Antoine François FOURCROY, auteur cité dans le Littré

FOURCROY (1755-1809)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FOURCROY a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Système des connaissances chimiques, et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l'art 1801 160 citations

Quelques citations de Antoine François FOURCROY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. On fabrique les plus communs qu'on nomme savons verts ou noirs, avec les marcs d'huile d'olive, de noix, de navette, et les alcalis caustiques traités par l'ébullition.
    Conn. chim. t. VII, p. 331 (savon)
  2. Les corps salins forment un des ordres les plus importants, les plus chargés en espèces, les plus connus, et qu'il est le plus utile de bien étudier.
    Conn. chim. t. I, p. XI (salin, ine)
  3. L'eau chaude et surtout bouillante peut prendre plus de sucre en dissolution que l'eau froide, et former un liquide plus épais, plus tenace que le sirop.
    Conn. chim. t. VII, p. 165 (tenace)
  4. La tourbe est bien véritablement un résidu de plantes ou herbes à demi décomposées, à demi brûlées, réduites en un état presque charbonneux, analogue, dans son genre, au bois fossile également charbonné.
    Conn. chim. t. VIII, p. 233 (tourbe [1])
  5. Le caoutchouc… extensible, élastique, compressible, reprenant son premier état, sa première dimension, quand le tiraillement ou la compression cesse.
    Conn. chim. t. VIII, p. 39 (tiraillement)
  6. Pour peu que la graisse soit rance, on voit qu'elle prend des propriétés très différentes de celles qu'elle avait avant cette rancidité.
    Conn. chim. t. IX, p. 182 (rancidité)
  7. Il n'y a nulle putrescence à la température de la glace et au-dessous ; mais l'altération septique commence à six ou huit degrés au-dessus.
    Connais. chim. t. IX, p. 100 (putrescence)
  8. La réduction s'emploie pour faire reparaître les oxydes des métaux sous la forme métallique ; on la nomme aussi révivification ; c'est une véritable désoxydation.
    Conn. chim. t. I, p. 95 (réduction)
  9. Après avoir traité de la résinification en général.
    Conn. chim. t. I, p. CLIII (résinification)
  10. Le son parcourt plus de 325 mètres par seconde.
    Conn. chim. t. I, p. 116 (son [3])
  11. J'ai annoncé que les métaux ne peuvent pas s'unir aux acides, sans être préalablement oxydés.
    Conn. chim. t. I, p. CX. (unir)
  12. En traitant des plantes et des animaux par le feu et l'eau dans des vaisseaux distillatoires.
    Conn. chim. t. I, p. VIII (traiter)
  13. Les réactions générales qui ont lieu entre les métaux et les acides.
    Conn. chim. t. I, p. CX. (réaction)
  14. Que fais-tu dans ces bois, plaintive tourterelle ? Je gémis, j'ai perdu ma compagne fidèle.
    dans RICHELET (compagne)
  15. Boyle en 1663 a parlé de quelques réactifs et de leurs effets sur les eaux, surtout par rapport à l'action des acides et des alcalis sur les couleurs bleues végétales.
    Conn. chim. t. IV, p. 291 (réactif, ive)
  16. Hales a reconnu qu'un soleil de près d'un mètre de hauteur perdait près d'un kilogramme de transpiration en douze heures, et transpirait dix-sept fois plus qu'un homme.
    Conn. chim. t. VIII, p. 299 (transpiration)
  17. Les végétaux farineux, surtout les graines légumineuses, ont plus spécialement que les autres genres d'aliments la propriété de produire des fluides élastiques ; et c'est pour cela qu'on les nomme aliments venteux.
    Conn. chim. t. x, p. 74 (venteux, euse)
  18. L'homme prend tous les jours entre trois et quatre grammes de phosphate calcaire dans la quantité de pain qui fait sa nourriture la plus abondante.
    Connaiss. chim. t. x, p. 404. dans POUGENS (pain)
  19. La chimie a été nommée art ou science hermétique… pyrotechnie, parce qu'elle [l'alchimie] a beaucoup employé le feu, dont elle a su diriger l'effet.
    Conn. chim. t. I, p. 3 (pyrotechnie)
  20. L'expression de demi-métallisation pour désigner les corps qui n'avaient encore éprouvé, pour ainsi dire, qu'une demi-métallisation.
    Connaiss. chim. sect. VI, art. 1 (métallisation)