François GÉNIN, auteur cité dans le Littré

GÉNIN (1803-1856)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GÉNIN a été choisie.

155 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Récréations philologiques ou recueil de notes pour servir à l'histoire des mots de la langue française 1856 124 citations

Quelques citations de François GÉNIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 155 citations dans le Littré.

  1. Dea, j'ay esté au pont aus asnes, Je sçay comme il les faut conduire, Farce du pont aux asnes.
    Récréat. t. II, p. 57 (pont [1])
  2. Pour amitié garder, faut paroys entreposer.
    Récréat. II, p. 247 (amitié)
  3. Achapte le lict d'un grand debteur, car à dormir il porte bonheur.
    Récréat. t. II, p. 233 (lit)
  4. Plus cher estre un don que chose achaptée voit-on.
    Récréat. t. II, p. 247 (don [1])
  5. Au ris le fol est congneu.
  6. L'an passé est toujours le meilleur.
    Récréat. t. II, p. 242 (an)
  7. On se peult bien garder d'un larron ; d'un menteur garder ne se peult on.
    Récréat. t. II, p. 246 (menteur, euse)
  8. Honneste povreté est clair semée.
    Récréat. t. II, p. 240 (pauvreté)
  9. Mieulx vault à cloche se lever qu'à trompette.
    Récréat. t. II, p. 245 (trompette [1])
  10. S'ils [les hoirs de défunt Patelin] prennent sous leur patronage Cet écrit sur un badinage Où leur maître est représenté, S'ils le font vivre d'âge en âge Autant que le patelinage, Ce sera l'immortalité.
    Patelin, dédicace. (patelinage)
  11. Prendre la mouche c'est en être piqué, comme prendre une maladie.
    Récréat. t. I, p. 272 (mouche)
  12. Il n'y a rien sur la terre qu'en temps et lieu ne se serre.
    Récréat. t. II, p. 241 (serrer)
  13. Quant meurt l'estincelle, elle luit tant plus clere.
    ib. p. 248 (étincelle)
  14. En vain l'anguille a sur l'aigle envie.
    Récréat. t. II, p. 238 (anguille)
  15. Mieux vault soufler que brusler.
    Récr. t. II, p. 244 (souffler)
  16. Par prester ennemy est amy, et amy souvent ennemy.
    Récréat. t. II, p. 246 (prêter)
  17. Ce fut Joachim du Bellay, au XVIe siècle, qui se permit l'un des premiers de dire je hais pour je haïs. Il en fut repris par Charles Fontaine, l'un de ses contemporains.
    Variations du langage (haïr)
  18. Rien n'a qui assez n'a.
    Récréat. t. II, p. 249 (assez)
  19. Entre deux selles le cul à terre.
    Recréat. t. II, p. 239 (cul ou cu)
  20. Tous ayment mieulx estre chenus que devenir chauves.
    Récréat. t. II, p. 250 (chauve)