Antoine François FOURCROY, auteur cité dans le Littré

FOURCROY (1755-1809)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FOURCROY a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Système des connaissances chimiques, et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l'art 1801 160 citations

Quelques citations de Antoine François FOURCROY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. La liqueur, ne tenant plus que du nickel, devient bleue ; elle était pourprée par la présence du cobalt.
    Cours chim. t. I, p. CXVI (présence)
  2. Le plus grand, le plus important et le plus solennel usage qu'on ait encore fait du platine a été la suite des travaux entrepris pour la fixation des nouveaux poids et mesures de la république française.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 436, dans POUGENS (platine [2])
  3. L'oxygène est un des corps simples dont la nature se sert le plus fréquemment dans toutes les combinaisons et les décompositions qu'elle exerce.
    Connaiss. chim. t. I, p. 141, dans POUGENS (oxygène)
  4. Le son parcourt plus de 325 mètres par seconde.
    Conn. chim. t. I, p. 116 (son [3])
  5. Les végétaux farineux, surtout les graines légumineuses, ont plus spécialement que les autres genres d'aliments la propriété de produire des fluides élastiques ; et c'est pour cela qu'on les nomme aliments venteux.
    Conn. chim. t. x, p. 74 (venteux, euse)
  6. On nomme or en chaux, celui que l'on prépare [pour la dorure] en broyant avec du miel les rognures de feuilles d'or… pour faire l'or en drapeaux, on trempe des morceaux de vieux linge fin dans une dissolution nitro-muriatique d'or ; on les fait sécher et on les brûle ; quand on veut s'en servir, on trempe un bouchon mouillé dans les cendres de ces chiffons ; on en frotte l'argent sur lequel l'or très divisé s'applique facilement.
    ib. (or [2])
  7. Le muriate d'étain sert à préparer la belle couleur pourpre nommée précipité de Cassius.
    Connais. chim. t. VI, p. 48, dans POUGENS (muriate)
  8. Ces fonctions [de la nutrition] sont des produits ou des résultats de véritables opérations de chimie, de décompositions et de recompositions dues à des forces d'attractions électives.
    Conn. chim. t. I, p. CLIV (recomposition)
  9. Tous ces êtres simples ou indécomposés [éléments chimiques] (car le mot simple n'est pris ici que d'une manière relative et n'a rien d'absolu)…
    Conn. chim. t. I, p. LVII (simple [1])
  10. C'est [la puberté] l'époque de la turgescence et des hémorrhagies.
    Conn. chim. t. IX, p. 162 (turgescence)
  11. Les sulfures métalliques sont extrêmement abondants et fréquents dans la nature ; ils constituent le plus grand nombre des mines métallurgiques.
    Conn. chim. t. I, p. 214 (sulfure)
  12. Le plus ingénieux usage auquel sont consacrées les écailles de poissons, est celui qui a pour objet la fabrication des perles artificielles.
    Connais. chim. t, x, p. 330, dans POUGENS (perle)
  13. Le pastel est une pâte bleue faite par la putréfaction et la réduction en espèce de fumier des tiges hachées de l'isatis tinctoria, ou de l'isatis lusitanica, de Linné.
    Connais. chim. t. VIII, p. 68, dans POUGENS (pastel [2])
  14. En examinant avec une bonne loupe la concrétion tartariforme qui ceint les dents vers leur couronne.
    Conn. chim. t. IX, p. 369 (tartariforme)
  15. La mort n'est pas la seule condition nécessaire de la putridité ; il faut encore la réunion de plusieurs autres circonstances sans lesquelles elle n'aurait pas lieu ; on peut les réduire à l'humidité et à la chaleur modérée.
    Conn. chim. t. IX, p. 100 (putridité)
  16. Un acide particulier, nommé pyromuqueux.
    Conn. chim. t. I, p. 137 (pyromuqueux)
  17. En chimie, tendance à l'union, expression qu'on emploie quelquefois pour désigner l'attraction de composition.
    Conn. chim. t. I, p. 68 (tendance)
  18. L'ossification ou l'entretien de la formation des os est la fonction qui a reçu le plus de lumières des connaissances et des découvertes chimiques.
    Connaiss. chim. t. X, p. 402, dans POUGENS (ossification)
  19. On fait les eaux spiritueuses de senteur en dissolvant quelques gouttes d'huiles volatiles dans l'alcool.
    Conn. chim. t. VIII, p. 152 (senteur)
  20. Le poison du stramonium, du champignon et de la vipère est une production de la nature.
    Conn. chim. t. I, p. III (stramonium)