Antoine François FOURCROY, auteur cité dans le Littré

FOURCROY (1755-1809)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FOURCROY a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Système des connaissances chimiques, et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l'art 1801 160 citations

Quelques citations de Antoine François FOURCROY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. Les arts nouveaux que la chimie a créés pour le prompt tannage des cuirs, pour la composition des savons.
    Conn. chim. t. I, p. XXII (tannage)
  2. Lagaraie enseigna l'art d'extraire les matériaux solubles par l'eau froide appliquée aux végétaux très divisés à l'aide du mouvement communiqué par les moussoirs, et à en obtenir des principes non altérés.
    Conn. chim. t. VII, p. 39 (soluble)
  3. Lorsqu'on le frotte quelque temps, il devient électrique et capable d'attirer des pailles ; les anciens, qui connaissaient cette propriété, avaient donné au succin le nom d'electrum, d'où est venu celui d'électricité.
    ib. t. VIII, p. 247 (succin)
  4. Le pastel est une pâte bleue faite par la putréfaction et la réduction en espèce de fumier des tiges hachées de l'isatis tinctoria, ou de l'isatis lusitanica, de Linné.
    Connais. chim. t. VIII, p. 68, dans POUGENS (pastel [2])
  5. L'intime pénétration qui a lieu entre ces deux corps.
    Connaiss. chim. t. II, p. 65, dans POUGENS (pénétration)
  6. L'œuf de poule est composé de blanc, de jaune, de ligaments qu'on nomme glaire, de la cicatricule, d'une membrane mince intérieure, et d'une coquille solide placée au dehors et servant d'enveloppe à toutes les parties qui en constituent l'ensemble.
    Connaiss. chim. t. X, p. 307, dans POUGENS (œuf)
  7. Il donna le moyen de préparer facilement de l'eau acidulée, en agitant, à l'aide de moussoirs, de l'eau au-dessus des cuves où la bière était en fermentation.
    Connaiss. chim. t. I, p. 33, dans POUGENS (moussoir)
  8. Les matières végétales sont formées, dans leurs premiers principes, de carbone, d'hydrogène et d'oxygène, auxquels sont ajoutés, mais dans quelques cas seulement et comme accessoires non indispensables, l'azote, le soufre, le phosphore…
    Conn. chim. t. VII, p. 57 (végétal, ale)
  9. Nous sommes très portés à croire que c'est à un commencement d'asphyxie qu'il faut attribuer les sensations voluptueuses que plusieurs individus paraissent avoir éprouvées en Angleterre par la respiration du gaz oxyde d'azote.
    Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 331 (voluptueux, euse)
  10. C'est à ces forces coagissantes qu'est due la sulfatisation spontanée qu'éprouvent à l'air les sulfures de cuivre natif, quand on les humecte.
    Conn. chim. t. VI, p. 267 (sulfatisation)
  11. Les rouges de teinture, c'est-à-dire les matières colorantes rouges qu'on peut extraire des végétaux.
    Conn. chim. t. VIII, p. 70 (rouge [1])
  12. L'usage du rubis est borné, à cause de sa rareté et de son peu de volume, aux bijoux et à l'horlogerie.
    Conn. chim. t. II, p. 293 (rubis)
  13. Deux corps très colorés, très sapides ou insipides, solubles ou insolubles, fusibles ou infusibles, fixes ou volatils, prenaient, en s'unissant chimiquement, une coloration, une sapidité, une solubilité, une volatilité moyennes.
    Connaiss. chim. t. I, p. 73 (sapidité)
  14. Les Vénitiens, à raison de leur commerce si brillant autrefois avec le Levant, ont les premiers reçu et les premiers purifié ou raffiné le borax.
    Conn. chim. t. III, p. 329 (raffiner)
  15. L'encre de la sèche est une sorte de précipité charbonneux indissoluble dans le plus grand nombre des réactifs, et suspendu dans une liqueur muqueuse.
    Conn. chim. t. X, p. 333 (sèche ou seiche [1])
  16. Boyle en 1663 a parlé de quelques réactifs et de leurs effets sur les eaux, surtout par rapport à l'action des acides et des alcalis sur les couleurs bleues végétales.
    Conn. chim. t. IV, p. 291 (réactif, ive)
  17. Le son parcourt plus de 325 mètres par seconde.
    Conn. chim. t. I, p. 116 (son [3])
  18. Quand on sature l'acide arsénique de magnésie, il se forme une matière épaisse vers le point de saturation.
    Conn. chim. t. V, p. 83 (saturation)
  19. La soie est une matière filamenteuse, transparente, assez solide, qui est filée par la chenille de l'espèce de phalène nommée bombyx ou ver à soie, phalaena mori.
    Conn. chim., t. X, p. 351 (soie [1])
  20. L'expression de demi-métallisation pour désigner les corps qui n'avaient encore éprouvé, pour ainsi dire, qu'une demi-métallisation.
    Connaiss. chim. sect. VI, art. 1 (métallisation)