Esprit FLÉCHIER, auteur cité dans le Littré

FLÉCHIER (1632-1710)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FLÉCHIER a été choisie.

évêque de Nîmes

2025 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de Théodose le Grand 174 citations
Oraisons funèbres 1345 citations
Panégyriques des saints et quelques sermons de morale 1695 181 citations
Sermons de morale 151 citations

Quelques citations de Esprit FLÉCHIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 2025 citations dans le Littré.

  1. Celle [la sagesse] du siècle, qui s'empresse et qui s'inquiète, qui conduit des intrigues, qui démêle des intérêts.
    Dauphine. (intrigue)
  2. C'est [l'état monastique] un moyen de faire fortune, de vivre dans une honorable oisiveté, de se sauver du débris de sa famille.
    I, p. 119 (débris)
  3. Dieu, dont la providence destine les juges pour gouverner son peuple, comme elle destine les prêtres pour le sanctifier.
    Lamoignon. (prêtre)
  4. Ils font servir à leurs convoitises les biens qu'ils ont reçus pour exercer leur charité.
    Duch. d'Aiguillon. (servir)
  5. Souvenez-vous de ce temps de désordre et de trouble, où l'esprit ténébreux de discorde confondait le droit avec la passion, le devoir avec l'intérêt, la bonne cause avec la mauvaise.
  6. Un corps atténué par les jeûnes,
  7. Si la victoire volait devant lui [le roi], les vœux de la reine avaient volé devant la victoire.
    Mar.-Thér. (voler [1])
  8. Les funestes ardeurs de leurs convoitises.
    Serm. I, 82 (ardeur)
  9. Ils [de jeunes magistrats qui achètent les magistratures] n'apportent d'autre préparation à leurs charges que celle de les avoir désirées ; ils s'y jettent sans discernement et s'y maintiennent sans mérite.
    Lamoign. (maintenir)
  10. Il suffit de vous dire qu'il y a une noblesse d'esprit plus glorieuse que celle du sang, qui inspire des sentiments généreux et une louable émulation, et qui fait descendre par une heureuse suite d'exemples les vertus des pères dans les enfants.
    Mme de Montausier. (généreux, euse)
  11. Y eut-il jamais homme qui disposât mieux toutes choses à leur fin ?
    Tur. (fin [1])
  12. Il coupait, par une équité décisive, sans préoccupation et sans intérêt, les racines des haines et des procès, et portait partout la modération et la paix qui est le fruit de la justice.
    Duc de Montausier. (décisif, ive)
  13. Attentif à Dieu.
  14. Je réveille ici, sans y penser, maison désolée de cette princesse [la Dauphine], votre tendresse et votre douleur, par le souvenir des bienfaits ou de l'espérance qui vous restait de la protection d'une si bonne et si puissante maîtresse.
    Dauph. (maison)
  15. Plus content en lui-même… lorsque, dans le fond d'une sombre allée et sur un tribunal de gazon, il avait assuré le repos d'une pauvre famille, que lorsqu'il décidait des fortunes les plus éclatantes sur le premier trône de la justice.
    Lamoignon. (repos)
  16. Ne pouvant servir le roi par ses actions et par ses discours, il [le Tellier] le servit par son repos et par son silence.
    Le Tellier. (servir)
  17. Le premier tribunal où il monta fut celui de sa conscience.
    Lamoign. (monter)
  18. Qu'il y avait un art innocent de séparer les pensées d'avec les paroles, et que la probité pouvait souffrir ces complaisances mutuelles qui, étant devenues volontaires, ne blessent presque plus la bonne foi, et maintiennent la paix et la politesse du monde.
    duc de Mont. (monde [1])
  19. Est-ce aimer Dieu que de croire faiblement sa vérité ? que d'entendre indifféremment sa parole ?
    Panég. I, p. 313 (de)
  20. Il était difficile de régler sous de mêmes lois ce ramas de tant de peuples différents.
    Hist. de Théod. II, 34 (ramas)