Friedrich Melchior GRIMM, auteur cité dans le Littré

GRIMM (1723-1807)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GRIMM a été choisie.

Le baron von Grimm était un ami de Diderot. Né bavarois, il écrivait en français.

74 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée à un souverain d'Allemagne, depuis 1770 jusqu'en 1782 1812 73 citations

Quelques citations de Friedrich Melchior GRIMM

Voici un tirage aléatoire parmi ses 74 citations dans le Littré.

  1. Il se contente de faire tuer assez de gibier pour que le cultivateur ne soit pas vexé.
    Corresp. t. I, p. 49 (vexer)
  2. Il n'y a pas une scène qui vous ravigote au milieu de la sécheresse.
    Correspond. t. II, p. 113 (ravigoter)
  3. Il était juré peseur d'œufs de mouches dans des balances de toiles d'araignées.
    Correspond. t. I, p. 74 (peseur, euse)
  4. Il y avait à peine de l'étoffe pour deux chants ; l'auteur l'a tiraillée pour en fournir quatre.
    Corresp. t. II, p. 275 (tirailler)
  5. Le véritable esprit des lois en France est cette bureaucratie dont feu M. de Gournay se plaignait tant.
  6. Il nous faut aujourd'hui des penseurs, des têtes mûres, pour captiver notre suffrage, et non des retourneurs d'idées et de paroles.
    Corresp. t. I, p. 169 (retourneur)
  7. Le sujet [Lettre de l'abbé Pinzo à Clément XIV] était fait exprès pour lui [Voltaire], et prêtait à mille rabâcheries, dont on ne se lasse pas de sa part.
    Corresp. t. II, p. 307 (rabâcherie)
  8. Il faisait consister sa gloire à savoir et à raconter avec précision comment Fontenelle toussait et crachait.
    Corresp. t. I, p. 74 (tousser)
  9. Julien dit l'apostat avait plus d'esprit que de conduite ; il voulut virer d'abord trop précipitamment.
    Corresp. t. II, p. 244 (virer)
  10. Nom donné à de petits almanachs ainsi désignés d'après le nom du libraire qui les vendait,
    Corresp. t. V, p. 396 (colombat)
  11. Tandis qu'on le tailladait, il disputait anatomie avec son chirurgien.
    Corresp. t. III, p. 41 (taillader)
  12. Il soufflait des pois, ou faisait d'autres grimaces mortelles pour le statuaire.
    Corresp. t. I, p. 223 (souffler)
  13. Le philosophe est très familier avec le baron ; car il le tutoie.
    Corresp. t. I, p. 52 (tutoyer)
  14. Cette comédie [faire croire à Poinsinet que le roi de Prusse voulait lui confier l'éducation du prince de Prusse] dura plusieurs mois et eut plusieurs actes, sans que Poinsinet doutât un instant de la réalité de tous ces faits ; ses amis appelaient cela mystifier un homme, et lui donnèrent le surnom de mystifié, terme qui n'est pas français, qui n'a point de sens, et qui, inventé et employé par certaines gens, ne mériterait pas d'être remarqué, si M. Déon ne l'avait employé en dernier lieu dans sa fameuse et étrange apologie.
    Corresp. 15 sept. 1764 (mystifier)
  15. Remarquable par la sincérité avec laquelle il dévoile sa propre turpitude.
    Corresp. t. III, p. 130 (turpitude)
  16. Flattez-vous de la voir régner [la tolérance] dans un pays où Henri IV et Polichinelle ont été persécutés avec un égal acharnement.
    Corresp. t. II, p. 410 (polichinelle)
  17. Tige droite et non pas tortuée.
    Corresp. t. II, p. 473 (tortué, ée)
  18. Un curé vétilleur passerait pour un fou.
    Corresp. t. III, p. 51 (vétilleur, euse)
  19. Elle ne parle pas du crâne et à la petite octave.
    Correspond. t. I, p. 182 (parler [1])
  20. Mlle Arnould disait qu'ils étaient si troublés par l'arrivée de M. le duc de la Vauguyon, que la tête leur en pétait.
    Corresp. t. II, p. 202 (péter)