Alain CHARTIER, auteur cité dans le Littré

CHARTIER (1385-1433)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CHARTIER a été choisie.

215 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Le livre des quatre dames 1424 28 citations
Quadrilogue invectif 1422 34 citations

Quelques citations de Alain CHARTIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 215 citations dans le Littré.

  1. Mais ton ayde insuperable, Ta science veritable Le puevent de tout deffendre.
    Esper. ou consol. (véritable)
  2. Et si sa dame à la fenestre vient Soy monstrer goutte [un peu], Ou se le vent une fenestre boute, Dont il cuide que sa dame l'escoute, S'en va coucher joyeulx, n'en faites doubte.
    Poésies, p. 559 (goutte [1])
  3. Amours loirre Les cueurs comme faucon en loirre.
    Poésies, p. 636 (leurrer)
  4. …Il fault que j'aye Contrecueur, et que plus je haye [haïsse] Celui que sur tous plus amaye.
    Poésies, p. 671, dans LACURNE (contre-cœur [1])
  5. Qui ne commence son euvre sur affection vertueuse et ne la conduit au liveau et sous la mesure de raison, semble à celui qui edifie sur faulx fondement, et conduit son ouvrage en tasche pour apparoir, non pas pour durer.
    l'Espérance, p. 298 (tâche [2])
  6. La cour alleche friandement ceux qui y viennent, en leur usant de fauces promesses.
    le Curial, p. 400 (friandement)
  7. En racomptant le fait qu'ils congnoissent, ilz demeurent en descongnoissance de la cause.
    dans RAYNOUARD (déconnaissance)
  8. Et en pourrez tant user et si longuement vous y aouiller, que trop en avoir pris vous fera souffreteux.
    Quadriloge invectif. (ouiller)
  9. Parle qui veult, ou qui vouldra se taise.
    Complainte contre la mort (qui)
  10. Comme les perdris qui, en fuiant à despourveue negligence le perdrieur qui les chevale, cheent en sa tonnelle.
    Espér. ou consol. des trois vertus. (tonnelle)
  11. Dont j'ai souffert tant longuement Dure peine, ennuyeux tourment, Qu'il pert [paraît] que je fuz né à tout Et qu'onques ne fu autrement, Et si n'en puis trouver le bout.
    le Débat du Réveille matin. (bout [1])
  12. Le temps n'estoit mie nueux ; De bleu estoient vestuz les cieux, Et le beau soleil cler luisoit.
    Le livre des quatre dames. (bleu, bleue)
  13. Ils eurent moult à souffrir, pour ce que c'estoit sur l'yver, et qu'il ne fina de plouvoir durant ce temps.
    Charles VII (sur [1])
  14. Les citoiens sont despourveus d'esperance et descoignoissans de seigneurie, par l'oscurté de ceste trouble nuée.
    l'Espérance ou consolation des trois vertus (obscurité)
  15. Les legieretés et esbaudissements des jeunes nobles hommes.
    Œuvres, p. 434 (ébaudissement)
  16. Regrettant la doulceur nayve du naturel pays, qui tousjours demeure emprainte ou courage.
    Espér. ou consolation des trois vertus. (natif, ive)
  17. Et l'ingratitude des dons de Dieu est punie sur les hommes par substraction de sa grace.
    Quadrilogue invectif. (soustraction)
  18. Adonc y seras-tu plus meschant de ce que tu cuideras y estre plus heureux.
    Curial. 394 (méchant, ante)
  19. La puissance vegetative jamais ne repose avec ses filles nutritive, formative, assimilative et sensitive.
    Esp. œuvr. p. 280 (assimilatif, ive)
  20. Vos yeulz ont si empraint leur merche En mon cueur, que, quoy qu'il adviengne, Se j'ay l'honneur où je le cherche, Il convient que de vous me viengne.
    la Belle dame sans merci. (marque)