Denis DIDEROT, auteur cité dans le Littré

DIDEROT (1713-1784)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DIDEROT a été choisie.

2146 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Essai sur les règnes de Claude et de Néron et sur les mœurs et les écrits de Sénèque 1782 438 citations
Le neveu de Rameau 1762 25 citations
Le père de famille 1758 59 citations
Lettres à Sophie Voland 95 citations
Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient 1749 35 citations
Lettre sur les sourds et muets à l'usage de ceux qui entendent et qui parlent 1751 45 citations
Opinions des anciens philosophes 371 citations
Pensées philosophiques 1746 42 citations
Pensées sur la peinture 1795 94 citations
Salons de peinture 1759-1781 430 citations

Quelques citations de Denis DIDEROT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 2146 citations dans le Littré.

  1. Un jeune libertin se promène au Palais-Royal ; il voit là un petit nez retroussé, des lèvres riantes, un œil éveillé, une démarche délibérée, et il s'écrie : oh ! qu'elle est charmante !
    Mém. t. II, p. 169, dans POUGENS (nez)
  2. Les applaudissements qui s'élevèrent autour d'elle lui faisaient monter au visage une rougeur, et lui causaient un embarras charmant.
    Lettre à Mlle Voland, 15 sept. 1760 (rougeur)
  3. Ses figures sont placées sur trois lignes parallèles, en sorte qu'on pourrait dépecer son tableau en trois mauvais tableaux.
    Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 309, dans POUGENS. (dépecer)
  4. On dit : vivre d'abord, ensuite philosopher ; c'est le peuple qui parle ainsi ; mais le sage dit : philosopher d'abord, et vivre ensuite si l'on peut.
    Claude et Nér. II, 2 (philosopher)
  5. Il [Leibnitz] alla d'Altorf à Nuremberg visiter des savants.
    Opin. des anc. phil. (Leibnitzianisme). (visiter)
  6. Malgré la fureur du paganisme dont il était possédé, il ne répandit pas une goutte de sang chrétien.
    Opin. des anc. phil. (éclectisme). (fureur)
  7. Le plus grand effort de l'art consiste souvent à sauver la difficulté.
    Pensées sur la peint. Œuv. t. XV, p. 175 dans POUGENS. (sauver)
  8. Un amour qui ne demande pas mieux que de lui faire oublier son devoir, comme il fait depuis que le monde est monde.
    Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 75, dans POUGENS (monde [1])
  9. Nous ne parvenons à attacher une idée à quantité de termes… que par une suite de combinaisons très fines.
    Lett. s. les aveugles. (quantité)
  10. Le prophète Isaïe se plaignait il y a déjà longtemps que les filles d'Israël allaient tête levée et la gorge nue.
    Opin. des anc. philos. (Juifs). (gorge)
  11. L'âme s'échappe du vieillard sans effort ; elle est sur le bord de sa lèvre.
    Cl. et Nér. II, 7 (vieillard)
  12. Point d'attitudes tourmentées ni recherchées.
    Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 215, dans POUGENS (tourmenté, ée)
  13. La nature n'agit point fortuitement, au hasard et sans dessein.
    Opin. des anc. phil. (péripatéticiens). (fortuitement)
  14. Jean-Jacques aura toujours entre les littérateurs le mérite des grands coloristes en peinture.
    Ess. s. Claude. (coloriste)
  15. Le déshonneur est dans l'opinion des hommes, l'innocence est en nous.
    Règne de Claude et Néron, I, § 75 (déshonneur)
  16. L'enfant a de la grâce ; il la conserve dans l'âge adulte, elle s'affaiblit dans l'âge viril, elle se perd dans la vieillesse.
    ib. (grâce)
  17. Un enchaînement de petites onomatopées analogues aux idées qu'on a, et dont on est fortement occupé.
    Salon de 1767, Œuvr. t. XIV, p. 474, dans POUGENS (onomatopée)
  18. Cela est plat, jaunâtre, d'une teinte égale et monotone ; et peint cotonneux ; ce mot n'a peut-être pas encore été dit, mais il rend bien.
    Œuvr. compl. 1821, t. IX, p. 479 (cotonneux, euse)
  19. Ce Dieu est dévoré par les mites sur son autel.
    Nouv. pens. phil. 30 (mite)
  20. Qu'avez-vous ? vous n'êtes pas dans votre état naturel.
    Éloge de Richardson (état)