André CHÉNIER, auteur cité dans le Littré

CHÉNIER (1762-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHÉNIER a été choisie.

poète

558 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Élégies 1819 275 citations
Idylles 1819 60 citations
La jeune captive 1794 20 citations
Odes et Iambes 1819 30 citations

Quelques citations de André CHÉNIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 558 citations dans le Littré.

  1. Quand au mouton bêlant la sombre boucherie Ouvre ses cavernes de mort.
  2. Mourir sans vider mon carquois ! Sans percer, sans fouler, sans pétrir dans leur fange Ces bourreaux barbouilleurs de lois.
  3. Lorsque Vénus, du haut des célestes lambris, Sans armes, sans carquois vint m'amener son fils.
    Élég. II (de)
  4. Ah ! je les reconnais, et mon cœur se réveille ; Ô sons, ô douces voix chères à mon oreille, ô mes Muses, c'est vous ; vous, mon premier amour, Vous qui m'avez aimé dès que j'ai vu le jour.
    ib. IV (muse [1])
  5. Ma conque, rappelant mes troupeaux vagabonds, Leur chanterait cet air si doux à ces campagnes.
    169 (conque)
  6. Au prix du déshonneur quelques heures de plus Lui sembleraient trop achetées.
  7. Sot auteur d'un poëme ou d'un discours sifflé, Ou d'un recueil ombré de chansons à la glace.
    Invention. (ombré, ée)
  8. Une amante moins belle aime mieux, et du moins, Humble et timide à plaire, elle est pleine de soins.
    Élégies, II, 17 (timide)
  9. À des travaux affreux Lucine nous condamne.
    Idylles, l'Oaristys. (travail)
  10. D'un vaste champ de fleurs je tire un peu de miel ; Tout m'enrichit, et tout m'appelle ; et, chaque ciel M'offrant quelque dépouille utile et précieuse, Je remplis lentement ma ruche industrieuse.
    Élég. 24 (ciel)
  11. Non, de tous les amants les regards, les soupirs Ne sont point des piéges perfides…, Toujours la feinte mensongère Ne farde point de pleurs, vains enfants des désirs, Une insidieuse prière.
    Ode VI (farder [1])
  12. Ovide, ah ! qu'à mes yeux ton infortune est grande ! Non pour n'avoir pu faire aux tyrans irrités Agréer de tes vers les lâches faussetés…
    Ép. I (fausseté)
  13. [L'indigent] Dévoré de besoin, de projets, d'insomnie, Il vieillit dans l'opprobre et dans l'ignominie.
    Idylle, le Mendiant. (opprobre)
  14. Et toi, lampe nocturne, …ô toi qui jusqu'au jour De ta prison de verre éclairais nos tendresses.
    Élégies, 37 (prison)
  15. Mais la tendre élégie et sa grâce touchante M'ont séduit ; l'élégie à la voix gémissante, Au ris mêlé de pleurs, aux longs cheveux épars, Belle, levant au ciel ses humides regards.
    Élég. 32 (élégie)
  16. Quand l'âge aura sur nous mis sa main flétrissante, Que pourra la beauté, quoique toute-puissante ? Nos cœurs en la voyant ne palpiteront plus.
  17. S'élever jusqu'au faîte, ou ramper dans la fange.
    l'Invention. (fange)
  18. C'est son bien dissipé, c'est son fils, c'est sa femme, Ou les douleurs du corps si pesantes à l'âme.
    ib. XXXIII (douleur)
  19. Malgré lui, dans lui-même, un vers sûr et fidèle Se teint de sa pensée et s'échappe avec elle.
    Élégies, XX (teindre)
  20. Heureux qui, se livrant aux sages disciplines, Nourri du lait sacré des antiques doctrines.
    Poésies div. à M. de Pange. (lait)