Friedrich Melchior GRIMM, auteur cité dans le Littré

GRIMM (1723-1807)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GRIMM a été choisie.

Le baron von Grimm était un ami de Diderot. Né bavarois, il écrivait en français.

74 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée à un souverain d'Allemagne, depuis 1770 jusqu'en 1782 1812 73 citations

Quelques citations de Friedrich Melchior GRIMM

Voici un tirage aléatoire parmi ses 74 citations dans le Littré.

  1. Je n'aurai qu'à raconter nûment et simplement les faits, comme ils se sont passés.
    Corresp. t. I, p. 374, dans POUGENS (nûment ou nuement)
  2. On ne peut soupçonner personne en France d'avoir lu cette histoire narcotique.
    Corresp. t. I, p. 125, dans POUGENS (narcotique)
  3. Il n'y a pas une scène qui vous ravigote au milieu de la sécheresse.
    Correspond. t. II, p. 113 (ravigoter)
  4. Le littérateur politique, le politique métaphysiqué.
    Corresp. t. II, p. 438 (métaphysiquer)
  5. Le Testament politique du cardinal Alberoni, recueilli de divers mémoires, lettres et entretiens de Son Éminence, est imprimé à Lausanne en Suisse.
    Corresp. t. I, p. 16 (testament)
  6. Un rédacteur plaisant vous aurait dilaté la rate outre mesure.
    Corresp. t. II, p. 17 (rate [1])
  7. Il ne lui restera que l'ignominie d'avoir fait des tirades contre des gens de bien.
    Corresp. t. I, p. 176 (tirade)
  8. Débuter dans une querelle de musique par se prendre par les oreilles, cela est assez naturel.
    Correspond. t. IV, p. 7, dans POUGENS (oreille)
  9. Après nous être arrêtés dans un lieu de perdition et d'ennui tel que l'opéra.
    Corresp. t. I, p. 125 (perdition)
  10. Dans une de ces rencontres, un parti de l'armée africaine enlève la belle Florinde.
    Corresp. t. I, p. 326 (rencontre)
  11. Le rhapsodiste [auteur du Secrétaire du Parnasse] a dédié son détestable Secrétaire à M. Arouet de Voltaire.
    Corresp. 2<sup>e</sup> part. t. I, p. 15 (rhapsodiste)
  12. C'est un vrai miracle que Rouelle [le chimiste], faisant ses essais presque toujours seul, parce qu'il voulait dérober ses arcanes… ne se soit pas fait sauter en l'air par ses inadvertances continuelles.
    Corresp. t. I, p. 249 (sauter)
  13. Tandis qu'on le tailladait, il disputait anatomie avec son chirurgien.
    Corresp. t. III, p. 41 (taillader)
  14. Cette comédie [faire croire à Poinsinet que le roi de Prusse voulait lui confier l'éducation du prince de Prusse] dura plusieurs mois et eut plusieurs actes, sans que Poinsinet doutât un instant de la réalité de tous ces faits ; ses amis appelaient cela mystifier un homme, et lui donnèrent le surnom de mystifié, terme qui n'est pas français, qui n'a point de sens, et qui, inventé et employé par certaines gens, ne mériterait pas d'être remarqué, si M. Déon ne l'avait employé en dernier lieu dans sa fameuse et étrange apologie.
    Corresp. 15 sept. 1764 (mystifier)
  15. Elle [Mme Favart, à l'agonie, ayant auprès d'elle un voisin dans un accoutrement grotesque] se mit à sourire et dit qu'elle avait cru voir le paillasse de la mort.
    Corresp. 2<sup>e</sup> part. t. II, p. 230 (paillasse [2])
  16. M. de Beaumarchais, dont tout le monde raffole aujourd'hui.
    Corresp. t. III, p. 27 (raffoler)
  17. " Le style du président de Montesquieu ! " disait, il y a quelque temps, avec dédain M. de Buffon ; mais Montesquieu a-t-il un style ? " N'aurait-il pas mérité qu'on eût osé lui répondre : Il est vrai, Montesquieu n'a eu que le style du génie, et vous, monsieur, vous avez le génie du style.
    Corresp. février 1788 (style)
  18. Tout écrivain qui conserve dans son style ce papillotage jusqu'à trente ans, risque de n'être qu'un enfant toute sa vie.
    Corresp. t. I, p. 139 (papillotage)
  19. Feu M. de Gournay [Gournay est mort en 1795], excellent citoyen, disait quelquefois : " Nous avons en France une maladie qui fait bien du ravage ; cette maladie s'appelle la bureaumanie, ".
    Correspondance, t. IV, p. 11 (1764) (bureaumanie)
  20. Il avait depuis longtemps l'air d'un spectre.
    Corresp. t. I, p. 184 (spectre)