André CHÉNIER, auteur cité dans le Littré

CHÉNIER (1762-1794)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHÉNIER a été choisie.

poète

558 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Élégies 1819 275 citations
Idylles 1819 60 citations
La jeune captive 1794 20 citations
Odes et Iambes 1819 30 citations

Quelques citations de André CHÉNIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 558 citations dans le Littré.

  1. Quel amoureux ennui Me rend cher ce bocage où je rêve de lui ?
    Mnazile et Chloé. (rêver)
  2. Avant que de ses deux moitiés Le vers que je commence ait atteint la dernière.
    ïambes. (moitié)
  3. Telle Io tourmentée, en l'ardente saison, Traverse en vain les bois et la longue campagne.
    l'Invention. (insecte)
  4. La patrie, au milieu des embûches, des traîtres, Remonte en sa mémoire, a recours aux ancêtres, Cherche ce qu'ils feraient en un danger pareil, Et des siècles vieillis assemble le conseil.
    Poésies diverses, p. 224 (conseil)
  5. Et le sang d'Adonis et la blanche hyacinthe,
    Fragm. d'un poëme sur l'art d'aimer (hyacinthe)
  6. La prose plus souvent vient subir d'autres lois, Et se transforme, et fuit mes poétiques doigts ; De rimes couronnée, et légère, et dansante, En nombres mesurés elle s'agite et chante.
    Ép. IV (léger, ère)
  7. Un sourcilleux rimeur au fauteuil installé.
    à M. de Pange. (fauteuil)
  8. Les figures, l'onyx, le cristal, les métaux Partout sur les buffets, sur la table étincellent… et partout s'amoncellent.
  9. Mourir sans vider mon carquois ! Sans percer, sans fouler, sans pétrir dans leur fange Ces bourreaux barbouilleurs de lois.
  10. Il accourt ; devant lui l'herbe jette des fleurs.
    Hylas. (jeter)
  11. Pour mieux goûter le calme, il faut avoir passé Des pénibles détroits d'une vie orageuse Dans une vie enfin plus douce et plus heureuse.
    Élég. 27 (détroit)
  12. Moins belle la comète aux longs crins radieux Enflamme les nuits les plus sombres.
    le Jeu de paume, strophe 8 (radieux, euse)
  13. Lycus lui-même emplit une coupe profonde, L'envoie à l'étranger : salut, mon hôte, bois.
    Idylles, le Mendiant. (hôte, esse)
  14. Mais quels éclats, amis ? c'est la voix de Julie : Entrons ; Ô quelle nuit ! joie, ivresse, folie.
    Élég. XXIV (éclat)
  15. La grâce, la candeur, la naïve innocence Ont, depuis ton enfance, De tout ce qui peut plaire enrichi ta beauté.
    Odes, 7 (candeur)
  16. Ô muses, vous savez… Si mon cœur dévorait vos champêtres histoires, Cet âge d'or si cher à vos doctes mémoires.
    Élég. XI (champêtre)
  17. Ces fleuves, ces vergers, éden aimé des cieux, Et des premiers humains berceau délicieux.
    Élég. 14 (éden)
  18. Et non moins que le temps la tristesse a des rides.
    Élég. X (tristesse)
  19. Ô jours de mon printemps, jours couronnés de rose, à votre fuite en vain un long regret s'oppose ; Beaux jours, quoique souvent obscurcis de mes pleurs, Vous dont j'ai su jouir même au sein des douleurs.
    Élégies, XVI (jour)
  20. La prose plus souvent vient subir d'autres lois… De rimes couronnée et légère et dansante, En nombres mesurés elle s'agite et chante.
    Ép. IV (mesuré, ée)