Victor HUGO, auteur cité dans le Littré

HUGO (1802-1885)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HUGO a été choisie.

931 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Hernani, ou l'Honneur castillan 39 citations
Les chants du crépuscule 1835 92 citations
Les feuilles d'automne 1831 110 citations
Les orientales 1829 167 citations
Les rayons et les ombres 1841 26 citations
Les voix intérieures 1837 84 citations
Odes et ballades 1822 282 citations
Ruy Blas 1838 21 citations

Quelques citations de Victor HUGO

Voici un tirage aléatoire parmi ses 931 citations dans le Littré.

  1. Et ma hache est pendue à l'arçon de ma selle.
    Orient. 15 (arçon)
  2. Par intervalles Le singe faisait rage et cognait ses timbales.
    Contemplations, I, 22 (rage)
  3. Sans doute en mon avril, ne sachant rien à fond.
    Voix, 30 (avril)
  4. Quand l'ouragan mugit, quand des monts brûlants s'ouvrent.
    Odes, I, 11 (mugir)
  5. Déjà trois fois hors de l'étui… Les lames des poignards ont lui.
    Orient. X (étui)
  6. Et les bois dont le zéphyr vanne Toutes les graines dans les airs.
    Feuilles d'automne, 9 (vanner [1])
  7. Oh ! muse, contiens-toi ! muse aux hymnes d'airain, Muse de la loi juste et du droit souverain, Toi dont la bouche abonde en mots trempés de flamme.
    Voix intérieures, XXXII (muse [1])
  8. Les obélisques gris s'élançaient d'un seul jet.
    Orientales, I (obélisque)
  9. Comme il était rêveur au matin de son âge !
    Odes, III, 6 (matin)
  10. Je dormis sur l'affût des canons meurtriers.
    Odes, V, 9 (affût)
  11. Du Saint des Saints ému les feux se découvrirent, Tous les cieux un moment brillèrent dévoilés.
    Odes, I, 5 (dévoilé, ée)
  12. Quand vers Pâque ou Noël, l'église, aux nuits tombantes, S'emplit de pas confus et de cires flambantes.
    Crép. 39 (cire)
  13. Louis, voici le temps de respirer les roses Et d'ouvrir bruyamment les vitres longtemps closes.
    Voix intér. XI (bruyamment)
  14. Souvent dans ses desseins Dieu suit d'étranges voies, Lui qui livre Satan aux infernales joies, Et Marie aux saintes douleurs.
    Odes, I, 2 (joie)
  15. Des colosses debout regardant autour d'eux Ramper des monstres nés d'accouplements hideux.
    Orient. I (accouplement)
  16. Ainsi parfois, quand l'âme est triste, nos pensées S'envolent un moment sur leurs ailes blessées, Puis retombent soudain.
    Rayons et ombres, 34 (retomber)
  17. Malheur à lui [le génie] ! l'impure envie S'acharne sur sa noble vie, Semblable au vautour éternel, Et, de son triomphe irritée, Punit ce nouveau Prométhée D'avoir ravi le feu du ciel.
    Odes, IV, 6 (prométhée)
  18. Dans la guerre que le despotisme fait aux supériorités sociales, il ne recule pas plus que la démagogie devant les attentats qui décapitent la société même.
    cité dans le Dict. de POITEVIN (décapiter)
  19. Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie, Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie.
    Chants du crépuscule, 3 (pieusement)
  20. Et tu seras semblable à la mère accablée Qui s'assied sur sa couche et pleure, inconsolée, Parce que son enfant n'est plus.
    Odes, I, 7 (inconsolé, ée)