Jean, PRINCE DE JOINVILLE, auteur cité dans le Littré

JOINVILLE (1224-1317)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme JOINVILLE a été choisie.

1291 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le livre des saintes paroles et des bonnes actions de saint Louis 1309 1267 citations

Quelques citations de Jean, PRINCE DE JOINVILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1291 citations dans le Littré.

  1. La noise que il menoient de leur nacaires et de leur cors sarrazinois estoit espoventable à escouter.
  2. Je en aurai une coronne es ciex.
  3. Il avoit fait fondre grant partie de son or en pez de terre, et fist brisier les poz ; et les masses d'or estolent demourées à descouvert en mi un sien chastel.
    218 (masse)
  4. Aides au droit, et soutien la querelle du poure jeusques à tant que la verité soit desclairiée.
    301 (aider)
  5. Maintenant se prist le roy à fermer [fortifier] un neuf bourc tout autour le viex chastiau, dès l'une mer jusques à l'autre.
  6. Ce que la chasuble estoit de sarge de Reins, senefie que la croiserie sera de petit exploit aussi, comme vous verrés se Dieu vous donne vie.
  7. Ceulx envoient sus les Sarrazins quant il veulent guerroier à eulz ; et les Sarrazins envoient sus les crestiens, quant il ont à faire à eulz.
  8. Nous trouvames que le roy son cors [de sa personne] avoit fait enfouir les cors des crestiens que les Sarrazins avoient occis.
    278 (corps)
  9. Frere Yves trouva un livre au chevès du lit au vieil.
    260 (chevet)
  10. De celle bataille de Turs à cheval estoient descendus à pié VIII de leur chievetains moult bien armés, qui avoient fait un hourdeis [retranchement] de pierres taillées, pource que nos arbalestriers ne les bleçassent.
  11. Quant nous feumes alé jusques en mi le flum, si trouvames terre là où nos chevaus pristrent pié.
    224 (pied)
  12. Le Nil est divers de toutes autres rivieres.
  13. Moult de ses gens li loerent [conseillèrent] que il attendist tant que ses gens feussent revenus, parce que il ne li estoit pas demouré que la tierce partie de ses gens ; et il ne les en voult onques croire.
    214 (croire)
  14. Et ces choses fesoit il, vous ramentoi je, pource que vous vous en gardez, parquoy Dieu ne se courrousse à vous.
  15. Sire, je croi que vous feriés bien se vous demouriez à ce poncel garder.
  16. Et diligenment virent l'apostolle et les cardonnaulx ce que en [on] leur porta.
  17. Les chevaus estoient lassez, et le jour estoit eschaufé.
    227 (lasser)
  18. Et le mestre dit : Sire, mes m'ennuie tant comme il me peut ennuier.
    197 (mais)
  19. À l'aler que nous feismes outre mer, une nef en semblable fait avoit esté perie.
    192 (périr)
  20. Et je li respondi : Dieu l'en lait fere sa volenté [que Dieu lui en laisse faire].