André CHÉNIER, auteur cité dans le Littré

CHÉNIER (1762-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHÉNIER a été choisie.

poète

558 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Élégies 1819 275 citations
Idylles 1819 60 citations
La jeune captive 1794 20 citations
Odes et Iambes 1819 30 citations

Quelques citations de André CHÉNIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 558 citations dans le Littré.

  1. Je viens à vos genoux en soupirs caressants D'un vers adulateur vous prodiguer l'encens.
    Élég. 38 (encens)
  2. Ceux qui… N'ont connu qu'une oisive et morne indifférence… Ils n'ont fait qu'exister, l'amant seul a vécu.
    Élég. XXVI (vivre [1])
  3. La table au loin circule, et d'apprêts savoureux Se charge ; l'encens vole en longs flots vaporeux.
    Idylles, le Mendiant. (vaporeux, euse)
  4. Si pauvre et généreux son cœur vient de souffrir Aux cris d'un indigent qu'il n'a pu secourir.
    Élég. XX (indigent, ente)
  5. Berger infortuné, ta plaintive détresse De ton cœur dans le mien fait passer la tristesse.
    Idylles, la Liberté. (plaintif, ive)
  6. Aimer, sentir, c'est là cette ivresse vantée Qu'aux célestes foyers déroba Prométhée.
    Ép. I (foyer)
  7. Mes craintes t'offensaient : tu n'étais pas de celles Qui font jeu de courir à des flammes nouvelles.
    137 (celui)
  8. S'égarant à mon gré, mon ciseau vagabond Achève à ce poëme ou les pieds ou le front.
    192 (ciseau)
  9. Quand, sorti vers le soir des grottes reculées, Il s'égare à pas lents au penchant des vallées.
    Élégies, IV (reculé, ée)
  10. À des travaux affreux Lucine nous condamne ; Il est bien doux alors d'être chère à Diane.
    Idyll. Oaristys. (lucine [1])
  11. Suis ces fameux remparts et ces berceaux antiques, Où, tant qu'un beau soleil éclaire de beaux jours, Mille chars élégants promènent les amours.
    Épît. III (élégant, ante)
  12. Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre Anime la fin d'un beau jour.
    Iamb. 4 (animer)
  13. Ah ! si de telles mains, justement souveraines, Toujours de cet empire avaient tenu les rênes.
    Hymne à la France. (rêne)
  14. Ô des fleuves français brillante souveraine, Salut ! ma longue course à tes bords me ramène.
    Élég. IX (ô)
  15. Je plains ton abandon, ta douleur solitaire ; Pas un cœur qui, du tien zélé dépositaire, Vienne adoucir ta plaie, apaiser ton effroi, Et consoler tes pleurs et pleurer avec toi !
  16. Quel charme… De venir visiter sa couche matineuse !
    Élégies, édit. 1862, p. 250 (matineux, euse)
  17. Puis, ivres des transports qui nous viennent surprendre [en lisant les poëtes grecs], Parmi nous, dans nos vers, revenons les répandre.
    l'Invention. (transport)
  18. Qu'il est doux… De la voir devant vous accourir au passage, Ses cheveux en désordre épars sur son visage !
    Élég. XVIII (désordre)
  19. L'amicale douceur de tes chers entretiens, Ton honnête candeur, ta modeste science, De ton cœur presque enfant la mûre expérience.
    ib. 31 (candeur)
  20. Souvent las d'être esclave et de boire la lie De ce calice amer que l'on nomme la vie.
    Élégie XXXVI (lie [1])