Jacques DELILLE, auteur cité dans le Littré

DELILLE (1738-1813)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELILLE a été choisie.

poète (Voyez JANSÉNISTE)

1118 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Énéide 216 citations
La conversation 1812 103 citations
Les Géorgiques, traduction de Virgile 1769 92 citations
Les jardins ou L'art d'embellir les paysages 1782 69 citations
Les trois règles de la Nature 1809 185 citations
L'homme des champs, ou Les Géorgiques françaises 1802 73 citations
L'imagination 1806 153 citations
Paradis perdu 132 citations
Pitié 50 citations

Quelques citations de Jacques DELILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1118 citations dans le Littré.

  1. Des spectres pâlissants, de livides fantômes.
    Géorg. IV (pâlissant, ante)
  2. Sur des coursiers vêtus avec magnificence, Dans un ordre pompeux la jeunesse s'avance.
    Én. v. (vêtu, ue)
  3. Déjà ses yeux fixaient leurs formes, leurs couleurs [des plantes],
    Trois règnes, VI (fixer)
  4. Il [le fleuve] vient, il se partage en fertiles rigoles ; Ses limpides filets sont autant de pactoles.
    Hom. des ch. Var. et add. II (rigole)
  5. Mais à son Dieu déjà tous ses sens s'abandonnent ; Ses cheveux, son regard, ses traits se désordonnent.
  6. Malheureuse j'appris à plaindre le malheur.
    Pitié, IV (malheureux, euse)
  7. Vois-tu ce laboureur, constant dans ses travaux, Traverser ses sillons par des sillons nouveaux ?
    Géorg. I (sillon)
  8. Et, pour prêcher d'exemple, éteint une bougie Qui brûle sans nécessité.
    Convers. II (prêcher)
  9. Un jour le laboureur, dans ces mêmes sillons, Où dorment les débris de tant de bataillons, Heurtant avec le soc leur antique dépouille, Trouvera sous ses pas des dards rongés de rouille, Entendra retentir les casques des héros, Et d'un œil effrayé contemplera leurs os.
    Géorg. I (os)
  10. La saussaie encor fraîche et de pluie arrosée.
    Hom. des ch. IV (saussaie)
  11. En longs habits de pourpre attirant les regards, Moi-même au bord des eaux ferai voler les chars.
    Géorg. III (moi)
  12. Le fer croise le fer, les coups suivent les coups.
    Énéide, X (croiser)
  13. Tel que ce frais bouton, Timide avant-coureur de la belle saison.
    Jardins, I (avant-coureur)
  14. Et, comblant les vallons et rasant les coteaux. D'un sol heureux formait d'insipides plateaux.
    Jardins, I (coteau)
  15. Fils d'Anchise, pourquoi, souillant des mains si pures, Viens-tu troubler mon ombre et rouvrir mes blessures ?
    Én. III (rouvrir)
  16. … Ô coteaux du Taygète, Par les vierges de Sparte en cadence foulés, Oh ! qui me portera dans vos bois reculés !
    Géorg. II (coteau)
  17. Nos rires passagers, nos passagères larmes.
  18. Ô douleur ! dans ses mains [d'ève] il [Adam] voit les pommes d'or, Et la branche où pendait ce perfide trésor.
    Parad. perdu, IX (perfide)
  19. Et sur sa bouche encor, s'il erre un vain soupir, Que ma bouche du moins puisse le recueillir !
    Én. IV (soupir)
  20. À peine adolescent, de son léger coton La jeunesse en sa fleur ombrage son menton.
    Énéide, IX (coton)