Louis de Bourbon, prince de CONDÉ, auteur cité dans le Littré

CONDÉ (1530-1569)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme CONDÉ a été choisie.

Le titre complet de l'œuvre apocryphe est « Mémoires de Louis de Bourbon, prince de Condé, contenant ce qui s'est passé de plus mémorable en France pendant les années 1559 à 1564. » Littré cite l'édition parue dans « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France » par MM. Michaud et Poujoulat, t. VI.

90 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Mémoires de Louis de Bourbon, prince de Condé 1559-1564 88 citations

Quelques citations de Louis de Bourbon, prince de CONDÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 90 citations dans le Littré.

  1. Gens qui taschent à donner couleur à si damnable rebellion, pour induire les simples à penser qu'ilz ont eu quelque cause de se mouvoir, et confirmer les refractaires à suyvre leurs inventions.
    Mémoires, p. 552 (réfractaire)
  2. Les prebstres de St Medard avoyent sonné leurs cloches à tout bransle.
    Mémoires, 612 (branle)
  3. Et cas advenant qu'aucun compris en ceste presente association reçoive outrage ou violence.
    Mém. p. 647 (comprendre)
  4. Ayans cogneu que je ne tenois compte de leur indiscrete façon de faire et que leurs choleres et artifices ne me pouvoyent divertir du chemin que j'avoye commencé de tenir.
    Mémoires, p. 671 (colère [1])
  5. En ce conflit, qui dura une bonne demie heure, furent blessez des mutins environ trente ou quarante.
    Mémoires, p. 612 (conflit)
  6. Jehan Calvin, un petit pedagogue, si pauvre et necessiteux qu'il fallut que par tel moyen il s'entretint aux estudes.
    Mémoires, p. 641 (pédagogue)
  7. Un receptacle de gens de mauvaise vie.
    p. 672 (réceptacle)
  8. Pour suyvre l'ordre accoustumé, il vous a pleu me commander de faire l'ouverture des opinions [dire le premier mon avis].
    Mém. p. 557 (opinion)
  9. Avoir mis toute la France en trouble et en combustion.
    Mémoires, p. 658 (combustion)
  10. Ceux que l'on s'efforce de calonnier.
    Mémoires, p. 640 (calomnier)
  11. Le bruict fut que l'on demanteloit la ville d'Orleans par le commandement du roy.
    Mémoires, p. 705 (démanteler)
  12. Est enjoint à touts hostelliers et autres personnes qui logent gens, tenir registre du jour qu'ils seront arrivés et partis de leurs logis, et iceluy registre apporter chacune semaine deux fois.
    Mémoires, p. 606 (registre)
  13. Faussement il denombre tels inconvenients.
    Mémoires, dans le Dict. de DOCHEZ. (dénombrer)
  14. Ceux qui, sans espargner leurs corps et biens, n'estudient à autre chose qu'à conserver le royaume en la religion patriotte.
    Mémoires, p. 635 (patriote)
  15. J'ay toujours esté infiniement empesché à pourvoir aux seditions.
    Mém. p. 554 (infiniment)
  16. Ils sçavent bien que le roi, ses freres et sœurs sont incoulpables de tous les malheurs qui sont causez par l'insatiable rapacité de ces princes estrangers [les Guise].
    Mém. dans le Dict. de DOCHEZ. (rapacité)
  17. Pour obvier à tout scandale, sedition et commotion populaire.
    Mémoires, p. 574 (commotion)
  18. Les eglises violées, desmolies et spoliées en ce royaume.
    Mém. p. 668 (spolier)
  19. La petitesse de la ville et la force du chasteau leur sembloit estre commode pour la defense et seureté de leurs personnes.
    Mémoires, p. 549 (commode [1])
  20. Et avons fait cognoistre que nous ne sommes pas des gueux, comme l'on disoit, et que nous avons plus de moyen et de force en main pour faire service au roy en son besoin que n'ont avec toute leur suitte et praticques ceux qui nous veulent exterminer.
    Mémoires, p. 679 (gueux, euse)