Casimir DELAVIGNE, auteur cité dans le Littré

DELAVIGNE (1793-1843)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DELAVIGNE a été choisie.

546 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le paria 199 citations
Les vêpres siciliennes 1819 149 citations

Quelques citations de Casimir DELAVIGNE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 546 citations dans le Littré.

  1. Les jalouses fureurs dont vous me déchirez.
    Vêpres sicil. IV, 1 (déchirer)
  2. Ce bonheur amer que la crainte empoisonne.
    Paria, I, 2 (amer, ère)
  3. Va, fuis, l'humanité te rejette loin d'elle.
    Paria, IV, 6 (humanité)
  4. La Branche : Nous plaidons son affaire demain, et nous sommes descendus chez M. de la Pommeraie, notre juge rapporteur… - Crispin : Appelle-le conseiller, il aime mieux cela. - La Branche : Je le veux bien, j'ai besoin de lui, notre conseiller rapporteur, afin de lui faire adoucir son rapport, qui est, dit-on, foudroyant contre nous.
    Cons. rapport. I, 2 (rapporteur, euse)
  5. Et peut-être demain je meurs chargé de honte, Traîné sur l'échafaud, lentement déchiré.
    Vêpres sicil. II, 6 (déchiré, ée)
  6. Nelbroun pour le ministre a voté quelquefois.
    Popularité, I, 2 (voter)
  7. Ton nom ? - Je n'en ai pas ; mais tu vas m'en faire un.
    la Fille du Cid, II, 11 (nom)
  8. Les clameurs des soldats par la crainte étouffées Sont un faible rempart au chef audacieux, Qui brave le courroux d'un ministre des cieux.
    Paria, I, 1 (à)
  9. Un regard, un vain signe, un bruit léger me glace.
    Paria, III, 4 (signe)
  10. Vous daignez, par égard au malheur qui l'accable, Accorder l'entretien que demande un coupable.
    Vêpr. sicil. IV, 1 (égard [1])
  11. À de noires terreurs mon esprit s'abandonne.
    Vêpres sicil. I, 4 (noir, oire)
  12. Absente, quand le fleuve a reçu nos présents, Elle n'a point offert les vœux que notre zèle Adresse chaque jour à ses flots bienfaisants.
    Paria, II, 6 (fleuve)
  13. Glocester : Vous auriez mis, dit-on, seigneur de haut lignage, Pour cent livres sterling tous vos aïeux en gage. - Tyrrel : C'est pure calomnie, et milord le sent bien, Vu que sur des aïeux un juif ne prête rien.
    Enfants d'Édouard, II, 3 (vu, ue)
  14. Je connais mon théâtre, et veux en amateur Jouer à mon profit le rôle d'inspecteur.
    Coméd. I, 1 (théâtre)
  15. Mon astre, dit-on, me menace D'y mourir [à l'hôpital] aux dépens du roi : Pour elle accorde-moi la place, Et la survivance pour moi.
    En demandant pour une vieille femme une place dans un hospice (survivance)
  16. Dès que l'âge éclaira votre faible raison.
    Vêpr. sic. I, 3 (éclairer)
  17. Les doux fruits que leur main de l'arbre a détachés, Ou que d'un souffle impur leur haleine a touchés.
    Paria, I, 1 (toucher [1])
  18. Allons, mon gentilhomme, une superbe audace ! Un train de roi ! cet air qui dit : faites-moi place !
    les Enfants d'Édouard, II, 3 (place)
  19. Nous étions beaux à voir autour d'un bol en feu, Buvant sa flamme.
    Enfants d'Edouard, II, 3 (voir)
  20. Vous savez quel empire il a pris sur mon âme.
    Vêpres sicil. I, 4 (prendre)