun a choisi son repaire.
    Georg. III (crèche)