Jacques DELILLE, auteur cité dans le Littré

DELILLE (1738-1813)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELILLE a été choisie.

poète (Voyez JANSÉNISTE)

1118 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Énéide 216 citations
La conversation 1812 103 citations
Les Géorgiques, traduction de Virgile 1769 92 citations
Les jardins ou L'art d'embellir les paysages 1782 69 citations
Les trois règles de la Nature 1809 185 citations
L'homme des champs, ou Les Géorgiques françaises 1802 73 citations
L'imagination 1806 153 citations
Paradis perdu 132 citations
Pitié 50 citations

Quelques citations de Jacques DELILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1118 citations dans le Littré.

  1. Chacun [végétal] a ses penchants, sa saison et sa place, Habite les lieux chauds, ou se plaît sous la glace.
    Trois règnes, VI (habiter)
  2. Quels qu'ils soient, l'Éternel à d'immuables lois Soumet tous les enfants des vergers et des bois ; Lui-même il les nourrit, il veille à leur défense.
    Trois règnes, VI (enfant)
  3. Sa vie est un combat, son commerce une escrime.
    Convers. II (escrime)
  4. Et ces mots sont sortis de l'enceinte divine.
    Én. III (sortir [1])
  5. Tout se calme à l'instant, les foudres se sont tus.
    Parad. perdu, X (taire)
  6. Peut-être du Très haut rayon coéternel.
    Parad. perdu, III (coéternel, elle)
  7. Par la pensée encor je jouirai des cieux, Je rêverai les bois, les monts, la terre et l'onde ; Et dans mes souvenirs j'habiterai le monde.
    Trois règnes, ch. I (rêver)
  8. Les besoins répétés amènent l'habitude.
    Trois règnes, VII (habitude)
  9. Sous l'abri protecteur d'un énorme rocher.
    Parad. perdu, VII (protecteur, trice)
  10. Et tantôt à ses pieds courbant sa tête altière, De ses pas adorés il baise la poussière.
    Par. perdu, IX (poussière)
  11. C'est un ange en effet sous les traits d'une femme.
    Parad. perdu, IX (sous)
  12. Des sentiers sinueux les routes indécises.
  13. Si Lucrèce eût exprimé ce qu'on savait alors de positif, nous aurions aujourd'hui le plaisir, en le lisant, de comparer la pauvreté des connaissances anciennes avec la richesse des connaissances modernes.
    Trois règnes, Préface (pauvreté)
  14. Son épine [du cheval] se double et frémit sur son dos.
    Géorg. III (épine [1])
  15. Il pense déjà voir les flammes triomphantes Embraser leurs drapeaux et consumer leurs tentes.
    Parad. perdu, V (consumer)
  16. À peine adolescent, de son léger coton La jeunesse en sa fleur ombrage son menton.
    Énéide, IX (coton)
  17. Plus savamment cruel, par quelques grains de poudre L'homme imite l'éclair, son bras lance la foudre.
    Trois règn. I (savamment)
  18. J'entends crier la dent de la lime mordante.
  19. Et des brûlants débris du globe tourmenté, Le désordre enfantant la régularité.
    Trois règ. IV (tourmenté, ée)
  20. Il [le serpent blessé]… Courbe et recourbe en vain ses restes mutilés.
    Én. V (recourber)