Jean-Baptiste ROUSSEAU, auteur cité dans le Littré

ROUSSEAU J.-B. (1671-1741)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ROUSSEAU J.-B. a été choisie.

445 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Odes et poésies diverses 1712-1723 268 citations

Quelques citations de Jean-Baptiste ROUSSEAU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 445 citations dans le Littré.

  1. Chacun sortit en se congratulant.
    liv. I, ép. 18 (congratuler)
  2. Et mes nombreux forfaits ont surpassé le nombre Des sables de la mer.
    Épodes, I (nombreux, euse)
  3. Impatient du dieu dont le souffle invincible Agite tous ses sens [de la pythie].
    Ode au comte du Luc. (souffle)
  4. Comme leurs intérêts [de Saurin et la Motte] sont communs, j'ai peine à croire qu'il veuille se couper le bras pour rendre son ami manchot.
    Lett. à Boutet, 15 juill. 1715 (manchot, ote)
  5. Tu peux faire trembler la terre sous tes pas, Des enfers déchaînés allumer la colère.
    Cantate, Circé. (enfer)
  6. Noblesse d'âme, hilarieux génie, Et don d'esprit, par-dessus l'or vanté.
    Allég. I, 2 (hilarieux, euse)
  7. Je prendrai un grand intérêt à la brouillerie que vous m'apprenez être survenue entre Saurin et Lamotte, si elle se poussait assez avant pour obliger ce dernier à démasquer son très digne ami, ce père spirituel en Lucifer.
    Lett. à Boutet, 15 juillet 1715 (pousser)
  8. La force craint la loi ; la peine suit le crime.
    Odes, IV, 5 (suivre)
  9. Du faux éclat qui t'environne, Serons-nous toujours éblouis ?
    Ode à la fortune. (éclat)
  10. Ô doux amusement ! ô charme inconcevable à ceux que du grand monde éblouit le chaos !
    Odes, III, 7 (inconcevable)
  11. Quand Cupidon, qui me vit pâle et triste, Me dit : pourquoi te soucier ?
    Épigr. I, 7 (soucier)
  12. Certain huissier, étant à l'audience, Criait toujours : paix-là ! messieurs, paix-là.
    Épigr. I, 9 (paix)
  13. Un compagnon disait sa râtelée à certain carme.
    Épigr. VII, 4 (râtelée [2])
  14. Montrez-nous, héros magnanimes, Votre vertu dans tout son jour ; Voyons comment vos cœurs sublimes Du sort soutiendront le retour.
    Ode à la Fortune. (héros)
  15. À ses accords les chênes reverdissent.
    Allég. I, 5 (reverdir)
  16. Mais la déesse de mémoire, Favorable aux noms éclatants, Soulève l'équitable histoire Contre l'iniquité du temps.
    Odes, III, 2 (soulever)
  17. À ces mots, la bête aquatique, Du fond de son petit thorax, Leur chanta pour toute musique Bré ké ké kex, koax, koax.
    les Grenouilles et le rossignol (thorax)
  18. Cher abbé, ne crains pas que je me tympanise Par l'odieuse convoitise D'un bien plus grand que mes besoins.
    Réponse à Chaulieu. (tympaniser)
  19. Le bras de la justice, Quoique lent à frapper, se tient toujours levé.
    Odes, I, 12 (lent, ente)
  20. Maître Vincent [Voiture], ce grand faiseur de lettres, Si bien que vous n'eût su prosaïser.
    Épigr. III, 6, à Chaulieu. (prosaïser)