Antoine François FOURCROY, auteur cité dans le Littré

FOURCROY (1755-1809)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FOURCROY a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Système des connaissances chimiques, et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l'art 1801 160 citations

Quelques citations de Antoine François FOURCROY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. L'usage du rubis est borné, à cause de sa rareté et de son peu de volume, aux bijoux et à l'horlogerie.
    Conn. chim. t. II, p. 293 (rubis)
  2. Pelletier s'est servi de la propriété oxydante des acides sulfurique et nitrique sur l'étain pour favoriser l'union de cet oxyde avec le soufre, et préparer ce composé brillant et auriforme connu depuis longtemps sous le nom d'or mussif.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 33, dans POUGENS (musif, ive)
  3. Dans l'alchimie, on a comparé le plomb à Saturne, non-seulement par ce qu'on a cru ce métal le plus vieux et le père des autres, mais encore parce qu'on le regardait comme très froid.
    Conn. chim. t. VI, p. 50 (saturne)
  4. Un chanoine romain a le premier prôné et vendu cette terre comme médicament au commencement du XVIIIe siècle sous les noms de magnésie blanche et de poudre du comte de Palme… ce fut Black qui, en 1755, fit connaître le premier, avec autant d'étendue que de méthode, dans les mémoires de la société d'Édimbourg, la différence de la magnésie d'avec la chaux.
    Connaiss. chim. t. II, p. 162, dans POUGENS (magnésie)
  5. Lagaraie enseigna l'art d'extraire les matériaux solubles par l'eau froide appliquée aux végétaux très divisés à l'aide du mouvement communiqué par les moussoirs, et à en obtenir des principes non altérés.
    Conn. chim. t. VII, p. 39 (soluble)
  6. Des rebouteurs et des méges impudents abusent du titre d'officiers de santé pour couvrir leur ignorance et leur avidité.
    Rapport sur la loi du 19 ventôse an X (mége ou meige)
  7. L'oxydabilité du mercure par l'air.
    Connaiss. chim. t. I, p. CXXI, dans POUGENS (oxydabilité)
  8. En Afrique, cinq livres de sable contiennent souvent soixante-trois grains d'or, tandis qu'en France il est assez rare de trouver du sable qui, sur cent livres, en tienne plus de vingt à vingt-quatre grains.
    Conn. chim. t. VI, p. 354 (sable [1])
  9. Le mouvement de torsion out de pli est presque général dans les feuilles qui suivent le cours du soleil, et dont la page inférieure regarde toujours le ciel et la lumière.
    Conn. chim. t. VII, p. 29 (torsion)
  10. Quelque soin qu'on mette à râbler la poêle, il s'y attache toujours du sel en croûte, qui augmente à chaque opération ou salinage.
    Conn. chim. t. III, p. 181 (râbler)
  11. Pour la facilité du débit, les potiers d'étain le coulent en petits lingots ou en baguettes de cinq décimètres de longueur environ et de quatre à six centimètres d'épaisseur.
    Conn. chim. t. VI, p. 16, dans POUGENS (potier)
  12. La densité de l'or est telle qu'on l'a cru longtemps le corps le plus pesant de la nature ; on sait aujourd'hui qu'il ne tient que le second rang, et qu'il cède la première place au platine.
    ib. t. VI, p. 351 (or [2])
  13. L'urine de l'homme est une des matières animales qui ont été les plus examinées par les chimistes, dont l'examen a fourni en même temps et le plus de découvertes singulières à la chimie, et le plus d'applications utiles pour la physique animale, ainsi que pour l'art de guérir.
    Conn. chim. t. x, p. 93 (urine)
  14. Glauber, illustré par un grand nombre de découvertes et par son conseil et sa méthode de ne pas rejeter comme inutiles les résidus des opérations.
    Conn. chim. t. I, p. 19 (résidu)
  15. Lorsqu'on le frotte quelque temps, il devient électrique et capable d'attirer des pailles ; les anciens, qui connaissaient cette propriété, avaient donné au succin le nom d'electrum, d'où est venu celui d'électricité.
    ib. t. VIII, p. 247 (succin)
  16. Il donna le moyen de préparer facilement de l'eau acidulée, en agitant, à l'aide de moussoirs, de l'eau au-dessus des cuves où la bière était en fermentation.
    Connaiss. chim. t. I, p. 33, dans POUGENS (moussoir)
  17. Le plus grand, le plus important et le plus solennel usage qu'on ait encore fait du platine a été la suite des travaux entrepris pour la fixation des nouveaux poids et mesures de la république française.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 436, dans POUGENS (platine [2])
  18. Il en est de l'or comme de l'argent : l'époque de sa découverte se perd dans la nuit des temps, et la tradition ne fournit parmi les hommes aucune trace des événements qui le leur ont fait connaître pour la première fois.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 346, dans POUGENS (or [2])
  19. Le pissasphalte et la poix minérale se tiraient autrefois de Babylone ; ils ont servi à la construction des murailles de cette ville.
    Conn. chim. t. VIII, p. 237, dans POUGENS (pissasphalte)
  20. On fabrique les plus communs qu'on nomme savons verts ou noirs, avec les marcs d'huile d'olive, de noix, de navette, et les alcalis caustiques traités par l'ébullition.
    Conn. chim. t. VII, p. 331 (savon)