Antoine François FOURCROY, auteur cité dans le Littré

FOURCROY (1755-1809)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme FOURCROY a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Système des connaissances chimiques, et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l'art 1801 160 citations

Quelques citations de Antoine François FOURCROY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. Les arts nouveaux que la chimie a créés pour le prompt tannage des cuirs, pour la composition des savons.
    Conn. chim. t. I, p. XXII (tannage)
  2. Pour que cette liqueur [le vin] soit la plus forte et la plus alcoolifère possible, il faut laisser entièrement dégager ce gaz [l'acide carbonique] ; quand on tire le vin avant son dégagement complet, on a ce qu'on nomme du vin mousseux, et qui n'est pas terminé dans sa fermentation.
    Connaiss. chim. t. VIII p. 128, dans POUGENS (mousseux, euse)
  3. La silice, une des terres les plus abondantes, fait la base des pierres les plus dures qui paraissent constituer le noyau du globe.
    Conn. chim. t. II, p. 136 (silice)
  4. On confondait autrefois la matière végétale particulière nommée aujourd'hui tanin, avec ce qu'on désignait par le nom de substance astringente, de principe astringent.
    Conn. chim. t. VIII, p. 92 (tanin)
  5. Le nectaire est un appendice ou une partie de la corolle qui contient un suc sucré et aromatique, nommé nectar, dont les insectes, et spécialement les abeilles, sont très avides et qu'elles façonnent en miel.
    Connaiss. chim. t. VII, p. 12, dans POUGENS (nectaire)
  6. L'or en coquille est de l'or en oxyde pourpre, précipité de sa dissolution et délayé avec une eau mucilagineuse ou une dissolution de gomme.
    Connaiss. chim. t. VI, p. 397 (or [2])
  7. C'est [la puberté] l'époque de la turgescence et des hémorrhagies.
    Conn. chim. t. IX, p. 162 (turgescence)
  8. Dans l'existence prolongée de l'homme et des animaux naît peu à peu la cause de la mort sénile et naturelle, dont la lenteur des mouvements est la source nécessaire, et dont un symptôme précurseur est la surabondance et la déviation du phosphate calcaire.
    Conn. chim. t. X, p. 405 (sénile)
  9. Toute tige végétale rouie est une sorte de squelette fibreux débarrassé par une altération putride de tout ce qui l'entourait.
    Conn. chim. t. VIII, p. 232 (roui, ie)
  10. Un nommé Labrune avait encore renchéri sur ces opérations fastidieuses ; et c'était par la série de neuf sublimations successives qu'il conseillait de préparer la panacée mercurielle.
    Connaiss. chim. t. v, p. 348, dans POUGENS (panacée)
  11. L'urine de l'homme est une des matières animales qui ont été les plus examinées par les chimistes, dont l'examen a fourni en même temps et le plus de découvertes singulières à la chimie, et le plus d'applications utiles pour la physique animale, ainsi que pour l'art de guérir.
    Conn. chim. t. x, p. 93 (urine)
  12. Le poison du stramonium, du champignon et de la vipère est une production de la nature.
    Conn. chim. t. I, p. III (stramonium)
  13. Cette partie extérieure blanche et spathiforme du calcul était du phosphate ammoniaco-magnésien.
    VAUQUELIN, Instit. Mém. scienc. t. IV, p. 119 (spathiforme)
  14. Reprise, nom donné à l'opération par laquelle on enlève tout l'argent à l'or.
    Conn. chim. t. VI, p. 374 (reprise)
  15. La transpiration est à son minimum au moment du repas et immédiatement après ; elle atteint son maximum pendant la digestion.
    Conn. chim. t. IX, p. 201 (transpiration)
  16. On fait les eaux spiritueuses de senteur en dissolvant quelques gouttes d'huiles volatiles dans l'alcool.
    Conn. chim. t. VIII, p. 152 (senteur)
  17. L'oxygène est un des corps simples dont la nature se sert le plus fréquemment dans toutes les combinaisons et les décompositions qu'elle exerce.
    Connaiss. chim. t. I, p. 141, dans POUGENS (oxygène)
  18. La qualité des terrains se communique aux végétaux qui y sont placés ; elle forme ce qu'on nomme goût de terroir.
    Conn. chim. t. VIII, p. 276 (terroir)
  19. La perle est comme la nacre, dont elle ne diffère que par un tissu plus fin, un composé de matière gélatineuse et de carbonate de chaux.
    Connaiss. chim. t. x, p. 336, dans POUGENS (perle)
  20. Les sels à base d'alumine sont tous d'une saveur plus ou moins acerbe ou astringente, quelquefois même fortement styptique.
    Conn. chim. t. IV, p. 112 (styptique)