Antoine François FOURCROY, auteur cité dans le Littré

FOURCROY (1755-1809)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FOURCROY a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Système des connaissances chimiques, et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l'art 1801 160 citations

Quelques citations de Antoine François FOURCROY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. C'est à ces forces coagissantes qu'est due la sulfatisation spontanée qu'éprouvent à l'air les sulfures de cuivre natif, quand on les humecte.
    Conn. chim. t. VI, p. 267 (sulfatisation)
  2. En examinant avec une bonne loupe la concrétion tartariforme qui ceint les dents vers leur couronne.
    Conn. chim. t. IX, p. 369 (tartariforme)
  3. En stratifiant, dans un creuset, des lames d'argent avec du soufre, et en poussant promptement à la fonte, on obtient une masse violette foncée et presque noire.
    Conn. chim. t. VI, p. 314 (stratifier)
  4. C'est un alchimiste de Hambourg, nommé Brandt, qui, en cherchant la pierre philosophale qu'il ne trouva pas, fit par hasard, en 1669, la découverte du phosphore qu'il ne cherchait point.
    Connaiss. chim. t. I, p. 185, dans POUGENS (phosphore)
  5. Le poison du stramonium, du champignon et de la vipère est une production de la nature.
    Conn. chim. t. I, p. III (stramonium)
  6. La faiblesse de sa saveur et de ses attractions, sa fixité et sa vitrifiabilité.
    Conn. chim. t. I, p. LXXIV (vitrifiabilité)
  7. Le mouvement de torsion out de pli est presque général dans les feuilles qui suivent le cours du soleil, et dont la page inférieure regarde toujours le ciel et la lumière.
    Conn. chim. t. VII, p. 29 (torsion)
  8. Les unes [huiles] sont cérifiables, les autres siccatives, et les troisièmes rancessibles.
    Conn. chim. t. VII, p. 328 (rancescible)
  9. La densité de l'or est telle qu'on l'a cru longtemps le corps le plus pesant de la nature ; on sait aujourd'hui qu'il ne tient que le second rang, et qu'il cède la première place au platine.
    ib. t. VI, p. 351 (or [2])
  10. J'ai annoncé que les métaux ne peuvent pas s'unir aux acides, sans être préalablement oxydés.
    Conn. chim. t. I, p. CX. (unir)
  11. Nous sommes très portés à croire que c'est à un commencement d'asphyxie qu'il faut attribuer les sensations voluptueuses que plusieurs individus paraissent avoir éprouvées en Angleterre par la respiration du gaz oxyde d'azote.
    Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 331 (voluptueux, euse)
  12. Le succin, nommé ambre jaune ou carabé, est le plus beau de tous les bitumes par ses caractères extérieurs.
    Conn. ch. t. VIII, p. 247 (succin)
  13. On s'accoutume à juger habilement de ce premier essai à la touche ou à la pierre de touche, en commençant par s'exercer avec des alliages connus de toutes les proportions possibles, qu'on nomme touchaux.
    Connaiss. chimiques, t. VI, p. 372 (touchau ou touchaud)
  14. Après avoir traité de la résinification en général.
    Conn. chim. t. I, p. CLIII (résinification)
  15. Pelletier s'est servi de la propriété oxydante des acides sulfurique et nitrique sur l'étain pour favoriser l'union de cet oxyde avec le soufre, et préparer ce composé brillant et auriforme connu depuis longtemps sous le nom d'or mussif.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 33, dans POUGENS (musif, ive)
  16. On perce avec des tarières les arbres résineux, pour en obtenir les sucs qui coulent alors abondamment.
    Conn. chim. t. VII, p. 115 (tarière)
  17. On nommait autrefois ridiculement métaux vierges ce que l'on désigne plus exactement aujourd'hui par le nom de métaux natifs.
    Connaiss. chim. sect. VI, art. 1 (métal)
  18. Il en est de l'or comme de l'argent : l'époque de sa découverte se perd dans la nuit des temps, et la tradition ne fournit parmi les hommes aucune trace des événements qui le leur ont fait connaître pour la première fois.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 346, dans POUGENS (or [2])
  19. Le fondage ou l'art de fondre les mines après leur grillage est la principale et la plus importante opération métallurgique.
    Connaiss. chim. sect. VI, art. 1 (métallurgique)
  20. Le plus grand, le plus important et le plus solennel usage qu'on ait encore fait du platine a été la suite des travaux entrepris pour la fixation des nouveaux poids et mesures de la république française.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 436, dans POUGENS (platine [2])